jahmites

Shaykh Salih Ibn Fawzan : La source des innovations !

Publié le

 

librairie-islamique-la-verite-sur-les-sectes-Shaykh Salih Ibn Fawzan a dit : « Le Prophète (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) nous informa que cette communauté se divisera tout comme les juifs et les chrétiens se divisèrent. Cette information est une mise en garde et une incitation à s’accrocher à la Sunnah quand cela arrive, et qu’il n’y a pas de salut en dehors de la Sunnah. Celui qui délaisse la Sunnah fera partie des sectes qui entreront au feu. Les sectes qui émergèrent sont très nombreuses. Toutefois, leurs fondements sont quatre :

1 / Les chiites : leur première apparition fut lors de l’assassinat de Othman (Radia Llahou Anhou) avec la venue de Abdullah Ibn Saba le juif. Il introduisit la fitnah chez les musulmans et appela à prendre le parti de ‘Ali Ibn Abou Talib (Radia Llahou Anhou) et qu’il aurait été choisi par le Messager d’Allah (Sala Llahou Aleyhi wa Salam et que les compagnons auraient été injustes envers lui en lui enlevant le Califat. Ce fut à ce moment qu’apparurent les chiites.

Les savants ont expliqué que les chiites se divisent en de nombreuses sectes.

La première d’entre elles est al-Mufaddilah. Il sont ceux qui préfèrent Ali au reste des compagnons dont Abou Bakr, Omar et Othman ; voilà ce que sont al-Mufaddilah. Ils ne diffament cependant pas les Califats de Abou Bakr, Omar et Othman, mais ils disent seulement que Ali était le meilleur d’entre eux. C’est une erreur. Ali fut le quatrième des Califes bien guidés. Il n’était pas meilleur que Abou Bakr, Omar et Othman. Même lui s’opposait à celui qui le préférait à Abou Bakr et Omar, le menaçant de le châtier.

La seconde est composée de ceux qui prétendent que Ali avait été choisi par le Messager d’Allah (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) et qu’il était celui qui méritait le plus le Califat, et que les Califats de Abou Bakr, Omar et Othman étaient injustes et une usurpation. Ils disent que le Califat revenait à Ali et qu’il était celui qui fut choisi par le Messager d’Allah (Sala Llahou Aleyhi wa Salam), mais que les compagnons l’opprimèrent et lui usurpèrent le Califat, entre autres doctrines égarées !

La troisième est composée des chiites extrémistes des chiites extrémistes qui disent que le message divin était à Ali et que Jibril le trahit en le confiant à Mohammed ! Car il était originellement destiné à Ali. Ils disent : « Le digne de confiance fit preuve de traîtrise et le détourna du lion. » Le digne de confiance fait référence à Jibril (Aleyhi Salam) qui aurait donc détourné le message du lion, Ali, pour Mohammed.

La quatrième est la pire Ils prétendent que Ali est une divinité. Ils sont ceux que Ali Ibn Abou Talib (Radia Llahou Anhou) fit brûler. Il creusa des fossés, y alluma le feu et les-y jeta vifs. Il est rapporté de lui qu’il dit :

« Lorsque je vis que l’affaire devint abjecte, j’attisai mon feu et appelai Qanbar (son serviteur). »

Il les jeta au feu lorsqu’ils lui dirent : « Tu es Lui, tu es Lui ». Ibn Abbas (Radia Llahou Anhou) était d’avis qu’il était obligatoire de les exécuter par l’épée et non de les brûler, parce que le Prophète (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) a dit :

« Ce n’est que le Seigneur du feu qui peut châtier par le feu. »

Il n’interdit pas leur exécution, mais il dit : « Je suis d’avis qu’ils auraient dû être exécutés par l’épée au lieu du feu. » Nombreuses sont les sectes qui découlent de ces sectes chiites.

 

2 / Les Qadariyyah : Ils sont ceux qui renient le destin. Ils émergèrent vers la fin de l’époque des compagnons. Ils se divisent en deux :

Les Qadariyyah Jabriyyah qui sont extrême dans l’affirmation du destin.

