la conjuration antichrétienne

IslamRéinfo TV : Histoire de la franc-maçonnerie

Publié le Mis à jour le

Histoire de la franc-maçonnerie des origines jusqu’à nos jours.

Franc-Maçonnerie partie 43 : Destruction de l’Empire Ottoman et du Califat islamique

Publié le

Ajout  Islam Réinformation : Harun Yahya n’aborde pas la destruction de l’Empire Ottoman dans son livre, ce que je trouve très surprenant. Pour pallier ce manque, je vous renvoi à la section Abolition du Califat, ainsi qu’à cette vidéo qui retourne aux sources des causes qui ont permis la chute de l’Empire Ottoman et donc du Califat islamique :

IslamRéinfo TV : Les Causes à la Source de l’Abolition du Califat

Publié le Mis à jour le

Cette série de vidéos ont pour but d’éclairer les musulmans sur les causes qui ont permit la chute du Califat Ottoman en 1924 mais aussi de leur faire prendre conscience de l’importance de connaître l’histoire. Pour cela cette audio va développer différents thèmes qui en apparences n’ont rien avec le Califat mais qui sont bel et bien à la source de sa chute.

Société moderne partie 12 : Conclusion

Publié le

Voici la dernière partie de la section société moderne qui avait pour but de vous présentez la naissance de la société moderne, qui est autre que la renaissance du culte païen d’antan et qui combat les religions du livre abrahamique en prenant la forme d’un groupe d’individus appelé franc-maçon ou illuminatis.

Je me suis arrêté à la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905 car le livre d’Henri Delassus clôt la partie historique de son oeuvre à cette date, le livre étant paru en 1910. Je vous conseille fortement de vous procurer cet ouvrage qui va beaucoup plus loin que le peu que j’ai mis en avant dans ces divers articles. Henri Delassus ne se borne pas qu’à une approche historique, mais il décortique les méthodes employés pour les franc-maçon pour pervertir la société et combattre les religions.

Henri_Delassus_La_conjuration_antichretienne

Société moderne partie 11 : La franc-maçonnerie sous la troisième République

Publié le Mis à jour le

gffgEn octobre 1872, un convent (= congrès maçonnique) des chefs de la franc-maçonnerie s’est réuni en Italie pour mettre en place la dictature du franc-maçon Gambetta. Les élections du 20 février 1876 mit en place la République révolutionnaire et antichrétienne. Dès lors, plus rien n’arrête la secte maçonnique, elle fait ce qu’elle veut à son heure et dans la mesure où elle le juge opportun pour arriver à ses fins.

Le plan général de la guerre contre l’Eglise fut déposé à la Chambre le 31 mars 1883 par Paul Bert. Ce document parle de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la dénonciation du Concordat, la sécularisation des biens du clergé régulier et séculier. Après avoir proposer les mesures à prendre, Paul Bert constatait ce qui avait déjà été fait : « Toutes les institutions monastique ont disparu. Les établissement ecclésiastiques ne peuvent plus posséder d’immeubles. Le clergé n’a plus aucune part dans l’instruction publique et la séparation de l’Eglise et de l’Etat est nettement établie. Le prêtre ne peut plus sortir de son rôle religieux pour se mêler d’administration, de politique et d’élection. Des décision d’Etat ont abroger une foule de mesures prises dans l’intérêt de l’Eglise ».

Au convent de 1899, le 23 septembre, le franc-maçon Prêt donna la tactique à appliquer pour obtenir le vote de la séparation de l’Eglise et de l’Etat : « Lorsque nous aurons obtenu la séparation de l’Eglise et de l’Etat que nous appelons depuis longtemps de nos vœux, car vous sentez que l’obtention sera dû à votre influence. Si on nous demande comment nous avons fait pour l’obtenir, nous répondrons : en la proposant et en la faisant proposer toujours ».

Ainsi rappelée d’année en année, la proposition paraissait de moins en moins étrange et de moins en moins irréalisable. Cette tactique à commencer en 1873 et la loi fut votée en 1905. La franc-maçonnerie porta un coup fatale aux catholiques.

