Mécréance

Troisième Annulatif : Ne pas excommunier ou douter de la mécréance des polythéistes !

Publié le

les-annulatifs-de-l-islamNe pas excommunier les mécréant et/ou avoir la conviction que leur croyances est correct fait sortir le musulman de l’Islam. En effet, Allah a montrer à l’humanité la voie à suivre, la croyance véridique et de ce fait, croire que tout autre chemin mène à la vérité est de la mécréance. Les juifs et les chrétiens font partis des mécréants, leur statut de Gens du Livre ne fait pas d’eux des croyants. Comme le dit Allah dans le Coran, les juifs et les chrétiens sont des mécréants :

«Allah ne pardonne pas qu’on Lui associe quoi que ce soit, mais Il pardonne à qui Il veut des péchés de moindre importance, car qui associe à Allah s’égare profondément.» [Coran, Sourate 4 verset 116]

«Les juifs disent : «Uzayr est fils d’Allah !» et les chrétiens disent : «Le Messie est fils d’Allah !» Telles sont les paroles qui sortent de leurs bouches, répétant ainsi ce que les négateurs disaient avant eux. Puisse Allah les maudire pour s’être ainsi écartés de la Vérité ! « Ils ont élevé au rang de divinités en dehors d’Allah leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Messie, fils de Marie, alors qu’ils avaient reçu ordre de n’adorer que Dieu l’Unique, en dehors duquel il n’y a point de divinité. Gloire à Lui ! Il est infiniment au-dessus de ce qu’ils prétendent Lui associer.» [Coran, Sourate 9 versets 30 et 31]

«Ceux qui nient Allah et Ses prophètes, qui tentent de séparer Allah de Ses messagers en disant : «Nous croyons aux uns et rejetons les autres», voulant ainsi se réserver une voie intermédiaire, ceux-là sont les véritables impies, et c’est à ces impies que Nous avons réservé un châtiment avilissant.» [Coran, Sourate 4 versets 150 et 151]

Allah dit clairement dans ces versets que le seul pêché qu’Il ne pardonne pas c’est de Lui associer une divinité, Il dit ensuite que les Juifs et les Chrétiens ont prit des divinités en dehors de Lui. Ces divinités sont Uzayr et Issa Ibn Maryam (Aleyhi Salam). De plus, les juifs et les chrétiens ont pris leur rabbins et leur moines pour divinité en dehors d’Allah. Enfin, Allah dit que celui qui rejette ne serait-ce qu’un prophète est un mécréant. Les Juifs rejettent ‘Issa (Aleyhi Salam) et Mohammed (Sala Llahou Aleyhi wa Salam). Quant aux chrétiens, ils rejettent le Prophète Mohammed (Sala Llahou Aleyhi wa Salam). Ce sont donc des mécréants.

Le fait de douter de la mécréance des mécréants remet en cause la compréhension du message islamique et l’Islam impose de comprendre son message. Dans le cas contraire, une personne qui ne comprend le message de l’Islam, une personne qui ne comprend pas le sens du Tawhid ne peut-être considéré comme musulmane. Il est impératif de faire la négation des fausses divinités (Tâghoût). D’autant plus que l’attestation de foi musulmane (Shahada) est constituée de la négation des fausses divinités et de l’affirmation que la seule divinité est Allah : « J’atteste que nul divinité n’est digne d’être adorée si ce n’est Allah« .

Second Annulatif de l’Islam : Prendre des intermédiaire entre la créature et le Créateur !

Publié le

 

les-annulatifs-de-l-islamPrendre un intermédiaire entre la créature et le Créateur fait partie du polythéisme (Premier Annulatif) mais il et important de le citer car beaucoup de personnes se sont égarés en affirmant adorer uniquement Allah et prennent des intermédiaires non pas parce qu’ils associent à Allah mais par pour se rapprocher de Lui. Or, ceci n’est qu’un égarement car celui qui prend un intermédiaire entre lui et Allah, a certes invoqué cet intermédiaire. Et celui qui invoque autre qu’Allah est certes tombé dans le polythéisme comme Allah le dit :

« Et le Seigneur m’a dit : «Tourne-toi vers la vraie religion en pur monothéiste et éloigne-toi des associateurs ! N’invoque pas, en dehors de Dieu, ce qui ne peut ni te faire du bien ni te nuire, sinon tu serais du nombre des injustes !» » [Coran, Sourate 10 versets 105 et 106]

« Quiconque invoque avec Dieu une autre divinité, sans détenir la preuve de son existence, aura à en rendre compte à son Seigneur. Dieu ne fera point prospérer les infidèles. » [Coran, Sourate 23 verset 117]

