Grand architecte de l’univers

Franc-Maçonnerie partie 27 : Le Matérialisme dans des Sources Maçonniques

Publié le

I.Croyance dans la matière absolue

Les maçons d’aujourd’hui, comme les pharaons, les prêtres et les autres classes de l’Egypte antique, croient en l’éternité et le fait que la matière n’est pas créée, et qu’à partir de cette matière sans vie les organismes vivants sont apparus par hasard. Dans les écrits maçonniques, on peut lire des comptes-rendus détaillés sur ces principes de base de la philosophie matérialiste.

Dans son livre, Masonluktan Esinlenmeler (Inspirations de la franc-maçonnerie), Maître Selami Isindag écrit sur la pure philosophie matérialiste de la maçonnerie :

« Tout l’espace, l’atmosphère, les étoiles, la nature, toutes les choses animées et inanimées sont composées d’atomes. Les êtres humains ne sont rien de plus qu’un rassemblement d’atomes spontané. Un équilibre dans le flux d’électricité parmi les atomes garantit la survie des organismes vivants. Lorsque cet équilibre est détruit (pas l’électricité dans les atomes), nous mourrons, retournons à la terre et sommes dispersés en atomes. Nous sommes venus de la matière et l’énergie, et nous retournerons à la matière et l’énergie. Les plantes utilisent nos atomes et tous les organismes vivants, nous y compris, utilisent les plantes. Tout est fait de la même substance. Mais parce que nos cerveaux sont plus développés parmi tous les animaux, la conscience est apparue. Si on regarde les résultats de la psychologie expérimentale, on voit que notre expérience psychique triptyque d’émotion-esprit-volonté est le résultat du fonctionnement équilibré des cellules dans le cortex du cerveau et les hormones… La science positive admet que rien n’est né de rien, et que rien ne sera détruit. Par conséquent, on peut en conclure que les êtres humains ne sont pas reconnaissants, ni obligés envers aucune force. L’univers est une totalité d’énergie sans commencement ni fin. Tout est né de cette totalité d’énergie, évoluant et mourant, mais ne disparaissant jamais complètement. Les choses changent et se transforment. Il n’existe vraiment rien comme la mort ou la perte ; mais un changement, une transformation et une formation continus. Mais il est impossible d’expliquer cette formidable question et ce secret universel par les lois scientifiques. Pourtant les explications extra-scientifiques sont des descriptions imaginaires, des dogmes et des croyances stériles. D’après la science positive et la raison, il n’existe pas d’esprit séparé du corps. » [81]

Vous trouverez des opinions identiques à celles ci-dessus dans les ouvrages de penseurs matérialistes comme K. Marx, F. Engels, V .I. Lénine, G. Politzer, C. Sagan et J. Monod. Ils acceptent tous le mythe matérialiste de base que l’univers a existé depuis l’éternité, que la matière est la seule entité existante absolue, que les êtres humains sont composés de matière et ne possèdent pas d’esprit, que la matière évolue en et hors d’elle-même, et que la vie est apparue par hasard. Il est juste d’utiliser le terme de mythe, car, contrairement à la déclaration d’Isindag que « ces processus sont le résultat de la science positive et de la raison », toutes ces opinions ont été invalidées par les découvertes scientifiques de la deuxième moitié du 20ème siècle. Par exemple, la théorie du Big Bang acceptée dans les cercles scientifiques comme prouvée, montre scientifiquement que l’univers a été créé de rien il y a des millions d’années. Les lois de la thermodynamique montrent que la matière n’a pas la capacité de s’organiser elle-même et que l’équilibre et l’ordre dans l’univers sont par conséquent le résultat d’une création consciente. En démontrant l’extraordinaire structure des organismes vivants, la biologie prouve l’existence d’un Créateur Qui a conçu tout ce qui existe.

Les théories matérialistes de la littérature maçonnique ne diffèrent pas de celles trouvées dans les écrits d’idéologues matérialistes tels que Marx, Engels et Lénine.
Les théories matérialistes de la littérature maçonnique ne diffèrent pas de celles trouvées dans les écrits d’idéologues matérialistes tels que Marx, Engels et Lénine.

