Irak

Histoire de l’Egypte Partie 14 : La seconde guerre du Golfe

Publié le

George W. Bush (1946/????)

Le 23 janvier 2003, l’Égypte participe à une réunion présidée par la Turquie à Istanbul en compagnie de la Syrie, l’Iran, la Jordanie et l’Arabie Saoudite, pour éviter la guerre en Irak. Elle demande à Bagdad plus de coopération avec l’ONU et de faciliter son désarmement.

Le 1er mars, Hosni Moubarak réuni la Ligue Arabe à Charm al-Cheikh dont la question sera l’évitement de la guerre en Irak mais seulement 11 chefs d’États sur 22 sont présents. Il demande à ce que les États arabes refuse toutes attaques ou actions militaires contre l’Irak. Les Émirats Arabes Unis demandent la démission de Saddam Hussein. Quant au président Libyen, Mouammar Kadhafi, il annonce qu’il retire son pays de la Ligue Arabe.

Hosni Moubarak envoi une délégation auprès du président irakien et lui demande de désarmer son pays pour éviter une escalade de violence. Saddam Hussein accepte et commence le désarmement du pays sous la supervision de l’ONU. Il autorise cette dernière à interroger ses scientifiques mais le 17 mars, le président des Etats-Unis George W. Bush donne un ultimatum de 48h au président irakien pour quitter son pays. Ce dernier refuse, ce qui entraîne un retrait de tous les inspecteurs de l’ONU, de la suspension du programme « Pétrole contre nourriture ». Le 20 mars, les Etats-Unis et la Grande Bretagne lance l’opération militaire « Liberté de l’Irak ».

Un nombre important de raids et de bombardement, ainsi que des missiles tirés à partir de navires stationnés dans la méditerranée, dans la mer rouge et le Golfe sur le territoire irakien. Dans la soirée, les troupes terrestres travers la frontière entre l’Irak et le Koweït et commence à envahir le pays. Le 14 avril, la coalition, anglo-américaine annonce la chute du régime de Saddam Hussein, même si ce dernier est toujours en cavale.

Les États arabes doivent faire face aux manifestations violentes dans toutes les grandes villes de leur territoires et son accusés de complicité pour leur inactions. Cette invasion va aggravé le mécontentement de la population envers le régime de Hosni Moubarak. Les partis d’oppositions reproche la traversée du Canal de Suez de la VIe flotte américaine et la mise à disposition des aérodromes égyptiens pour les bombardiers américains. Enfin, comme lors de la première guerre du Golfe, des expatriés égyptiens, reviennent au pays pour fuir la guerre.

Myriam Benraad : Le contexte historique de l’émergence de l’Etat Islamique en Irak !

Publié le

Myriam Benraad met l’accent sur le contexte qui a vu naître l’Etat Islamique en Irak dès 2006.

Myriam Benraad : Comprendre la genèse et l’histoire de l’Etat Islamique !

Publié le Mis à jour le

Myriam Benraad revient sur les origines de l’émergence de l’Etat islamique et pose le contexte historique pour comprendre les agissement de cet Etat.

Entretien entre Wassim Nasr et Myriam Benraad sur l’Etat Islamique !

Publié le Mis à jour le

Pourquoi l’Irak tient-il une place centrale dans la formation de l’organisation de l’Etat islamique ? Comment l’Etat islamique parvient-il à conserver un si large territoire malgré les offensives conjuguées des Kurdes, de la Turquie et de la coalition américaine ? Réponses à ces questions avec deux invités, la chercheuse Myriam Benraad et le journaliste Wassim Nasr, spécialistes de l’Irak et de la mouvance djihadiste.

 

Conseil de lecture : Le piège Daech : L’Etat Islamique ou le retour de l’Histoire de Pierre-Jean Luizard

Publié le

9782707186102Parmi de nombreux ouvrages sur l’Etat Islamique, « Le piège Daech : l’Etat Islamique ou le retour de l’Histoire » fait partie des plus sérieux. L’auteur, Pierre-Jean Luizard , ne fait pas partie de ces individus qui ne maîtrises par leur sujets et qui nous ponde des livre dans le but de profiter du « buzz » médiatique qui entoure l’Etat Islamique mais il fait parti de ces spécialistes de l’histoire irakienne qui a déjà signé plusieurs ouvrages de qualités sur le sujet.

