Fouad Ier

Histoire de l’Egypte Partie 4 : Hassan al-Banna et les Frères Musulmans

Publié le

Hassan al-Banna

Hassan al-Banna est né le 14 octobre 1906 dans le ville d’al-Mahmudiyya, au nord de l’Égypte. Son père l’a inscrit dans une école coranique durant sa jeunesse. En 1920, il s’oriente vers des études d’instituteur et fréquente l’école du village de Damanhur où il côtoie la confrérie soufi al-Ikhwan al-Husafiyya. Il crée une association avec des membres de la confrérie, dont le but est de lutter contre la propagande des missionnaires chrétiens. Cette association aura un rôle fondamentale dans la création de la confrérie des Frères Musulmans, qui sera créer en mars 1928 à Ismaïlia.

Quel est le but des frères musulmans ? Hassan al-Banna nous l’explique : « Nous voulons l’individu musulman, puis la famille musulmane, la société musulmane, l’État musulman et enfin la Nation [Oumma/Communauté] musulmane. »

Al-Banna misait sur l’éducation religieuse de l’individu, qui a son tour va éduquer sa famille, si la famille est éduquer, la société sera éduquée, puis la société, puis l’État et enfin la communauté musulmane. C’est en cela qu’il s’oppose aux missionnaires chrétiens qui ont déjà fait beaucoup de mal à la communauté musulmane notamment en injectant le nationaliste dans la monde musulman, en plus de prêcher le christianisme. Ils se servaient de leur actes de bienfaisance (ouverture d’orphelinats, d’écoles, d’hôpitaux, fourniture d’aides alimentaire, etc…) pour convertir les musulmans à leur religion. Religion déjà fortement influencé par l’humanisme maçonnique. Suite au premier congrès des Frères Musulmans, dont le thème est consacré à l’action des missionnaires chrétiens en terres musulmanes, les Frères Musulmans demandent au roi Fouad Ier, descendant de Mohammed Ali, de contrôler l’activité des missionnaires.

Hassan al-Banna disait à propos des missionnaires :

« Il est naturel qu’il y ait un conflit entre les Frères et les missions, puisque les uns défendent l’islam et les autres l’attaquent. »

Toutefois, les Frères Musulmans faisaient la différence entre les coptes (chrétiens d’Orient), qui n’étaient pas l’objet de leur attaques, et les missionnaires (chrétiens d’Occident). Dans ses mémoires, al-Banna a rédigé un texte où il donne les causes de l’égarement des musulmans à son époque et la nécessité de ré-islamiser la communauté et ce, en commençant par l’individu :

« Je crois que mes compatriotes, par suite des vicissitudes politiques qu’ils ont traversées, des influences sociales qu’ils ont subies, de l’emprise laïque occidentale, des sophismes européens, de la philosophie matérialiste et de l’imitation aveugle des européens, se sont éloignés des objectifs de leur religion et des buts prônés par leur Livre, ils ont oublié la gloire de leurs ancêtres et les valeurs léguées par les anciens. La saine religion s’est revêtue, chez eux, d’éléments que l’ignorance lui attribue à tort ; sont éclatante vérité s’est dérobée à leurs yeux, ainsi que ses enseignements véritablement libéraux, sous les voiles d’illusions qui arrêtent le regard et paralysent la réflexion. Ainsi la masse des gens est-elle tombée dans les ténèbres de l’ignorance, les jeunes gens et les « enseignés » se sont-ils égarés dans le désert d’un doute fatal, qui a installé la corruption à la place de la saine doctrine et changé la foi en athéisme. »

Hassan al-Banna combattait la vision laïque ou mourjite de l’islam qui affirmait que l’islam est une religion uniquement d’ordre privée, oubliant la sphère public qui est une composante essentielle de la Shari’a. Les laïques, les maçons et les juifs ont pour objectif d’opérer une séparation entre l’ordre temporel et l’ordre spirituel au sein de l’islam, comme ils l’ont fait avec le christianisme. Toutefois, le christianisme sépare déjà le spirituel du temporel, ce qui n’est pas le cas de l’islam. La ruse des ennemis de l’islam était, et est toujours, d’intégrer dans les consciences musulmanes cette séparation entre le temporel et le spirituel. Hassan al-Banna, lors du cinquième congrès de la confrérie mis un point d’honneur à mettre en avant la réunion du spirituel et du temporel au sein de l’islam :

« Nous, Frères Musulmans, considérons que les préceptes de l’islam et ses enseignements universels intègrent tout ce qui touche à l’homme en ce monde et dans l’autre, et que ceux qui pensent que ces enseignements ne touchent que l’aspect cultuel ou spirituel, à l’exclusion des autres, sont dans l’erreur. L’islam est en effet foi et culte, patrie et citoyenneté, religion et État, spiritualité et action, Livre et sabre. Le Noble Coran parle de tout cela, le considéré comme substance et partie intégrante de l’islam, il recommande de s’y appliquer globalement. »

« Les Frères Musulmans ont fréquenté le Livre de Dieu, s’en sont inspirés et guidés et sont arrivés à la conclusion que l’islam c’était cette conception totale, à portée universelle et qui devrait régir tous les aspects de la vie. Ceux-ci doivent s’en imprégner, se soumettre à son pouvoir, suivre ses préceptes et ses enseignements, les prenant comme références, dans la mesure où la nation [communauté musulmane] veut être authentiquement musulmane. Mais si la nation n’est musulmane que dans son culte, suivant pour le reste d’autres modèles, cette nation passe à côté de l’islam. »

Pour Hassan al-Banna, la conquête du pouvoir n’était pas nécessaire, il suffisait aux Frères Musulmans d’éduquer le peuple pour voir l’apparition d’une nouvelle génération de musulman.

