mohammed

Histoire de l’Egypte Partie 9 : La réconciliation avec les voisins arabes

Publié le

Ligue Arabe

La diplomatie de Hosni Moubarak envers les autres États arabes, est une diplomatie de la réconciliation. En effet, mise au ban des nations arabes après la paix avec Israël, l’un des objectifs majeures de Hosni Moubarak, va être de renouer avec les États arabes de la région malgré les désaccords. Cette volonté de réconciliation n’ira, toutefois, jamais à l’encontre de la paix avec Israël, que le président égyptien souhaite maintenir. La pseudo condamnation de l’intervention Israël au Liban en 1982, à permis à Hosni Moubarak d’asseoir sa légitimité en tant qu’État incontournable de la région. 

Pour renouer avec ses voisins, l’Égypte va envoyer des délégations de diplomates qui font l’aller-retour entre les différentes capitales arabes. Des accords commerciaux ainsi que des échanges dans les domaines sportifs et artistiques sont une première approche du président égyptien en vue d’une réconciliation. Hosni Moubarak va s’investir dans la résolution des conflits au Moyen-Orient et ce tout au long de règne dans le but de faire de l’Égypte le leader des États de la région. Elle va soutenir l’Irak de Saddam Hussein contre l’Iran chiite, elle va émettre des réserves quand à l’assassinat d’un diplomate israélien à Londres qui serait imputé à l’OLP de Yasser Arafat (et qui servira d’excuse à Israël pour envahir le sud du Liban). Elle prendra la défense des palestiniens lors de la première Intifada en 1987, jugeant la répression israélienne disproportionnée. Ces prises de positions vont aboutir à des tensions avec Israël, ainsi qu’un gel des pourparlers sur la résolution du conflit israélo-palestinien. Cette stratégie était voulue pour le président égyptien pour marquer son retour au sein du camp arabe malgré son souhait de ne pas vraiment tourner le dos à Tel-Aviv.

En effet, l’objectif de la diplomatie égyptienne est de soutenir les palestiniens les plus modérés pour qu’ils reconnaissent Israël comme État souverain. Cette position est calquée sur les revendications américaines qui exige que les palestiniens reconnaissent Israël, mettent fin à leur actes « terroristes » en contre partie de la reconnaissance américaine de l’OLP. En 1989, l’Égypte réintègre son siège au sein de la Ligue Arabe. Mais le retour définitif de l’Égypte au sein du concert des nations arabes se fera à partir de la première guerre du Golfe.

Histoire de l’Egypte Partie 8 : La stratégie américaine en Égypte

Publié le

Depuis les accord du camp David, les Etats-Unis ont mis toutes les chances de leur côté pour faire de l’Égypte un allié dans la région. En effet, sous Anouar al-Sadate, l’Égypte fût le premier pays arabe à faire la paix avec Israël, quand bien même la population n’était pas en accord avec son dirigeant. C’est pourquoi les Etats-Unis vont profité de cette opportunité pour conserver cette ouverture en aidant économiquement l’Égypte.

De 1975 à 1991, les Etats-Unis ont investi dans le pays 17 milliards de dollars, il s’agit du plus grand programme d’aide depuis le plan Marshall, qui avait servi à la reconstruction de l’Europe après la seconde guerre mondiale. De plus, 20 milliard de dollars sont accordés à l’Égypte pour permettre l’achat d’armes américaines. Pour l’Égypte, le soutient des Etats-Unis permet d’obtenir une stabilité régionale mais aussi sur le plan internationale. Pour les américains, cette collaboration permet de garantir la paix égyptienne avec Israël, d’entretenir des contacts dans le domaine du renseignement militaire mais aussi de s’implanter dans la région. Implantation qui lui permettra d’influencer les pays arabe dit « modérés », ainsi que la mainmise sur le pétrole et les bases militaires égyptiennes.

