juif

Société moderne partie 7 : La franc-maçonnerie sous le gouvernement de Juillet

Publié le Mis à jour le

juin1848StAntoineGobautHenri Delassus nous dit : « Bien qu’aimé du peuple, Charles X fut destituer à cause des manœuvres de la franc-maçonnerie. Les souvenirs horribles de la première République étaient encore trop récents pour affronter le sentiment public en proclamant une République nouvelle. Le retour du catholicisme sous la Restauration ayant été bien accueilli par le peuple, la franc-maçonnerie ne pu la rejeter complètement.

L’un des actes du gouvernement de Juillet était de mettre au même niveau l’infidélité judaïque et les communions chrétiennes. L’article 7 de la Charte de 1830 disposait que la religion catholique et les autres cultes chrétiens recevrons des traitements du Trésor public. Une dérogation fut accordé aux juifs suite à l’action du franc-maçon Viennet qui demanda l’inscription au budget du paiement des rabbins. Le paiement des rabbins était deux fois plus important que celui des curés (2105 francs contre 1014 francs) pourtant la majorité des français étaient catholique. Les pasteurs protestants étaient moins bien traité que les rabbins mais toujours plus que les curés (1900 francs pour les protestants).

Louis-Philippe ne se contenta pas de méconnaître l’origine divine de l’Eglise mais celle aussi de Jésus-Christ. Il accordait des faveurs à ceux qui faisaient profession de la nier et de blasphémer. L’indifférence religieuse était encouragé. Ce n’était plus l’exil et l’échafaud qui était employés contre l’Eglise mais le mépris public provoqué par tous les moyens. La religion était insultée sur presque tous les théâtres, le clergé était représenté sous les traits les plus odieux; la débauche, l’assassinat, l’incendie étaient mis au compte de ses actions ordinaires.

La Restauration avait inauguré le grand essor industriel qui devait se développer sous les régimes suivants. Pendant les quinze années de la Restauration, il n’y eut pas une grève importante. Partout l’accord régnait entre les patrons et les ouvriers. Mais avec la Révolution et le gouvernement de Juillet 1830, un esprit nouveau s’empara de l’industrie. Les économistes mirent en honneur la théorie selon laquelle le travail n’est qu’une marchandise comme les autres. Beaucoup de patrons l’adoptèrent avec empressement, ne songèrent plus qu’à faire fortune, et exploitèrent leurs ouvriers au lieu de s’efforcer de les élever par leurs leçons et leur exemples. C’était la conséquence nécessaire de la diminution de la foi et l’accroissement des doctrines naturalistes qui ne voient d’autre fin pour l’homme que la jouissance et le bien-être. De leur côté, les ouvriers prêtaient l’oreille à ceux qui leur prêchaient le progrès. Cependant les catholiques ne se laissaient pas faire comme aujourd’hui. De 1844 à 1848, la campagne pour la liberté de l’Eglise fut mené avec autant de courage que de talent. La maçonnerie se mit à étudier les voies et les moyens d’y mettre fin. Rien ne pouvait lui paraître plus opposé à ses desseins que la liberté pour l’Eglise d’élever chrétiennement les enfants.

Un convent (= congrès maçonnique) se réunit en 1847 à Strasbourg, lieu central pour le rendez-vous des émissaires de France, d’Allemagne et de Suisse. »

Il est intéressant de constaté que de nos jours, le Parlement européen siège à Strasbourg.

Henri Delassus poursuit : « En 1848, la Révolution éclata non seulement en France, mais dans toute l’Europe, avec une simultanéité inexplicable, si l’on ne tient pas compte de la conspiration internationale des loges maçonnique.

L’antijudaïsme légal prit fin en Occident avec la Révolution de 1848. L’émancipation des juifs fut faite alors en Autriche, en Allemagne, en Grèce, en Suède, au Danemark.

Les franc-maçons qui avaient siégé au convent de Strasbourg s’emparèrent en France du gouvernement. Le 6 mars 1848, le gouvernement provisoire reçu la députation (= envoi de plusieurs personnes chargées d’une mission) officiel des loges maçonnique. Le Grand Orient vint aussi offrir ses félicitations et un membre du gouvernement provisoire, le juif Crémieux, lui dit : « La République est dans la Maçonnerie ». »

Aïssam Aït-Yahya : Faux représentants des musulmans français

Publié le Mis à jour le

Aïssam Aït-Yahya invité de l’émission Forum Débat (Beur FM) sur le thème des faux leaders musulmans auto-proclamé :

Pour en savoir plus sur le sujet :

9782953390971

Le Message de ‘Issa (Jésus) dans l’Islam Contemporain par Abû Solaymân al-Kaabi

Publié le Mis à jour le

Il est un point du dogme musulman, reconnu par l’ensemble des courants de l’Islam et qui soulève pourtant des interrogations aussi bien chez les Chrétiens que chez les Musulmans : il s’agit du retour de Jésus à la fin des temps dans des conditions miraculeuses et du combat qu’il mènera contre l’Antéchrist.  Alors que la plupart des Occidentaux ignorent jusqu’au fait que les Musulmans reconnaissent en Jésus un Prophète envoyé par Dieu, il peut leur paraître encore plus étonnant que cet événement eschatologique, connu dans la croyance chrétienne sous le terme de  » Parousie « , existe également en Islam.

