modernisme

Franc-Maçonnerie partie 29 : Le matérialisme Maçonnique : La Divinsation de la matière

Publié le

Il est nécessaire de comprendre clairement ce qu’est la philosophie matérialiste : Ceux qui adoptent cette philosophie pensent que l’ordre et l’équilibre de l’univers et les millions d’espèces qui vivent dans le monde, y compris les êtres humains, sont simplement le produit de l’activité des atomes qui composent la matière. En d’autres termes, ils croient que les atomes inanimés et inconscients sont capables de créer.

Cette idée peut sembler moderne ; elle est, en fait, une réémergence d’une croyance qui a existé depuis la nuit des temps : l’idolâtrie. Ceux qui adoraient des idoles croyaient que les statues et les totems qu’ils adoraient étaient dotés d’esprit et de pouvoir. En d’autres termes, ils attribuaient à la matière inanimée et inconsciente une conscience et un grand pouvoir. Cela est manifestement absurde. Dans le Coran, Allah se réfère à l’irrationalité du paganisme. Dans les histoires des prophètes, on insiste particulièrement sur la fausseté des croyances païennes. Par exemple, lorsque Abraham (Que la Paix de Dieu soit du lui) demanda à son père : »O mon père, pourquoi adores-tu ce qui n’entend ni ne voit, et ne te profite en rien ? » [Coran, Sourate 19, verset 42] 

Il est clair que le fait d’attribuer des qualités divines à la matière inanimée, incapable d’entendre ou de voir, « qui ne sert absolument à rien« , et dénuée de pouvoir, est évidemment insensé.

Les matérialistes sont des exemples modernes d’idolâtres. Ils n’adorent pas des statues et des totems faits de bois et de pierre, mais croient en l’idée que la matière ne constitue pas seulement ces corps, mais tous les corps et pensent qu’elle possède un pouvoir, une intelligence et une connaissance illimités. Les écrits maçonniques ont des choses intéressantes à dire à ce sujet, car les maçons confessent ouvertement cette croyance païenne, qui est l’essence du matérialisme. Un article tiré du magazine de Mimar Sinan déclare en effet :

« Afin qu’un objet matériel soit créé, les atomes se regroupent dans un certain ordre. La force qui provoque cette organisation est l’esprit inhérent à chaque atome. Etant donné que chaque esprit est une conscience, chaque chose créée est une conscience intelligente. Et chaque chose créée a le même degré d’intelligence. Un être humain, un animal, une bactérie et une molécule sont tous intelligents au même degré. » [89]

Note Islam Réinformation : Les réplicateurs dans Stagate SG1 est l’illustration parfaite de cette croyance maçonnique. En effet,les réplicateurs sont des créatures créer à partir de bloc métallique sans conscience qui s’unissent pour former une entité intelligente. Plus il y a de réplicateurs plus ils deviennent intelligents. Ils finiront par prendre forme humaine et à posséder des sentiments humains.

On affirme ici, et, il convient de le souligner, que chaque atome est doté d’intelligence et de conscience. L’écrivain maçonnique, auteur de cette affirmation, propose que toutes les choses ont une conscience à cause des atomes qu’ils possèdent et, parce que celui-ci rejette l’existence de l’esprit humain, il considère l’homme comme une masse d’atomes, tout comme les animaux et les molécules inanimées.

Le matérialisme accepte le pouvoir créatif de la matière inerte et inconsciente. Autrement dit, il transforme la matière en idole. Les maçons croient que les atomes ont un esprit et admettent ouvertement leur croyance en une telle superstition.
Le matérialisme accepte le pouvoir créatif de la matière inerte et inconsciente. Autrement dit, il transforme la matière en idole. Les maçons croient que les atomes ont un esprit et admettent ouvertement leur croyance en une telle superstition.

Cependant, le fait est que la matière inanimée (les atomes) n’a pas d’esprit, ni de conscience, ni d’intelligence. Cela nous est démontré à la fois par l’observation et par l’expérience. Seuls les organismes vivants ont une conscience, résultat de l »‘âme » qu’Allah leur a donnée. De tous les organismes vivants, les êtres humains bénéficient du degré le plus élevé de conscience, car ils possèdent un esprit unique acquis d’Allah.

