salafisme

Conseil de lecture : Les origines chrétiennes d’une laïcité musulmane de Aïssam Aît-Yahya

Publié le Mis à jour le

Les origines chrétiennes d'une laïcité musulmaneAïssam Aît-Yahya revient avec un nouvel ouvrage : « Les origines chrétiennes d’une laïcité musulmane ». Celui-ci fait suite à « De l’idéologie islamique française » et se focalise plus sur la sécularisation, puis la laïcisation, de l’islam voulu par les ennemis d’Allah.

Pour cela, Aïssam Aît-Yahya nous explique la structure du système religieux chrétien et répond aux questions : pourquoi et comment le christianisme s’est sécularisé puis laïcisé ? Pour montrer la différence dans la structure entre le christianisme et l’islam, il revient sur le système religieux islamique et nous montre qu’il ne peut se sécularisé et encore moins se laïciser, contrairement au christianisme (qui contient les base de sa propre destruction). Enfin, il nous explique en quoi consiste l’irja, ses liens avec le christianisme et les sectes juives à l’époque du Prophète ‘Issa/Jésus (Que la Paix de Dieu soit sur lui), puis nous prouve par A + B que cette religion (irja) remplace petit à petit l’islam dans la compréhension qu’on les musulmans de leur religion. Ce phénomène est inconscient et il nous explique que la stratégie des ennemis de l’islam est bien de pervertir la compréhension de la religion et donc de remplacer l’islam par l’irja sans que les musulmans et musulmanes ne s’en rendent compte. Ce phénomène à lieu à la fois en Occident mais aussi dans les pays arabo-musulman, notamment l’Arabie Saoudite.

Un livre que tout musulman(e) se doit d’avoir lu car il est important de comprendre par où les ennemis d’Allah, de Son prophète (Que la Paix et la Bénédiction de Dieu soit sur lui) et des croyants et croyantes, veulent « détruire » l’islam, où du moins pervertir sa compréhension pour sécularisé/laïcisé les musulman(e)s. Surtout que l’irja est capable d’infiltrer des courants très orthodoxe de l’islam sunnite comme le salafisme apolitique, ce qui est très difficile à détecter, d’où l’importance de prendre connaissance de l’analyse de l’auteur sur cette question.

Aissam Aït Yahya : Sécularisation de la foi musulmane !

Publié le Mis à jour le

Il s’est fait connaître en développant des analyses atypiques sur la réalité du monde contemporain au prisme de l’Islam. Son premier ouvrage De l’idéologie islamique française a posé les fondements théoriques d’une posture intellectuelle militante, de plus en plus adoptée par la nouvelle génération de musulmans occidentaux. Ce dernier opus présente une étude critique et originale des argumentaires théologiques qui, au sein de l’Islam, prônent la laïcité et la sécularisation.
Aissam Ait-Yahya analyse les fondements de la sécularisation et de la laïcisation du monde musulman, en cherchant à vérifier si, comme pour le christianisme, il n’existe pas une interprétation religieuse facilitant ces processus. Il pense trouver cette justification laïque dans une vieille hérésie apparue au Ier siècle de l’Islam, dénommée  »Irja ». Il prouve que cet irja a de grandes affinités avec la théologie de Paul de Tarse et avec le judéo-christianisme. Les mécanismes induits par cette pensée « murjite » aboutissent, selon lui, à la création d’une laïcité musulmane, présente même au sein des courants les plus fondamentalistes, tel que le salafisme.

Les origines chrétiennes d'une laïcité musulmane

 

Mohammed Ibn Abdelwahab, le Wahabisme et les Saoud

Publié le Mis à jour le

Muhammad Ibn Abdelwahab :

Né en 1703 à Aynia dans le  Nejd (une partie de l’Arabie Saoudite d’aujourd’hui), il a commencé à étudier le Coran à l’âge de 10 ans puis le Fiqh sous la tutelle de son père, un savant hanbalite renommé. Il voyagea ensuite pour continuer son enseignement entre la Mecque, Médine et  Bassora (Irak). Il retourna ensuite à son village pour prêcher l’unicité absolue et l’adoration de Dieu uniquement.

