Mustafa Kemal Atatürk

La Turquie Laïque Partie 2 : L’opposition aux mesures kémalistes

Publié le Mis à jour le

En 1925, le Cheikh Saïd se révolte en mobilisant les confrérie soufies Nakchibendi et Kadiri surtout présentent en province. Mustafa Kémal prends conscience du danger des confréries soufies et la répression sera sanglante : le Cheikh Saïd sera exécuté et la loi martiale sera décrétée.

En 1936, les kurdes se révoltent contre le pouvoir en place et dura 4 longues années au terme duquel 20 000 kurdes seront déportés vers d’autres régions, et l’identité kurdes sera rejetées. La Confrérie de la Vertu, qui s’emploi à créer une coalition entre tous les groupes souhaitant le retour du Calife depuis 1920, est démantelée. Mustafa Kémal décide de dissoudre officiellement toutes les confréries soufies.

A Menemen, en 1930, localité du sud-ouest de la Turquie, un officier kémaliste est assassiné par une foule conduite par un membre de la confrérie soufie Nakchibendi. Mustafa Kémal en profite pour arrêter plusieurs représentants de la confrérie alors que l’acte était isolé et ne concernait pas la confrérie. Les arrestations se poursuivront jusque dans les années 50 du fait que la confrérie ne possède pas de structure centralisée et les actions isolés de nombreux cheikh n’engagent pas la confrérie. Quant aux Cheikhs Nakchibendi les plus illustres, ils s’emploient à transmettre l’Islam en organisant des cours de Coran et anime des madrassa clandestines. Le soufisme Nakchibendi et les savants sunnites orthodoxes vont alors fusionner.

Un ancien responsable de la révolution islamique de 1909, Said Nursi (1877/1960), publie le « Livre de la Lumière » qui va répondre aux carence des livres religieux des 30 premières années de la République turque.

Said Nursi sera arrêté à plusieurs reprises, notamment pour avoir participé à la révolte du Cheikh Saïd et pour avoir effectué l’appelle à la prière en arabe en 1932. Peu à peu, un groupe se forme autour de lui et ses disciples se nomment les « Élèves du Livre de la Lumière » qui prendront plus tard le nom de Nurcus (Partisans de la Lumière).

Les musulmans fréquentent peu les nouvelles institutions « islamiques » du gouvernement turque et le rôle joué par les Cheikh et les disciples de Saïd Nursi seront fondamentale pour la transmission de l’Islam au sein de la société turque.

La Turquie Laïque Partie 1 : Les années Mustafa Kémal Atatürk

Publié le

Dans une société régie par l’Islam depuis des siècles, il est difficile de faire disparaître la religion du cœur des ses adeptes. Pour neutraliser l’Islam, Mustafa Kémal Atatürk et ses partisans proposent une version moderne de l’Islam. Par cela, ils entendent un Islam soumis à la République laïque mais utilise des termes pour flatter les musulmans comme sheytan a fait miroité l’immortalité à Adam (Aleyhi Salam). En 1932, Mustafa Kémal déclare : « Une Nation sans religion est vouée à disparaître ». Pour lui, l’Islam doit-être purgé de ses éléments rétrogradent pour s’adapter à la science dites occidentale (qui nie l’existence d’Allah et qui prends l’Homme et ses passions pour divinité). Pour ce faire, les kémalistes vont invoquer l’ijtihad (effort d’interprétation du Coran et de la Sunna par les savants musulmans), pour rendre l’Islam conforme à l’idéologie démocratique et laïcarde issu de l’Occident.

Cette idée avait déjà germée dans la tête de Izmirli Ismaïl Hakki (originaire de Izmir/Smyrne, la ville natale de Sabbataï Tsevi) en 1915. Ce dernier rejoint la commission de la nouvelle faculté de théologie, fondée en 1924, et propose au gouvernement de rendre l’Islam scientifique, que la langue de la prière et du Coran ne soit plus l’arabe mais le turc (loi qui sera voté en 1932), que la musique soit introduite dans les mosquées et impose aux imams l’étude du chant pour rendre l’Islam plus esthétique et stimulant. Le port du tarbouch est interdit en 1925 et est remplacer pour le couvre chef européen, le voile n’est pas interdit mais fortement critiqué. Le dimanche devient le jour de repos officiel à la place du vendredi, le calendrier occidental est adopté, une réforme de langue est entreprise pour purger le turc des mot d’emprunt de l’arabe, les titre de Pacha, Bey, Efendi, molla sont remplacé par « Monsieur » et « Madame ». Les savants musulmans sont ôtés de leur pouvoirs par le nouvel État Laïque et les madrassa (écoles islamique) passent sous le contrôle du ministère de l’Éducation nationale avant de disparaître et les tribunaux islamiques sont fermés. L’objectif de ces réformes est d’écarter l’Islam de la vie politique et publique pour la cantonnée à la sphère privée.