Autrement dit, la conscience ne se trouve pas dans la matière inanimée, comme les maçons croient, mais dans les êtres qui sont dotés d’un esprit. Cependant, afin de nier l’existence d’Allah, les maçons ont recours à la croyance absurde qui attribue un « esprit » aux atomes.

Cette idée matérialiste adoptée par les maçons est une nouvelle expression d’une croyance païenne appelée « animisme », qui suppose que toute chose matérielle présente dans la nature (rochers, montagnes, vents, eau, etc.) possède son propre esprit et conscience. Le philosophe grec Aristote combinait cette croyance avec le matérialisme (la croyance que la matière n’est pas créée et c’est la seule valeur absolue) et même de nos jours, l’attribution d’une conscience à des choses inanimées – essence du matérialisme – est devenue une sorte de paganisme contemporain.

Les écrits maçonniques sont pleins de rapports intéressants sur cette croyance. Un article de Mimar Sinan intitulé « Le Chemin de la vérité » soutient que :

« Si nous acceptons la hiérarchie animiste qui soutient que l’esprit existe dans un atome, qu’une molécule dirige l’esprit d’un atome, qu’une cellule dirige l’esprit d’une molécule, qu’un organe dirige l’esprit d’une cellule, l’esprit principal qui dirige tout le corps n’est-il pas le dieu de ces esprits inférieurs ? » [90]

Cette doctrine primitive fausse conduit les maçons à croire que l’ordre et l’équilibre de cet univers est affecté par la matière inanimée. Dans Mimar Sinan, toujours, un article a paru sur le développement géologique du monde. Il affirme que :

« La détérioration de cette surface a lieu de manière si subtile que nous pouvons dire que l’état actuel de la vie a été atteint grâce à l’intelligence présente dans le magma. Si ce n’était pas ainsi, il n’y aurait pas d’eau dans les cavités et la terre serait complètement couverte d’eau. » [91]

Dans un autre article du magazine de Mimar Sinan, on peut lire que les premières cellules vivantes, et celles qui se sont multipliées à partir de celles-ci, étaient conscientes, ont formé un plan et l’ont mis en œuvre :

Les païens d’autrefois vénéraient des idoles en pierre. Les païens d’aujourd’hui vénèrent la matière.
Les païens d’autrefois vénéraient des idoles en pierre. Les païens d’aujourd’hui vénèrent la matière.

« Le début de la vie sur terre s’est produit lorsqu’a surgi la première cellule. Cette cellule a immédiatement commencé à bouger et, suite à une impulsion vitale et vraiment rebelle, elle s’est divisée en deux et a continué à se diviser à l’infini. Cependant, ces cellules séparées ne voyant pas de but à leur vagabondage et, comme si elles en avaient peur, et poussées par une puissante impulsion d’auto-préservation, elles ont coopéré entre elles, se sont unies et travaillent dans une harmonie totalement démocratique et d’autosacrifice à la création de ces organes essentiels à la vie. » [92]

Contrairement à ce qui est affirmé dans cette citation, il n’y a aucune conscience dans une cellule. Y croire n’est rien d’autre que de la superstition. Là encore, comme nous le voyons dans la citation qui précède, afin de nier l’existence et l’activité créatrice d’Allah, on attribue des qualités absurdes aux atomes, aux molécules et aux cellules, telles que l’intelligence, la capacité de planifier, d’autosacrifice et même d »‘harmonie démocratique ». Tout comme il est absurde de dire, à propos de la création d’un tableau que « les couleurs se sont mélangées selon un plan, et ont procédé démocratiquement et en harmonie », l’affirmation des maçons sur l’origine de la vie est dénuée de sens.