 « Il insère la nuit dans le jour et le jour dans la nuit. Il a soumis à Ses ordres le Soleil et la Lune, chacun d’eux devant poursuivre sa course jusqu’au terme fixé. Tel est Dieu, votre Seigneur à qui appartient la Royauté ! Quant à ceux que vous invoquez en dehors de Lui, ils ne possèdent même pas la pellicule d’un noyau de datte. Si vous les priez, ils n’entendront pas vos prières , et même s’ils les entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le Jour du Jugement, ils nieront votre association. Nul ne peut mieux te renseigner que Celui dont la connaissance englobe toute chose. » [Coran, Sourate 35 versets 13 et 14]

C’est pour cela que les arabes de l’époque pré-islamique et du vivant du Messager d’Allah (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) ont été considérés comme des mécréants par Allah, le Seigneur de l’univers. En effet, contrairement aux autre adorateurs d’idoles qui adoraient des fausses divinités et ne reconnaissaient pas Allah, les arabes de l’époque paganique prenaient des divinités comme intermédiaires entre eux et Allah car ils reconnaissaient Allah comme divinité. Ils considéraient même Allah comme étant la divinité suprême et n’invoquaient les idoles uniquement pour se rapprocher d’Allah comme Allah nous le fait savoir :

« Demande-leur : «Qui vous procure du ciel et de la terre votre nourriture ? Qui est le Maître de l’ouïe et de la vue ? Qui fait sortir le vivant du mort et le mort du vivant ? Qui règle la marche de l’Univers ?» Ils répondront : «C’est Dieu !» Dis-leur alors : «Qu’attendez-vous donc pour Le craindre ? » [Coran, Sourate 10 verset 31]

« N’est-Il pas le Seul Digne d’être exclusivement adoré ? Quant à ceux qui ont adopté en dehors de Lui d’autres divinités, en disant : «Nous ne les adorons que pour qu’elles nous rapprochent davantage de Lui», en vérité, Dieu tranchera le différend qui les oppose, mais Dieu ne guide point dans la bonne voie l’infidèle perfide. » [Coran, Sourate 39 verset 3]

« En dehors de Dieu, ils adorent des idoles qui ne peuvent ni les servir ni leur nuire, en disant : «Voilà nos intercesseurs auprès de Dieu !» Dis-leur : «Auriez-vous donc la prétention d’apprendre à Dieu ce qu’Il ne connaîtrait pas dans les Cieux et sur la Terre?» Gloire à Lui ! Il est très au-dessus de ce qu’ils Lui associent ! » [Coran, Sourate 10 verset 18]

Le Tawhid (monothéisme pur) peut-être divisé en trois sous-catégories :

1) Tawhid Rouboubyyiah = Reconnaître Allah comme Maître, Souverain, Créateur de toute chose.

2) Tawhid Oulouhyyiah = Adoré Allah en appliquant Sa shari’a (Loi Islamique provenant du Coran et de la Sunna).

3) Tawhid Asma wa Siffat = Reconnaître les Noms et Attributs d’Allah qu’Il a Lui même cité dans Son Livre (Coran).

Ces trois sous-catégories doivent impérativement être réunis pour concrétisé le Tawhid (monothéisme pur). Or, les arabes de la période pré-islamique n’avaient concrétisés que le Tawhid Rouboubyyiah, et en prenant des intermédiaires entre eux et Allah, ils n’ont pu concrétisé le Tawhid Oulouhyyiah car ils n’ont pas appliqués la Loi d’Allah (Shari’a) puisqu’ils ont transgressé l’une des Ses lois qui est de ne pas prendre d’intermédiaires :

« N’est-Il pas le Seul Digne d’être exclusivement adoré ? Quant à ceux qui ont adopté en dehors de Lui d’autres divinités, en disant : «Nous ne les adorons que pour qu’elles nous rapprochent davantage de Lui», en vérité, Dieu tranchera le différend qui les oppose, mais Dieu ne guide point dans la bonne voie l’infidèle perfide. » [Coran, Sourate 39 verset 3]

Allah considère celui qui prend des intermédiaires entre Lui et Sa créature est une mécréants, ce qui est le cas des arabes de la période paganique. 

Allah a permit au Prophète Mohammed (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) et ses compagnons de verser le sang des arabes de la période pré-islamique car ils étaient considérés comme des mécréants :

« Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition et que tout culte soit rendu uniquement à Dieu. Mais, s’ils désarment, qu’ils sachent que Dieu voit parfaitement ce qu’ils font. » [Coran, Sourate 8 verset 39]

D’après les exégèses de se verset, le terme « sédition » signifie « polythéisme », donc Allah a ordonné au Prophète Mohammed (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) et ses compagnons de combattre les polythéistes jusqu’à la disparition complète du polythéisme.

Les arabes de l’époque pré-islamique étaient donc des polythéistes malgré qu’ils avaient concrétisé le Tawhid Rouboubyyiah, alors que dire des polythéistes qui n’ont pas concrétisés le Tawhid Rouboubyyiah comme les adorateurs des fausses divinités comme Zeus, Horus, Shiva, Thor, Toutatis, Amateratsu, etc…

 

Premier Annulatif de l’Islam : Le Polythéisme !

