Bible

IslamRéinfo TV : L’Irja, le Christianisme et la Laïcité !

Publié le

L’Irja est la secte la plus dangereuse pour les musulmans de tout temps. Cette dernière est largement diffusée au sein de communauté musulmane et les membres qui la compose ne se rendent pas compte qu’ils sont en grande majorité murjites (adeptes de l’irja) au lieu d’être musulman. Cette progression de l’irja se fait manière inconsciente en ces temps où le Califat a disparu et que la domination occidentale étends son hégémonie sur les musulmans du monde.

Cette vidéo montre que la sécularisation et la laïcisation proviennent du Christianisme qui possède les gènes de sa propre laïcisation. A l’inverse, l’Islam est immunisé contre la laïcisation, mais les ennemis de l’Islam ont trouver le moyen de tromper les musulmans en remplaçant l’Islam par l’Irja.

Publicités

Shaykh Salih Ibn Fawzan : Celui qui mécroit en l’un des prophètes aura mécru en tous les prophètes dont celui à qui il prétend croire !

Publié le Mis à jour le

Histoires des Prophètes de Ibn Kathir« Celui qui mécroit en l’un des prophètes aura mécru en tous les prophètes dont celui à qui il prétend croire. Parce que les prophètes sont des frères.

Le Messager d’Allah (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) dit :

« Les prophètes sont des frères de mères différentes. »

Une seule chaîne, leur voie est unique. Donc celui qui renie l’un d’entre eux les renie tous. Parce que celui qui est avec celui-ci est avec l’autre également. Ils sont tous les messagers d’Allah. Celui qui prétend croire en Moussa [1] comme les juifs et mécroit en ‘Isa [2] et Mohammed (Aleyhoum Salam) mécroit en fait en tous les prophètes dont le prophète auquel il prétend croire – Moussa (Aleyhi Salam). Parce que Mohammed (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) est mentionné dans le livre lequel vint Moussa.

Allah le Très Haut dit :

« Ceux qui suivent le messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Torah et l’Évangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui; ceux-là seront la gagnants. » [Coran, Sourate 7 verset 157]

« Ceux à qui Nous avons donné le Livre, le reconnaissent comme ils reconnaissent leurs enfants… » [Coran, Sourate 2 verset 146]

Mais l’envie les fit mécroire en Mohammed (Sala Llahou Aleyhi wa Salam) parce qu’ils ne voulaient pas que la prophétie fut enlevée des Fils d’Isra’il [3]. Ils voulaient monopoliser la faveur d’Allah.

« Envient-ils aux gens ce qu’Allah leur a donné de par Sa grâce ? » [Coran, Sourate 4 verset 54]

Ce sont l’envie et la transgression qui les firent le rejeter; autrement, ils savaient qu’il était le Messager d’Allah, car ils trouvèrent sa mention dans la Torah et l’Évangile.

De même ‘Isa (Aleyhi Salam) annonça la bonne nouvelle de (la venue de) Mohammed (Sala Llahou Aleyhi wa Salam). Allah le Très Haut dit :

« Et quand ‘Isa fils de Maryam [4] dit : « Ô Enfants d’Isra’il, je suis vraiment le Messager d’Allah [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Torah, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera « Ahmed »… » [Coran, Sourate 61 verset 6]

Qui fut le messager qui vint après ‘Isa (Aleyhi Salam) ? Nul autre messager ne vint après ‘Isa (Aleyhi Salam), si ce n’est Mohammed (Sala Llahou Aleyhi wa Salam). Son nom est Ahmed et Mohammed, il a de nombreux noms. Celui qui mécroit en ‘Isa mécroit en tous les messagers. C’est pour cela qu’Allah, le Majestueux et Très Haut, dit :

« Le peuple de Nouh [5] traita de menteurs les Messagers. » [Coran, Sourate 26 verset 105]

Bien que le premier des messagers fut Nouh, ils le rejetèrent. Mais Allah dut qu’ls traitèrent tous les messagers de menteurs. Cela inclut donc tous ceux qui vinrent après lui. Parce que celui qui renie un messager renie (également) tous les autres messagers :

« Les ‘Ad [6] traitèrent de menteurs les Envoyés. » [Coran, Sourate 26 verset 123]

« Les Thamoud [7] traitèrent de menteurs les messagers. » [Coran, Sourate 26 verset 141]

« Les gens d’Al-Aykah [8] traitèrent de menteurs les Messagers. » [Coran, Sourate 26 verset 176]

Ainsi, celui qui mécroit en un, mécroit à tous.

