exégèse

Les chaytanes/démons peuvent-être des hommes ou des djinns ! (Sourate 2 verset 14)

Publié le Mis à jour le

jjj « Cependant, lorsqu’ils rencontrent des croyants, ils leur disent : «Nous sommes des vôtres» , mais, dès qu’ils se retrouvent avec leurs démons, ils se déclarent des leurs en disant : «Nous sommes avec vous. Nous ne faisions que plaisanter, rien de plus.» »

[Coran, sourate 2 versets 14]

——————————————————

Ce verset est la preuve qu’il existe des démons/chaytanes hommes et des démons/chaytanes djinns. Les djinns n’étant pas tous des chaytanes, car un chaytanes (ou démon) sont les partisans de Iblis le maudit. Or, il y a des partisans d’Iblis chez les djinns et chez les hommes comme en témoigne ce verset.

——————————————————

Voici l’explication du verset :

« Allah le Tout-Puissant dit : Quand ces hypocrites rencontrent les croyants, ils disent : « Nous sommes des vôtres« ; et prétendent la foi, l’alliance et l’amitié et ce pour les tromper par leur hypocrisie et leur malice et afin d’assurer leur part dans les biens et les butins;

« mais, dès qu’ils se retrouvent avec leurs démons« ,

c’est-à-dire quand ils partent et retournent vers leurs maîtres et leurs notables : les rabbins des juifs et les chefs des mécréants et des hypocrites, ils se dévoilent.

Ibn Jarir dit : Les démons [chaytanes] peuvent-être des djinns et des êtres humains comme l’affirme le Tout-Puissant :

« C’est ainsi que Nous avons suscité à chaque prophète des ennemis, parmi les hommes et les djinns, qui inspirent les uns aux autres de jolis discours, par pure vanité. Et ils n’agiraient pas ainsi, si ton Seigneur le voulait. Laisse-les donc à leurs inventions mensongères ! »

[Coran, sourate 6 versets 112]
[Volume 1 de l’exégèse d’Ibn Kathir, édition Darussalam, pages 140 et 141]

 

IslamRéinfo TV : Histoire de la franc-maçonnerie

Publié le Mis à jour le

Histoire de la franc-maçonnerie des origines jusqu’à nos jours.

Anâ-Muslim : 7 musulmans ouighours tués 139 autres arrêtés par les colons chinois

Publié le Mis à jour le

resim1-600x387

Les colonisateurs chinois ont annoncés ce mercredi 09  octobre,  lors d’une conférence officielle, avoir arrêtés plus de 139 musulmans ouighours dans la région occupée du Turkistan Orientale (appelée Xinjiang par les colons chinois et les médias occidentaux), depuis le mois d’aout. Les 139 ouighours de cette région turcophones, ancien émirat islamique envahit et colonisé par les colons chinois depuis le début du XX ème siècle , sont accusés par les forces d’occupation de « propager l’extrémisme religieux voir le Jihad » c’est à dire d’avoir prêché l’Islam selon la Sunnah, il faut savoir que pour les colons inquisiteurs le seul fait d’enseigner le Coran et pire son exégèse ou les Hadith prophétiques est considéré comme du Jihad et une « activité militante pouvant nuire à la sécurité de l’état ». Dans cette région islamisée dès le VIII ème siècle sous le Califat Ommayade  (avec le célèbre émir Qutaybah ibn Muslim) puis Abbasside, l’occupation chinoise interdit l’accès des mosquées et l’enseignement de l’Islam aux mineurs, oblige la présence d’affiche du Parti Communiste dans les mosquées, force les travailleurs à manger pendant le Ramadhan, chose que même les sionistes n’ont pas oser faire en Palestine.

L’occupation chinoise tente aussi de coloniser la région musulmane riche en matière première et donc vitale pour la Chine, en faisant venir des millions de chinois d’ethnie Han, dont de nombreux anciens délinquants afin d’inverser la démographie et de faire en sorte que les Ouighours musulmans, les vrais Turkistanais, soient minoritaires dans leur propre pays.

Le 7 octobre, 7 musulmans ouighours été abattus dans plusieurs opérations de police chinoise dans la région occupée, 4 d’entre eux ont été tués par les policiers car ils s’étaient réunis illégalement, et début octobre 3 ouighours été condamnés à mort pour leurs activités religieuses.

ettn8-300x250
Carte du Turkistan Oriental occupé par la Chine depuis le siècle dernier

A l’été 2009 suite à un massacre de musulmans ouighours dans une usine, la région avait connue une grande révolte qui avait été écrasée dans le sang avec plusieurs milliers de morts selon les associations ouighours, 200 selon les colons chinois, et plusieurs dizaines de milliers de musulmans ouighours avaient été arrêtés, ils ont depuis disparus, certains ont été exécutés mais la majorité d’entre eux seraient dans des camps de concentration ou de travaux forcés.