Dans son article, Isindag explique que les maçons sont, en fait, des matérialistes et par conséquent, des athées, et qu’ils utilisent le concept de « Grand architecte de l’univers » en référence à une évolution matérielle :

« Je voudrais très brièvement faire référence à certains principes, ou pensées adoptés par les francs-maçons : Selon la maçonnerie, la vie provient d’une seule cellule, elle change, évolue, et se transforme en être humain. La nature, la cause, le but et les conditions de ce début ne sont pas tous connus. La vie provient d’une combinaison de matière et d’énergie et retourne à cet état. Si nous acceptons le Grand architecte de l’univers comme un principe sublime, un horizon interminable de bonté et de beauté, l’apogée de l’évolution, son stade le plus élevé et l’idéal vers lequel tendent tous les êtres humains, et si nous ne le personnalisons pas, nous pouvons être sauvés du dogmatisme. » [82]

Comme nous le voyons, l’un des principes de base de la philosophie maçonnique repose sur le fait que les choses viennent de la matière et retournent à la matière. Un aspect intéressant de ce point de vue c’est que les francs-maçons ne considèrent pas cette philosophie particulière à eux-mêmes ; ils veulent diffuser ces idées à l’ensemble de la société. Isindag poursuit :

« Un franc-maçon formé sur ces principes et doctrines accepte le devoir d’éduquer les gens… et de les édifier en leur enseignant les principes de la raison et de la science positiviste. De cette façon, la franc-maçonnerie s’adresse aux gens. Elle travaille au nom des gens et malgré les gens. » [83]

Cette explication montre deux aspects du rôle de la maçonnerie tel qu’il est perçu par la société;

1. Sous le couvert de la raison et de la science positiviste, la maçonnerie tente d’imposer au reste de la société la philosophie matérialiste à laquelle elle croit (c’est-à-dire l’ancien mythe égyptien).

2.Ils ont l’intention de faire cela malgré les gens. C’est-à-dire, même si une société croit en Allah et n’a aucun désir d’accepter une philosophie matérialiste, la maçonnerie s’obstinera à essayer de changer sa conception du monde sans son consentement.

Il y a un point important que nous devions noter ici : la terminologie utilisée par les maçons est trompeuse. Dans leurs écrits, en particulier ceux destinés au reste de la société, ils emploient un langage conçu pour présenter leur philosophie comme inoffensive, intelligente et tolérante. Nous en avons un exemple dans la citation ci-dessus, dans la notion d »‘édifier les gens en leur enseignant les principes de la raison et de la science positiviste. » En effet, la philosophie maçonnique n’a rien à voir avec « la science et la raison » ; elle est liée à un mythe démodé qui va à l’encontre de la science. Les maçons n’ont pas pour but d’édifier les gens; leur intention délibérée est d’imposer leur philosophie aux gens. Quand ils affirment qu’ils sont déterminés à faire cela malgré l’opinion des gens, on constate qu’ils ne sont pas tolérants, et qu’ils ont une vision totalitaire du monde.

II. Négation de l’existence de l’esprit et de l’au-delà

hiram_usLes maçons croient au matérialisme et rejettent l’idée de la vie après la mort. Quelquefois le concept d’une vie après la mort apparaît dans des textes maçonniques, mais, comme dans le mythe d’Hiram reproduit ici (à gauche), ce que l’on entend par là est la continuation de la mémoire du nom d’une personne dans ce monde.taDu fait de leurs croyances matérialistes, les maçons n’acceptent pas l’existence de l’esprit humain et rejettent complètement l’idée de l’au-delà. En dépit de cela, les écrits maçonniques disent parfois des morts qu’ils sont « partis pour l’éternité » ou une autre expression spirituelle de ce genre. Cela peut paraître contradictoire, mais ne l’est pas, en fait, car toutes les références de la maçonnerie à l’immortalité de l’esprit sont symboliques. Mimar Sinan traite ce sujet dans un article intitulé « Après la mort dans la franc-maçonnerie » :