La laïcité turque ne peut être une à la laïcité française, qui sépare l’Église et l’État, dû fait que l’Islam est une religion qui englobe à la fois la sphère privée et la sphère publique. Mustafa Kémal décide de maintenir l’Islam sous contrôle en plaçant la religion sous le contrôle directe du Premier Ministre qui lui fixe une administration, un budget et des limites à ne pas dépassés. Supprimé l’Islam était inenvisageable ; prohibé pourrait le rendre dangereux mais sous contrôle, l’Islam pourrait être restreint et empêcher de jouer un rôle dans la sphère publique. Pour mené à bien ce projet, de nouvelles institutions sont mises en œuvres pour enseigné un Islam national sous contrôle étatique.

IslamRéinfo TV : Le Printemps Arabe : une Révolution contre la Restauration du Califat ? [Partie 2]

Publié le Mis à jour le

Qu’est-ce que le Printemps Arabe ? Qui en ait à l’origine ? Quel est la stratégie de l’Occident et de ses alliés dans les pays à majorité musulmane pour séculariser et laïciser la foi des musulmans ?

Téléchargement : L’Abolition du Califat ou la première étape pour détruire l’Islam !

Publié le Mis à jour le

Histoire de l’Abolition du Califat.

Fichier format PDF

Califat2LES CHAPITRES DU LIVRE

  • La Renaissance paganique en Occident
  • La Réforme protestante
  • La Révolution française
  • Le déclin de l’Empire Ottoman
  • La période pré-Tanzimat
  • Les Tanzimat
  • Les Jeunes Ottomans
  • Abdoul Hamid II, le calife résistant
  • Le cheval de Troie occidental : la turquisme ou le nationalisme turque
  • Les origines du nationalisme arabe
  • Les Jeunes Turcs
  • La société pour la liberté ottomane
  • Révolution maçonnique de 1908 et Révolution islamique de 1909
  • L’Empire sous la première guerre mondiale
  • La révolte arabe
  • La Révolution kémaliste
  • L’Abolition du Sultanat et du Califat

Téléchargement : La réalité de la laïcité – Une clarification brève des dangers d’une idéologie destructrice !

Publié le

L’Observatoire des islamologues de France a traduit un extrait d’un ouvrage de Abou ‘Ammar  ‘Ali al-Houdheyfi. Cette extrait se concentre sur la définition de la laïcité et son incompatibilité avec l’islam.

Fichier format PDF

LES CHAPITRES DU LIVRElaicité

  • Définition de la laïcité
  • Le jugement relatif à la laïcité dans l’islam
  • Les raisons de l’émergence de la laïcité et les conditions de sa genèse en Occident
  • Les conséquences de l’apparition des prêcheurs de la laïcité dans le monde arabe
  • L’appui de l’Occident pour les partis laïques
  • L’Etat séculier

IslamRéinfo TV : Le Printemps Arabe : une Révolution contre la Restauration du Califat ? [Partie 1]

Publié le Mis à jour le

Qu’est-ce que le Printemps Arabe ? Qui en ait à l’origine ? Quel est la stratégie de l’Occident et de ses alliés dans les pays à majorité musulmane pour séculariser et laïciser la foi des musulmans ?

PS : Quelques secondes ont été coupés de la fin de la vidéo lors du montage, rien de bien important.Je ferai en sorte d’intégrer les dernières secondes coupées dans la seconde partie, in sha Llah.

Ces démocrates « musulmans » qui craignent plus le Front National que Allah !

Publié le Mis à jour le

Cet article est une réponse à Lounès A. de Havre de Savoir. Ce dernier a déjà rédigé un article qui portait le nom de « Préserve l’islamophobie : ne vote pas » en réponse à la campagne initié par l’association Anâ-Muslim qui elle avait pour slogan «Préserve ta foi : ne vote pas». Dans cette article, Lounès A. calomnie gravement l’association Anâ-Muslim ainsi que tout les musulmans qui sont contre le vote. Il n’a pas hésité à les qualifier d’«imposteurs», d’être des «personnes qui ne sont pas soucieuses de l’avenir de la communauté», qui «n’ont pas le moindre sens des priorités», etc… J’ai répondu à cette calomnie manifeste dans une vidéo portant le titre « Réponse à l’article calomnieux de Havre de Savoir !« . Réponse que j’ai pris soin de publier sur leur page Facebook, dans les commentaires de l’article en question. Résultat, la vidéo a été supprimer et j’ai vu mes droits de commenter la page Havre de Savoir disparaître. Drôle de procéder pour des individus qui osent publier le hadith suivant :

« Le musulman est le frère du musulman, il ne fait pas preuve d’injustice envers lui et ne l’abandonne pas » (rapporté par al-Boukhari) »

fff

D’ailleurs, peu avant la censure opéré par Havre de Savoir, j’avais pris soin de commenter cette dernière publication, où j’avais affirmer qu’il n’était pas suffisant de publier un tel hadith mais qu’il serait mieux de l’appliquer. En l’occurrence, de ne pas qualifier les musulmans qui sont contre le vote d’être des «imposteurs», des «personnes qui ne sont pas soucieuses de l’avenir de la communauté» et qui «n’ont pas le moindre sens des priorités». Bien sur, suite à la censure de la vidéo et les restriction concernant la possibilité de commenter les publications de la page, mon commentaire est lui aussi passé à la trappe. Aucun échange, cela en dit long sur les personnes qui se trouvent derrière Havre de Savoir.