Dans ce livre dédié à l’Etat Islamique, il explique le déliquescence des Etats de la région (principalement l’Irak et la Syrie mais aussi la répercussion sur les autres Etats du Moyen-Orient) et explique la montée en puissance et le succès de l’Etat Islamique auprès des populations du Moyen-Orient mais aussi en Occident. L’auteur est aussi assez honnête quand il s’agit de dénoncé des rumeurs infondés envers l’Etat Islamique, rumeurs et accusations colportés par les médias occidentaux mais aussi des pays arabes. Il n’hésite pas non plus à revenir sur l »histoire récente de l’Irak et de la Syrie pour comprendre les enjeux actuelle et analyse aussi l’impact de l’Etat Islamique sur les pays qui l’entoure (Liban, Jordanie, Arabie Saoudite et Turquie).

Un livre simple qui permet de comprendre facilement ce qu’il se passe dans la région, à complète avec le livre de Myriam Benraad « L’Irak, la revanche de l’Histoire : De l’occupation étrangère à l’Etat Islamique » où cette dernière détaille plus l’histoire récente de l’Irak qui nous permet de comprendre plus en détail la montée de l’Etat Islamique, là ou Pierre-Jean Luizard se contente de nous donner les grandes ligne. A contrario, Myriam Benraad analyse très peu le phénomène de l’Etat Islamique depuis que le Calife Abou Bakr al-Baghdadi a proclamé le Califat en juin 2014.

Conseil de lecture : Irak, la Revanche de l’Histoire : De l’Occupation Étrangère à l’Etat Islamique

Publié le

couv-Irak-derder« Irak, la Revanche de l’Histoire » fait parti de ces livres qui retrace l’histoire récente d’un pays pour vous permettre de mieux comprendre la situation présente. Ici, Myriam Benraad, prend pour point de départ la révolte arabe de 1915 où le Shérif Hussein s’est allié aux britanniques pour combattre l’Empire Ottoman dans le but de créer sur ces ruines un Etat arabe. Elle se penche à la fois sur la trahison des britanniques et des français à travers les accords Sykes-Picot, ainsi que le mandat britannique en Irak, ou encore la montée au pouvoir du Parti Baas, la prise de pouvoir de Saddam Hussein, la guerre contre l’Iran, la première guerre du golf qui implique une trahison des autres nations arabes qui se rangent du côté des Etats Unis pour combattre Saddam Hussein. L’invasion américaine de 2003, les promesses non tenues par les américains et le gouvernement chiite irakien, la montée en puissance de la résistance sunnite et d’al-Qaïda, la création de l’Etat Islamique en Irak jusqu’à la restauration du Califat par Abou Bakr al-Baghdadi en 2014. Tout y est, bien que l’on regrettera que l’auteur ne se penche pas sur analyse actuelle de l’Etat Islamique depuis l’annonce du Califat mais le livre remplit son objectif, à savoir nous conter l’histoire de l’Irak du début du XXe siècle à nos jours.

Conseil : Si vous voulez aller plus loin pour comprendre l’actualité et l’histoire de la région, je vous conseil de lire les deux livres suivant :

La Turquie Moderne de Thierry Zarcone

Aux origines du drame syrien : 1918-2003 de Xavier Baron

 

Fayçal Ibn Hussein, premier roi d’Irak

Publié le Mis à jour le

HU027374
Fayçal Ibn Hussein (1885-1933)

Fayçal Ibn Hussein est né le 20 mai 1885. Il s’agit du troisième fils du Chérif de la Mecque : Hussein Ben Ali. Il fait parti des hachémites, ce qui fait de lui un membre de la famille du prophète Mohammed (Paix et Bénédiction de Dieu sur lui).

Il participa aux côté de son père et de son frère, Abdallah Ibn Hussein, à la révolte arabe (1916-1918) contre l’Empire ottoman. A l’issu de cet affrontement qui tournera en faveur de l’Occident et de ses alliés, Fayçal deviendra le roi de Syrie du 7 mars au 27 juillet 1920. Le Le 25 avril 1920, la Syrie sera placée sous mandat français et sera forcé à l’exil par ses derniers. Cependant, les britanniques le place sur le trône d’Irak en 1921, ce qui fait de lui le premier roi d’Irak.

Fayçal est un fervent nationaliste arabe qui souhait unir tous les arabes sous la bannière d’une seule nation. En 1919, il accepte les termes de la déclaration Balfour et signe, avec l’israélien Chaim Weizmann, l’accord Fayçal-Weizmann. Ces accords régissant les relations entre Juifs et Arabes au Moyen-Orient.

Fayçal mourra en 1933 et son fils Ghazi ben Fayçal lui succèdera.

Weizmann_and_feisal_1918
Chaim Weizmann et Fayçal Ibn Hussein.