Il fut épaulé dans sa quête par le prince Mohammed Ibn Saoud et ont réussi à unifier la péninsule arabique qui était alors divisée en plusieurs tribus. Il est mort en 1772 et ses disciples ont continué à propager le message du Tawhid.

First_Saudi_State_Big

Sa doctrine, At-tawhid (l’unicité) :

Durant la période où a vécu Mohammed Ibn Abdelwahab, la oumma musulmane vivait une dégradation de ses croyances à cause de la propagation des innovations qui n’ont aucun rapport avec les préceptes de l’islam. L’adoration des tombeaux avait aussi atteint son paroxysme et de nombreuses sectes égarées se prétendaient de l’islam. De nombreuses pratiques comme le port des gris-gris, la visite des diseurs de bon-aventure, les sorciers, la construction des mausolées sur les tombes des pieux, l’imploration des morts et des vivants, l’intercession, les sacrifices pour les pieux, les serments par d’autres que Dieu, etc… sont apparues parmi les musulmans et se sont propagées donnant naissance à un islam vidé de tous ses principes et surtout de sa principale prescription : l’adoration de Dieu seulement.

وَأَنَّ الْمَسَاجِدَ لِلَّهِ فَلَا تَدْعُوا مَعَ اللَّهِ أَحَدًا – الجن 17

Les mosquées sont consacrées à Allah: n’invoquez donc personne avec Allah.

Ibn Abdelwahab, passa sa vie à combattre cette forme égarée d’idolâtrie. Il commença par détruire les mausolées de la même façon que le prophète Abraham détruisit les idoles vénérées par son peuple et que le prophète Mohammed celles qu’abritaient la Kaaba. Évidemment, ceci ne pouvait pas passer inaperçu et il se fit rapidement de nombreux ennemis parmi les communautés qui profitaient de ce marché juteux qu’est la visite des tombeaux et les dons d’argent et de sacrifices qui en découlaient.Ces pratiques sont devenues tellement ancrées qu’il a connu une résistance farouche de la part de certains leaders religieux de son époque. De nombreuses voix se sont levées pour discréditer cette “nouvelle religion”.

Les pratiquants de ces superstitions aussi -convaincus qu’il s’agit d’actes les rapprochant de Dieu- n’ont pas apprécié la campagne d’Ibn Abdelwahab et tout ce beau monde appuyé par les communautés soufie et chiite, les astrologue, les pseudo-guérisseurs et autres charlatans ont tout fait pour se mettre sur la voie de la cause l’homme à la tête de ce retour à l’origine et de cette purification de la religion. On le traita d’hérétique, de collabo, de Takfiri et ses disciples aujourd’hui sont traités d’extrémistes, de terroristes, d’intolérants… De la même façon, le prophète fut traité de menteur, de magicien, de poète par les mécréants.

وَعَجِبُوا أَن جَاءَهُم مُّنذِرٌ مِّنْهُمْ وَقَالَ الْكَافِرُونَ هَذَا سَاحِرٌ كَذَّابٌ –ق 3

Et ils (les Mecquois) s’étonnèrent qu’un avertisseur parmi eux leur soit venu, et les infidèles disent: ‹C’est un magicien et un grand menteur,

At-tawhid (l’unicité de Dieu) est la raison pour laquelle Dieu a envoyé les prophètes et révélé les livres sacrés. Toutes les religions ont pour premier et principal but de combattre le Shirk (polythéisme).

إِنَّ اللّهَ لاَ يَغْفِرُ أَن يُشْرَكَ بِهِ وَيَغْفِرُ مَا دُونَ ذَلِكَ لِمَن يَشَاء وَمَن يُشْرِكْ بِاللّهِ فَقَدِ افْتَرَى إِثْمًا عَظِيمًا –النساء 47

Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelque associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelque associé commet un énorme péché.

Nouh (Noé) a été envoyé à son peuple lorsque ceux-ci ont commencé à vénérer les cinq personnages les plus pieux de leur génération que sont  ” Wadd, Suwaa, Yaghouth, Yaouq et Nasr ” (Sourate Nouh 24). Ces hommes étaient de leur vivant un exemple à suivre en termes de bonté et de dévotion, à leur mort des statues les représentant ont été érigées en souvenir de leur piété. Après quelques génération, le peuple de Nouh a commencé à les vénérer.