« Dans le mythe de Maître Hiram, les maçons acceptent la résurrection après la mort d’une manière symbolique. Cette résurrection montre que la vérité prévaut toujours sur la mort et l’obscurité. La maçonnerie ne donne aucune importance à l’existence d’un esprit séparé du corps. Selon elle, la résurrection après la mort doit laisser une certaine création spirituelle ou matérielle en héritage aux êtres humains. Cela rend l’être humain immortel. Ceux qui ont pu immortaliser leur nom durant cette courte vie humaine, sont ceux qui ont réussi. Nous considérons ceux qui ont immortalisé leurs noms comme des personnes qui ont consacré tous leurs efforts, soit en faveur de leurs contemporains, soit en faveur des générations qui suivent, afin de rendre les gens heureux et d’assurer pour eux un monde plus humain. Leur objectif est d’exalter les impulsions bienveillantes qui influencent la vie des gens… Les êtres humains qui ont été à la recherche de l’immortalité tout au long des siècles peuvent l’atteindre par le biais du travail qu’ils font, les services qu’ils rendent et les idées qu’ils élaborent, ce qui donne du sens à leur vie. Comme l’explique Tolstoï, « le Paradis sera alors établi sur la terre et les gens atteindront le bien le plus élevé possible. » [84]

Sur le même sujet, le Maître Maçon Isindag écrit :

« LA SUBSTANCE DE TOUTES LES CHOSES : La maçonnerie interprète cela en termes d’énergie et de matière. Les francs-maçons affirment que tout change, étape par étape, et reviendra à la matière. Scientifiquement, ceci est défini comme la mort. Le mysticisme sur cette question, c’est à dire, la croyance que, des deux forces dont une personne est composée – esprit et corps — le corps meurt, mais pas l’esprit ; que les esprits meurent et s’en vont au monde des esprits, où ils poursuivent leur existence et reviennent incarnés dans un autre corps lorsqu’Allah l’ordonne, n’est pas compatible avec les idées de changement-transformation acceptées par la maçonnerie. Les idées de la maçonnerie à ce sujet peuvent être exprimées de la façon suivante : « Après votre mort, la seule chose qui restera de vous, et qui ne mourra pas, sont les souvenirs de votre maturité et de ce que vous avez accompli. » Cette idée est une manière philosophique de penser fondée sur les principes de la science positiviste et la raison. La croyance religieuse dans l’immortalité de l’esprit et la résurrection après la mort ne s’accorde pas avec les principes positivistes. La maçonnerie a tiré ses principes de pensée des systèmes philosophiques positivistes et rationalistes. Donc, sur cette question philosophique, ils sont reliés à une façon de penser et d’expliquer qui n’est pas celle de la religion. » [85]

Rejeter la résurrection après la mort et rechercher l’immortalité dans le patrimoine temporel… Même si les maçons présentent cette idée comme étant en conformité avec la science moderne, c’est en fait un mythe auquel des personnes impies ont cru depuis les temps préhistoriques. Le Coran nous dit que des gens sans foi en Allah ont édifié des châteaux comme s’ils devaient demeurer éternellement. Houd (Que la Paix de Dieu soit sur lui), l’un des prophètes du passé, avait averti le peuple d’Ad contre ce type d’ignorance comme il suit :

« Et quand Houd, leur frère (contribule), leur dit : « Ne craindrez-vous pas [Allah] ? » Je suis pour vous un messager digne de confiance, Craignez Allah donc et obéissez-moi. Et je ne vous demande pas de salaire pour cela ; mon salaire n’incombe qu’au Seigneur de l’univers. Bâtissez-vous par frivolité sur chaque colline un monument ? Et édifiez-vous des châteaux comme si vous deviez demeurer éternellement ? Et quand vous sévissez contre quelqu’un, vous le faites impitoyablement. Craignez Allah donc et obéissez-moi.« 

[Coran, Sourate 42, versets 124 à 131]

L’erreur commise par ces personnes impies n’était pas la construction de beaux bâtiments. Les musulmans donnent également de l’importance à l’art; en le créant, ils essaient d’embellir le monde. La différence réside dans l’intention. Un musulman est intéressé par l’art dans la mesure où il exprime la beauté et des notions esthétiques qu’Allah a données aux êtres humains. Les personnes impies se trompent en considérant l’art comme un moyen d’atteindre d’immortalité.