Les Qadariyyah Nufah, qui nient le destin. Ils sont les Mu’tazilah et ceux qui empruntent leur voie. Ils disent que le serviteur crée ses propres actions et qu’Allah n’a pas créé les actions des serviteurs, mais que ce sont plutôt eux qui les créent. De l’autre côté, leur opposants, les Jabriyyah, disent que les actes des serviteurs sont les actes d’Allah et que les serviteurs sont obligés de dire et de faire ce qu’ils disent et font, qu’ils n’ont pas le choix. Les Mu’tazilah, eux, disent qu’ils ont un choix indépendant.

Par conséquent, si le terme Qadariyyah est employé de façon absolue, il fait référence aux Mu’tazilah et ceux qui suivent leur avis dans le déni du destin, parce qu’ils le nient. Mais les Jabriyyah affirment le destin de manière extrême au point de dire que le serviteur est forcé. Les premiers nient le destin et les second exagèrent dans son affirmation. Ils sont tous appelés Qadariyyah de manière absolue. Ils se divisèrent en de nombreuses sectes.

 

3 / Les Khawarij : Ils sont ceux qui se révoltent contre le gouverneur musulman, sortent de l’obéissance, rendent mécréants les gens qui commettent de grands péchés inférieurs au polythéisme et rendent licite le sang des musulmans. Il sont les gens de l’excès et de l’extrémisme dans la religion. Ils sont religieux, craignent Allah, jeûnent, accomplissent la prière nocturne et récitent le Coran, mais sans compréhension, ni clairvoyance ! C’est pour cela qu’ils s’égarèrent – et c’est auprès d’Allah que l’on cherche refuge.

Ils sortirent de l’obéissance et se révoltèrent contre le commandeur des croyants, Ali Ibn Abou Talib et des combats eurent lieu entre lui et eux, et Allah le fit triompher. Ils n’ont de cesse de se révolter contre le gouverneur, rendant licite le sang des musulmans et déclarant mécréants ceux qui commettent des péchés majeurs inférieurs au polythéisme.

Ils sont appelés al-Wa’diyyah parce qu’ils agissent suivant les versets de menace (wa’id) sans faire de distinction entre les péchés majeurs que sont le polythéisme et la mécréance et les autres péchés majeurs. Toute personne commettant un péché majeur est mécréante selon eux. Non seulement ils les déclarent mécréants, mais aussi rendent licite de verser leur sang et combattent les musulmans, délaissant le combat contre les mécréants.

Par conséquent, le Prophète (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) les décrivit ainsi :

« Ils tueront les gens de l’Islam et laisseront les adorateurs d’idoles. »

Il n’a jamais été rapporté que les Khawarij ait jamais combattu les mécréants. Ils ne combattent que les musulmans. Ils sont divisés en de nombreuses sectes, certaines pires que d’autres.

 

4 / Les Murji’ah : Ils disent que les actes ne font pas partie de la foi. Ils croient que la personne est croyante même si elle n’accomplit pas d’acte ou si elle délaisse tous les actes, elle sera tout de même croyante. Ils furent nommés Murji’ah à partir du terme al-irja, qui signifie at-ta’khir (le retard) parce qu’ils retiennent les actes en dehors de la foi. Ils sont divisés en nombreuses sectes.

Les pires d’entre eux sont les Jahmiyyah qui disent que la foi n’est que dans la connaissance du cœur Donc celui qui connaît par son cœur est croyant, même s’il ne croit pas !

La seconde sectes des Murji’ah sont les Asha’irah qui sont d’avis que la foi n’est que la croyance du cœur et que ni les paroles de la langue, ni les actes des membres n’y sont inclus. Pour eux, il est suffisant de croire avec son cœur.

La troisième secte est les Karramiyyah qui croient que la foi est de prononcer avec la langue, même si l’on n’a pas de croyance dans le cœur.

La quatrième secte est al-Murji’atu al-Fuqaha qui disent que la foi est croyance du cœur et parle de la langue, même si l’on ne fait pas d’actes.

 

Ils sont tous unanime quand au fait que les actes n’entrent pas dans la foi. Mais ils divergent cependant dans leurs écoles de pensée en ce qui concerne l’action du cœur et la prononciation avec la langue.

