Recep Tayyip Erdogan

La Turquie Laïque Partie 9 : L’accession au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan

Publié le

Recep Tayyip Erdogan

En 1998, une rupture se fait au sein du Parti de la vertu, deux camps s’opposent : les rénovateurs et les conservateurs. Cette séparation deviendra effective en 2001 avec la création du parti de la félicité, dirigé par Erbakan et le partie de la justice et du développement (AKP), dirigé par Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier milite aux sein des partis islamistes depuis 30 ans. Il est diplôme d’un lycée d’imam et économiste de formation. Il devient maire de Istanbul en 1994 mais est condamné pour incitation à la haine en 1997 pour avoir récité un poème du nationaliste Ziya Gökalp : « Les baïonnettes sont des minarets. Les coupoles des heaumes, les mosquées des casernes, les musulmans des soldats. » Il écope de 4 mois et demi de prison et démit de ses fonctions de maire, en plus d’une interdiction d’activité politique.

Erdogan défini son parti comme rénovateur et contemporain et fondé sur une « philosophie politique conservatrice-démocrate ». L’essence de son parti est basé sur l’esprit de compromis. Il prône l’intégration à l’Union Européenne, une ouverture sur le monde, à l’économie de marché et continue la politique économique des années Özal. Il met en avant la préservation de la culture traditionnelle du pays et la défense des valeurs de la famille. Ce programme permet au parti de la justice et du développement (AKP) de remporter les élections législatives. Un problème se pose pour Erdogan, interdit d’activité politique il est dans l’obligation de quitter la présidence de l’AKP, ni celle de Premier Ministre. C’est Abdallah Gül, lieutenant d’Erdogan qui va assurer ces fonctions. Il procède à des réformes qui permettent à Erdogan de retrouver sa liberté politique. Erdogan succède à Gül en mars 2003, à savoir 4 mois après la victoire de l’AKP.

A la suite de l’arrivée au pouvoir de l’AKP, des inquiétudes se sont fait savoir au sein de l’opposition mais aussi en Europe dont la presse nommais alors les membres du parti d’islamistes, dont la significations dans ces pays et principalement en France, est synonyme d’extrémistes voir de terroristes (ou potentielle terroristes). L’une des premières tâches du gouvernement a été de rassurer et de dissiper ces inquiétudes. Erdogan profite de du rôle de Premier Ministre de Gül pour parcourir l’Europe pour convaincre ces derniers de l’intégration de la Turquie à l’Union européenne et pour présenter le visage de l’AKP. Les journalistes européens et la presse locale se demandent si Erdogan n’avance pas masqué et certains font écho au discours qui lui a valu son emprisonnement. Erdogan se défend en affirmant qu’il évolue constamment, sans renier l’homme qu’il a été par le passé.

L’AKP se tourne à la fois vers le monde musulman mais aussi vers l’Occident, contrairement à Erbakan dont la politique étrangère était tournée exclusivement vers le monde musulman. En 2003, les Etats-Unis de Gorges W. Bush demande à l’AKP d’intervenir en Irak et de permettre aux soldats américains de débarquer sur le territoire turque pour facilité son intervention. Abdallah Gül et nombre de députés appartenant à l’AKP hésite mais Erdogan presse le gouvernement d’accepter la demande américaine mais l’autorisation est rejeter de peu le 3 mars 2003. Les soldats américains qui avaient débarqué au port de Iskenderun doivent faire demi-tour suite au refus du passage des troupes américaine par le territoire turque.

Publicités

Ces démocrates « musulmans » qui craignent plus le Front National que Allah !