Si Jésus est un prophète ordinaire parmi une multitude d’autres messagers, comme l’affirme le Coran, pourquoi cette mission particulièrement édifiante lui est-elle confiée par Dieu à lui et non à d’autres prophètes ? C’est à cette question essentielle, que l’auteur répond ici en livrant une analyse théologico-historique de cette question. Plus qu’un exercice de casuistique, cet essai permet de donner un éclairage islamique à l’histoire contemporaine, de mieux comprendre les développements de l’Occident  » judéo-chrétien  » et de révéler, à travers la figure singulière de Jésus, certains des enseignements les plus essentiels de l’Islam.

9782953390940

L’islam, les arabes et l’antisémitisme

Publié le Mis à jour le

9782841865185

Qu’est-ce qu’un antisémite ? D’après le dictionnaire en ligne Larousse, un antisémite est un individu « hostile aux juifs ».

Toujours d’après le même dictionnaire un sémite est un individu « qui appartient à un ensemble de peuples du Proche-Orient, parlant ou ayant parlé dans l’Antiquité des langues sémitiques. »

Nous constatons déjà une contradiction flagrante entre les deux définitions. L’explication est simple, le terme antisémite a été utilisé en France à partir du 19eme siècle et ce pour désigner uniquement les juifs. A l’époque cela ne soulevait pas vraiment de problème car les arabes n’étaient pas encore présent en masse sur le sol français, mais de nos jours il est important de redonner à ce mot son véritable sens.

En effet, aujourd’hui de nombreux pseudo-intellectuelle considèrent les arabes et la religion musulmane comme étant antisémite. Il faut savoir que les arabes, et non les musulmans qui eux peuvent ne pas être arabes, sont des sémites, ce qui n’est pas le cas de la majorité des juifs. Les sémites sont les descendants de Sem, d’après la Torah, qui est le fils de Noé ( Paix de Dieu sur lui ). Sem s’est établit au Moyen-Orient et donc les arabes comme d’autre ethnie de la région sont des sémites donc accuser les arabes d’être antisémite est complètement ridicule. Surtout lorsque l’on se sert de ce terme pour jeter l’anathème sur des personnes qui critiquent de façon légitime Israël mais là n’est pas la question.

Maintenant revenons aux juifs : sont-ils sémites ? Non ! Pourquoi ? Car il n’existe pas de peuple juif mais une communauté juive, ce qui est très différent. Il n’y a pas de peuple juif comme il n’y a pas de peuple musulman car ce n’est pas la religion qui fait une ethnie. Cela s’explique dans les faits : pourquoi existe t-il deux ethnies au sein de la communauté juive ? Les Séraphades et les Ashkénazes ? Les Séraphades étant apparemment des sémites car descendant du prophète Abraham ( Paix de Dieu sur lui ) comme les arabes. Et les Ashkénazes qui descendent des Khazars, qui fut un peuple se situant au sud de la Russie. Les Khazars se sont massivement convertis au judaïsme en l’an 838 et n’ont aucun lien avec le prophète Abraham ( Paix de Dieu sur lui ). Ils ne sont donc pas sémites !

ChasarenEmpire Khazar

Il est important de comprendre le véritable sens des mots et arrêter de faire le jeu des médias qui vident les mots de leur substances pour manipulé la population, que se soit des musulmans ou non. Les arabes, notamment en France, sont très hostiles à la politique d’Israël et les médias n’hésitent pas à les qualifiés d’antisémite et de là à salir l’islam et les musulmans à travers eux car pour beaucoup islam rime avec arabe. Il serait bon de rappeler que les arabes ne représentent que 25% des musulmans dans le monde. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rédigez vers l’article « Islam : la religion des arabes ? » :

https://islamreinfo.wordpress.com/2012/12/12/islam-la-religion-des-arabes/

Si vous voulez en savoir plus sur la question du sémitisme et peuple juif, je vous recommande le livre « Comment le peuple juif fut inventé » de Shlomo Sand, un israélien qui enseigne l’histoire contemporaine à l’université de Tel-Aviv.

894385497_L