Les accords de Camp David étaient une alliance militaire entre les Etats-Unis, Israël et l’Égypte car une fois débarrassé d’une possible attaque au niveau de sa frontière avec l’Égypte, Israël s’est concentrée, dès 1982, sur sa frontière nord avec le Liban pour détruire les infrastructure de l’OLP palestinien. Le soutien américain à l’Égypte a créer une double dépendance : la première celle de l’Égypte par rapport aux dollars américains injectés chaque année dans son économie et la seconde celle des Etats-Unis, qui reste dépendant de cette injection de liquidité pour maintenir un équilibre régionale en assurant la paix avec Israël et en cassant l’unité arabe. Cette stratégie a permis aux Etats-Unis de trouver une relais à l’influence saoudienne qui s’affaiblit peu à peu au fil des années.

Cette situation s’illustre à plusieurs reprises, à commencer par l’attaque d’Israël au Liban, qui sera condamnée par l’Égypte mais sans interventions militaire de sa part, bien qu’Israël n’ai pas respecter les accords du Camp David qui stipulaient que tout conflit devant être résolue par des moyens pacifiques. De leur côté, les Etats-Unis continue à utiliser leur veto pour protéger Israël.

Histoire de l’Egypte Partie 7 : L’accession au pouvoir de Hosni Moubarak et la métamorphose des Frères musulmans

Publié le

Hosni Moubarak

La première action de Hosni Moubarak est de décrété l’État d’urgence suite à l’assassinat d’Anouar al-Sadate. Il tente de s’allier à l’opposition politique et aux savants de l’université d’Al-Azhar contre les moudjahidin. Face aux résultats mitigés obtenu lors de sa tentative d’alliance contre ces derniers, il fait libéré des détenus politiques et religieux à la condition que ces derniers le soutiennent dans sa démarche. Il ira jusqu’à libéré progressivement 1536 détenus musulmans pour décrispé la vie politique du pays. Il fait savoir à Israël qu’il maintiendra la politique de normalisation entre les deux États, qui avait initié par son prédécesseur. Les Etats-Unis s’empressent alors de soutenir son nouvel allié, à la fois politiquement, économiquement et militairement.

Les premières années de son mandat, il va lutter prioritairement contre les musulmans qui complotent contre le gouvernement et ses intérêts. C’est dans cet optique qu’il condamne à mort tous les musulmans qui sont responsables de l’assassinat d’Anouar al-Sadate.

En 1982, les organes de presse des Frères musulmans sont saisis puis détruits et la distribution de ses publications sont interdites sur tout le territoire. Comme Anouar al-Sadate, Hosni Moubarak va utiliser la politique de la carotte et du bâton avec les Frères musulmans. Cette politique consiste à relâcher la pression de temps en temps pour l’utiliser comme catalyseur à la colère populaire contre Israël et la politique américaine dans la région. Mais il n’hésite pas à resserrer les boulons lorsque ces derniers s’en prennent au régime.

Les Frères musulmans vont donc changer de stratégie et opérer une véritable métamorphose. D’abord au niveau physique, ils vont adopté le costume à l’occidentale et raser leur barbes pour se faire accepter par la population locale. Ils se présentent comme musulmans démocrates et affirment qu’ils ont abandonnés leur projet d’un État musulman. Leur logo qui contenait deux sabres à été changé et contiennent, dorénavant, deux mains dans laquelle se trouve une pousse verte qui prends racine. Enfin, ils décident de ne plus combattre le régime de Hosni Moubarak de manière frontale.

Le régime quant-à lui est préoccupé par la présence des Frères musulmans dans plusieurs secteurs professionnelle (ingénieurs, pharmaciens, avocats, etc…) mais tolère leur activités dans un cadre officiel, ce qui lui permet de mieux les contrôler.

Au début des années 90, les Frères musulmans vont se présenter comme respectueux de la démocratie et vont faire leur entrée dans le champs politique égyptien. Ce revirement politique a été voulu par la nouvelle génération mais a été accepter avec très peu de convictions par les anciens membres de l’organisation.