—————————-

Notes :

[81] Dr. Selami Isindag, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, pp. 189

[82] Dr. Selami Isindag, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, pp. 190

[83] Dr. Selami Isindag, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, pp. 189-190

[84] Hasan Erman, « Masonlukta Olum Sonrasi », Mimar Sinan, 1977, no. 24, p. 57

[85] Dr. Selami Isindag, Masonlugun Kendine Ozgu Bir Felsefesi Var Midir, Yok Mudur?, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 97

Franc-Maçonnerie partie 16 : L’Objectif Maçonnique : Etablir un Monde Humaniste

Publié le

nwoLa philosophie humaniste, que les maçons estiment énormément, repose sur le rejet de la foi en Allah et l’adoration des êtres humains, ou la vénération de l‘humanité à Sa place. Mais, ceci soulève une question importante : les maçons se réservent-ils cette croyance pour eux seuls ou souhaitent-ils la faire adopter par d’autres ?

A l’examen des écrits maçonniques, la réponse apparaît claire : l’objectif de cette organisation est de répandre la philosophie humaniste dans le monde entier et d’éradiquer les religions monothéistes (l’Islam, le Christianisme et le Judaïsme).

Par exemple, dans un article publié dans le magazine maçonnique Mimar Sinan, il est écrit : « Les maçons ne recherchent pas l’origine des idées du mal, de la justice et de l’honnêteté au-delà du monde physique, ils pensent que ces concepts sont nés des conditions sociales, des relations sociales d’une personne et de ses combats dans la vie » et d’ajouter : « La maçonnerie essaie de propager cette idée dans le monde entier. » [53]

Selami Isindag, un maçon turc senior écrit :

« D’après la maçonnerie, afin de sauver l’humanité de la morale du surnaturel basée sur les sources religieuses, il est nécessaire d’établir une morale reposant sur l’amour de l’humanité qui n’est pas relative. Dans ses principes moraux traditionnels, la maçonnerie prend en compte les tendances de l’organisme humain, ses besoins et leur satisfaction, les règles de la vie sociale et leur organisation, la conscience, la liberté de pensée et de parole, et enfin, tout ce qui entre dans la formation de la vie naturelle. Pour cette raison, son objectif est d’établir et d’encourager la morale humaine dans toutes les sociétés. » [54]

Ce que Maître Isindag entend par « sauver les êtres humains de la morale basée sur les sources religieuses » est l’aliénation de tous de la religion. Dans le même ouvrage, Isindag explique cet objectif et ses « principes pour l’établissement d’une civilisation avancée ».

Les principes positifs de la maçonnerie sont nécessaires et suffisent à l’établissement d’une civilisation avancée. Ils regroupent :

– L’acceptation que le Dieu impersonnel (Le Grand architecte de l’univers) est lui-même évolution.

– Le rejet de la croyance dans la révélation, le mysticisme et les croyances vides.

– La supériorité de l’humanisme rationnel et du travail.

Le premier de ces trois articles ci-dessus suppose le rejet de l’existence d’Allah. (Les maçons ne croient pas en Allah, mais dans le Grand architecte de l’univers, et la citation ci-dessus indique que par ce terme, ils entendent évolution.) Le deuxième article rejette la révélation d’Allah et la connaissance religieuse reposant dessus. (Isindag lui-même définit ceci comme des « croyances vides ».) Et le troisième article exalte l’humanisme et le concept humaniste de « travail » (comme dans le communisme). (Allah est bien au-dessus de ce qu’ils Lui imputent.)

Si on considère comment ces idées sont enracinées dans le monde aujourd’hui, on peut apprécier l’influence jouée par la maçonnerie.

Il s’agit d’un autre élément important à noter ici : comment la maçonnerie a-t-elle mis en branle sa mission contre la religion ? A l’examen des écrits maçonniques, on remarque qu’ils souhaitent détruire la religion, particulièrement au niveau sociétal au moyen d’une « propagande » massive. Maître Selami Isindag jette la lumière sur ce sujet dans ce passage de son livre :

« …Même les régimes excessivement répressifs ont échoué dans leurs tentatives de détruire l’institution de la religion. D’ailleurs, les durs excès des méthodes politiques, dans leurs tentatives d’éclairer la société en sauvant le peuple d’une foi et de dogmes religieux vides produisirent l’effet contraire : les lieux de culte qu’ils souhaitaient fermer sont aujourd’hui encore plus remplis que jamais, et la foi et les dogmes qu’ils interdirent comptent encore plus de membres. Dans une autre conférence, nous avons souligné que face à un thème touchant au cœur et à l’émotion, l’interdiction et la force restent sans effet. La seule manière d’amener les peuples des ténèbres aux lumières est la science positive et les principes de la logique et de la sagesse. Si les gens sont éduqués selon ce principe, ils respectent les aspects humanistes et positifs de la religion, mais se préservent de ses croyances et ses dogmes stériles. » [55]