Une autre expression des principes superstitieux de la maçonnerie et de son matérialisme, c’est la notion de « la mère nature ». Nous la trouvons dans des films documentaires, des livres, des magazines et même des annonces publicitaires ; elle est utilisée pour exprimer la conviction que la matière inanimée composant la nature (nitrogène, oxygène, hydrogène, carbone, etc.) a un pouvoir conscient, et qu’il a, lui–même, créé les êtres humains et tous les organismes vivants. Ce mythe n’est pas fondé sur l’observation ou la logique, mais est destiné à gagner l’adhésion des gens par un endoctrinement massif. Le but est que les gens oublient Allah, le véritable Créateur, et se tournent vers le paganisme, pour lequel la « nature » est considérée comme le créateur.

La maçonnerie s’efforce de donner forme à ce credo, de le renforcer et de le diffuser, et appuie toutes les forces sociales qu’il considère ses alliés. Un article de Mimar Sinan, intitulé « Réflexions sur le concept et l’évolution de la solidarité du point de vue scientifique », parle de la « mystérieuse harmonie que la mère nature a ordonné » et déclare que celle-ci forme la base de la philosophie humaniste de la maçonnerie. Il déclare, par ailleurs, que la maçonnerie appuiera les mouvements qui adoptent cette philosophie :

« Quand il considère le point de vue des échanges matériels dans le monde des organismes vivants, que des microbes bénéfiques vivant sur la terre et à l’intérieur de notre corps, toutes les plantes, les animaux et les êtres humains existent dans une mystérieuse harmonie ordonnée par notre mère nature, et qu’ils sont constamment engagés dans une solidarité organique, je tiens à réaffirmer que la maçonnerie considère tous les genres de mouvements psychosociaux dédiés au bien-être, à la paix, à la sécurité et au bonheur, en bref, tout mouvement qui est sur la voie de l’humanisme et de l’unité universelle de l’humanité, comme des moyens d’actions pour faire progresser ses propres idéaux. » [93]

Un relief d’une civilisation païenne de Mésopotamie.
Un relief d’une civilisation païenne de Mésopotamie.

Le plus important de ces « moyens d’actions » qui « font progresser les idéaux de la maçonnerie » est la théorie de l’évolution, prétendument scientifique, soutien moderne du matérialisme et de l’humanisme.

Dans le prochain chapitre, nous examinerons de plus près la théorie de l’évolution, du temps de Darwin à la propagande évolutionniste moderne ; elle nous permettra de découvrir la relation secrète qui existe entre la maçonnerie et l’erreur scientifique la plus grande de tous les temps.

—————————-

Notes :

[89] Onur Ayangil, « Yeni Gnose », Mimar Sinan, 1977, no. 25, p. 20

[90] Enis Ecer, « Gercegin Yolu », Mimar Sinan, 1979, No. 30, p. 29

[91] Faruk Erengul, « Evrende Zeka », Mimar Sinan, 1982, no. 46, p. 27

[92] Albert Arditti, « Hurriyet-Disiplin-Dinamizm-Statizm », Mimar Sinan, 1974, no. 15, p. 23

[93] Naki Cevad Akkerman, « Bilimsel Acidan Dayanisma Kavrami ve Evrimi Uzerine Dusunceler II », Mimar Sinan, 1976, no. 20, p. 49,

Société moderne partie 10 : La franc-maçonnerie sous l’Assemblée Nationale

Publié le Mis à jour le

62591589En 1871, l’Assemblée Nationale est proclamée et elle fut catholique et monarchique malgré les pressions des révolutionnaires. Une loi qui réorganise l’armée et stipule que, chaque Dimanche et chaque jour de fête, un temps suffisant sera donné aux soldats pour remplir leur devoirs religieux. Les aumôniers sont rétablis aux régiments, garnisons et aux camps. Des évêques sont placés dans l’enseignement publique et des universités catholique se constituent. L’instruction religieuse prépare des générations de chrétiens dans les villes et les campagnes.

Le comte de Chambord fut écarté du trône car il était bon chrétien et avec lui au pouvoir, il n’aurait pas fait les mêmes erreurs que Louis XVIII. La franc-maçonnerie se chargea de l’écarter du pouvoir.