Le wahhabisme n’est ni une voie ni un groupe. C’est un simple appel au Tawhid, à la revivification des pratiques religieuses originales étouffées sous la multitudes, de sectes, des groupes, d’interprétations. C’est un retour à la aquida authentique du prophète et de ses compagnons. Et de la même façon que le prophète et ses compagnons ont connu une résistance de la part des adorateurs d’idoles, les nouveaux polythéistes ont essayé de freiner l’avancée de ce mouvement. Même s’il s’agit de l’essence même de l’islam, certains ont du mal à l’accepter et le combattent de toutes leurs forces comme s’il s’agissait d’un dogme totalement étranger à cette religion.

أَجَعَلَ الْآلِهَةَ إِلَهًا وَاحِدًا إِنَّ هَذَا لَشَيْءٌ عُجَابٌ –ص 5

Réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu? Voilà une chose vraiment étonnante

Les ennemis de l’islam se sont aussi alliés à cette propagande pour altérer l’image de cet appel au Tawhid, il leur est plus favorable que les musulmans se noient dans les abîmes des innovations, de l’ignorance, des pratiques païennes, de l’adoration des Awliya et des “pieux” que de revenir à un islam authentique, nettoyé de ces rituels fétichistes. Car c’est cette croyance en l’unicité et la foi pure, associés à une confiance absolue placée en Dieu qui a permis aux musulmans de braver tous les obstacles depuis la révélation du message.

Les Saoud et les américains :

Les Saoud ont exploité la voie de Mohammed Ibn Abdelwahab pour asseoir leur domination sur le monde islamique. Il ont profité de la pureté de cet appel au Tawhid pour s’ériger en représentants de l’islam d’autant plus qu’ils ont réussi grâce à l’appui britannique à s’emparer de la Mecque et justifier leur régime aux yeux des musulmans.

Ce n’est qu’avec la prise du pouvoir de Abdel Aziz Ibn Saoud et son alliance avec les occidentaux que le « Wahabisme » est devenu un outil politique. Ce roi et ses héritiers ont prêté allégeance aux américains en effectuant un pacte ; pétrole contre protection.

1Abdel Aziz Ibn Saoud et Franklin Roosevelt

Ils ont offert aux ennemis de la voie du Tawhid le bâton pour faire battre l’islam, sali la mémoire de Mohammed Ibn Abdelwahab et fait entrer les mécréants sur les terres sacrées qui abritent la Mecque. Les générations qui suivirent n’ont fait qu’empirer les choses, justifiant leur égarement à l’aide de savants et d’imams complètement acquis à leur traîtrise ou ne possédant pas assez de courage pour s’opposer à leurs régents.

Ils ont, entre autre, réduit les libertés, combattu le jihad et les savants religieux intègres (plus de 3000 savants sont en prison aujourd’hui), empêché leur peuple de participer à la vie politique, favorisé les non-musulmans au détriment des musulmans, se sont tus face à l’occupation de la Palestine, rendus le hajj difficile en établissant de nombreuses conditions, se sont accaparés les richesses du pays et placé leurs hommes à tous les postes de responsabilité, etc…

Source : http://abouhamza.wordpress.com/2012/06/04/muhammad-ibn-abdelwahab-le-wahabisme-et-les-al-saoud/

__________________________

Notes :

Je me suis permis de corriger légèrement l’article car apparemment l’auteur a confondu le roi Fayçal d’Irak (1885 – 1933), le fils du Chérif Hussein de la Mecque, et le roi Fayçal d’Arabie Saoudite (1904 – 1975).

Le roi Fayçal 1er d’Irak a conclu un pacte avec Chaim Weizmann, qui porte pour le nom « Accord Fayçal-Weizmann », en 1919 où le roi Fayçal 1er accepte l’application de la Déclaration Blafour, qui prévoit la création d’un foyer national juif en Palestine, à la condition que les britanniques respecte leur promesse d’indépendance envers les arabes.

weizmann_and_feisal_1918Chaim Weizmann et le roi Fayçal 1er