Publié le Mis à jour le

Cet article est une réponse à Lounès A. de Havre de Savoir. Ce dernier a déjà rédigé un article qui portait le nom de « Préserve l’islamophobie : ne vote pas » en réponse à la campagne initié par l’association Anâ-Muslim qui elle avait pour slogan «Préserve ta foi : ne vote pas». Dans cette article, Lounès A. calomnie gravement l’association Anâ-Muslim ainsi que tout les musulmans qui sont contre le vote. Il n’a pas hésité à les qualifier d’«imposteurs», d’être des «personnes qui ne sont pas soucieuses de l’avenir de la communauté», qui «n’ont pas le moindre sens des priorités», etc… J’ai répondu à cette calomnie manifeste dans une vidéo portant le titre « Réponse à l’article calomnieux de Havre de Savoir !« . Réponse que j’ai pris soin de publier sur leur page Facebook, dans les commentaires de l’article en question. Résultat, la vidéo a été supprimer et j’ai vu mes droits de commenter la page Havre de Savoir disparaître. Drôle de procéder pour des individus qui osent publier le hadith suivant :

« Le musulman est le frère du musulman, il ne fait pas preuve d’injustice envers lui et ne l’abandonne pas » (rapporté par al-Boukhari) »

fff

D’ailleurs, peu avant la censure opéré par Havre de Savoir, j’avais pris soin de commenter cette dernière publication, où j’avais affirmer qu’il n’était pas suffisant de publier un tel hadith mais qu’il serait mieux de l’appliquer. En l’occurrence, de ne pas qualifier les musulmans qui sont contre le vote d’être des «imposteurs», des «personnes qui ne sont pas soucieuses de l’avenir de la communauté» et qui «n’ont pas le moindre sens des priorités». Bien sur, suite à la censure de la vidéo et les restriction concernant la possibilité de commenter les publications de la page, mon commentaire est lui aussi passé à la trappe. Aucun échange, cela en dit long sur les personnes qui se trouvent derrière Havre de Savoir.

Cette petite introduction était nécessaire pour comprendre ce qui va suivre, à savoir ma réponse au nouvel article de Havre de Savoir, toujours sous la plume de Lounès A., qui porte le nom de «Ces musulmans qui offrent la victoire au Front National».Pour l’occasion, j’ai décidé d’intituler le mien «Ces démocrates « musulmans » qui craignent plus le Front National que Allah». Cet intitulé n’est pas provocateur mais réaliste, car ces démocrates « musulmans » sont prêt à associer à Allah et entraîner toute la communauté musulmane avec eux, pour la simple et bonne raison qu’ils ont peur du Front National. Pourtant Allah a dit dans Son Saint Livre :

« Ne redoutez donc pas les hommes, mais redoutez-Moi ! Ne troquez pas Mes enseignements à vil prix ! Ceux qui ne jugent pas d’après ce que Dieu a révélé sont de véritables négateurs ! »

[Coran, Sourate 5 verset 44]

Malgré l’existence de ce verset et de bien d’autres qui interdisent de juger ou de légiférer à la place d’Allah :

« Ou bien auraient-ils des associés qui leur auraient établi des lois religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? »

[Coran, Sourate 42 verset 21]

« N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu’on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement »

[Coran, Sourate 4 verset 60]

Lounès A. et par ricochet Havre de Savoir, osent poser, aux musulmans qui sont contre le vote, les questions suivantes :

« Aux prédicateurs et médias qui ont appelé à l’absentéisme, il faut maintenant prendre vos responsabilités. Les musulmans de Mantes la ville qui se sont abstenus ont ils préservé leur foi ? Préserveront ils leur foi quand le nouveau maire leur mettra des bâtons dans les roues pour la construction de la nouvelle mosquée ? Ont ils préservé leur foi en restant spectateur de ce drame ? Vraiment je vous invite à vous remettre en question sur le vote. »

La ville de Mantes la ville, qui possède une population majoritairement musulmane, s’est abstenue de voté. Le Front National ayant gagner le siège de la Mairie, Lounès A. s’en prend aux musulmans qui ont appelés à ne pas voter mais bizarrement il n’évoque pas les arguments théologiques qui interdisent de voter dans un système démocratique. Il préfère apporter des arguments matérialistes qui ne justifient en aucun car de transgresser les interdits décrétés et légiférés par Allah, Le Seigneur de l’Univers. Depuis quand la foi d’un musulman est lié à la construction d’une mosquée ?