Les musulmans du Turkistan Occupé sont une partie malheureusement oubliée de la Oummah, l’oppression , notamment sur le plan religieux, qu’ils subissent est telle que  la seule comparaison possible serait le sort des Rohingyas musulmans de Birmanie. Le Turkistan Orientale Islamique voit ses matières premières pillées par la Chine, ses villes historiques colonisés par les chinois et ses mosquées et madrassas , souvent millénaires , fermées par les colons. Même les sionistes n’ont pas fais preuve d’autant de cruauté et de haine envers l’Islam face à nos frères et sœurs palestiniens.

En ces jours bénis de Dhil Hijja n’oublions pas les musulmans du Turkistan Orientale dans nos invocations notamment dans nos prosternations, et partageons les informations sur leur sort afin de sensibiliser la Oummah francophone  à cette terrible tragédie.

Drapeau du Turkistan Oriental Islamique
Drapeau du Turkistan Oriental Islamique

Source : http://www.ana-muslim.org/7-musulmans-ouighours-tues-139-autres-arretes-les-envahisseurs-chinois/

La sagesse cachée derrière la loi du Talion (Sourate 2 versets 178 et 179)

Publié le Mis à jour le

fo.-1cfee2f

« Ô vous qui croyez ! La loi du talion vous est prescrite en matière de meurtre : homme libre pour homme libre, esclave pour esclave, femme pour femme. Si l’ayant droit consent une remise de cette peine au meurtrier, ce dernier sera poursuivi modérément et il devra s’acquitter du prix du sang avec empressement. C’est là une mesure d’allégement et de miséricorde pour vous de la part de votre Seigneur. Mais quiconque transgresse, par la suite, ce compromis sera sévèrement sanctionné. La loi du talion constitue pour vous une garantie de vie, ô gens doués d’intelligence. Peut-être finirez-vous ainsi par craindre Dieu.  » [Sourate 2, versets 178 et 179]

——————————

Beaucoup de détracteurs de l’islam prennent ces versets sur la loi du talion pour souligner la violence de l’islam. Certains affirment même qui si un homme commet un meurtre, ce n’est pas l’homme qui sera puni par la loi du talion mais sa femme. Vous l’aurez remarquer, tout est bon pour salir l’islam et les musulmans. Je vais donc essayer d’apporter la lumière sur la loi du talion à travers l’exégèse d’Ibn Kathir.

——————————

La loi du talion est connue de tous et à pour but la réciprocité d’un crime commis par un individu. Cette loi est surement l’une des plus ancienne et existe aussi dans le judaïsme.

«Mais si malheur arrive, tu paieras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure. »

[ Torah, Exode 21 : versets 23 à 25 ]

A première vue, la loi du talion est vu comme une loi de sauvage, or si cette loi serait appliquer à la lettre par nos dirigeants, beaucoup de massacres inutile seraient évités. La loi du talion contient une sagesse qui est la préservation de la vie. En effet,  » vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure  » montre que Dieu refuse que la vengeance dépasse le dommage causé à la victime.

Ce qu’il se passait en Arabie à l’époque et ce qui ce passe toujours de nos jours à travers le monde, c’est que lorsque l’on subit un dommage plus ou moins grave, la réponse est disproportionné et parfois dramatique. Il arrive qu’une personne perde la face suite à une confrontation physique et il reviendra pour tuer son adversaire, un otage justifie une déclaration de guerre à tout un pays ou une population, etc… La loi du talion a pour but d’éviter au maximum ces débordements et surtout de ne toucher que les personnes concernés. A l’époque préislamique et du vivant du Prophète ( Paix et Bénédictions de Dieu sur lui ) lorsqu’un membre de la tribu A tuait un membre de la tribu B, cette dernière s’en prennaient à tous les membres de la tribu A sans distinction même si le meurtre était un cas isolé qui n’avait rien avoir avec les décisions des chefs de tribus. La loi du talion limite ces crimes à son seul auteur, seul le membre de la tribu A qui a commis le meurtre sera puni de mort.
« La loi du talion constitue pour vous une garantie de vie, ô gens doués d’intelligence. Peut-être finirez-vous ainsi par craindre Dieu.  » [Sourate 2, verset 179]

