terroriste

Daniel-Youssof Leclercq : Terroristes sans le savoir !

Publié le Mis à jour le

arrestationComment faire passer au second plan une crise économique persistante qui génère de vrais problèmes de chômage, de retraite et de baisse de pouvoir d’achat, et extraire de la tête d’honnêtes travailleurs toute idée de révolte contre un système qui profite majoritairement à une minorité de nantis ? Pour mystifier leurs administrés, les gouvernements de droite comme de gauche se rabaissent à d’inavouables calculs politiciens en invoquant régulièrement ces faux périls que sont l’insécurité et le terrorisme. Concrètement, les divers services de police procèdent de façon aussi préventive qu’arbitraire à de très spectaculaires arrestations de terroristes imaginaires.

On se rend vite compte que les « cibles idéales » des rafles policières du petit matin sont principalement des marginaux aux comportements non-conformistes, en mal d’alibis et de témoignages favorables. Les candidats idéals sont ceux qui ont le mauvais goût de militer pour des causes contestant l’ordre établi et dont le profil correspond peu ou prou au responsable de tous les maux, au bouc émissaire type. Aux fondamentalistes musulmans en particulier, s’ils ne veulent pas être les prochains perdants du grand jeu de massacre dont seuls les concepteurs connaissent les règles, je conseille instamment d’avoir un emploi du temps réglé comme du papier à musique question travail, famille et activités extraprofessionnelles. Le cas échéant, je ne donne pas cher de leur devenir.

Pour la seconde fois en l’espace d’un an, des Musulmans ont été appréhendés après la prière de l’aube au sortir de la Mosquée de Torcy par des brigades antiterroristes pour un présumé « attentat contre une supérette juive à Sarcelles (Val d’Oise) » commis avec… une grenade au plâtre et pour détention « d’éléments susceptibles d’entrer dans la composition d’engins incendiaires similaires à ceux utilisés lors de la vague d’attentats commis par le GIA en 1995 et 1996 » !!! Les très jeunes gens apparemment au dessus de tous soupçons fréquentaient régulièrement la Mosquée en question où ils jouissaient d’une excellente réputation. Alors la psychose s’installe progressivement : L’Imam et les fidèles de la Mosquée s’interrogent sur la légitimité de ces arrestations qui reposent uniquement sur des présomptions et se demandent à quels obscurs desseins elles peuvent bien servir. Tant qu’on ne les aura pas persuadés du contraire, ils se portent garants de l’innocence des prévenus mais, à ce titre, redoutent qu’ils pourraient bien eux aussi bénéficier de délicates attentions judiciaires matinales.

Par leurs commissions rogatoires discrétionnaires, leurs gardes à vue prolongées agrémentées d’abus de pouvoirs incontrôlables, les juges antiterroristes ont beau jeu de pouvoir à terme incriminer n’importe quel individu; cette justice d’exception digne de Guantanamo, uniquement à charge, est sur ce plan hautement contestable. D’ailleurs, l’Histoire a souvent montré que bon nombre d’accusations, d’arrestations, de détentions et d’expulsions n’ont jamais eu d’autre motivation que la raison d’Etat ? Il faut être conscient que, dans le cadre de l’antiterrorisme, la simple évocation du moindre début d’intention répréhensible constitue un élément à charge justifiant interpellation et incarcération. Alors prudence, même en plaisantant ! Faute de solidarité et de mobilisation, combien de malheureux ont par le passé fait les frais de cet arbitraire et combien en pâtiront encore à l’avenir ?

Pour jeter de l’huile sur le feu, les groupes identitaires de tous bords et leurs alliés politiques, surtout de droite (forte ou extrême), ont à coeur d’alimenter leurs légendes urbaines très personnelles par les moindres faits divers et délits de droit commun impliquant des ressortissants de culture musulmane. Les affabulations politico médiatiques autour de « l’Islam radical » et du démantèlement de supposées « cellules islamistes » sont du pain béni qui ne sert qu’à alimenter l’ostracisme maladif des pseudos patriotes. Il nous appartient néanmoins de faire la part des choses, en désavouant tout malfaiteur musulman bafouant les règles de sa religion et en prenant activement la défense des frères accusés à tort. Pour cela, il faut accepter de prendre des risques, et même de passer volontairement pour des terroristes. Evidemment, pas aux yeux de la justice et des paisibles citoyens, mais auprès de tous ceux qui nous haïssent parce que LA Vérité  les terrorise…

Source : http://integritydyl.wordpress.com/2013/07/19/terroristes-sans-le-savoir/

Daniel-Youssof Leclercq : Alors, pourquoi vous les invitez ?

Publié le Mis à jour le

article_valls« Tout le monde est bien conscient qu’à des fins électoralistes et limite discriminatoires, les politiciens de tous bords n’ont de cesse de courtiser le petit peuple cocardier. Il va sans dire que, pour ce faire, ils ne loupent pas la moindre occasion d’égratigner l’Islam et d’insulter ses fidèles en prétextant, mordicus, de ne fustiger que ceux qui sont les plus radicaux. Mon œil ! On peut légitimement se poser la question pourquoi, au lieu de dédaigner purement et simplement ces malotrus, certains Musulmans frileux poussent le masochisme jusqu’à se croire obligés de les convier à leurs festivités ?