Publié le Mis à jour le

 

Les-Annulatif-de-l'Islam---Al-Bayyinah« Allah ne pardonne point qu’on Lui associe d’autres divinités, mais Il pardonne à qui Il veut les autres péchés, car celui qui associe à Allah d’autres divinités commet un forfait d’une exceptionnelle gravité ! » [Coran, Sourate 4 verset 48]

Qu’est-ce que le polythéisme ? C’est le fait de mettre à « égalité avec Allah un autre qu’Allah et lui vouer une quelconque adoration. La personne l’invoque comme on invoque Allah, elle espère de lui comme on espère d’Allah, elle a peur de lui comme on à peur d’Allah, elle l’aime comme on aime Allah… » [1]

Qu’est-ce qu’un associé ? C’est de mettre une chose (individu, statue, arbre, objet de culte en général, etc…) à égalité avec Allah et lui vouer une adoration.

Sheikh Mohammed Ibn Abdel Wahhab (RahimahuLlah) à dit concernant le polythéisme : « C’est détourner un type d’adoration vers autre qu’Allah ou invoquer avec Allah autrui ou qu’il consacre à autrui un type d’adoration qu’Allah a ordonné. » [2]

En effet, l’association à Allah n’est pas simplement adorer autre que lui comme l’on pu faire les égyptiens qui adoraient des faux dieux comme Osiris et Isis ou encore les grecs qui adoraient Zeus ou Poséidon, c’est aussi voué un culte, une adoration à la fois à Allah  et à un autre Lui. Par exemple, les arabes du vivant du Messager d’Allah (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) adoraient Allah mais ils lui donnait des associés à travers l’adoration des idoles ou des constellations. Ce type d’adoration est du polythéisme et ne différent pas du premier « type » de polythéisme (adoration d’Isis ou de Zeus). De même les chrétiens adorent Jésus et Marie en plus de reconnaître Allah :

« Et lorsque Allah dit à Jésus : «Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux hommes : “Prenez-nous, ma mère et moi, pour divinités en dehors d’Allah”?» – «Gloire à Toi !, dit Jésus, il ne m’appartient pas de dire ce qui n’est pas une vérité pour moi. Si je l’avais dit, ne l’aurais-Tu pas su? Car Tu connais le fond de ma pensée, et je ne connais rien de la Tienne. En vérité, les mystères n’ont point de secret pour Toi. » [Coran, Sourate 5 verset 116]

« Ils ont élevé au rang de divinités en dehors d’Allah leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Messie, fils de Marie, alors qu’ils avaient reçu ordre de n’adorer que Dieu l’Unique, en dehors duquel il n’y a point de divinité. Gloire à Lui ! Il est infiniment au-dessus de ce qu’ils prétendent Lui associer. » [Coran, Sourate 9 verset 31]

« Sont de véritables mécréants ceux qui disent : «Allah, c’est le Messie, fils de Marie.» Le Messie n’a-t-il pas dit lui-même : «Ô Fils d’Israël ! Adorez Dieu qui est mon Seigneur et le Vôtre.» Quiconque donne des associés à Allah, Allah lui interdira l’entrée du Paradis et lui réservera l’Enfer pour séjour, les injustes ne bénéficieront d’aucun secours. » [Coran, Sourate 5 verset 72]

« Le Messie, fils de Marie, n’est qu’un prophète comme tant d’autres qui l’ont précédé. Sa mère était véridique, et tous les deux se nourrissaient comme tous les mortels. Voyez avec quel soin Nous leur expliquons Nos versets ! Et voyez comme ils s’en détournent ! » [Coran, Sourate 5 verset 75]

« Ô gens des Écritures ! Ne soyez pas excessifs dans votre religion ! Dites uniquement la vérité sur Allah ! Le Messie Jésus, fils de Marie, est seulement l’envoyé d’Allah, Son Verbe déposé dans le sein de Marie, un Esprit émanant du Seigneur ! Croyez en Allah et en Ses prophètes, mais ne parlez pas de Trinité ! Cessez d’en parler dans votre propre intérêt ! Il n’y a qu’un seul Dieu ! Et Il est trop Glorieux pour avoir un fils ! N’est-Il pas le Maître des Cieux et de la Terre? N’est-Il pas suffisant comme Protecteur ? » [Coran, Sourate 4 verset 171]

« Ceux qui disent qu’Allah n’est autre que le Christ, fils de Marie, sont de véritables mécréants. Dis-leur : «Qui donc pourrait s’opposer à Allah s’Il voulait anéantir le Messie, fils de Marie, ainsi que sa mère et tous les êtres qui peuplent la Terre ?» Allah n’est-Il pas le Maître des Cieux, de la Terre et de l’espace qui les sépare ? Il crée ce qu’Il veut et Sa puissance s’étend à tout l’Univers. » [Coran, Sourate 5 verset 17]

Qu’est-ce que l’adoration ? Il s’agit de tous les ordres, interdictions, obligations ou recommandations qui ont été légiféré par Allah le Seigneur de l’univers. Allah a légiféré des lois dans le Coran et la Sunna. Appliquer la législation d’Allah, c’est ce qu’on appelle l’adoration. A contrario, celui qui applique une autre législation de celle d’Allah aura par conséquent donné un associé à Allah car il aura adoré autre que Lui. De même, celui qui légifère à la place d’Allah, comme c’est le cas à notre époque où les hommes forgent leur propre lois, a adoré autre qu’Allah et celui qui adore autre qu’Allah a adoré le Tâghoût.

