Moustafa Kamil Pacha

Histoire de l’Egypte Partie 3 : L’occupation britannique

Publié le

Protectorat britannique

En 1882, suite à la défaite de l’armée égyptienne, la Grande-Bretagne occupe l’Égypte. N’ayant pas participer à la bataille, la France critique l’occupation britannique mais ces derniers assurent qu’ils ne resteront que le temps de régler les problèmes intérieur. Le contrôle de l’Égypte est confié à Sir Evelyn Baring, connu sous le nom de Lord Cromer, même si officiellement l’Égypte est toujours considérée comme une province de l’Empire Ottoman sous le contrôle de Abbas II.

En 1907, le mouvement nationaliste retrouve une seconde jeunesse grâce à Moustafa Kamil Pacha qui appelle les égyptiens à la révolte contre les britanniques. Les nationalistes appellent à la création d’une Constitution, d’un Parlement et de l’évacuation des troupes britanniques mais la premier guerre mondial va stopper net leur revendications. En effet, l’Empire Ottoman faisant partie la Triple Alliance, les britanniques en profitent pour imposer un protectorat en Égypte pour couper l’herbe sous le pied des nationalistes. Abbas II est alors dans l’obligation d’abdiquer.

Le partie nationaliste Wafd est créer en 1918 par Sa’ad Zaghlul. En 1919, ce dernier envoi une délégation à Londres pour demander l’indépendance du pays. Demande qui sera rejetée par les britanniques. Mais en 1922, la Grande-Bretagne accorde une autonomie théorique à l’Égypte. Le partie nationaliste Wafd voit le jour, le sultan Fouad devient roi et Sa’ad Zaghlul son premier ministre. Des tensions entre le roi Fouad Ier et le Parti Wafd vont aller crescendo, ce qui provoque une instabilité gouvernementale qui sera exploitée par les britanniques, qui soutiendront tantôt le roi, tantôt le Wafd en fonction de leur intérêts.

Les Frères Musulmans vont constituer la troisième voie. Hassan al-Banna a toujours traité les autorités politiques et religieuses avec le plus grand respect. Son objectif était de toucher les personnes et non à les éloignés. C’est pourquoi il préconisait le bon comportement envers eux, même s’il n’hésitait pas leur faire part de ses recommandation. Cette position n’était nullement une façon de s’attirer les faveurs du pouvoirs mais un moyens pour que ces derniers soient attentifs à son discours. Le Partie Wafd n’hésitera pas à qualifier les Frères Musulmans de collaborer avec le roi et avec les britanniques.