Pour comprendre le sens de ces paroles, il est nécessaire d’en faire une analyse rigoureuse. Isindag indique que la répression de la religion rendra les gens religieux encore plus motivés et renforcera la religion. Par conséquent, afin d’empêcher le renforcement de la religion, Isindag pense que les maçons devraient la détruire au niveau intellectuel. Ce qu’il entend par « science positive et principes de la logique et de la sagesse » n’impliquent pas réellement la science, la logique ou la sagesse. Mais simplement une philosophie matérialiste et humaniste, qui utilisent ces slogans accrocheurs comme camouflage, similairement au darwinisme. Isindag affirme que, lorsque ces idées sont disséminées dans la société, « seuls les éléments humanistes de la religion seront respectés », c’est-à-dire que les seuls éléments de la religion qui subsisteront seront ceux approuvés par la philosophie humaniste. Autrement dit, ils veulent rejeter les vérités de base constituant la charpente de la religion monothéiste (Isindag les appelle des croyances et des dogmes stériles). Ces vérités sont les réalités ultimes telles que l’homme est créé par Allah et est responsable envers Lui.

En résumé, les maçons ambitionnent de détruire les éléments de la foi qui constituent l’essence de la religion. Ils souhaitent diminuer le rôle de la religion à un simple élément culturel qui exprime ses idées sur un nombre de questions morales d’ordre général. Le moyen pour y parvenir, d’après eux, est d’imposer l’athéisme à la société sous couvert de science et de raison. Leur objectif ultime est néanmoins de déposséder la religion de sa place comme élément culturel et d’établir un monde complètement athée.

Dans un article de Isindag, dans le magazine Mason, intitulé « Science positive – Les obstacles de l’esprit et la maçonnerie » il explique :

« En conséquence de tout cela, je voudrais dire que l’obligation humaniste et maçonnique la plus importante pour nous tous est de ne pas nous éloigner de la science et de la raison, de reconnaître que c’est l’unique et meilleur moyen d’après l’évolution, de répandre cette foi parmi les gens et de leur enseigner la science positive. Les paroles d’Ernest Renan sont très importantes : « Si les gens sont instruits et éclairés par la science positive et la raison, les croyances stériles de la religion s’effondreront d’elles-mêmes. » Les paroles de Lessing soutiennent ce point de vue : « Si les êtres humains sont instruits et éclairés par la science positive et la raison, un jour la religion n’aura plus de raison d’être. » [56]

G. E. Lessing et E. Renan. Les maçons voulaient réaliser le rêve de ces deux écrivains athées en effaçant la religion de la face de la terre.
G. E. Lessing et E. Renan. Les maçons voulaient réaliser le rêve de ces deux écrivains athées en effaçant la religion de la face de la terre.

Voilà l’objectif ultime de la maçonnerie. Ils souhaitent détruire complètement la religion et établir un monde humaniste fondé sur le « caractère sacré » de l’humanité. C’est-à-dire qu’ils souhaitent établir un nouvel ordre d’ignorance, dans lequel les hommes rejettent Allah Qui les a créés et se considèrent divins… (Allah est bien au-dessus de ce qu’ils Lui imputent) Cet objectif est la raison d’exister de la maçonnerie. Dans le magazine maçonnique du nom de Ayna (Miroir), ceci est appelé « Temple des idées » :

« Les maçons modernes ont modifié l’objectif des anciens maçons de construire un temple physique en une idée de construction d’un « Temple des idées ». La construction d’un Temple des idées sera possible lorsque les principes et vertus maçonniques seront établis sur terre et le nombre de sages accrus. » [57]