« Nous avons envoyé à chaque communauté un Messager (pour leur dire) : « Adorez Allah et écartez-vous du Tâghoût ». » [Coran, Sourate 16 verset 36]

« Quiconque mécroit au Tâghoût, tandis qu’il croit en Allah, saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser.«  [Coran, Sourate 2 verset 256]

« N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu’on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement. » [Coran, Sourate 4 verset 60]

« Ou bien auraient-ils des divinités qui auraient établi pour eux des lois religieuses non autorisées par Dieu? Si l’arrêt décisif n’avait pas été prononcé, Dieu aurait déjà réglé leur compte. Mais un châtiment implacable est réservé aux injustes. » [Coran, Sourate 42 verset 21]

 Qu’est-ce que le Tâghoût ? « Le Tâghoût comprend tout ce qui est adoré en dehors d’Allah, tout chef égaré qui appelle au mensonge et l’embellit. De même, toute personne que les gens ont élue pour qu’elle juge entre eux avec des lois de la jahiliyyah [3], contraires au Jugement d’Allah et de Son Prophète. De même,les sorciers, ceux qui incitent à l’adoration des statues, ceux qui en mentant veulent attirer les ignorants dans l’égarement en leur suggérant qu’un mort exauce le besoin de celui qui s’adresse à lui et qu’il a fait ceci et cela, ce qui est ou un mensonge, ou un acte du diable. Ainsi, il les attire dans la mécréance majeure… Et la base de toutes ces sortes [de Tâghoût], et le plus grand parmi eux est shaytan. C’est lui le plus grand Tâghoût. » [Abou Boutayn, Fatawa Nadjdiyyah, 1/325]

C’est pour cela que celui qui adore autre qu’Allah ou qui L’adore en Lui donnant des associés, à en fait adoré shaytan.

____________________________________________

[1] Les Annulatifs de l’Islam, Shaykh `Abd Al`Aziz Ibn `Abd Allah Ar-Râjihî, Editions Al-Bayyinah, Page 12

[2] Les Annulatifs de l’Islam, Shaykh `Abd Al`Aziz Ibn `Abd Allah Ar-Râjihî, Editions Al-Bayyinah, Page 13

[3] Jahiliyyah : Période d’ignorance, l’époque où la Révélation divine était absente. Chez les arabes, cela correspond à la période pré-islamique. Juger avec des lois autres que celles d’Allah, c’est juger avec des lois de la Jahiliyyah, de l’époque païenne.

 

Autour de la règle : « Celui qui dit à son frère « mécréant », cela se retourne contre l’un des deux ! »

Publié le Mis à jour le

khawarij-rumiLes savants Mourjî’ et les savants gouvernementaux aggravent ce Hadîth aux yeux des gens, au point qu’il est établit chez certains étudiants en science que quiconque traire un musulman de mécréant est un mécréant –et cet avis est faux-[1] ce qui mena beaucoup d’étudiants à s’abstenir de juger les Tawâghît mécréant. On trouve chez eux certains qui s’abstiennent même de les traiterd’injustes.

Mais l’aspect ténébreux de cette parole s’éclaircit dans plusieurs points :

1) ‘Omar ibn Al Khattâb traita Hâtib ibn Balta‘a de mécréant lorsque ce dernier commit un grand crime, mais qui n’atteignait pas la limite de la mécréance. Nous savons cela, car Allah l’appela au nom de la foi : « Ô vous les croyants, ne prenez pas Mon ennemis et le vôtre pour allié. » Lorsque le messager d’Allah salla llahou ‘alayhi wa sallam voulu conquérir la Mecque, Hâtib écrivit une lettre aux habitant de la Mecque pour les en informer. ‘Omar dit alors « Laisse-moi trancher la nuque de cet hypocrite ! » Et le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam ne l’en blâma pas ni ne se fâcha pour cela, mais il lui dit « Ne sais tu pas, ‘Omar, qu’Allah se pencha sur les gens de Badr et leur a dit « Faites ce que vous voulez, Je vous ai déjà pardonné. » Ce récit est rapporté par Al Boukhârî. Le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam n’a pas dit à ‘Omar « Tu es un Takfîrî, qui juge les musulmans mécréants, tu fais partie des Khawârij… » Comme le disent aujourd’hui les savants gouvernementaux aux monothéistes. Et Al Boukhârî utilisa ce Hadîth pour ouvrir le chapitre qu’il intitula « Celui qui ne vois pas le verdict de mécréance sur celui qui le dit par erreur d’appréciation ou par ignorance. »

