Encyclopédistes

Anâ-Muslim : Genèse religieuse et philosophique de l’Occident !

Image Publié le Mis à jour le

geneseoccident1

Source : http://www.ana-muslim.org/genese-religieuse-philosophique-de-loccident-2/

Franc-Maçonnerie partie 33 : Erasmus Darwin, grand-père de Charles Darwin

Publié le

On pense généralement que les fondateurs de la théorie de l’évolution sont les biologistes français Jean Lamarck et anglais Charles Darwin. Selon l’histoire classique, Lamarck fut le premier à proposer la théorie de l’évolution, mais il fit l’erreur de la baser sur l' »héritage des traits acquis ». Plus tard, Darwin proposa une deuxième théorie fondée sur la sélection naturelle.

Cependant, nous devons mentionner ici le nom d’un autre théoricien qui joua un rôle important dans l’origine de la théorie de l’évolution : Erasmus Darwin, grand-père de Charles Darwin.

Erasmus Darwin était un contemporain de Lamarck (18ème siècle). Physicien, psychologue et poète, il était reconnu comme une autorité. Son biographe, Desmond King-Hele l’a même surnommé le plus grand anglais du 18ème siècle. [99] Mais, Erasmus Darwin avait une vie privée très sombre. [100]

Il s’est surtout fait remarqué comme l’un des plus célèbres naturalistes d’Angleterre. Comme nous l’avons dit au début, le naturalisme est une philosophie qui n’accepte pas qu’Allah ait créé les organismes vivants. En fait, ce point de vue, qui est proche du matérialisme, fut le point de départ de la théorie de l’évolution d’Erasmus Darwin.

Erasmus Darwin, grand-père de Charles Darwin était un "Maître maçon".
Erasmus Darwin, grand-père de Charles Darwin était un « Maître maçon ».

Dans les années 1780-1790, Erasmus Darwin développa les grandes lignes de la théorie de l’évolution, selon laquelle toute vie provient, par hasard et selon les lois de la nature, d’un seul ancêtre commun. Il fit ses recherches dans un jardin botanique de 32.000 m2 qu’il avait préparé, et chercha des preuves qui prouvent sa théorie. Il l’expliqua dans deux livres intitulés Le Temple de la Nature et La Zoonomie. Par ailleurs, en 1784, il fonda une société chargée de diffuser ses idées, connue comme la Société Philosophique.

Des années plus tard, Charles Darwin héritait les idées de son grand père et les grandes lignes lui permettant de présenter sa théorie de l’évolution. La théorie de Charles Darwin s’élabora sur la structure établie par son grand-père, tandis que la Société Philosophique devint l’un des partisans les plus passionnés de sa théorie. [101]

En bref, Erasmus Darwin est le véritable pionnier de la théorie que nous connaissons comme la théorie de l’évolution et dont on a fait la propagande dans le monde entier durant les derniers 150 ans.

Où Erasmus Darwin découvrit-il l’idée d’évolution ? D’où vient son intérêt pour ce thème ?

Après une recherche approfondie sur cette question, nous avons découvert le fait intéressant qu’Erasmus Darwin était un maçon. Et Erasmus Darwin n’était pas un maçon ordinaire, il était l’un des maîtres les plus hauts placés dans l’organisation.

Il a été le maître de la célèbre loge de Canongate à Édimbourg, en Ecosse. [102] En outre, il avait des liens très étroits avec les maçons jacobins qui étaient les organisateurs de la Révolution, à l’époque, en France, avec les Illuminati, dont le principal objectif était de fomenter de l’hostilité envers la religion. [103] Comme nous le voyons, Erasmus Darwin était un nom important parmi les organisations maçonniques antireligieuses en Europe.

Le livre d’Erasmus Darwin La Zoonomie, dans lequel il posait les fondements de la théorie de l’évolution.
Le livre d’Erasmus Darwin La Zoonomie, dans lequel il posait les fondements de la théorie de l’évolution.

Erasmus éduqua son fils Robert (le père de Charles Darwin) qui fut lui aussi membre de la loge maçonnique. [104] Pour cette raison, Charles Darwin reçut l’héritage des préceptes maçonniques à la fois de son père et de son grand-père.

Erasmus Darwin espérait que son fils Robert développe et publie sa théorie, mais ce fut son petit-fils Charles qui se chargea de le faire. Bien qu’il paru quelques années plus tard, le Temple de la Nature d’Erasmus Darwin fut finalement révisé par Charles Darwin. Les idées de Darwin n’avaient pas le poids d’une théorie scientifique ; c’était simplement l’expression d’une doctrine naturaliste qui soutenait que la nature avait une puissance créatrice.

—————————-

Notes :

[99] Desmond King-Hele, Doctor of Revolution: The Life and Times of Erasmus Darwin, Faber & Faber, Londres, 1977, p. 361

[100] Henry Morris, The Long War Against God, p. 178

[101] William R. Denslow, 10,000 Famous Freemasons, vol. I. Macoy Publishing & Macoy Supply Co., Inc. Ricmond, Virginia, 1957, p. 285

[102] William R. Denslow, 10,000 Famous Freemasons, vol. I. Macoy Publishing & Macoy Supply Co., Inc. Ricmond, Virginia, 1957, p. 285

[103] Henry Morris, The Long War Against God, p. 198. L’Ordre des Illuminati fondé en Bavière, en Allemagne, en 1776, était une sorte de loge maçonnique. Le fondateur des Illuminati, Dr. Adam Weishaupt, était juif. Il avait énuméré les objectifs de l’Ordre comme il suit : 1- Abolir toutes les monarchies et les gouvernements réguliers, 2- Abolir la propriété privée et l’héritage, 3- Abolir la vie de famille et l’institution du mariage et établir un système d’enseignement communautaire pour les enfants, 4- Abolir toutes les religions. (voir, Eustace Mullins, The World Order: Our Secret Rulers, p. 5 ; Lewis Spence, The Encyclopedia of the Occult, p. 223)

