Irak

Myriam Benraad : Le contexte historique de l’émergence de l’Etat Islamique en Irak !

Publié le

Myriam Benraad met l’accent sur le contexte qui a vu naître l’Etat Islamique en Irak dès 2006.

Publicités

Myriam Benraad : Comprendre la genèse et l’histoire de l’Etat Islamique !

Publié le

Myriam Benraad revient sur les origines de l’émergence de l’Etat islamique et pose le contexte historique pour comprendre les agissement de cet Etat.

Entretien entre Wassim Nasr et Myriam Benraad sur l’Etat Islamique !

Publié le Mis à jour le

Pourquoi l’Irak tient-il une place centrale dans la formation de l’organisation de l’Etat islamique ? Comment l’Etat islamique parvient-il à conserver un si large territoire malgré les offensives conjuguées des Kurdes, de la Turquie et de la coalition américaine ? Réponses à ces questions avec deux invités, la chercheuse Myriam Benraad et le journaliste Wassim Nasr, spécialistes de l’Irak et de la mouvance djihadiste.

Conseil de lecture : Le piège Daech : L’Etat Islamique ou le retour de l’Histoire de Pierre-Jean Luizard

Publié le

9782707186102Parmi de nombreux ouvrages sur l’Etat Islamique, « Le piège Daech : l’Etat Islamique ou le retour de l’Histoire » fait partie des plus sérieux. L’auteur, Pierre-Jean Luizard , ne fait pas partie de ces individus qui ne maîtrises par leur sujets et qui nous ponde des livre dans le but de profiter du « buzz » médiatique qui entoure l’Etat Islamique mais il fait parti de ces spécialistes de l’histoire irakienne qui a déjà signé plusieurs ouvrages de qualités sur le sujet.

Dans ce livre dédié à l’Etat Islamique, il explique le déliquescence des Etats de la région (principalement l’Irak et la Syrie mais aussi la répercussion sur les autres Etats du Moyen-Orient) et explique la montée en puissance et le succès de l’Etat Islamique auprès des populations du Moyen-Orient mais aussi en Occident. L’auteur est aussi assez honnête quand il s’agit de dénoncé des rumeurs infondés envers l’Etat Islamique, rumeurs et accusations colportés par les médias occidentaux mais aussi des pays arabes. Il n’hésite pas non plus à revenir sur l »histoire récente de l’Irak et de la Syrie pour comprendre les enjeux actuelle et analyse aussi l’impact de l’Etat Islamique sur les pays qui l’entoure (Liban, Jordanie, Arabie Saoudite et Turquie).

Un livre simple qui permet de comprendre facilement ce qu’il se passe dans la région, à complète avec le livre de Myriam Benraad « L’Irak, la revanche de l’Histoire : De l’occupation étrangère à l’Etat Islamique » où cette dernière détaille plus l’histoire récente de l’Irak qui nous permet de comprendre plus en détail la montée de l’Etat Islamique, là ou Pierre-Jean Luizard se contente de nous donner les grandes ligne. A contrario, Myriam Benraad analyse très peu le phénomène de l’Etat Islamique depuis que le Calife Abou Bakr al-Baghdadi a proclamé le Califat en juin 2014.

Conseil de lecture : Irak, la Revanche de l’Histoire : De l’Occupation Étrangère à l’Etat Islamique