Cette petite introduction était nécessaire pour comprendre ce qui va suivre, à savoir ma réponse au nouvel article de Havre de Savoir, toujours sous la plume de Lounès A., qui porte le nom de «Ces musulmans qui offrent la victoire au Front National».Pour l’occasion, j’ai décidé d’intituler le mien «Ces démocrates « musulmans » qui craignent plus le Front National que Allah». Cet intitulé n’est pas provocateur mais réaliste, car ces démocrates « musulmans » sont prêt à associer à Allah et entraîner toute la communauté musulmane avec eux, pour la simple et bonne raison qu’ils ont peur du Front National. Pourtant Allah a dit dans Son Saint Livre :

« Ne redoutez donc pas les hommes, mais redoutez-Moi ! Ne troquez pas Mes enseignements à vil prix ! Ceux qui ne jugent pas d’après ce que Dieu a révélé sont de véritables négateurs ! »

[Coran, Sourate 5 verset 44]

Malgré l’existence de ce verset et de bien d’autres qui interdisent de juger ou de légiférer à la place d’Allah :

« Ou bien auraient-ils des associés qui leur auraient établi des lois religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? »

[Coran, Sourate 42 verset 21]

« N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu’on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement »

[Coran, Sourate 4 verset 60]

Lounès A. et par ricochet Havre de Savoir, osent poser, aux musulmans qui sont contre le vote, les questions suivantes :

« Aux prédicateurs et médias qui ont appelé à l’absentéisme, il faut maintenant prendre vos responsabilités. Les musulmans de Mantes la ville qui se sont abstenus ont ils préservé leur foi ? Préserveront ils leur foi quand le nouveau maire leur mettra des bâtons dans les roues pour la construction de la nouvelle mosquée ? Ont ils préservé leur foi en restant spectateur de ce drame ? Vraiment je vous invite à vous remettre en question sur le vote. »

La ville de Mantes la ville, qui possède une population majoritairement musulmane, s’est abstenue de voté. Le Front National ayant gagner le siège de la Mairie, Lounès A. s’en prend aux musulmans qui ont appelés à ne pas voter mais bizarrement il n’évoque pas les arguments théologiques qui interdisent de voter dans un système démocratique. Il préfère apporter des arguments matérialistes qui ne justifient en aucun car de transgresser les interdits décrétés et légiférés par Allah, Le Seigneur de l’Univers. Depuis quand la foi d’un musulman est lié à la construction d’une mosquée ?

Il affirme aussi que la Turquie est le seule pays « où l’islam et la démocratie ont réussit là ou aucun pays musulman n’a réussit« , pourtant une simple étude de l’histoire de l’islam politique turcs, des origines à nos jours, suffit à nous convaincre que l’islam politique est un échec car les « musulmans » démocrates comme l’AKP se sont convertis à la religion démocratie et de ce fait ne peuvent-être considérés comme musulmans. Encore une fois, Lounès A. évite d’entrer dans le champ théologique, pourtant tant de sources provenant du Coran et de la Sunna démontrent que l’islam et la démocratie sont incompatibles et que celui qui légifère et qui jugent avec une autre loi que celle d’Allah n’est plus musulman. D’ailleurs même des mécréants comme Thierry Zarcone, auteur de l’excellent « La Turquie Moderne et l’islam« , que je recommande à Lounès A., affirme que l’islamisme politique qui joue le jeu de la démocratie n’a plus rien avoir avec l’islam authentique car paradoxalement, ces « musulmans » deviennent les garant d’une démocratie et d’une laïcité qui les as combattus, eux et leurs pères, et a détruit simultanément l’Empire Ottoman et le Califat islamique. Cette histoire, Lounès A. ne vous en parlera jamais, car se serait vous empêcher d’adopter son culte à sa divinité qu’est la démocratie, véritable religion séculière. [1]

Lounès A. nous demande de prendre notre responsabilité quant à l’abstention des musulmans, nous la prenons volontiers car nous ne craignons pas le Front National et nous refusons de vendre notre foi à vil prix pour la construction d’une mosquée de la République athée et maçonnique. Ces mêmes mosquées qui sont incapables d’obtenir des maires de leur ville de prendre des sanctions contre ceux qui agressent lâchement nos sœurs, n’est-ce pas Mr. Lounès A., vous qui affirmez que si la mairie de Mantes la ville avait accueilli un autre candidat que le Front National, cela aurait permis de protéger nos sœurs. Depuis quand les électeurs du Front National sont les seules à agresser nos sœurs ? Depuis quand les maires des autres partis politique (PS et UMP) protègent les musulmanes ? Philippe Doucet, maire socialiste de la ville d’Argenteuil, a-t-il levé le petit doigt lors des agressions d’une musulmane par les forces de l’ordre (désordre) dans sa ville malgré ses promesses ? J’attends vos réponses Mr. Lounès A. et non pas un mur de silence et de censure de votre part.

_______________________________

[1] Lire « De l’idéologie islamique française » de Aissam Aît-Yahya pour comprendre ce qu’est une religion séculière.