[104] Henry Morris, The Long War Against God, Master Books, avril 2000, p. 198

Franc-Maçonnerie partie 32 : Illuminisme et avènement du mythe de l’évolution

Publié le

Les idées matérialistes et évolutionnistes que les organisations maçonniques comme l’ordre de la Rose-Croix ou l’Ikhwan as-Safa’ exprimaient secrètement, mais surtout symboliquement, ont pris plus de force à mesure que le pouvoir social de l’Eglise catholique s’affaiblissait en Europe. En conséquence, ces enseignements païens, restés dans la clandestinité pendant environ 1.000 ans en raison de la domination politique et intellectuelle du Christianisme, ont trouvé un regain d’intérêt auprès des penseurs européens des 17ème et 18ème siècles.

La Révolution: la France fut noyée dans un bain de sang.
La Révolution : la France fut noyée dans un bain de sang.

Cette période, durant laquelle les idées matérialistes et évolutionnistes furent largement acceptées par la société européenne et l’influencèrent en s’éloignant de la religion, est connue comme l’Illuminisme. Certainement, ceux qui ont choisi ce nom (c’est-à-dire ceux qui qualifiaient ce changement d’idées comme un passage à la lumière) étaient les leaders de cette déviation. Ils décrivaient la période antérieure comme l' »Age des ténèbres » et en blâmaient la religion, affirmant que l’Europe est devenue « éclairée » lorsqu’elle s’est laïcisée et s’est éloignée de la religion. Cette perspective tendancieuse et fausse est toujours un des principaux mécanismes de propagande des personnes opposées à la religion.

Dans son livre, Réflexions sur la Révolution en France, Edmund Burke a montré les effets destructeurs de la Révolution française et de l’Illuminisme.
Dans son livre, Réflexions sur la Révolution en France, Edmund Burke a montré les effets destructeurs de la Révolution française et de l’Illuminisme.

Il est vrai que le Christianisme médiéval était plutôt « ténébreux » en raison des superstitions et de l’intolérance, mais la plupart de ces excès furent éliminés à l’époque postmédiévale. En fait, l’Illuminisme n’a pas non plus apporté beaucoup de résultats positifs dans l’Occident. L’effet le plus important de l’Illuminisme, qui s’est produit en France, a été la Révolution française, qui a noyé le pays dans une mer de sang. Aujourd’hui la littérature influencée par l’Illuminisme glorifie la Révolution française ; toutefois, elle a coûté énormément à la France et a provoqué des conflits sociaux qui ont duré jusqu’au 20ème siècle. L’analyse de la Révolution française et de l’Illuminisme par le célèbre penseur britannique, Edmund Burke, est très révélatrice. Dans son célèbre ouvrage, Réflexions sur la Révolution en France, publié en 1790, il critique à la fois l’idée de l’Illuminisme et son fruit, la Révolution française ; à son avis, ce mouvement a détruit les valeurs fondamentales qui servaient de cohésion à la société, c’est-à-dire la religion, la morale et la structure familiale, et a ouvert la voie à la terreur et à l’anarchie. Enfin, il considérait l’Illuminisme, selon les mots d’un commentateur, comme un « mouvement destructeur de l’intelligence humaine ». [98]

Les leaders de ce mouvement destructeur étaient les maçons. Voltaire, Diderot, Montesquieu, et d’autres penseurs antireligieux qui ont ouvert la voie à la Révolution, étaient tous des maçons. Ceux-ci étaient intimes avec les jacobins qui étaient les leaders de la Révolution. Cela a mené certains historiens à conclure qu’il est difficile de distinguer entre le jacobinisme et la maçonnerie en France à cette époque. (Voir Le nouvel ordre maçonnique de Harun Yahya)

Au cours de la Révolution française, l’hostilité envers la religion était évidente. De nombreux prêtres furent envoyés à la guillotine, des Eglises furent détruites, et, par ailleurs, il y avait des gens qui voulaient éradiquer totalement le Christianisme et le remplacer par une religion déviée, païenne et symbolique appelée « la Religion de la raison. » Les leaders de la Révolution devinrent également victimes de cette folie ; chacun d’eux perdit finalement la tête sous la guillotine, à laquelle ils avaient eux-mêmes condamné tant de gens. De nos jours encore, beaucoup de français se demandent si la Révolution a été une bonne chose.

Voltaire, Diderot et les "Encyclopédistes" : les leaders maçonniques de l’Illuminisme et les féroces opposants à la religion.
Voltaire, Diderot et les « Encyclopédistes » : les leaders maçonniques de l’Illuminisme et les féroces opposants à la religion.

Les sentiments antireligieux de la Révolution française se répandirent ensuite dans toute l’Europe et, par conséquent, le 19eme siècle fut l’une des périodes de propagande antireligieuse les plus agressives.

Par conséquent, ce processus a permis que les idées évolutionnistes et matérialistes, qui étaient restées clandestines pendant des siècles grâce à l’utilisation de symboles, sortent au grand jour. Des matérialistes, comme Diderot et le Baron d’Holbach, brandirent la bannière de l’antireligion, et le mythe de l’évolution de la Grèce antique fut introduit dans la communauté scientifique.

—————————-

Notes :

[98] Pocock, dans ; Edmund Burke, Reflections on the Revolution in France, ed. J. G. A. Pocock, Indianapolis: Hackett Publishing Company, 1987, pp. 33-38