Pour étendre davantage cet objectif, les maçons travaillent sans relâche dans de nombreux pays à travers le monde. L’organisation maçonnique est influente dans les universités, d’autres institutions éducatives, dans les médias, dans le monde des arts et des idées. Elle ne cesse jamais ses efforts pour disséminer sa philosophie humaniste dans la société et discréditer les vérités de la foi à la base de la religion. Nous verrons plus tard que la théorie de l’évolution est un des principaux moyens de propagande des maçons. En outre, ils ambitionnent de construire une société qui ne mentionne même pas le nom d’Allah ou de la religion, mais satisfait uniquement au plaisir, désirs et ambition matérielle des humains. Ce sera une société formée des gens qui ont tourné ouvertement le dos [Coran, Sourate 11, verset 92] à Allah, comme l’avait fait le peuple de Madyan, mentionné dans le Coran. Dans cette culture de l’ignorance, il n’y a pas de place pour la crainte ou l’amour d’Allah, obéir à Sa volonté, pratiquer des actes d’adoration, ni pour des réflexions sur l’au-delà. En fait, ces idées sont considérées comme étant vieillottes et propres aux gens non instruits. Ce message est asséné dans les films, les bandes dessinées et les romans.

Partie 1 : Super-héros, cultes païens et sorcellerie !

Partie 2 : Super-héros, cultes païens et sorcellerie !

Partie 1 : Mangas, cultes païens et satanisme !

Les maçons jouent un rôle leader dans cette vaste supercherie. Mais, de nombreux autres groupes et individus sont également impliqués dans la même tâche. Les maçons les acceptent en tant que « maçons honoraires », et les considèrent comme leurs alliés car ils partagent la même philosophie humaniste. Selami Isindag écrit :

« La maçonnerie accepte par ailleurs ce fait : Dans le monde extérieur, on trouve des sages, qui bien que n’étant pas maçons, embrassent l’idéologie maçonnique. Car cette idéologie est vraiment l’idéologie des êtres humains et de l’humanité. » [58]

Cette lutte continuelle contre la religion repose sur deux arguments ou justifications de base : la philosophie matérialiste et la théorie de l’évolution de Darwin.

Dans les deux chapitres suivants, nous examinerons ces deux arguments, leur origine et leur relation avec la maçonnerie. Alors, nous serons en mesure de mieux comprendre les coulisses de ces idées qui influencèrent le monde depuis le 19ème siècle.

—————————-

Notes :

[53] Moiz Berker, « Gercek Masonluk », Mimar Sinan, 1990, no. 77, p. 23

[54] Dr. Selami Isindag, Sezerman Kardes V, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 62

[55] Dr. Selami Isindag, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, pp. 145-146

[56] Dr. Selami Isindag, « Olumlu Bilim-Aklin Engelleri ve Masonluk », Mason Dergisi, année 24, No. 25-26 (décembre 76 – mars 77)

[57] Ibrahim Baytekin, Ayna, Janvier 1999, no : 19, p. 4

[58] Dr. Selami Isindag, Masonluk Ustune, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 32

Franc-Maçonnerie partie 13 : Les Racines de l’humanisme dans la Kabbale

Publié le

Nous avons vu que la Kabbale est une doctrine remontant à l’Egypte antique, qui pénétra et contamina la religion qu’Allah avait révélée aux Israélites. Nous avons par ailleurs vu qu’elle repose sur une vision pervertie qui considère les êtres humains comme n’étant pas créés, mais comme étant des créatures divines existant depuis l’éternité.

L’humanisme pénétra en Europe à partir de cette source. La croyance chrétienne reposait sur l’existence d’Allah, et la croyance que les êtres humains étaient Ses serviteurs dociles créés par Lui. Mais, avec la propagation de la tradition des templiers à travers l’Europe, la Kabbale commença à attirer un grand nombre de philosophes. Ainsi, au 15ème siècle, un courant humaniste débuta qui laissa une trace indélébile sur le monde des idées européen.

Ce lien entre humanisme et Kabbale est souligné dans plusieurs sources. L’une d’elle est le livre du célèbre auteur Malachi Martin, intitulé The Keys of This Blood. M. Martin est professeur d’histoire à l’Institut Biblique Pontifical du Vatican. Il explique que l’influence de la Kabbale peut être clairement observée chez les humanistes :

Ainsi que l’historien de l’Université du Vatican Malachi Martin l’a montré, il existe une étroite relation entre la montée de l’humanisme en Europe et la Kabbale ….
Ainsi que l’historien de l’Université du Vatican Malachi Martin l’a montré, il existe une étroite relation entre la montée de l’humanisme en Europe et la Kabbale ….