A la page 482 du volume 1 de l’exégèse d’Ibn Kathir, ce dernier explique la sagesse de ce verset sur le talion :

« Derrière cette loi, réside une grande sagesse, celle de préserver et de sauvegarder les vies, car si le tueur connaît son sort, il s’abstiendra d’exécuter son acte. C’est ainsi que des vies sont préservées.  »

Les versets 178 et 179 de la sourate 2 ont été révélés pour que les musulmans ne fassent pas comme les juifs de Médine qui n’appliquaient pas correctement la loi du Talion. A la page 479, Ibn Kathir rapporte que les deux tribus juives, les Banou Kouraydha et les Banou Nadir se faisaient la guerre et que les Banou Nadir avaient vaincu les Banou Kouraydha avant la venue de l’islam. De ce fait, les Banou Nadir avaient un statut supérieur par rapport aux Banou Kouraydha car lorsqu’un membre des Banou Nadir tuait un membre des Banou Kouraydha, la loi du talion ne s’appliquait pas pour les Banou Nadir. A la place de la sanction qui aurait dû être la mise à mort du meurtrier, les Banou Nadir se « contentaient de payer une rançon qui équivalait à cent gourdes ( Wasak ) de dattes, mais quand un homme de Banou Kouraydha tuait un autre membre de Banou Nadir, il était soumis au talion même si sa tribu payait deux cents gourdes de dattes, c’est-à-dire le double de ce que les autres payaient.  »

Contrairement au judaïsme, Dieu a allègé la loi du talion en instaurant la possibilité pour les proches de la victime de pardonner le meurtrier qui aura l’obligation de payer le prix du sang.

« Si l’ayant droit consent une remise de cette peine au meurtrier, ce dernier sera poursuivi modérément et il devra s’acquitter du prix du sang avec empressement.  » [Sourate 2, verset 178]

Page 481 : « Ad-Dahhak rapporta qu’Ibn Abbas dit que cette phrase signifie que celui qui accepte la rançon de son proche tué quand le talion est exécutable, il exprime ainsi son pardon. Celui qui revendique l’application de la loi doit alors pardonner une fois qu’il accepte la rançon, alors que le tueur doit s’acquitter convenablement et sans préjudice de son devoir.  »

A travers cette partie du verset 178, Dieu autorise les musulmans à ne pas appliquer le talion mais dans se cas l’auteur du crime devra payer le prix du sang et l’acceptation de celle-ci par le proche parent de la victime annule son droit à l’application du talion. Cela s’oppose à la pratique des juifs des Banou Nadir et Kouraydha de l’époque, qui même si les Banou Kouraydha offraient le double de la rançon, la loi du talion était quand même appliqué par les Banou Nadir.

« C’est là une mesure d’allégement et de miséricorde pour vous de la part de votre Seigneur.  » [Sourate 2, verset 178]

Ibn Kathir explique que : « Allah nous dit ici que l’acceptation de la rançon pour une personne tuée délibérément est un allègement et une clémence de la part du Seigneur. C’est en fait un fardeau levé en comparaison aux lois des nations précédentes dans de pareil cas. Selon Saïd ibn Mansour, Ibn Abbas dit qu’Allah avait prescrit le talion sur les enfants d’Israël et qu’il n’était pas question de pardonner le tueur. Pour cette nation (musulman), Allah a atténué la loi en lui accordant l’alternative du pardon après la rançon. Katada commente cet allègement en disant qu’Allah est clément avec cette nation, car Il leur a fait goûter la rançon à laquelle les nations du passé n’avaient pas droit. Il prescrit le talion et le pardon sans rançon au peuple de la Bible (At-Tawrat) et prescrit le pardon au peuple de l’Evangile, mais cette nation a eu droit au talion, au pardon et à la rançon. C’est aussi l’avis de Saïd ibn Joubayr, Mokatil ibn Hayyan et Ar-Rabia ibn Anas.  »

« Mais quiconque transgresse, par la suite, ce compromis sera sévèrement sanctionné.  » [Sourate 2, verset 178]

Page 482 : « Par ces paroles, Allah nous dit que celui qui tue après avoir reçu ou accepté la rançon, aura un châtiment douloureux, ainsi dit Ibn Abbas, Mojahid, Ata, Ikrima, Al-Hassan, Katada, Ar-Rabia ibn Anas, As-Souddi et Mokatil ibn Hayyan. Par conséquent, celui qui revendique la justice pour un proche tué, n’a plus le droit à sa revendication s’il accepte la rançon. «