« Ceux qui ne croient pas en Allah et en Ses messagers, et qui veulent faire la distinction entre Allah et Ses messagers et qui disent : « Nous croyons en certains d’entre eux mais ne croyons pas en d’autres », et qui veulent prendre un chemin intermédiaire (entre la foi et la mécréance), les voilà les vrais mécréants !… » [Coran, Sourate 4 versets 150 et 151]

Bien qu’ils croyaient en certains d’entre eux, cela ne fut pas suffisant. Il est obligatoire de croire à tous, car ils sont tous les messagers d’Allah. Tous vinrent d’Allah, exalté soit-Il, le premier d’entre eux annonçant la bonne nouvelle du dernier d’entre eux tout comme le dernier d’entre eux croit au premier d’entre eux (Aleyhoum Salam). Voilà la croyance des Musulmans – Ahl As-Sunnah wal-Jama’ah.

Sharh As-Sunnah (L’explication de la Sunnah) de l’imam Al-Hasan Ibn ‘Ali Al-Barbahari, expliqué par Shaykh Salih Ibn Fawzan Al-Fawzan, Éditions Al-Bayyinah, Tome 1, Chapitre : La croyance aux prophètes et aux anges, Pages 193 à 198 ]

____________________________________________________

[1] Moïse

[2] Jésus

[3] Les Enfants d’Israël

[4] Jésus fils de Marie

[5] Noé

[6] Le peuple du prophète Houd

[7] Le peuple du prophète Salih

[8] Le peuple du prophète Shou’ayb

IslamRéinfo TV : L’islam sunnite orthodoxe face aux sectes : De l’Empire Seldjoukide à l’apogée de l’Empire Ottoman

Publié le Mis à jour le

Première épisode de la série « histoire de l’islam et des musulmans sous l’Empire Seldjoukide, l’Empire Ottoman et la Turquie Moderne ». Cet épisode se concentre sur les relations historique entre l’islam sunnite orthodoxe et les différentes sectes affiliés au sunnisme ou au chiisme, à l’époque de l’Empire Seldjoukide jusqu’à l’apogée de l’Empire Ottoman.

Franc-Maçonnerie partie 43 : Destruction de l’Empire Ottoman et du Califat islamique

Publié le

Ajout  Islam Réinformation : Harun Yahya n’aborde pas la destruction de l’Empire Ottoman dans son livre, ce que je trouve très surprenant. Pour pallier ce manque, je vous renvoi à la section Abolition du Califat, ainsi qu’à cette vidéo qui retourne aux sources des causes qui ont permis la chute de l’Empire Ottoman et donc du Califat islamique :

IslamRéinfo TV : Les Causes à la Source de l’Abolition du Califat

Publié le Mis à jour le

Cette série de vidéos ont pour but d’éclairer les musulmans sur les causes qui ont permit la chute du Califat Ottoman en 1924 mais aussi de leur faire prendre conscience de l’importance de connaître l’histoire. Pour cela cette audio va développer différents thèmes qui en apparences n’ont rien avec le Califat mais qui sont bel et bien à la source de sa chute.

Franc-Maçonnerie partie 13 : Les Racines de l’humanisme dans la Kabbale

Publié le

Nous avons vu que la Kabbale est une doctrine remontant à l’Egypte antique, qui pénétra et contamina la religion qu’Allah avait révélée aux Israélites. Nous avons par ailleurs vu qu’elle repose sur une vision pervertie qui considère les êtres humains comme n’étant pas créés, mais comme étant des créatures divines existant depuis l’éternité.

L’humanisme pénétra en Europe à partir de cette source. La croyance chrétienne reposait sur l’existence d’Allah, et la croyance que les êtres humains étaient Ses serviteurs dociles créés par Lui. Mais, avec la propagation de la tradition des templiers à travers l’Europe, la Kabbale commença à attirer un grand nombre de philosophes. Ainsi, au 15ème siècle, un courant humaniste débuta qui laissa une trace indélébile sur le monde des idées européen.