« Dans ce climat inhabituel d’incertitudes et de défis qui marqua le début de la Renaissance italienne, surgit un réseau d’associations humanistes qui aspiraient à échapper au contrôle global de l’ordre établi. En raison de leurs aspirations, ces associations étaient obligées d’exister en secret, du moins à leur début. Mais outre le secret, ces groupes humanistes étaient construits autour de deux caractéristiques principales.

Premièrement, ils étaient en rébellion contre l’interprétation traditionnelle de la Bible telle qu’elle était soutenue par les autorités ecclésiastiques et civiles, et contre les bases philosophiques et théologiques qu’offrait l’Eglise en termes de vie civile et politique…

Comme on pouvait s’y attendre avec une telle animosité, ces associations avaient leur propre conception du message originel de la Bible et de la révélation d’Allah. Ils se saisirent de ce qu’ils considéraient être un corps ultrasecret de connaissance, une gnosie, qu’ils basaient en partie sur les milieux culturels et occultistes provenant d’Afrique du Nord, notamment d’Egypte, et en partie sur la Kabbale juive classique…

Les humanistes italiens expurgèrent l’idée de la Kabbale qui en devint presque méconnaissable. Ils reformulèrent le concept de gnosie et en firent un simple verbiage. La gnosie spéciale qu’ils recherchaient était un savoir secret permettant de maîtriser les forces aveugles de la nature à des fins sociopolitiques. » [39]

En résumé, les sociétés humanistes formées à cette époque souhaitaient remplacer la culture catholique de l’Europe par une nouvelle culture prenant ses racines dans la Kabbale. Ils avaient pour ambition de créer un changement sociopolitique pour y parvenir. Il est intéressant de retrouver aux sources de cette nouvelle culture, outre la Kabbale, les doctrines de l’Egypte antique. Le professeur Martin écrit :

« Les initiés de ces premières associations humanistes étaient des adeptes de la Grande Force (le Grand architecte du cosmos), qu’ils représentaient sous la forme du tétragramma sacré, YHWH… [Les humanistes] empruntèrent d’autres symboles (la Pyramide et l’œil qui voit tout) principalement à des sources égyptiennes. » [40]

Il est relativement intéressant que les humanistes fassent usage du concept de « Grand architecte de l’univers », un terme encore utilisé aujourd’hui par les maçons. Cela révèle qu’il doit y avoir un lien entre les humanistes et les maçons. Le professeur Martin écrit :

« Sous d’autres climats nordiques, à la même époque, une alliance bien plus importante avec les humanistes prenait place. Une alliance que personne n’aurait pu prédire.

Dans les années 1300, à une époque où les associations humanistes-kabbalistes commençaient à chercher leur place, il existait déjà, particulièrement en Angleterre, en Ecosse et en France, des confréries médiévales composées d’hommes…

Personne au 14ème siècle n’aurait pu prédire une fusion d’esprits entre les francs-maçons et les humanistes italiens…

La nouvelle maçonnerie s’éloigna de l’allégeance au christianisme ecclésiastique romain. Et là encore, comme pour les humanistes occultistes italiens, le secret garanti par la tradition de la Loge fut essentiel dans ces circonstances.

Les deux groupes avaient toutefois plus de points communs que le seul secret. D’après les écrits et les documents de la maçonnerie spéculative, il est clair que le principe religieux central se transforma en croyance dans le Grand architecte de l’univers (une figure familière dès lors grâce à l’influence des humanistes italiens)… Le Grand architecte était immanent et l’élément principal d’un cosmos matériel, un produit de l’esprit « éclairé ».

Aucune base conceptuelle ne pouvait permettre de réconcilier une telle croyance avec le Christianisme. Car de telles idées étaient exclues et considérées comme un péché, l’enfer comme châtiment et le paradis comme récompense, et le sacrifice perpétuel et éternel de la messe, saints et anges, prêtre et pape. » [41]

Bref, en Europe, au 14ème siècle, naquit une organisation humaniste et maçonnique prenant ses racines dans la Kabbale. Et cette organisation ne considérait pas Dieu, comme le faisait les juifs, les chrétiens et les musulmans : le Créateur et le Souverain de l’univers entier et le seul Seigneur et Dieu de l’humanité. A la place, ils utilisaient un concept différent, comme celui de « Grand architecte de l’univers », qu’ils considéraient comme faisant « partie de l’univers matériel ».