Il affirme aussi que la Turquie est le seule pays « où l’islam et la démocratie ont réussit là ou aucun pays musulman n’a réussit« , pourtant une simple étude de l’histoire de l’islam politique turcs, des origines à nos jours, suffit à nous convaincre que l’islam politique est un échec car les « musulmans » démocrates comme l’AKP se sont convertis à la religion démocratie et de ce fait ne peuvent-être considérés comme musulmans. Encore une fois, Lounès A. évite d’entrer dans le champ théologique, pourtant tant de sources provenant du Coran et de la Sunna démontrent que l’islam et la démocratie sont incompatibles et que celui qui légifère et qui jugent avec une autre loi que celle d’Allah n’est plus musulman. D’ailleurs même des mécréants comme Thierry Zarcone, auteur de l’excellent « La Turquie Moderne et l’islam« , que je recommande à Lounès A., affirme que l’islamisme politique qui joue le jeu de la démocratie n’a plus rien avoir avec l’islam authentique car paradoxalement, ces « musulmans » deviennent les garant d’une démocratie et d’une laïcité qui les as combattus, eux et leurs pères, et a détruit simultanément l’Empire Ottoman et le Califat islamique. Cette histoire, Lounès A. ne vous en parlera jamais, car se serait vous empêcher d’adopter son culte à sa divinité qu’est la démocratie, véritable religion séculière. [1]

Lounès A. nous demande de prendre notre responsabilité quant à l’abstention des musulmans, nous la prenons volontiers car nous ne craignons pas le Front National et nous refusons de vendre notre foi à vil prix pour la construction d’une mosquée de la République athée et maçonnique. Ces mêmes mosquées qui sont incapables d’obtenir des maires de leur ville de prendre des sanctions contre ceux qui agressent lâchement nos sœurs, n’est-ce pas Mr. Lounès A., vous qui affirmez que si la mairie de Mantes la ville avait accueilli un autre candidat que le Front National, cela aurait permis de protéger nos sœurs. Depuis quand les électeurs du Front National sont les seules à agresser nos sœurs ? Depuis quand les maires des autres partis politique (PS et UMP) protègent les musulmanes ? Philippe Doucet, maire socialiste de la ville d’Argenteuil, a-t-il levé le petit doigt lors des agressions d’une musulmane par les forces de l’ordre (désordre) dans sa ville malgré ses promesses ? J’attends vos réponses Mr. Lounès A. et non pas un mur de silence et de censure de votre part.

_______________________________

[1] Lire « De l’idéologie islamique française » de Aissam Aît-Yahya pour comprendre ce qu’est une religion séculière.

Conseil de lecture : La Turquie Moderne et l’Islam de Thierry Zarcone

Publié le Mis à jour le

411CC8CSXJLThierry Zarcone, historien français spécialisé dans la franc-maçonnerie, le soufisme et la Turquie, est l’auteur du livre « La Turquie Moderne et l’Islam ».

Contrairement à ce que laisse transparaître le titre, il n’est pas question ici d’une étude sur la Turquie moderne et sa relation avec l’islam uniquement, mais bien d’une analyse qui a pour point de départ l’arrivée des tribus turcomanes en Anatolie et leur conversions à l’islam jusqu’à la Turquie moderne sous la présidence de Recep Tayyip Erdoğan. Ce livre est très intéressant car il permet de faire un tableau de l’évolution de la société islamique turc jusqu’à nos jours et nous apporte diverses informations comme les relations entre l’islam sunnite orthodoxe et les sectes présentes dans cette région, l’apogée et le déclin de l’Empire Ottoman, la révolution des Jeunes Turcs, la trahison de Mustafa Kemal Atatürk, l’abolition du Califat ou encore les différents courants de l’islam politique turc. Tout ceci nous permet de dresser un bilan assez complet de la société turc et de constater que les erreurs commises par les musulmans dans l’histoire et d’en tirer profit pour ne pas les répéter.

On y voit clairement les manœuvres des ennemis de l’islam (franc-maçon, sabbataïstes/dönmeh, sionistes, occidentaux, sectes « musulmanes », etc…) pour détruire la Califat car ce dernier était un obstacle majeur à la diffusion de leur croyances hérétiques et surtout qu’ils ont usés de la force pour imposer la laïcité et la démocratie en Turquie (ce que les Turcs musulmans qui participent à la politique islamo-démocratique, ne semble pas avoir compris).

Un livre dont je recommande vivement la lecture.