La commune de Paris est une période insurrectionnelle de l’histoire de Paris qui dura un peu plus de deux mois. Cette insurrection contre le gouvernement, issu de l’Assemblée nationale, qui venait d’être élue au suffrage universel, ébaucha pour la ville une organisation proche de l’autogestion. Paris fut coupé du reste de la France et gouverna comme un Etat indépendant. La commune fut fomenté par la franc-maçonnerie pour saper le pouvoir de l’Assemblée Nationale sous influence catholique.
Le 26 avril 1871, 10 000 franc-maçons, revêtus de leur insignes, se rendirent en procession sur les remparts pour y planter leur bannières. Ils se rendirent aussi à l’Hôtel de ville pour saluer le pouvoir révolutionnaire.
Le 14 mai 1873, l’Assemblée Nationale reprit possession d’elle-même mais la propagande révolutionnaire avaient fait des progrès manifeste. D’autre part, des catholiques libéraux écartèrent Henri V du pouvoir de manière définitif.

En 1872, les sociétés secrètes se concertèrent dans toute l’Europe pour empêcher l’avènement d’Henri V. Quinze jours après sa mort, le 9 septembre 1883, nombre de franc-maçons se réunirent à la loge des Hospitalier de Saint-Ouen, et le franc-maçon Cuénot y but « à la santé de la mort d’Henri V ». Ce toast fut couvert d’applaudissement et de rires.

L’Assemblée Nationale avait fait d’excellentes lois et permit la fondation d’excellentes institutions mais les républicains abolirent ces lois, détruisirent ces institutions, forgèrent des lois et établirent des institutions en sens contraire. L’Assemblée Nationale aurait dû reconstituer l’autorité, laisser Henri V reprendre sa place au trône. Elle ne la fit pas, parce que beaucoup de membres étaient plus ou moins atteints de modernisme, c’est-à-dire imbus des idées modernes. Henri V avait montré sa ferme résolution de régler toutes les questions politiques et sociales, non suivant le modernisme, mais suivant le christianisme. Il voulais faire renter Dieu en maître dans la société, afin que lui-même pût y régner en roi. Cette volonté choqua les catholiques libéraux; et ceux qui n’étaient pas infecté par le modernisme ou ne l’était qu’à faible dose, ne connaissaient pas la franc-maçonnerie et le rôle qu’elle joue depuis deux siècles. Cette ignorance les rendit hésitants, incertains de ce qu’ils devaient faire, et devant ces hésitations, la Révolution finit par emporter la place.

Société moderne partie 2 : De la Renaissance à la Réforme protestante

Publié le Mis à jour le

29_reforme_protestanteEn 1453, les Ottomans prennent possession de Constantinople, ce qui marque la chute de l’Empire byzantin. Des savants grecs vont fuir vers l’Europe occidentale et y apporte des « trésors littéraires de l’antiquité ». L’Eglise catholique vit d’un bon œil l’étude de ces œuvres païenne et voulue les utilisés pour son compte. Pour cela, elle prit sous son aile, les écrivains les plus renommés mais ces derniers ne tardèrent pas à devenir les ennemis de l’Eglise.

Henri Delassus nous dit : « Ces écrivains sont les initiateurs de la civilisation moderne […]. Pour ces intellectuels et leur disciples, l’ordre surnaturel fut mit de côté, la morale devint la satisfaction donné à tous les instincts, la jouissance sous toutes ses formes fut l’objet de leur poursuites. La glorification du plaisir était le sujet préféré des dissertations des humanistes. Laurent Valla dans son traité « De voluptate » que « le plaisir est le vrai bien et qu’il n’y a d’autre bien que le plaisir ». Cette conviction l’amena, lui et bien d’autres, à poétiser les pires débauches. L’humanisme redevenu païen déifiait l’homme. »

Parti de l’Italie, l’humanise se répandit dans toute l’Europe. Dans son « éloge à la folie », Erasme prépara la voie à la Réforme protestante dont Luther ne fera qu’exécuter la vision d’Erasme. La Renaissance engendra donc la Réforme et de la Réforme découlera la Révolution « dont le but avoué est d’anéantir la civilisation chrétienne pour lui substituer par tout l’univers la civilisation moderne ».