Roi Fouad Ier

Hassan al-Banna entre en contact avec le Mufti de Jérusalem, Hajj Amin al-Husseini, et met en place des petits groupes armées qui seront chargé d’une possible défense des musulmans face au colonisateur britannique mais aussi pour aider les palestiniens contre les sionistes. En 1936, une partie de ces groupes sont partie combattre les sionistes. En 1940/1941 est créer le Nizam al-Khass (section spéciale des Frères Musulmans) qui est un groupe charger de la défense des Frères Musulmans. Nizam al-Khass est sous la direction exclusive de Hassan al-Banna mais certains de ses membres vont plusieurs fois agir sans son accord et en cachette. Ils veulent changer la société mais pas comme l’entends al-Banna.

En 1948, le juge Ahmad al-Khazindar est assassiné par un membre de la confrérie pour avoir condamné deux membres des Frères Musulmans à de lourdes peines. Lors d’un discours publique, Hassan al-Banna avait dit concernant le juge : « Que Dieu nous débarrasse de lui ! », ce qui a apparemment été suivi à la lettre par l’assassin bien que ce n’était pas ce que al-Banna avait voulu. Le 15 novembre 1948, deux officiers britanniques sont assassinés par des membres de la confrérie et le 8 décembre, les britanniques annoncent la dissolution de la confrérie. Le 28 décembre, le premier ministre, Mahmoud Fahmi an-Nuqrashi, est assassiné, suite à quoi, des membres important de l’organisation sont arrêtés.

Le 12 février 1949, Hassan al-Banna se rend à un rendez-vous au Caire en taxi. Surgi deux hommes qui lui tire dessus mais il n’est pas gravement blessé. Son acolyte est sévèrement touché et une fois à l’hôpital, il demande à ce qu’il soit soigné avant lui. Toutefois, lorsqu’il est sensé recevoir des soins, un émissaire du gouvernement ordonne au médecin de ne pas le soigné et Hassan al-Banna meurt à cause l’hémorragie.

En 1951, le Cheikh Hassan al-Hudaybi est désigné comme chef suprême des Frères Musulmans et remplace de ce fait Hassan al-Banna. Contrairement au fondateur de la confrérie, le Cheikh Hassan al-Hudaybi n’aime pas les manifestations publique et n’est pas un bon orateur, alors que ces deux choses ont fait le succès des Frères Musulmans du vivant de Hassan al-Banna. Le Cheikh Hassan al-Hudaybi va tenter une dissolution du Nizam al-Khass, mais Abd ar-Rahman al-Sanadi, un des leaders du Nizam, refuse de communiquer la liste des membres. De plus, un bon nombre de l’organisation craignent de devenir vulnérable si le Nizam venait à être dissous.

Histoire de l’Egypte Partie 3 : L’occupation britannique

Publié le

Protectorat britannique

En 1882, suite à la défaite de l’armée égyptienne, la Grande-Bretagne occupe l’Égypte. N’ayant pas participer à la bataille, la France critique l’occupation britannique mais ces derniers assurent qu’ils ne resteront que le temps de régler les problèmes intérieur. Le contrôle de l’Égypte est confié à Sir Evelyn Baring, connu sous le nom de Lord Cromer, même si officiellement l’Égypte est toujours considérée comme une province de l’Empire Ottoman sous le contrôle de Abbas II.

En 1907, le mouvement nationaliste retrouve une seconde jeunesse grâce à Moustafa Kamil Pacha qui appelle les égyptiens à la révolte contre les britanniques. Les nationalistes appellent à la création d’une Constitution, d’un Parlement et de l’évacuation des troupes britanniques mais la premier guerre mondial va stopper net leur revendications. En effet, l’Empire Ottoman faisant partie la Triple Alliance, les britanniques en profitent pour imposer un protectorat en Égypte pour couper l’herbe sous le pied des nationalistes. Abbas II est alors dans l’obligation d’abdiquer.

Le partie nationaliste Wafd est créer en 1918 par Sa’ad Zaghlul. En 1919, ce dernier envoi une délégation à Londres pour demander l’indépendance du pays. Demande qui sera rejetée par les britanniques. Mais en 1922, la Grande-Bretagne accorde une autonomie théorique à l’Égypte. Le partie nationaliste Wafd voit le jour, le sultan Fouad devient roi et Sa’ad Zaghlul son premier ministre. Des tensions entre le roi Fouad Ier et le Parti Wafd vont aller crescendo, ce qui provoque une instabilité gouvernementale qui sera exploitée par les britanniques, qui soutiendront tantôt le roi, tantôt le Wafd en fonction de leur intérêts.

Les Frères Musulmans vont constituer la troisième voie. Hassan al-Banna a toujours traité les autorités politiques et religieuses avec le plus grand respect. Son objectif était de toucher les personnes et non à les éloignés. C’est pourquoi il préconisait le bon comportement envers eux, même s’il n’hésitait pas leur faire part de ses recommandation. Cette position n’était nullement une façon de s’attirer les faveurs du pouvoirs mais un moyens pour que ces derniers soient attentifs à son discours. Le Partie Wafd n’hésitera pas à qualifier les Frères Musulmans de collaborer avec le roi et avec les britanniques.