Les Khawarij partirent aux extrêmes dans l’inclusion des actes dans la foi et dirent : « Celui qui abandonne les actes mécroit de manière absolue. » Alors que les Murji’ah sont à l’opposé : ils partirent à l’extrême dans la négation des actes comme faisant partie de la réalité de la foi et disent que ne mécroit pas celui qui abandonne tous les actes de manière absolue. Quand à Ahl As-Sunnah wal-Jama’ah (et toutes les louanges reviennent à Allah), Allah les guida à la vérité comme le dit le Très Haut :

« … Puis Allah, de part sa Grâce, guida ceux qui crurent vers cette Vérité sur laquelle les autres disputaient. Et Allah guide qui Il veut vers le chemin droit. » [Coran, Sourate 2, verset 213]

Ils disent que la foi est la parole de la langue, croyance du cœur et action des membres. Elle accroît par l’obéissance à Allah et décroît par les désobéissances. Mais elle ne disparaît pas de manière absolue par l’arrêt des actions, comme le prétendent les Khawarij, ni ne reste intacte malgré le délaissement de tous les actes, comme le prétendent les Murji’ah. Au contraire l’abandon de certaines actions causes la mécréance, comme l’abandon de la prière. Et l’abandon de certaines autres actions est un péchés majeur qui n’implique pas de mécréance.

C’est cela le détail que fait Ahl As-Sunnah wal-Jama’ah (et toutes les louanges reviennent à Allah) qui concilie les versets de promesse auxquels s’attachent les Murji’ah et les versets de menace auxquels s’attachent les Khawarij. Ahl As-Sunnah wal-Jama’ah regroupe donc entre les versets de promesse et ceux de menace et expliquent les uns avec les autres, les restreignant les uns par les autres, ramenant ceux qui sont équivoques à ceux qui sont clairs et les mettant tous en application et disent :

« Nous y croyons : tout est de la part de notre Seigneur ! » [Coran, Sourate 5, verset 7]

Ce sont les sectes dont de nombreuses autres sectes ont découlé. »

 

[Sharh As-Sunnah (L’explication de la Sunnah) de l’imam Al-Hasan Ibn ‘Ali Al-Barbahari, expliqué par Shaykh Salih Ibn Fawzan Al-Fawzan, Éditions Al-Bayyinah, Tome 2, Pages 85 à 91]

 

Anâ-Muslim : Quand traiter et juger non-musulmans les laïques et les athées deviendra interdit…

Publié le Mis à jour le

06lwwtts-470x250

« Rappelons que le Takfir, l’excommunication ou anathème, est avant toute chose une protection de la Religion, elle institue une frontière entre Iman et Koufr, entre Tawhid et Chirk »

________________________________________________________________

بسم الله الرحمن الرحيم

Au nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux

________________________________________________________________

Depuis peu, deux pays du Maghreb sont secoués par une offensive des milieux laïques gauchistes et/ou libéraux : La Tunisie et le Maroc.
Deux situations presque identiques avec deux contextes toutefois différents.

Dans ces deux pays : nous avons des intégristes laïques qui font pression sur les autorités d’ Etat complice (qui reste de filiation française malgré les pseudo-indépendances) pour redéfinir l’identité musulmane et interdire le Takfir qui les vise et les empêche de mener à bien et sereinement leur projet de destruction radicale de l’Islam.

Dans ces deux pays, la chari’a est déjà ultra-résiduelle:
la Tunisie est l’un des pays arabes où la place de l’Islam fut la plus déstructurée… Alors la que spécificité culturelle, politique et historique du Maroc avait empêché les laïques de mener complètement à bien leurs petite révolutions humanistes comme l’avait fait Bourguiba le franc-maçon notoire.