En 1996, 17 membres de la nouvelle génération des Frères musulmans vont demander la création d’un nouveau parti politique nommé Al-Wassat (le Centre). Les fondateurs du parti vont reprocher aux Frères musulmans leur manque de modernité, l’absence d’ouverture socio-économique et leur archaïsme et propose une vision nouvelle qui serait basée sur les acquis du passé tout en répondant aux défis du XXIe siècle. Bien qu’étant en faveur de la démocratie, le parti ne verra pas vraiment le jour et les fondateurs seront déféré devant la Haute Cour Militaire.

Téléchargement : Histoire de la Turquie : De Atatürk à Erdogan !

Publié le

Histoire de la Turquie depuis que Mustafa Kémal Atatürk a abolie le Califat ottoman jusqu’à l’élection de Recep Tayyip Erdogan et sa politique jusqu’en 2016.

Fichier Format PDF

 

LES CHAPITRES DU LIVRE

1 / Les mesures prises par Atatürk

2 / L’opposition aux mesures kémalistes

3 / La République sans Atatürk

4 / Le retour des confréries soufies

5 / L’avènement de l’Islam politique

6 / L’Islam politique au pouvoir

7 / L’émergence des intellectuelles « musulmans » modernistes

8 / Un premier ministre islamiste

9 / La montée sociopolitique et culturelle des structures et confréries « musulmanes »

10/ L’accession au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan

11 / Les négociations en vue de l’adhésion à l’Union européenne

12 / Tensions entre laïques et islamistes lors des élections de 2007

13 / L’affaire Ergenekon

14 / Ahmet Davutoglu et la politique « zéro problèmes avec les voisins »

15 / La période de maîtrise de l’AKP

16 / L’enlisement du conflit syrien, l’isolement de la Turquie

17 / Rupture entre Recep Tayyip Erdogan et Fethullah Gülen

18 / Le coup d’État du 15 juillet 2016 et la nouvelle politique extérieure

IslamRéinfo TV : Critique du magazine Le Monde des Religions n°87

Publié le

Critique du magazine Le Monde des Religions qui présente une version falsifiée de l’Islam, voulant faire passer le folklore bédouin comme étant l’Islam.

 

La Turquie Laïque Partie 16 : Le coup d’État du 15 juillet 2016 et la nouvelle politique extérieure

Publié le

Le 15 juillet 2016, une tentative de coup d’État à lieu à l’encontre du président Erdogan. En petits nombres, les putschistes sont rapidement maîtrisés par les policiers et militaires resté fidèle au pouvoir mais aussi par la descente de milliers de citoyens turques, principalement partisans de l’AKP. Aucune organisations politiques ne soutiens les putschistes, au contraires tous soutiennent le président et le pouvoir en place. Erdogan met en place une opération visant la communauté de Fethullah Gülen. L’État d’urgence est proclamé et des dizaines de milliers de personnes appartenant au Hizmet sont arrêtés ou licenciées et leur biens confisqués. L’AKP réprime l’opposition kurde en faisant arrêter des journalistes, militaires, politiques, écrivains et prolonge l’Etat d’urgence de trois mois.

En accord avec le Parti Républicain du peuple, la vague d’arrestation s’intensifie : l’immunité parlementaire de 53 députés kurdes sont arrêtés. Erdogan prolonge l’Etat d’urgence de un an pour atteindre son objectif de destruction de l’Etat parallèle et bien que critiqué par la presse occidentale, il n’hésite pas à prendre la France en exemple suite aux attentats du Bataclan par l’Etat Islamique le 13 novembre 2015.

Au niveau international, la Turquie va changer de stratégie et va se rapprocher de la Russie après avoir commencer une partie de bras de fer avec Vladimir Poutine. En effet, en novembre 2015, un avion russe survole l’espace aérien turque et malgré les somations de retrait, continuera sa route et sera détruit. Le président russe exige des excuses, qui seront refusés par Erdogan, ce qui entraînera une rupture des relations diplomatiques entre les deux États. Suite à l’isolement qu’elle a subie depuis 2013, la Turquie va repenser son positionnement au niveau international et se rapprocher de la Russie. Pour ce faire, Erdogan va commencer par présenter ses excuses en juin 2016 et pour la première fois depuis le conflit syrien, envisage la participation de Bachar al-Assad à la table des négociations. Ce rapprochement va lui permettre d’intervenir en Syrie et en Irak notamment pour empêcher les rebelles kurdes de Syrie et kurdes irakiens de s’unifier. Cette intervention va permettre de consolider un bloc nationaliste autour de Erdogan face au danger kurde.