Ibn Al Qayyim dit au sujet de l’histoire de Hâtib et des conclusions qu’on peut en tirer : « Il y a dans ce récit : Lorsqu’un homme accuse un musulman d’hypocrisie ou de mécréance par erreur d’interprétation ou par colère pour la religion d’Allah ou de Son messager, et pas par passion ou autre, il ne devient pas mécréant pour cela, ni même pécheur, mais il est même récompensé pour son intention, contrairement aux gens des passions et de l’hérésie : eux, ils traitent de mécréants et d’hérétique celui qui s’oppose à leur passions, alors que ce sont eux qui méritent le plus ces accusations. » (Zâd Al Mou‘âd, 3/372)

2) L’histoire rapporté par Al Boukhârî, le Hadîth de Jâbir ibn ‘Abdilleh, qui raconte que Mou‘âdh faisait la prière avec le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam, puis des gens arrivèrent, et Mou‘âdh dirigea la prière avec eux, et récita la sourate Al Baqara. Un homme quitta les rangs et pria seul en récitant des sourates courtes. Lorsque Mou‘âdh l’apprit, il dit « C’est un hypocrite ! » Alors l’homme en question partit chez le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam, et le prophète ne fit aucun reproche à la parole de Mou‘âdh, mais bien à la durée de la prière, et lui dit « Veux-tu être un fauteur de trouble Mou‘âdh ?! Récite des sourates courtes comme « Wa Chamsi wa DhouHâha » ou « Sabbih isma rabbikal A‘lâ » ! »

3) Lorsque Ousayd Ibn Houdhayr, le fils de l’oncle de Sa‘d ibn ‘Oubâda, dit à Sa‘d « Tu n’es qu’un hypocrite ! Tu discutes en faveur des hypocrites ! » comme le rapporte Al Boukhârî. Ousayd traita donc Sa‘d ibn ‘Oubâda d’hypocrite car il discutait en faveur des hypocrites, et il s’agissait ici d’Abdallah ibn Oubay Saloûl, alors que Sa‘d ibn ‘Oubâda est bien connu ! Malgré cela,le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam n’a pas blâmé Ousayd et ne lui a pas dit « Tu es un Takfîrî Khârijî » comme le disent les savants gouvernementaux, par vénération pour leur Tawâghît. Il n’existe aucune personne pratiquant le Tawhîd et l’exposant, et désavouant les Tawâghît sans que ceux là disent ce genre de parole. Cela arriva même à Mouhammad ibn ‘Abdelwahhâb, lorsqu’il exposa le monothéisme et insulta les Tawâghît et les combattit, les savants du mal dirent de lui « C’est un Khârijî, un Takfîrî » tout comme aujourd’hui, c’est exactement la même chose. Nous demandons à Allah de nous protéger de l’égarement après la guidée.

Quant à la signification du Hadîth : « Cela revient sur l’un d’eux » cela veut dire « Le péché », dans le sens ou celui qui le fait est dans le péché et que cela ne lui est pas permis. Mais celui qui dit que c’est de la mécréance, sa parole est faible et très éloignée. Il faut faire attention à cela, et celui qui veut plus de détailles à ce sujet, qu’il revienne à ce qu’a expliqué cheikh ‘Abdallah Abou Boutayn dans « Majmoû‘at Rasâ‘il An-Najdya » 5/511.

Cheikh ‘Abdellatîf ibn ‘Abderrahmân dit : « Celui qui traite certains pieux de mécréants par erreur d’appréciation ou par erreur, et qu’il fait partie de ceux qui peuvent faire des efforts d’appréciation, ceux de ce genre là n’ont pas de péché dû à leur effort de trouver la justice, comme dans l’histoire de Hâtib : ‘Omar le traita d’hypocrite et demanda au messager d’Allah la permission de le tuer. Le messager d’Allah salla llahou ‘alayhi wa sallam lui dit alors « Ne sais tu pas, ‘Omar, qu’Allah se pencha sur les gens de Badr et leur a dit « Faites ce que vous voulez, Je vous ai déjà pardonné. » Malgré cela, il ne gronda pas ‘Omar pour ce qu’il dit sur Hâtib, qu’il est un hypocrite. Allah a dit « Seigneur, ne nous punis pas si nous oublions ou nous trompons » Et il est confirmé que le Seigneur Tabâraka wa Ta‘âlâ, après que ce verset fut révélé et récité par les croyants, Il dit « Je l’ai fait. » Quant à celui qui traite de mécréant quelqu’un de cette communauté en se basant sur une preuve et un texte du Coran ou de la Sounnah, et qu’il a vu une mécréance claire comme l’association à Allah, l’adoration d’un autre que Lui, ou se moquer d’Allah ou de Ses versets ou de Ses messager, ou les démentir, ou détester ce qu’Allah a révélé comme guidée et religion de vérité, ou renier une description d’Allah ou un des attributs de Sa majesté, celui qui traite une telle personne de mécréant est récompensé et il a raison, il ne fait par là qu’obéir à Allah et Son messager. » (Dourar 12/ 260, 261)