Autrement dit, cette organisation secrète qui apparut en Europe au 14ème siècle, rejeta Allah, mais sous le concept de « Grand architecte de l’univers », accepta l’univers matériel comme divinité.

Pour obtenir une définition plus claire de cette croyance pervertie, nous pouvons passer au 20ème siècle et examiner la littérature maçonnique. Par exemple, un des plus anciens maçons de Turquie, Selami Isindag, a un livre intitulé Masonluktan Esinlenmeler (Inspirations de la franc-maçonnerie). Ce livre a pour objectif de former les jeunes maçons. Il explique ce qui suit sur la croyance maçonnique en un « Grand architecte de l’univers » :

« La maçonnerie n’est pas impie. Mais le concept de Dieu qu’ils ont choisi est différent de celui de la religion. Le Dieu de la maçonnerie est un principe supérieur. Il est au sommet de l’évolution. Par la critique de notre être intérieur, par la connaissance et la progression délibérée sur le chemin de la science, de l’intelligence et de la vertu, nous pouvons diminuer l’écart entre lui et nous. Ensuite, ce dieu ne possède pas les caractéristiques du bien et du mal des êtres humains. Il n’est pas personnifié. Il n’est pas considéré comme le guide de la nature ou de l’humanité. Il est l’architecte du grand travail de l’univers, de son unité et de son harmonie. Il est la somme de toutes les créatures de l’univers, un pouvoir total englobant tout, une énergie. Malgré tout cela, il ne peut pas être accepté comme un commencement … c’est un grand mystère. » [42]

Dans le même ouvrage, il est évident que lors que les francs-maçons parlent du « Grand architecte de l’univers », ils font référence à la nature ou plutôt qu’ils vouent un culte à la nature :

« En dehors de la nature, il n’existe aucune force responsable de nos pensées ou de nos activités… Les principes et doctrines de la maçonnerie sont des faits scientifiques reposant sur la science et l’intelligence. Dieu est l’évolution, dont un élément est la force de la nature. Par conséquent, la réalité absolue est l’évolution elle-même et l’énergie qui l’englobe. » [43]

Le magazine Mimar Sinan, un éditeur spécialiste des francs-maçons turcs formule également la même philosophie maçonnique :

« Le Grand architecte de l’univers est une inclination vers l’éternité. C’est une entrée vers l’éternité. Pour nous, c’est une approche. Il suppose la quête continuelle de la perfection absolue dans l’éternité. Il forme une distance entre le moment actuel et la pensée franc-maçonne ou la conscience. » [44]

Il s’agit de la croyance à laquelle les maçons pensent quand ils disent : « nous croyons en Dieu, nous n’acceptons aucunement les athées parmi nous. » Ce n’est pas Dieu que les maçons vénèrent, mais les concepts naturalistes et humanistes, tels que la nature, l’évolution et l’humanité, divinisés par leur philosophie.

Quelques symboles maçonniques
Quelques symboles maçonniques

En examinant brièvement la littérature maçonnique, il est possible de se rendre compte que cette organisation n’est rien d’autre qu’un humanisme structuré et de voir que son objectif est de créer à travers le monde entier un ordre laïc et humaniste. Ces idées sont nées chez les humanistes de l’Europe ; du 14ème siècle, mais les maçons d’aujourd’hui les proposent et les défendent toujours.

—————————-

Notes :

[39] Malachi Martin, The Keys of This Blood: The Struggle for World Dominion Between Pope John Paul II, Mikhail Gorbachev, and the Capitalist West, New York, Simon & Schuster, 1990, pp. 519-520

[40] Malachi Martin, The Keys of This Blood, p. 520

[41] Malachi Martin, The Keys of This Blood, pp. 521-522

[42] Dr. Selami Isindag, Sezerman Kardes V, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 73

[43] Dr. Selami Isindag, Sezerman Kardes V, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 79

[44] Mimar Sinan, 1989, no. 72, p. 45