Publié le

couv-Irak-derder« Irak, la Revanche de l’Histoire » fait parti de ces livres qui retrace l’histoire récente d’un pays pour vous permettre de mieux comprendre la situation présente. Ici, Myriam Benraad, prend pour point de départ la révolte arabe de 1915 où le Shérif Hussein s’est allié aux britanniques pour combattre l’Empire Ottoman dans le but de créer sur ces ruines un Etat arabe. Elle se penche à la fois sur la trahison des britanniques et des français à travers les accords Sykes-Picot, ainsi que le mandat britannique en Irak, ou encore la montée au pouvoir du Parti Baas, la prise de pouvoir de Saddam Hussein, la guerre contre l’Iran, la première guerre du golf qui implique une trahison des autres nations arabes qui se rangent du côté des Etats Unis pour combattre Saddam Hussein. L’invasion américaine de 2003, les promesses non tenues par les américains et le gouvernement chiite irakien, la montée en puissance de la résistance sunnite et d’al-Qaïda, la création de l’Etat Islamique en Irak jusqu’à la restauration du Califat par Abou Bakr al-Baghdadi en 2014. Tout y est, bien que l’on regrettera que l’auteur ne se penche pas sur analyse actuelle de l’Etat Islamique depuis l’annonce du Califat mais le livre remplit son objectif, à savoir nous conter l’histoire de l’Irak du début du XXe siècle à nos jours.

Conseil : Si vous voulez aller plus loin pour comprendre l’actualité et l’histoire de la région, je vous conseil de lire les deux livres suivant :

La Turquie Moderne de Thierry Zarcone

Aux origines du drame syrien : 1918-2003 de Xavier Baron

 

Fayçal Ibn Hussein, premier roi d’Irak

Publié le Mis à jour le

HU027374
Fayçal Ibn Hussein (1885-1933)

Fayçal Ibn Hussein est né le 20 mai 1885. Il s’agit du troisième fils du Chérif de la Mecque : Hussein Ben Ali. Il fait parti des hachémites, ce qui fait de lui un membre de la famille du prophète Mohammed (Paix et Bénédiction de Dieu sur lui).

Il participa aux côté de son père et de son frère, Abdallah Ibn Hussein, à la révolte arabe (1916-1918) contre l’Empire ottoman. A l’issu de cet affrontement qui tournera en faveur de l’Occident et de ses alliés, Fayçal deviendra le roi de Syrie du 7 mars au 27 juillet 1920. Le Le 25 avril 1920, la Syrie sera placée sous mandat français et sera forcé à l’exil par ses derniers. Cependant, les britanniques le place sur le trône d’Irak en 1921, ce qui fait de lui le premier roi d’Irak.

Fayçal est un fervent nationaliste arabe qui souhait unir tous les arabes sous la bannière d’une seule nation. En 1919, il accepte les termes de la déclaration Balfour et signe, avec l’israélien Chaim Weizmann, l’accord Fayçal-Weizmann. Ces accords régissant les relations entre Juifs et Arabes au Moyen-Orient.

Fayçal mourra en 1933 et son fils Ghazi ben Fayçal lui succèdera.

Weizmann_and_feisal_1918
Chaim Weizmann et Fayçal Ibn Hussein.

Mohammed Ibn Abdelwahab, le Wahabisme et les Saoud

Publié le Mis à jour le

Muhammad Ibn Abdelwahab :

Né en 1703 à Aynia dans le  Nejd (une partie de l’Arabie Saoudite d’aujourd’hui), il a commencé à étudier le Coran à l’âge de 10 ans puis le Fiqh sous la tutelle de son père, un savant hanbalite renommé. Il voyagea ensuite pour continuer son enseignement entre la Mecque, Médine et  Bassora (Irak). Il retourna ensuite à son village pour prêcher l’unicité absolue et l’adoration de Dieu uniquement.

Il fut épaulé dans sa quête par le prince Mohammed Ibn Saoud et ont réussi à unifier la péninsule arabique qui était alors divisée en plusieurs tribus. Il est mort en 1772 et ses disciples ont continué à propager le message du Tawhid.