Et cheikh ‘Abdallah ibn ‘Abderrahmân Abou Boutayn fut interrogé au sujet du Hadîth « Celui qui traite un musulman de mécréant est un mécréant. » Il répondit : « Cette version du Hadîth n’est pas connue de nous comme venant du prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam, mais le Hadîth connu est « Celui qui dit à son frère « Mécréant » alors cela se retourne contre l’un des deux. » Celui qui accuse un homme de mécréance, ou de perversion ou d’hypocrisie, par erreur d’appréciation ou par colère pour Allah, alors nous espérons qu’il sera pardonné [2], comme quand ‘Omar, qu’Allah l’agrée, dit sur Hâtib qu’il est un hypocrite. Cela arriva à d’autres compagnons. Quant aux ignorants qui disent « vous jugez les musulmans mécréants » Ceux-là ne connaissent ni l’islam ni le monothéisme. Apparemment, l’islam de celui qui dit cela est invalide [3], car celui qui ne blâme pas ces choses que font les idolâtres aujourd’hui, et ne voit rien de mal dedans, ce n’est pas un musulman. » (Majmoû‘at Rasâ‘il wa masâ’il An-Najdiya 1/654, 655.

——————————————————————————–

[1] Sache qu’il n’y a que quatre cas possible de personne qui traite un musulman de mécréant :
1) Celui qui refuse le verdict d’Allah et le dément.
2) Celui qui le fait pour plaisanter et jouer.
3) Celui qui le fait par erreur d’interprétation.
4) Celui qui le fait par effort de justice et se trompe.

Quant au premier, celui qui refuse le verdict et le dément, sa mécréance est flagrante. La justification de sa mécréance est qu’il s’est permis à lui-même de s’opposer à Allah et de décrire les choses différemment de ce qu’Allah a décrit. Comme si Allah disait d’une chose « C’est permis » mais que lui dise, sans aucune excuse valable, « Non ! C’est Interdit ! » Ou bien Allah dit « Celui qui fait cela est un croyant ! » et lui dit « Non, celui qui fait ça est un mécréant ! » Il donne aux choses un autre statut que ceux qu’Allah leur a donné. Ce qu’Allah décrit comme étant de la foi, il le décrit mécréance. Une telle personne est mécréante sans aucun doute, et elle sort de l’islam.

Pour le deuxième, celui qui le fait pour jouer et plaisanter, il ne fait également aucun doute de sa mécréance, car Allah a dit « Est-ce d’Allah, de Ses versets et de Son messager que vous vous moquiez ? Ne vous excusez pas, vous avez mécru après avoir cru. »

Pour le troisième, celui qui le fait par erreur d’interprétation, celui là est pécheur, car il a jugé sans science, mais avec ignorance. Mais il ne devient pas mécréant car il y a probabilité de présence d’une confusion, une mauvaise déduction des textes qui empêche de lier la menace générale sur le cas particulier. Exemple : Les Khawârij, qui traitaient de mécréants certains compagnons et ceux qui sont coupables de grands péchés. Malgré leur confusion, nous ne trouvons aucun compagnon qui les a jugés mécréant, mais ils étaient unanimes quant au faite de les combattre. Cheykh Al Islâm Ibn Taymiya dit « Les Khawârij étaient les plus manifestes dans l’hérésie et le meurtre des musulmans et l’excommunication de la communauté. Mais les compagnons ne les jugèrent pas mécréant, ni ‘Alî ibn Abî Tâlib, ni autre que lui. Mais ils les jugèrent musulmans, injustes et transgresseurs. »

Et pour le quatrième, celui qui le fait par effort de justice, celui là est pardonné et excusé, et récompensé, car le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam a dit « Si le juge fait effort de justice et se trompe, il a une récompense. » Comme ce fut le cas pour ‘omar ibn Al Khattâb, Mou‘âdh ibn Jabal et d’autres comme nous allons le voir inchaAllah. Trad. Référence : Qawâ‘id fî takfîr d’Abou Baçîr.

[2] Pas comme disent les savants gouvernementaux qui effraient les étudiants au sujet du Takfîr, au point que les Tawâghît arabes qui gouvernent par autre que la loi islamique et veulent une autre loi que la loi de l’islam, ne sont pas des mécréants. Et ils s’abstiennent même de juger celui qui insulte Allah mécréant ! Nous nous innocentons auprès d’Allah de cet égarement, et nous Lui demandons la protection contre cette ruse.

[3] Regarde ce que le cheikh jugea sur celui qui dit ce genre de paroles atroce.