Vous l’aurez remarquer, le but rechercher par les humanistes et les révolutionnaires est encore d’actualité de nos jours avec un Occident athée qui cherche à imposé sa domination et son model « démocratique » partout dans le monde et s’il trouve une quelconque résistance, ils n’hésitent pas à propager ce qu’il appel le « progrès » et la « démocratie » par les bombes.

Les humanistes ayant leur académies dans les cours des princes, la Réforme fut diffusé plus rapidement et accepter plus largement par le peuple. Selon Henri Delassus, « le protestantisme provient de l’Allemagne et surtout de Genève. Elle est protestation contre l’Eglise et contre Dieu. Comme Lucifer, le protestantisme proclame la liberté, celle des rebelles, celle de Satan : le libéralisme. »

Définition du libéralisme : « Doctrine politique qui réclame la liberté politique, religieuse, économique, etc…, dans les principes de 1789 ».

Henri Delassus continu : « La Réforme promet le Paradis à toute homme, même le plus criminel, sous la seule réserve d’un acte de foi intérieur. Les hommes sont donc assuré d’aller au Paradis tout en continuant de se livrer au péché, même au crime. Le protestantisme prêche aux individus la foi sans les œuvres. Un fois qu’il se sentit assez fort, il voulu s’emparer du royaume afin de l’arracher à ses traditions et le façonner à sa guise. En France, les protestants montèrent les échelons jusqu’à dominé l’Etat et voulurent fonder une démocratie. La guerre de religion frappera la France durant 50 ans dont l’un des épisodes les plus tragique fût le massacre de la Saint Barthelemy en 1572. Louis XIII (1601 – 1643) et Louis XIV (1638 – 1715) remirent la France sur le chemin de la civilisation catholique. Cependant, Louis XIV commis une faute : celle d’avoir accepté la déclaration de 1682 ».

Cette déclaration n’accorde qu’une valeur spirituel au Pape et il est impossible pour ce dernier de s’ingérer dans les affaires temporel de l’Etat français.

« Ceci fût le premier pas vers la sécularisation ( = domaine laïc / temporel / matériel ) ».

Société moderne : Introduction

Publié le Mis à jour le

Henri_Delassus_La_conjuration_antichretienneCette série d’article sur l’histoire de la société occidentale moderne a pour but de mieux comprendre pourquoi aujourd’hui nous nous retrouvons dans une société mondiale où les religions se trouvent diabolisés, notamment le christianisme et l’islam. Il est fondamental de retourner aux sources et suivre l’évolution de ce que l’on nomme le modernisme et les racines du monde moderne qui voit le jour en Occident avec la Renaissance.

Au premier abord, cela ne semble pas être en relation avec l’islam et les musulmans mais cela est essentielle pour les musulmans comme les non musulmans de connaître ces racines pour comprendre le monde et l’état d’esprit actuel.

Pour ce faire, je vais m’appuyer sur une œuvre de Henri Delassus du nom de « La conjuration antichrétienne ». Il s’agit d’une œuvre très impressionnante publié en 1910 et qui retrace la naissance des idées antichrétienne en Europe à partir du 14e siècle avec la Renaissance, son évolution avec la Réforme protestante et son application avec la Révolution française et les Révolutions qui suivirent cette dernière en Europe.

Ainsi vous comprendrez mieux cet esprit antireligieux que ressentent les chrétiens et les musulmans en France et en Europe principalement. Vous pourrez ainsi mieux cerner l’ennemi qui ce cache derrière cette diabolisation du christianisme et de l’islam car contrairement à ce que beaucoup de musulmans pensent, cette diabolisation n’a pas pour but de justifier les guerres dites pour le pétrole mais vise la soumission de l’islam au modernisme athée.

lkkl

L’Islam et l’intégrisme

Publié le Mis à jour le

305951_295790460538962_447003544_nQu’est-ce que l’Islam ? Qu’est-ce que l’intégrisme ?