First_Saudi_State_Big

Sa doctrine, At-tawhid (l’unicité) :

Durant la période où a vécu Mohammed Ibn Abdelwahab, la oumma musulmane vivait une dégradation de ses croyances à cause de la propagation des innovations qui n’ont aucun rapport avec les préceptes de l’islam. L’adoration des tombeaux avait aussi atteint son paroxysme et de nombreuses sectes égarées se prétendaient de l’islam. De nombreuses pratiques comme le port des gris-gris, la visite des diseurs de bon-aventure, les sorciers, la construction des mausolées sur les tombes des pieux, l’imploration des morts et des vivants, l’intercession, les sacrifices pour les pieux, les serments par d’autres que Dieu, etc… sont apparues parmi les musulmans et se sont propagées donnant naissance à un islam vidé de tous ses principes et surtout de sa principale prescription : l’adoration de Dieu seulement.

وَأَنَّ الْمَسَاجِدَ لِلَّهِ فَلَا تَدْعُوا مَعَ اللَّهِ أَحَدًا – الجن 17

Les mosquées sont consacrées à Allah: n’invoquez donc personne avec Allah.

Ibn Abdelwahab, passa sa vie à combattre cette forme égarée d’idolâtrie. Il commença par détruire les mausolées de la même façon que le prophète Abraham détruisit les idoles vénérées par son peuple et que le prophète Mohammed celles qu’abritaient la Kaaba. Évidemment, ceci ne pouvait pas passer inaperçu et il se fit rapidement de nombreux ennemis parmi les communautés qui profitaient de ce marché juteux qu’est la visite des tombeaux et les dons d’argent et de sacrifices qui en découlaient.Ces pratiques sont devenues tellement ancrées qu’il a connu une résistance farouche de la part de certains leaders religieux de son époque. De nombreuses voix se sont levées pour discréditer cette “nouvelle religion”.

Les pratiquants de ces superstitions aussi -convaincus qu’il s’agit d’actes les rapprochant de Dieu- n’ont pas apprécié la campagne d’Ibn Abdelwahab et tout ce beau monde appuyé par les communautés soufie et chiite, les astrologue, les pseudo-guérisseurs et autres charlatans ont tout fait pour se mettre sur la voie de la cause l’homme à la tête de ce retour à l’origine et de cette purification de la religion. On le traita d’hérétique, de collabo, de Takfiri et ses disciples aujourd’hui sont traités d’extrémistes, de terroristes, d’intolérants… De la même façon, le prophète fut traité de menteur, de magicien, de poète par les mécréants.

وَعَجِبُوا أَن جَاءَهُم مُّنذِرٌ مِّنْهُمْ وَقَالَ الْكَافِرُونَ هَذَا سَاحِرٌ كَذَّابٌ –ق 3

Et ils (les Mecquois) s’étonnèrent qu’un avertisseur parmi eux leur soit venu, et les infidèles disent: ‹C’est un magicien et un grand menteur,

At-tawhid (l’unicité de Dieu) est la raison pour laquelle Dieu a envoyé les prophètes et révélé les livres sacrés. Toutes les religions ont pour premier et principal but de combattre le Shirk (polythéisme).

إِنَّ اللّهَ لاَ يَغْفِرُ أَن يُشْرَكَ بِهِ وَيَغْفِرُ مَا دُونَ ذَلِكَ لِمَن يَشَاء وَمَن يُشْرِكْ بِاللّهِ فَقَدِ افْتَرَى إِثْمًا عَظِيمًا –النساء 47

Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelque associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelque associé commet un énorme péché.

Nouh (Noé) a été envoyé à son peuple lorsque ceux-ci ont commencé à vénérer les cinq personnages les plus pieux de leur génération que sont  ” Wadd, Suwaa, Yaghouth, Yaouq et Nasr ” (Sourate Nouh 24). Ces hommes étaient de leur vivant un exemple à suivre en termes de bonté et de dévotion, à leur mort des statues les représentant ont été érigées en souvenir de leur piété. Après quelques génération, le peuple de Nouh a commencé à les vénérer.