Société moderne partie 10 : La franc-maçonnerie sous l’Assemblée Nationale

Publié le Mis à jour le

62591589En 1871, l’Assemblée Nationale est proclamée et elle fut catholique et monarchique malgré les pressions des révolutionnaires. Une loi qui réorganise l’armée et stipule que, chaque Dimanche et chaque jour de fête, un temps suffisant sera donné aux soldats pour remplir leur devoirs religieux. Les aumôniers sont rétablis aux régiments, garnisons et aux camps. Des évêques sont placés dans l’enseignement publique et des universités catholique se constituent. L’instruction religieuse prépare des générations de chrétiens dans les villes et les campagnes.

Le comte de Chambord fut écarté du trône car il était bon chrétien et avec lui au pouvoir, il n’aurait pas fait les mêmes erreurs que Louis XVIII. La franc-maçonnerie se chargea de l’écarter du pouvoir.

La commune de Paris est une période insurrectionnelle de l’histoire de Paris qui dura un peu plus de deux mois. Cette insurrection contre le gouvernement, issu de l’Assemblée nationale, qui venait d’être élue au suffrage universel, ébaucha pour la ville une organisation proche de l’autogestion. Paris fut coupé du reste de la France et gouverna comme un Etat indépendant. La commune fut fomenté par la franc-maçonnerie pour saper le pouvoir de l’Assemblée Nationale sous influence catholique.
Le 26 avril 1871, 10 000 franc-maçons, revêtus de leur insignes, se rendirent en procession sur les remparts pour y planter leur bannières. Ils se rendirent aussi à l’Hôtel de ville pour saluer le pouvoir révolutionnaire.
Le 14 mai 1873, l’Assemblée Nationale reprit possession d’elle-même mais la propagande révolutionnaire avaient fait des progrès manifeste. D’autre part, des catholiques libéraux écartèrent Henri V du pouvoir de manière définitif.

En 1872, les sociétés secrètes se concertèrent dans toute l’Europe pour empêcher l’avènement d’Henri V. Quinze jours après sa mort, le 9 septembre 1883, nombre de franc-maçons se réunirent à la loge des Hospitalier de Saint-Ouen, et le franc-maçon Cuénot y but « à la santé de la mort d’Henri V ». Ce toast fut couvert d’applaudissement et de rires.

L’Assemblée Nationale avait fait d’excellentes lois et permit la fondation d’excellentes institutions mais les républicains abolirent ces lois, détruisirent ces institutions, forgèrent des lois et établirent des institutions en sens contraire. L’Assemblée Nationale aurait dû reconstituer l’autorité, laisser Henri V reprendre sa place au trône. Elle ne la fit pas, parce que beaucoup de membres étaient plus ou moins atteints de modernisme, c’est-à-dire imbus des idées modernes. Henri V avait montré sa ferme résolution de régler toutes les questions politiques et sociales, non suivant le modernisme, mais suivant le christianisme. Il voulais faire renter Dieu en maître dans la société, afin que lui-même pût y régner en roi. Cette volonté choqua les catholiques libéraux; et ceux qui n’étaient pas infecté par le modernisme ou ne l’était qu’à faible dose, ne connaissaient pas la franc-maçonnerie et le rôle qu’elle joue depuis deux siècles. Cette ignorance les rendit hésitants, incertains de ce qu’ils devaient faire, et devant ces hésitations, la Révolution finit par emporter la place.

Société moderne partie 9 : La franc-maçonnerie sous le second Empire

Publié le Mis à jour le

x_cart_france_off« La franc-maçonnerie fit succédé à la République une dictature. Louis-Napoléon Bonaparte était entré dans la franc-maçonnerie à l’âge de 23 ans (1831), c’était un carbonaro. Napoléon III voulu séculariser l’administration, c’est-à-dire la laïcisation et l’anéantissement du pouvoir ecclésiastique. Il voulu l’abolition de la législation divine à travers le Code Napoléon. Napoléon III avait pour but de séparer définitivement le pouvoir spirituel du Pape du pouvoir temporel en transformant l’Italie en République. Pour cela, il avait fait la guerre en 1859 mais ne pu réaliser entièrement son programme. 1859 fut l’année de la guerre entre la France et l’Autriche. Cette dernière était le seul défenseur du catholicisme en Europe, il fallait l’abattre.

La multiplication des cabarets et des mauvais lieux, de la presse, de la composition des bibliothèques populaire, des collèges de fille, etc… étaient autant de moyens d’arracher l’âme du peuple à la religion. »