L’Islam signifie la « soumission ». Soumission à qui ? A Dieu. Il ne faut pas entendre « soumission » de manière péjoratif car de nos jours c’est souvent le cas. On pourrait remplacer « soumission » par « obéissance ». Donc l’Islam est synonyme d’obéissance à la volonté de Dieu. Qui dit obéissance, dit suivre les principes/règles imposés par Dieu. De ce fait, il n’est pas étonnant que les musulmans veulent appliquer totalement leur religion, il n’y a rien d’extraordinaire à cela et cela ne signifie pas vouloir imposer quoique se soit aux non musulmans.

Aujourd’hui les médias et les ennemis des religions (principalement christianisme et islam) utilisent des mots qu’ils détournent de leur signification premières pour leur donner un côté péjoratif dans le but de faire passer les religions chrétienne et musulmane comme nocif. Or, les mots ont un sens, un étymologie et si chacun n’utilisent pas la même base, la même signification, c’est la fin de la communication.

Le terme « intégriste » est souvent utilisé quand des chrétiens et des musulmans sont attachés à l’application de leur religion, le but étant de vouloir stigmatiser ces derniers et les associer à la violence et au terrorisme. Or, il n’y a rien de plus normal pour des religieux que de rester fidèle aux principes de leur religions.

L’intégrisme est l’attachement à une pratique intégrale de sa religion et n’a aucun rapport avec la violence. Le terme d’intégrisme a vu le jour au sein de l’église catholique, il s’agit d’un courant qui s’oppose aux modernisme au début du 20e siècle. Vous n’êtes pas sans savoir que les modernes ( = Laïque ) ont pris le pouvoir après la révolution française et ont peu à peu détruit le christianisme en France. Un mouvement de « résistance » a vu le jour affirmer l’attachement intégral à la religion chrétienne face aux modernistes. Aujourd’hui le terme d’intégrisme est utiliser contre l’islam comme il a été utilisé chez les chrétiens. Le but est de diaboliser la religion en prétendant que le fait de s’accrocher aux pratiques religieuse intégral est un frein au « progrès » et à « l’évolution ». Ceci est bien sûr absurde car la religion est ce qui permet à l’homme de rester un homme et de ne pas devenir un animal (quoique de nos jours, les animaux ont plus de « morale » que certain hommes).

La religion est ce qui garantie la préservation des valeurs morales de l’être humain, sans religion l’homme n’a plus de limites et pour s’en assurer il suffit de constater les dégâts du capitalisme sur toutes les branches de la société. On constate une dégénérescence totale de la société humaine, les femmes deviennent des objets qui n’ont de valeurs qu’à travers leur corps et le sexe, l’accumulation des richesses par les banquiers cause une pauvreté extrême de dans le monde, le non respect de la nature entraine des désastres, etc… Sans morale, sans spiritualité, sans crainte d’une entité supérieur, l’homme se laisse aller à ses passions, à la violence.

Revenons à ce que signifie être musulman. Il s’agit de croyance en Allah ( = Dieu unique) qui a transmis Sa parole, Ses lois aux hommes à travers différents prophètes (Adam, Noé, Abraham, Moïse, Jésus, etc…) et dont le dernier est Mohammed ( Paix et Bénédiction de Dieu sur lui). Si l’on étudie l’histoire des pays musulmans, on remarque qu’il s’agit de la seule religion monothéiste qui a vécue des siècles avec des chrétiens et des juifs sans discrimination et en respectant leur liberté de culte et ce bien avant et beaucoup mieux que les Etats dit « moderne ». Donc pourquoi vouloir présenter l’Islam et les musulmans comme ne pouvant vivre aux côtés des non musulmans ? Ne serait-ce pas les « modernistes » qui ne veulent pas cohabiter avec les musulmans ? Ne serait-ce pas les « modernistes » qui ont discrédité le christianisme ? Ne serait-ce pas les « modernistes » qui ne veulent pas cohabiter avec les religions ?