Abdel ‘Aziz Ibn Mohammed Ibn Saoud

Naissance de l’Arabie Saoudite partie 3 : Le second État saoudien (1850/1891)

Publié le Mis à jour le

Second_Saudi_State_BigLa menace saoudienne réduite à néant, l’armée de Mohammed ‘Ali quitte le Nejd en 1819 et se replie dans le Hedjaz. Le seul membre de la famille Saoud à avoir échappé au massacre fût Tourik Ibn Abdallah Ibn Mohammed Ibn Saoud (qui était le fils de Mohammed Ibn Saoud et le frère de Abdel ‘Azziz Ibn Mohammed), un des cousin de ‘Abdallah Ibn Saoud Ibn Abdel ‘Aziz. Tourik Ibn Abdallah décide de reconquérir le Nejd et reprend Diriyah en 1821 et Ryad, qui deviendra son nouveau fief. Le reste du Nejd lui fera allégance en 1824. Il étend sa domination sur le Hassa, à l’ouest sur les côtés du golfe persique, et conclut une alliance, au nord, avec ‘Abdallah Ibn Rachid qui domine le Djebel Chammar.

Tourik Ibn Abdallah Ibn Mohammed Ibn Saoud est assassiné en 1834 et son fils Fayçal lui succède. Ce dernier devra faire face à des luttes au sein de la famille Saoud. Ces luttes sont entretenus par les égyptiens qui réussirent à mettre au pouvoir, de 1838 à 1841, un membre de la famille Saoud à la place de Fayçal Ibn Tourik. Ce dernier reprendra le pouvoir en 1841 et le conservera jusqu’à sa mort en 1865. Le second État saoudien comprend le Nejd et le Hassa.

Les Ottomans ne tardent pas à prendre le contrôle du Hassan et Mohammed Ibn Rachid, qui avait conclut une alliance avec Tourik Ibn Abdallah, prendra le contrôle du Nejd en 1892. ‘Abdel Rahman Ibn Fayçal prend la fuite et trouve refuge au Koweït.

Publicités

Naissance de l’Arabie Saoudite partie 2 : Le premier État saoudien (1744/1816)

Publié le

First_Saudi_State_BigMohammed Ibn Saoud se lance dans les conquêtes des villages voisins et en profite pour détruire les idoles, tout en diffusant le Tawhid (l’Unicité de Dieu). A sa mort en 1765, Mohammed Ibn Saoud contrôle ma majeure partie du Nejd, où la population est sortie de l’ignorance de l’association (chirk akbar) à Allah Sobana wa Ta’ala.

Mohammed Ibn Abdel Wahhab mourra en 1792 et le fils de Mohammed Ibn Saoud, Abdel ‘Aziz, poursuit le Jihad. En 1802, il met à sac la ville Kerbala (contient le tombeau de Hussein Ibn ‘Ali Ibn Abou Talib et qui est vénéré par les chiites). L’année suivante, ils font la conquète de Taïf et poursuivent avec Medine et La Mecque. Cependant, les villes saintes ne sont pas saccagés, seul les tombeaux des saints adorés par les polythéistes sont détruites. Abdel ‘Aziz Ibn Mohammed Ibn Saoud est assassié en 1803 et son fils Saoud Ibn Abdel ‘Aziz lui succède à la tête du premier État saoudien.

Surpris par la conquête du Hedjaz par la famille Saoud, le Calife Ottoman, Mahmoud II ordonne à son vassal Mohammed Ali, pacha d’Egypte, de reconquérir La Mecque et Médine. La guerre éclate et en 1818, après deux ans de combat, l’armée de Mohammed ‘Ali repousse celle de ‘Abdallah Ibn Saoud Ibn Abdel ‘Aziz (qui a succéder à son père Saoud Ibn Abdel ‘Aziz en 1815) dans le Nejd. Diriyah, la ville natale de la famille Saoud, est prise est rasée par l’armée de Mohammed ‘Ali. ‘Abdallah Ibn Saoud Ibn Abdel ‘Aziz est capturé puis envoyé à Constantinople où il sera décapité par le Calife Mahmoud II.