La Turquie Laïque Partie 16 : Rupture entre Recep Tayyip Erdogan et Fethullah Gülen

Publié le

Alliés jusqu’au début des années 2010, la rupture entre Recep Tayyip Erdogan et Fethullah Gülen va être de plus en plus patente. Infiltré dans le réseau de police et dans les tribunaux grâce à son alliance avec l’AKP, le Hizmet de Gülen va tenter de mettre des bâtons dans les roues de l’AKP en faisant arrêter, en février 2012, des hauts responsables des services secrets turques, qui menaient des négociations secrètes avec le PKK kurde, pour intelligence avec une organisation terroriste ». Erdogan voulant mettre fin au conflit avec les kurdes, avait mandaté les services secrets de trouver un accord avec le PKK, chose à laquelle Fethullah Gülen s’opposa. Il n’hésita pas à faire appel à un procureur du Hizmet pour mettre aux arrêts les hauts responsables des services secrets.

Erdogan fait arrêter l’opération et réagi en faisant interdire les cours préparatoires (source de financement et de recrutement des sympathisants güléniste) aux concours d’entrée aux universités.

Le 17 décembre 2013, des officiers de police se rendent dans les domiciles des enfants de trois ministres en exercice et d’une quarantaines de personnes, munis de mandats de perquisitions. L’enquête porte sur des affaires de corruptions et de blanchiment d’argent. Plusieurs ministres, des hommes d’affaires, le directeur général d’une grande banque, tous proche de l’AKP sont accusés dans cette affaire. Erdogan intervient et fait arrêter la seconde vague d’arrestation, dont son propre fils aurait fait l’objet. Il interdit à la police d’obéir aux ordres des procureurs car sous la direction de Fethullah Gülen. Ces derniers sont désaisis de l’affaire et un milliers de responsables de police sont muté dans d’autres services.

Erdogan parle de seconde tentative de coup d’État après celui du parc Gezi. La communauté de Fethullah Gülen va être perçu comme une organisation capable d’infiltrer l’Etat, d’agir avec une ambition politique et la volonté de s’accaparer le pouvoir, contrairement à ces prétentions officielles qui étaient uniquement tourné vers les actes de bienfaisances. Malgré le scandale, l’AKP gagne les élections municipales de mars 2014, les accusations de corruption n’ayant que peu touché l’électorat de l’AKP. Fort de cette victoire, Erdogan annonce que le peuple à choisi sont camp et promet de mettre fin à cet État parallèle. S’ensuit une vague d’arrestations concernant le mouvement Gülen et ses partisans, allant de la justice à la police, en passant par des fonctionnaires et des entreprises commerciales.

Erdogan n’hésite pas à gracier des généraux kémalistes, emprisonnés depuis l’affaire Ergenekon, pour les utiliser comme opposant à Gülen. Bien que les autres confréries reprochent à Erdogan d’avoir favorisé le Hizmet, elles saisissent l’occasion de sa mise au pas pour combler le vide laissé. Fort de cette expérience, Erdogan décide de ne plus s’appuyer sur une seule confrérie et associe plusieurs d’entre elles au pouvoir, les mettant ainsi en concurrence.

Gülen et son mouvement sont critiqués pour leur politique d’occidentalisation de l’Islam et de la Turquie. Vouloir islamiser la modernité c’est infecter l’Islam de l’esprit de l’idéologie occidental et revient donc à falsifier l’Islam. La modernité ne signifie rien d’autre qu’occidentaliser, donc islamiser la modernité signifie vouloir occidentaliser l’islam, vouloir le rentre compatible avec les idéologies (laïcité, démocratie, etc…) occidentales, qui sont de natures incompatibles avec l’Islam.