Le wahhabisme n’est ni une voie ni un groupe. C’est un simple appel au Tawhid, à la revivification des pratiques religieuses originales étouffées sous la multitudes, de sectes, des groupes, d’interprétations. C’est un retour à la aquida authentique du prophète et de ses compagnons. Et de la même façon que le prophète et ses compagnons ont connu une résistance de la part des adorateurs d’idoles, les nouveaux polythéistes ont essayé de freiner l’avancée de ce mouvement. Même s’il s’agit de l’essence même de l’islam, certains ont du mal à l’accepter et le combattent de toutes leurs forces comme s’il s’agissait d’un dogme totalement étranger à cette religion.

أَجَعَلَ الْآلِهَةَ إِلَهًا وَاحِدًا إِنَّ هَذَا لَشَيْءٌ عُجَابٌ –ص 5

Réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu? Voilà une chose vraiment étonnante

Les ennemis de l’islam se sont aussi alliés à cette propagande pour altérer l’image de cet appel au Tawhid, il leur est plus favorable que les musulmans se noient dans les abîmes des innovations, de l’ignorance, des pratiques païennes, de l’adoration des Awliya et des “pieux” que de revenir à un islam authentique, nettoyé de ces rituels fétichistes. Car c’est cette croyance en l’unicité et la foi pure, associés à une confiance absolue placée en Dieu qui a permis aux musulmans de braver tous les obstacles depuis la révélation du message.

Les Saoud et les américains :

Les Saoud ont exploité la voie de Mohammed Ibn Abdelwahab pour asseoir leur domination sur le monde islamique. Il ont profité de la pureté de cet appel au Tawhid pour s’ériger en représentants de l’islam d’autant plus qu’ils ont réussi grâce à l’appui britannique à s’emparer de la Mecque et justifier leur régime aux yeux des musulmans.

Ce n’est qu’avec la prise du pouvoir de Abdel Aziz Ibn Saoud et son alliance avec les occidentaux que le « Wahabisme » est devenu un outil politique. Ce roi et ses héritiers ont prêté allégeance aux américains en effectuant un pacte ; pétrole contre protection.

1Abdel Aziz Ibn Saoud et Franklin Roosevelt

Ils ont offert aux ennemis de la voie du Tawhid le bâton pour faire battre l’islam, sali la mémoire de Mohammed Ibn Abdelwahab et fait entrer les mécréants sur les terres sacrées qui abritent la Mecque. Les générations qui suivirent n’ont fait qu’empirer les choses, justifiant leur égarement à l’aide de savants et d’imams complètement acquis à leur traîtrise ou ne possédant pas assez de courage pour s’opposer à leurs régents.

Ils ont, entre autre, réduit les libertés, combattu le jihad et les savants religieux intègres (plus de 3000 savants sont en prison aujourd’hui), empêché leur peuple de participer à la vie politique, favorisé les non-musulmans au détriment des musulmans, se sont tus face à l’occupation de la Palestine, rendus le hajj difficile en établissant de nombreuses conditions, se sont accaparés les richesses du pays et placé leurs hommes à tous les postes de responsabilité, etc…

Source : http://abouhamza.wordpress.com/2012/06/04/muhammad-ibn-abdelwahab-le-wahabisme-et-les-al-saoud/

__________________________

Notes :

Je me suis permis de corriger légèrement l’article car apparemment l’auteur a confondu le roi Fayçal d’Irak (1885 – 1933), le fils du Chérif Hussein de la Mecque, et le roi Fayçal d’Arabie Saoudite (1904 – 1975).

Le roi Fayçal 1er d’Irak a conclu un pacte avec Chaim Weizmann, qui porte pour le nom « Accord Fayçal-Weizmann », en 1919 où le roi Fayçal 1er accepte l’application de la Déclaration Blafour, qui prévoit la création d’un foyer national juif en Palestine, à la condition que les britanniques respecte leur promesse d’indépendance envers les arabes.

weizmann_and_feisal_1918Chaim Weizmann et le roi Fayçal 1er