Source : Musulmans du Monde

Anâ-Muslim : Quand traiter et juger non-musulmans les laïques et les athées deviendra interdit…

Publié le Mis à jour le

06lwwtts-470x250

« Rappelons que le Takfir, l’excommunication ou anathème, est avant toute chose une protection de la Religion, elle institue une frontière entre Iman et Koufr, entre Tawhid et Chirk »

________________________________________________________________

بسم الله الرحمن الرحيم

Au nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux

________________________________________________________________

Depuis peu, deux pays du Maghreb sont secoués par une offensive des milieux laïques gauchistes et/ou libéraux : La Tunisie et le Maroc.
Deux situations presque identiques avec deux contextes toutefois différents.

Dans ces deux pays : nous avons des intégristes laïques qui font pression sur les autorités d’ Etat complice (qui reste de filiation française malgré les pseudo-indépendances) pour redéfinir l’identité musulmane et interdire le Takfir qui les vise et les empêche de mener à bien et sereinement leur projet de destruction radicale de l’Islam.

Dans ces deux pays, la chari’a est déjà ultra-résiduelle:
la Tunisie est l’un des pays arabes où la place de l’Islam fut la plus déstructurée… Alors la que spécificité culturelle, politique et historique du Maroc avait empêché les laïques de mener complètement à bien leurs petite révolutions humanistes comme l’avait fait Bourguiba le franc-maçon notoire.

En Tunisie d’ailleurs : le dernier coup de ces laïques, en plus d’avoir eu le dernier mot en refusant que la chari’a soit une source de la législation (cette formulation est déjà du chirk en soi…), et d’avoir obtenu en plus comme cadeau l’interdiction et la pénalisation du takfir, le statut légal institué par Allah et son Prophète dans le Coran et la Sounna. Cette interdiction avait réussit à être adopté en profitant d’un  »mini-scandale »: un député du parti  « islamiste » de An Nahda avait accusé de mécréance un farouche laïque opposant à la chari’a lors des débats concernant la rédaction de la nouvelle Constitution. Ce dernier en profita pour créer la stupeur taxant d’extrémiste son rival qui s’est rapidement ravisé en édulcorant son propos, il faut dire que l’argument du député laïque était d’une pertinence phénoménale: « nous sommes tous musulmans, mon pére et mon grand-père sont musulmans… » (faut dire que l’islam chez eux est comme la couleur de peau : indélébile….)
L’accusation de takfir fut la seconde brèche ouverte par les laïques pour en finir avec ce principe et le criminaliser.

Rappelons que le Takfir, l’excommunication ou anathème, est avant toute chose une protection de la Religion, elle institue une frontière entre Iman et Koufr, entre Tawhid et Chirk. Le takfir est donc le gardien des frontières de l’Islam, il sert montrer les limites du Dine dans le but de maintenir la cohésion communautaire des musulmans autour d’un socle de croyances communes. Certes il a ses règles, ses conditions, ses empêchements et sa procédure: les savants de la sunna ont expliqué ces différents cas. Parfois il possède aussi des cas spécifiques à détailler mais très souvent il ne repose que sur des preuves claires, explicites et tranchantes issues exclusivement du Coran et de la Sounna. Le Takfir est un droit d’Allah sur les hommes concernant la religion qu’Il a agréée, et est considéré comme Mécréant/Apostat tout ce qu’Allah, par la bouche de son Prophète, a considéré comme de la Mécréance et de l’Apostasie, que cela soit une parole prononcée ou un acte réalisé (car la Foi est elle-même Paroles et Actes)
Le Coran est donc tout naturellement emplit de verset prouvant ce principe, il fait même de cela très souvent une obligation lié au reniement des idoles, tel avec le prophète Ibrahim  « Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple: « Nous vous renions (kafarnabikoum)… » (S60/V4)

Et n’en déplaise à la clique des modernistes occidentalisés qui va lire ceci : les gauchistes, les marxistes-communistes, les laïques, les libéraux démocrates du monde musulman qui veulent abolir le Dine et le transformer, le réduire et le limiter, sont clairement parmi les pires apostats zanadiq que l’histoire de l’islam ait jamais connus.
Actuellement les laïques du Maghreb semblent avoir fait cause commune pour détruire ces principes, nous remarquons leurs convergences de vues avec des sectes de l’islam parmi les plus dangereuses qui soient (mourjites, jahmites et batinites).
Les médias en leurs mains diffusent mensonge et propagande afin de faire coïncider dans les consciences musulmanes le fait que le Takfir est exclusivement de l’extrémisme et que l’Islam n’est rien d’autre que spiritualité et éthique sans obligations, sans règles, sans devoirs, sans code de conduite, sans lois, sans système, et sans aucune limite et que le Musulman est donc libre de dire et de faire tout ce qu’il lui plait sans se voir demander des comptes ici bas (libre tant que cela va dans le sens de la Modernité occidentale bien évidemment) !
Désormais libres, eux, les laïques de Tunisie vont pouvoir détruire ce qui reste de la religion pièce par pièce sans voir courir le risque d’être vus et décrits comme des apostats mécréants par la masse des musulmans qui ne possèdent pas toute la culture islamique nécessaire pour comprendre cette politique.