En Tunisie d’ailleurs : le dernier coup de ces laïques, en plus d’avoir eu le dernier mot en refusant que la chari’a soit une source de la législation (cette formulation est déjà du chirk en soi…), et d’avoir obtenu en plus comme cadeau l’interdiction et la pénalisation du takfir, le statut légal institué par Allah et son Prophète dans le Coran et la Sounna. Cette interdiction avait réussit à être adopté en profitant d’un  »mini-scandale »: un député du parti  « islamiste » de An Nahda avait accusé de mécréance un farouche laïque opposant à la chari’a lors des débats concernant la rédaction de la nouvelle Constitution. Ce dernier en profita pour créer la stupeur taxant d’extrémiste son rival qui s’est rapidement ravisé en édulcorant son propos, il faut dire que l’argument du député laïque était d’une pertinence phénoménale: « nous sommes tous musulmans, mon pére et mon grand-père sont musulmans… » (faut dire que l’islam chez eux est comme la couleur de peau : indélébile….)
L’accusation de takfir fut la seconde brèche ouverte par les laïques pour en finir avec ce principe et le criminaliser.

Rappelons que le Takfir, l’excommunication ou anathème, est avant toute chose une protection de la Religion, elle institue une frontière entre Iman et Koufr, entre Tawhid et Chirk. Le takfir est donc le gardien des frontières de l’Islam, il sert montrer les limites du Dine dans le but de maintenir la cohésion communautaire des musulmans autour d’un socle de croyances communes. Certes il a ses règles, ses conditions, ses empêchements et sa procédure: les savants de la sunna ont expliqué ces différents cas. Parfois il possède aussi des cas spécifiques à détailler mais très souvent il ne repose que sur des preuves claires, explicites et tranchantes issues exclusivement du Coran et de la Sounna. Le Takfir est un droit d’Allah sur les hommes concernant la religion qu’Il a agréée, et est considéré comme Mécréant/Apostat tout ce qu’Allah, par la bouche de son Prophète, a considéré comme de la Mécréance et de l’Apostasie, que cela soit une parole prononcée ou un acte réalisé (car la Foi est elle-même Paroles et Actes)
Le Coran est donc tout naturellement emplit de verset prouvant ce principe, il fait même de cela très souvent une obligation lié au reniement des idoles, tel avec le prophète Ibrahim  « Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple: « Nous vous renions (kafarnabikoum)… » (S60/V4)

Et n’en déplaise à la clique des modernistes occidentalisés qui va lire ceci : les gauchistes, les marxistes-communistes, les laïques, les libéraux démocrates du monde musulman qui veulent abolir le Dine et le transformer, le réduire et le limiter, sont clairement parmi les pires apostats zanadiq que l’histoire de l’islam ait jamais connus.
Actuellement les laïques du Maghreb semblent avoir fait cause commune pour détruire ces principes, nous remarquons leurs convergences de vues avec des sectes de l’islam parmi les plus dangereuses qui soient (mourjites, jahmites et batinites).
Les médias en leurs mains diffusent mensonge et propagande afin de faire coïncider dans les consciences musulmanes le fait que le Takfir est exclusivement de l’extrémisme et que l’Islam n’est rien d’autre que spiritualité et éthique sans obligations, sans règles, sans devoirs, sans code de conduite, sans lois, sans système, et sans aucune limite et que le Musulman est donc libre de dire et de faire tout ce qu’il lui plait sans se voir demander des comptes ici bas (libre tant que cela va dans le sens de la Modernité occidentale bien évidemment) !
Désormais libres, eux, les laïques de Tunisie vont pouvoir détruire ce qui reste de la religion pièce par pièce sans voir courir le risque d’être vus et décrits comme des apostats mécréants par la masse des musulmans qui ne possèdent pas toute la culture islamique nécessaire pour comprendre cette politique.

De la même maniére qu’en Tunisie, au Maroc, des intellectuels gauchistes et athées font régulièrement des tentatives pour mener à bien leur révolution humaniste maçonnique sous couvert des Droits de l’homme : soutenus par la France, par les USA, par les programmes mondiaux de libéralisation et de démocratisation, protégés par le makhzen marocain, qui jamais ne les condamne alors que la justice marocaine est championne pour les condamnations sans preuve (inventées par la DST) lorsqu’il s’agit d’islamistes ou de salafistes.
On peut citer parmi eux Ahmed Assid, un berbériste laïque de la pire espèce, qui est la coqueluche des médias marocains aux ordres, une véritable vermine anti-Islam, cherchant à annuler le Coran, abroger ses versets, critiquer le texte coranique en arguant qu’il est dépassé, se moquant de la sunna. Cette immondice et ses affiliés, font de leur pensée la déchetterie de toute les idéologies françaises qu’ils adorent au sens littéral.