Ce lien entre humanisme et Kabbale est souligné dans plusieurs sources. L’une d’elle est le livre du célèbre auteur Malachi Martin, intitulé The Keys of This Blood. M. Martin est professeur d’histoire à l’Institut Biblique Pontifical du Vatican. Il explique que l’influence de la Kabbale peut être clairement observée chez les humanistes :

Ainsi que l’historien de l’Université du Vatican Malachi Martin l’a montré, il existe une étroite relation entre la montée de l’humanisme en Europe et la Kabbale ….
Ainsi que l’historien de l’Université du Vatican Malachi Martin l’a montré, il existe une étroite relation entre la montée de l’humanisme en Europe et la Kabbale ….

« Dans ce climat inhabituel d’incertitudes et de défis qui marqua le début de la Renaissance italienne, surgit un réseau d’associations humanistes qui aspiraient à échapper au contrôle global de l’ordre établi. En raison de leurs aspirations, ces associations étaient obligées d’exister en secret, du moins à leur début. Mais outre le secret, ces groupes humanistes étaient construits autour de deux caractéristiques principales.

Premièrement, ils étaient en rébellion contre l’interprétation traditionnelle de la Bible telle qu’elle était soutenue par les autorités ecclésiastiques et civiles, et contre les bases philosophiques et théologiques qu’offrait l’Eglise en termes de vie civile et politique…

Comme on pouvait s’y attendre avec une telle animosité, ces associations avaient leur propre conception du message originel de la Bible et de la révélation d’Allah. Ils se saisirent de ce qu’ils considéraient être un corps ultrasecret de connaissance, une gnosie, qu’ils basaient en partie sur les milieux culturels et occultistes provenant d’Afrique du Nord, notamment d’Egypte, et en partie sur la Kabbale juive classique…

Les humanistes italiens expurgèrent l’idée de la Kabbale qui en devint presque méconnaissable. Ils reformulèrent le concept de gnosie et en firent un simple verbiage. La gnosie spéciale qu’ils recherchaient était un savoir secret permettant de maîtriser les forces aveugles de la nature à des fins sociopolitiques. » [39]

En résumé, les sociétés humanistes formées à cette époque souhaitaient remplacer la culture catholique de l’Europe par une nouvelle culture prenant ses racines dans la Kabbale. Ils avaient pour ambition de créer un changement sociopolitique pour y parvenir. Il est intéressant de retrouver aux sources de cette nouvelle culture, outre la Kabbale, les doctrines de l’Egypte antique. Le professeur Martin écrit :

« Les initiés de ces premières associations humanistes étaient des adeptes de la Grande Force (le Grand architecte du cosmos), qu’ils représentaient sous la forme du tétragramma sacré, YHWH… [Les humanistes] empruntèrent d’autres symboles (la Pyramide et l’œil qui voit tout) principalement à des sources égyptiennes. » [40]

Il est relativement intéressant que les humanistes fassent usage du concept de « Grand architecte de l’univers », un terme encore utilisé aujourd’hui par les maçons. Cela révèle qu’il doit y avoir un lien entre les humanistes et les maçons. Le professeur Martin écrit :

« Sous d’autres climats nordiques, à la même époque, une alliance bien plus importante avec les humanistes prenait place. Une alliance que personne n’aurait pu prédire.

Dans les années 1300, à une époque où les associations humanistes-kabbalistes commençaient à chercher leur place, il existait déjà, particulièrement en Angleterre, en Ecosse et en France, des confréries médiévales composées d’hommes…

Personne au 14ème siècle n’aurait pu prédire une fusion d’esprits entre les francs-maçons et les humanistes italiens…

La nouvelle maçonnerie s’éloigna de l’allégeance au christianisme ecclésiastique romain. Et là encore, comme pour les humanistes occultistes italiens, le secret garanti par la tradition de la Loge fut essentiel dans ces circonstances.

Les deux groupes avaient toutefois plus de points communs que le seul secret. D’après les écrits et les documents de la maçonnerie spéculative, il est clair que le principe religieux central se transforma en croyance dans le Grand architecte de l’univers (une figure familière dès lors grâce à l’influence des humanistes italiens)… Le Grand architecte était immanent et l’élément principal d’un cosmos matériel, un produit de l’esprit « éclairé ».