De la même maniére qu’en Tunisie, au Maroc, des intellectuels gauchistes et athées font régulièrement des tentatives pour mener à bien leur révolution humaniste maçonnique sous couvert des Droits de l’homme : soutenus par la France, par les USA, par les programmes mondiaux de libéralisation et de démocratisation, protégés par le makhzen marocain, qui jamais ne les condamne alors que la justice marocaine est championne pour les condamnations sans preuve (inventées par la DST) lorsqu’il s’agit d’islamistes ou de salafistes.
On peut citer parmi eux Ahmed Assid, un berbériste laïque de la pire espèce, qui est la coqueluche des médias marocains aux ordres, une véritable vermine anti-Islam, cherchant à annuler le Coran, abroger ses versets, critiquer le texte coranique en arguant qu’il est dépassé, se moquant de la sunna. Cette immondice et ses affiliés, font de leur pensée la déchetterie de toute les idéologies françaises qu’ils adorent au sens littéral.

Dernier événement en date, qui a crée un débat sans précédant au Maroc, une petite frappe du gauchisme marocain, Idriss Lachguer, a clairement énoncé qu’il fallait abroger le droit d’Héritage islamique et la polygamie (pratiquement une des seules choses qui restent de la chari’a qui -décennie après décennie- n’a fait que diminuer depuis la date tragique de 1905 quand les Français ont pointé leur nez dans ce pays, crée et honoré par l’Islam).
Les savants des palais, les rabbins et les imams fonctionnaires qui ne servent qu’à faire des éloges à celui qui n’en mérite pas, se taisent tous complices de toute cette vaste stratégie.
Mais il reste encore des ‘oulama et prédicateurs courageux dans le pays des Al mourabitoun et ailleurs, tel ici notre cheikh Abou Na’im qui, depuis des années, a été interdit d’exercer sa vocation de savant rabbani et se contente de prodiguer modestement des cours à son cercle d’étudiants. Dans cette vidéo (ci-dessous) il se dresse courageusement contre les apostats laïques et gauchistes en les traitant comme tels ! De manière perspicace il vise les fausses institutions religieuses officielles du pays qui ne rassemblent que des fonctionnaires : sincères sans pouvoir et honteusement silencieux ou pire, hypocrites comploteurs employés à cacher la vérité et déguiser le faux..
Profitant du débat tunisien, et voulant imiter leurs frères de Tunisie, les laïques du Maroc réalisent en ce moment même une offensive en règle contre la notion de Takfir qui les vise. Le seul petit probléme pour eux: c’est que même l’ex-roi Hassan II -dans un de ces rares moments de lucidités islamiques- avait lui-même expliqué que l’on ne peut pas être à la fois musulman et laïque, c’est soit l’un soit l’autre…Ces hypocrites zanadiq oseront-ils dire qu’il était lui aussi un extrémiste takfiri?

Les musulmans de France (qui vivent sous le joug de la vraie laïcité et connaissent ses mensonges) doivent savoir que les laïques du Maghreb se sont tous engouffrés dans le débat sur le takfir, en utilisant une terminologie (takfiri/takfiriste) inventée à notre époque par les suppôts des traîtres (néo-mourji’ah), ceux là même qui retardent (you Ajir) la création d’un état musulman réel et qui travaillent pour défendre les Traîtres au pouvoir avec le soutien du monde occidental contre les intérêts de l’islam. Une étiquette  »takfiri » qui n’a aucun fondement linguistique chez les salafs de la oumma alors qu’ils s’en réclament..
Ainsi, en pénalisant et interdisant ce verdict légal (qui n’est -de plus- que totalement informel puisque la chari’a ne régit plus l’ordre politique ni au Maroc ni en Tunisie), ils cherchent tous à passer à une grande étape dans la possibilité de détruire les fondements de l’Islam.
Ces laïques cherchent surtout à dépénaliser le Koufr et le chirk dans les consciences musulmanes et dans leurs cœurs. Alors même que chirk et koufr sont déjà tolérés par les lois humaines annulatrices de l’Islam, inventées et mises en place par eux…
Ils en veulent encore plus : le koufr et le chirk qui annulent l’islam ne doivent donc plus exister en tant que tels, il ne doit plus y avoir d’apostasie (alors qu’Allah dit : « Quiconque a renié Dieu après avoir cru… » ou  « ne vous vous excusez pas vous avez mécru après avoir cru »)… Ni de même plus de mécréance dont plusieurs centaines de versets expliquent les caractéristiques, car en réalité chez eux c’est la foi elle-même qui a disparu…

A ce rythme-là, on finira par interdire de dire que les juifs et les chrétiens sont des non-musulmans mécréants et on arrivera à une espèce de religion mondiale, celle que les laïques humanistes franc-maçons espèrent depuis toujours alors que Allah nous demande de dire  « Qoul Ya ayyouha Al Kafiroun » [Sourate du même nom] ce qui est encore une fois une preuve en soit du takfir, et ici en l’occurrence, sur les kouffars d’origine….

 

Source : Anâ-Muslim