Dernier événement en date, qui a crée un débat sans précédant au Maroc, une petite frappe du gauchisme marocain, Idriss Lachguer, a clairement énoncé qu’il fallait abroger le droit d’Héritage islamique et la polygamie (pratiquement une des seules choses qui restent de la chari’a qui -décennie après décennie- n’a fait que diminuer depuis la date tragique de 1905 quand les Français ont pointé leur nez dans ce pays, crée et honoré par l’Islam).
Les savants des palais, les rabbins et les imams fonctionnaires qui ne servent qu’à faire des éloges à celui qui n’en mérite pas, se taisent tous complices de toute cette vaste stratégie.
Mais il reste encore des ‘oulama et prédicateurs courageux dans le pays des Al mourabitoun et ailleurs, tel ici notre cheikh Abou Na’im qui, depuis des années, a été interdit d’exercer sa vocation de savant rabbani et se contente de prodiguer modestement des cours à son cercle d’étudiants. Dans cette vidéo (ci-dessous) il se dresse courageusement contre les apostats laïques et gauchistes en les traitant comme tels ! De manière perspicace il vise les fausses institutions religieuses officielles du pays qui ne rassemblent que des fonctionnaires : sincères sans pouvoir et honteusement silencieux ou pire, hypocrites comploteurs employés à cacher la vérité et déguiser le faux..
Profitant du débat tunisien, et voulant imiter leurs frères de Tunisie, les laïques du Maroc réalisent en ce moment même une offensive en règle contre la notion de Takfir qui les vise. Le seul petit probléme pour eux: c’est que même l’ex-roi Hassan II -dans un de ces rares moments de lucidités islamiques- avait lui-même expliqué que l’on ne peut pas être à la fois musulman et laïque, c’est soit l’un soit l’autre…Ces hypocrites zanadiq oseront-ils dire qu’il était lui aussi un extrémiste takfiri?

Les musulmans de France (qui vivent sous le joug de la vraie laïcité et connaissent ses mensonges) doivent savoir que les laïques du Maghreb se sont tous engouffrés dans le débat sur le takfir, en utilisant une terminologie (takfiri/takfiriste) inventée à notre époque par les suppôts des traîtres (néo-mourji’ah), ceux là même qui retardent (you Ajir) la création d’un état musulman réel et qui travaillent pour défendre les Traîtres au pouvoir avec le soutien du monde occidental contre les intérêts de l’islam. Une étiquette  »takfiri » qui n’a aucun fondement linguistique chez les salafs de la oumma alors qu’ils s’en réclament..
Ainsi, en pénalisant et interdisant ce verdict légal (qui n’est -de plus- que totalement informel puisque la chari’a ne régit plus l’ordre politique ni au Maroc ni en Tunisie), ils cherchent tous à passer à une grande étape dans la possibilité de détruire les fondements de l’Islam.
Ces laïques cherchent surtout à dépénaliser le Koufr et le chirk dans les consciences musulmanes et dans leurs cœurs. Alors même que chirk et koufr sont déjà tolérés par les lois humaines annulatrices de l’Islam, inventées et mises en place par eux…
Ils en veulent encore plus : le koufr et le chirk qui annulent l’islam ne doivent donc plus exister en tant que tels, il ne doit plus y avoir d’apostasie (alors qu’Allah dit : « Quiconque a renié Dieu après avoir cru… » ou  « ne vous vous excusez pas vous avez mécru après avoir cru »)… Ni de même plus de mécréance dont plusieurs centaines de versets expliquent les caractéristiques, car en réalité chez eux c’est la foi elle-même qui a disparu…

A ce rythme-là, on finira par interdire de dire que les juifs et les chrétiens sont des non-musulmans mécréants et on arrivera à une espèce de religion mondiale, celle que les laïques humanistes franc-maçons espèrent depuis toujours alors que Allah nous demande de dire  « Qoul Ya ayyouha Al Kafiroun » [Sourate du même nom] ce qui est encore une fois une preuve en soit du takfir, et ici en l’occurrence, sur les kouffars d’origine….

 

Source : Anâ-Muslim