Aucune base conceptuelle ne pouvait permettre de réconcilier une telle croyance avec le Christianisme. Car de telles idées étaient exclues et considérées comme un péché, l’enfer comme châtiment et le paradis comme récompense, et le sacrifice perpétuel et éternel de la messe, saints et anges, prêtre et pape. » [41]

Bref, en Europe, au 14ème siècle, naquit une organisation humaniste et maçonnique prenant ses racines dans la Kabbale. Et cette organisation ne considérait pas Dieu, comme le faisait les juifs, les chrétiens et les musulmans : le Créateur et le Souverain de l’univers entier et le seul Seigneur et Dieu de l’humanité. A la place, ils utilisaient un concept différent, comme celui de « Grand architecte de l’univers », qu’ils considéraient comme faisant « partie de l’univers matériel ».

Autrement dit, cette organisation secrète qui apparut en Europe au 14ème siècle, rejeta Allah, mais sous le concept de « Grand architecte de l’univers », accepta l’univers matériel comme divinité.

Pour obtenir une définition plus claire de cette croyance pervertie, nous pouvons passer au 20ème siècle et examiner la littérature maçonnique. Par exemple, un des plus anciens maçons de Turquie, Selami Isindag, a un livre intitulé Masonluktan Esinlenmeler (Inspirations de la franc-maçonnerie). Ce livre a pour objectif de former les jeunes maçons. Il explique ce qui suit sur la croyance maçonnique en un « Grand architecte de l’univers » :

« La maçonnerie n’est pas impie. Mais le concept de Dieu qu’ils ont choisi est différent de celui de la religion. Le Dieu de la maçonnerie est un principe supérieur. Il est au sommet de l’évolution. Par la critique de notre être intérieur, par la connaissance et la progression délibérée sur le chemin de la science, de l’intelligence et de la vertu, nous pouvons diminuer l’écart entre lui et nous. Ensuite, ce dieu ne possède pas les caractéristiques du bien et du mal des êtres humains. Il n’est pas personnifié. Il n’est pas considéré comme le guide de la nature ou de l’humanité. Il est l’architecte du grand travail de l’univers, de son unité et de son harmonie. Il est la somme de toutes les créatures de l’univers, un pouvoir total englobant tout, une énergie. Malgré tout cela, il ne peut pas être accepté comme un commencement … c’est un grand mystère. » [42]

Dans le même ouvrage, il est évident que lors que les francs-maçons parlent du « Grand architecte de l’univers », ils font référence à la nature ou plutôt qu’ils vouent un culte à la nature :

« En dehors de la nature, il n’existe aucune force responsable de nos pensées ou de nos activités… Les principes et doctrines de la maçonnerie sont des faits scientifiques reposant sur la science et l’intelligence. Dieu est l’évolution, dont un élément est la force de la nature. Par conséquent, la réalité absolue est l’évolution elle-même et l’énergie qui l’englobe. » [43]

Le magazine Mimar Sinan, un éditeur spécialiste des francs-maçons turcs formule également la même philosophie maçonnique :

« Le Grand architecte de l’univers est une inclination vers l’éternité. C’est une entrée vers l’éternité. Pour nous, c’est une approche. Il suppose la quête continuelle de la perfection absolue dans l’éternité. Il forme une distance entre le moment actuel et la pensée franc-maçonne ou la conscience. » [44]

Il s’agit de la croyance à laquelle les maçons pensent quand ils disent : « nous croyons en Dieu, nous n’acceptons aucunement les athées parmi nous. » Ce n’est pas Dieu que les maçons vénèrent, mais les concepts naturalistes et humanistes, tels que la nature, l’évolution et l’humanité, divinisés par leur philosophie.

Quelques symboles maçonniques
Quelques symboles maçonniques

En examinant brièvement la littérature maçonnique, il est possible de se rendre compte que cette organisation n’est rien d’autre qu’un humanisme structuré et de voir que son objectif est de créer à travers le monde entier un ordre laïc et humaniste. Ces idées sont nées chez les humanistes de l’Europe ; du 14ème siècle, mais les maçons d’aujourd’hui les proposent et les défendent toujours.

—————————-

Notes :

[39] Malachi Martin, The Keys of This Blood: The Struggle for World Dominion Between Pope John Paul II, Mikhail Gorbachev, and the Capitalist West, New York, Simon & Schuster, 1990, pp. 519-520

[40] Malachi Martin, The Keys of This Blood, p. 520

[41] Malachi Martin, The Keys of This Blood, pp. 521-522

[42] Dr. Selami Isindag, Sezerman Kardes V, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 73

[43] Dr. Selami Isindag, Sezerman Kardes V, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 79

[44] Mimar Sinan, 1989, no. 72, p. 45