Je suis sidéré de voir à quel point ceux qui prétendent nous régenter se croient tout permis et manquent de savoir-vivre. Vous, quand vous êtes invités à une cérémonie un tant soit peu officielle, même si vous n’en pensez pas moins, il ne vous viendrait pas à l’idée de critiquer tout haut la robe de la mariée, de dire que « la maîtresse de maison a des goûts de chiottes » ou de traiter les convives de « trous de balles ». Eh bien nos dirigeants politiques, eux, ça ne les dérange pas plus que ça de mettre les pieds dans le plat et de gâcher les festivités. Ces malappris poussent le vice jusqu’à profiter que les convives soient rassemblés et qu’on leur fasse une tribune pour tirer publiquement les oreilles de leurs hôtes.

L’ex-Premier Ministre François Fillon et l’actuel Ministre de l’Intérieur Manuel Valls sont les deux derniers goujats en date à s’être crus autorisés à donner des leçons de tolérance, de civisme et de laïcité au cours de cérémonies d’inauguration de mosquées. Au lieu de témoigner de l’empathie à l’assistance et de profiter de l’occasion pour tisser des liens d’amitié, ils n’ont pas pu s’empêcher d’être lourdingues. Et de condamner le fondamentalisme et l’Islam radical, et de blâmer les influences étrangères, et de menacer d’expulsion ceux qui défient les lois et les valeurs françaises, et de fustiger ceux qui nient le droit des femmes, et de promouvoir la panacée laïque, bla, bla, bla… [1]

La solution, pour l’avenir, ce serait la lettre de non-invitation, en recommandé avec accusé de réception : « Compte tenu des précédents constatés, nous avons l’honneur de ne pas vous inviter à l’inauguration de… ». Ce serait encore le meilleur moyen de garantir le minimum de considération réciproque à préserver entre la République laïque et les véritables représentants de l’Islam. Et puisqu’on y est, si les Ministres de la Police Nationale (= de l’Intérieur), au lieu d’opposer à tout bout de champ aux croyants une laïcité agressive et partisane, commençaient déjà par se l’infliger à eux-mêmes en cessant de s’ingérer dans les affaires religieuses, ça nous ferait un belle jambe. Tant qu’ils s’emploieront à imposer aux Musulmans en France des organisations dites représentatives à leur botte (CORIF ou CFCM) et à restreindre les pratiques extérieures islamiques, on ne pourra que conseiller de les « éviter » plutôt que de les « inviter ». »

——————————————————-

——————————————————-

[1] « La République sera intransigeante avec ceux qui entendent la contester et je n’hésiterai pas à faire expulser ceux qui se réclament de l’islam et représentent une menace grave pour l’ordre public et qui, étrangers dans notre pays, ne respectent pas nos lois et nos valeurs »,. « Les prédicateurs de haine, les partisans de l’obscurantisme, les intégristes, ceux qui veulent s’en prendre à nos valeurs et à nos institutions, ceux qui nient les droits des femmes, ceux-là n’ont pas leur place dans la République. Ceux qui sont sur notre territoire pour défier nos lois, pour s’en prendre aux fondements de notre société n’ont pas à y rester » (Manuel Valls, le 27 septembre 2012 à Strasbourg). 

« ceux qui, par leurs actions, leurs paroles, dénaturent et abîment le message de l’islam dont ils prétendent, par ailleurs, avoir le monopole », « Il n’y a pas de place en France pour les groupements radicaux et pour leurs prédicateurs qui veulent importer la haine et la division », « La République, enfin, sera toujours aux côtés de celles et ceux, souvent seuls, qui, avec courage, tentent de se soustraire aux intégrismes, aux fausses coutumes, aux pratiques rétrogrades qui emprisonnent l’individu. Elle entend d’ailleurs être particulièrement attentive au strict respect des droits des femmes », « les rues ne peuvent pas être l’espace que la République consent à des fidèles pour la prière », « Il faut s’assurer que tous ceux qui s’adressent aux fidèles – et ils sont nombreux – ont une connaissance réelle et partagent les valeurs fondamentales du pays dans lequel ils s’expriment. Il est paradoxal que, dans une assemblée de fidèles, celui qui dirige la prière soit parfois celui qui a le moins d’ancienneté sur le territoire national, le moins de liens avec notre pays », « Je sais les liens qui existent entre de nombreux musulmans, souvent étrangers ou récemment naturalisés, avec leur pays d’origine. Mais notre responsabilité, c’est de progressivement construire un islam de France, un islam qui trouve pleinement ses racines dans notre pays ». (Manuel Valls, le 6 juillet 2012 à Cergy). 

« L’ennemi de la cohésion nationale c’est le repli clanique, c’est le communautarisme et c’est l’intégrisme religieux qui en est l’une des formes les plus dangereuses. Toute religion peut être confrontée à des dérives et toute religion peut être défigurée par des personnes qui prétendent régler l’ensemble des relations et des comportements de la société en son nom. L’intégrisme n’a pas sa place dans une démocratie. L’intégrisme a encore moins sa place dans la République Française », « Mesdames et Messieurs, mes Chers Amis, il ne faut pas s’y tromper, en renvoyant une image sombre et sectaire, les personnes qui dissimulent leur visage, au prétexte de leur foi, sont consciemment ou non les opposantes à l’Islam de France que vous avez contribué à construire. L’Islam de France, l’Islam que vous vivez au quotidien n’a rien à voir avec cette caricature qui abaisse les lumières de votre foi. Il n’a rien à voir cet extrémisme qui méprise votre adhésion pleine et entière aux principes laïcs et républicains de la France. Et c’est pour cela que vous devez vous dresser au premier rang contre ce détournement du message religieux. C’est à vous, les premiers, de faire gagner l’intelligence contre l’obscurantisme, de faire gagner la tolérance contre l’intransigeance. » (François Fillon, le 28 juin 2010 à Argenteuil)