Franc-Maçonnerie

IslamRéinfo TV : Histoire de la franc-maçonnerie

Publié le Mis à jour le

Histoire de la franc-maçonnerie des origines jusqu’à nos jours.

Franc-Maçonnerie partie 43 : Destruction de l’Empire Ottoman et du Califat islamique

Publié le

Ajout  Islam Réinformation : Harun Yahya n’aborde pas la destruction de l’Empire Ottoman dans son livre, ce que je trouve très surprenant. Pour pallier ce manque, je vous renvoi à la section Abolition du Califat, ainsi qu’à cette vidéo qui retourne aux sources des causes qui ont permis la chute de l’Empire Ottoman et donc du Califat islamique :

Franc-Maçonnerie partie 42 : Agenda révolutionnaire maçonnique en Russie

Publié le

A part l’Italie, on peut également trouver des traces d’activité révolutionnaire maçonnique dans de nombreux autres pays d’Europe. Dans l’Encyclopédie Catholique, on peut lire :

« Lors… des derniers mouvements révolutionnaires en France, Italie, Espagne, Portugal, en Amérique Centrale et Amérique Latine, des entités maçonniques, auraient joué un rôle plus ou moins actif… En Russie aussi la franc-maçonnerie se révéla être une « conspiration politique » des clubs maçonniques organisés qui couvraient le pays. » [133]

Le célèbre écrivain Pouchkine faisait partie des maçons qui avaient organisé la tentative de coup d’Etat maçonnique perpétrée en Russie.
Le célèbre écrivain Pouchkine faisait partie des maçons qui avaient organisé la tentative de coup d’Etat maçonnique perpétrée en Russie.

Le complot maçonnique en Russie est particulièrement intéressant.

La maçonnerie est arrivée dans ce pays au cours de la deuxième moitié du 18ème siècle et s’est développée parmi les intellectuels. Bien qu’elle ressemblait, vu de l’extérieur, à un simple club culturel, des idées antireligieuses et antigouvernementales venues d’autres parties d’Europe étaient débattues dans ces loges. Les premiers à le remarquer furent les prêtres de l’Eglise orthodoxe. Ils envoyèrent l’information qu’ils avaient obtenue au Tsar Alexandre 1er, qui avait de bonnes relations avec l’Eglise, en le prévenant d’un complot maçonnique devant renverser le régime tsariste. En réponse, le Tsar publia une loi en 1822 pour fermer toutes les loges maçonniques du pays et proscrire l’organisation. Néanmoins, cela ne réussit pas à éliminer les maçons ; ils devinrent simplement clandestins.

Trois ans après que le Tsar Alexandre 1er ait proscrit les loges, il tomba malade et mourut. Le Tsar Nicolas 1er lui succéda. Mais, la succession du Tsar Nicolas survint comme conséquence d’une série de disputes et d’intrigues et fut à l’origine d’une situation chaotique dans le pays. Certains individus qui avaient voulu apporter une certaine stabilité à la situation en renversant le régime avaient planifié un coup contre le nouveau Tsar. Ils avaient de nombreux soutiens dans l’armée. Confiant en ce support, un grand nombre de soldats révolutionnaires, ainsi que de nombreux civils, marchèrent sur le palais du Tsar, dans la capitale de St. Petersbourg, le 14 décembre 1825. Il y eut un affrontement armé entre les révolutionnaires et les forces du Tsar au cours duquel les révolutionnaires furent battus. Ce groupe fut appelé les « Décembristes » à cause du mois auquel ils avaient tenté leur révolution. Les leaders de ce groupe furent arrêtés et cinq d’entre eux pendus.

Les Décembristes étaient tout simplement des maçons… Les officiers, intellectuels et écrivains qui constituèrent le groupe étaient membres des loges mises hors la loi par le Tsar Alexandre 1er trois ans auparavant. Un de ces révolutionnaires maçons était le célèbre écrivain Comte Pouchkine. [134]

L’entreprise des Décembristes se termina par un échec, mais les maçons n’abandonnèrent pas leur tentative de renverser le Tsar. Les maçons ont toujours joué un rôle important dans ces groupes organisés au cours du 19ème siècle et du premier quart du 20ème siècle contre le régime Tsariste. Lors de la Révolution de février 1917, le leader Alexander Kerenski et presque tout son entourage étaient des maçons. [135] La majorité du nouveau gouvernement était également composée de maçons. [136] La seule contribution à l’histoire que le bref Gouvernement Kerenski apporta, fut de livrer le pays aux mains de Lénine et des Bolcheviques qu’il dirigeait.

—————————-

Notes :

133 The Catholic Encyclopedia, « Masonry (Freemasonry), » New Advent, (http://www.newadvent.org/cathen/09771a.htm)

134 Michael Howard, The Occult Conspiracy, p. 105

135 Stephen Knight, The Brotherhood: The Explosive Expose of the Secret World of the Freemasons, HarperCollins, 1985, p. 33

Franc-Maçonnerie partie 41 : Le combat contre la religion en Italie

Publié le Mis à jour le

Un autre pays dans lequel les activités maçonniques étaient évidentes était l’Italie.

Une publication de la maçonnerie italienne
Une publication de la maçonnerie italienne

Jusqu’en 1870, le territoire italien était occupé par plusieurs petits états, restes des temps féodaux. Le plus important de ceux-ci était l’Etat papal. Il était situé à Rome, gouverné par le Pape, et contrôlait une grande partie de l’Italie centrale. Les maçons d’Italie furent fondés comme une extension des maçons français et commencèrent à exercer une influence en Italie à partir du début du 19ème siècle. Ils voulaient détruire l’Etat papal et totalement déraciner l’autorité de l’Eglise en Italie.

La maçonnerie commença son combat contre la religion en Italie par le biais d’une autre société secrète qu’elle fonda et contrôla. Cette société fut connue sous le nom de « Carbonari ».

Cette société, dont on a entendu parler pour la première fois à Naples au début du 19èmesiècle, doit son nom aux brûleurs à charbon. Alors que les maçons utilisaient l’emblème des constructeurs de murs et exprimaient leurs idées avec des symboles, de la même façon les Carbonari adoptèrent l’emblème du brûleur à charbon. Mais, la société avait des objectifs cachés. Les membres de la société cherchèrent à initier un programme politique, d’abord en Italie, puis en France, afin de détruire l’influence de l’Eglise, d’établir un nouveau gouvernement et de laïciser toutes les institutions sociales.

Le lien entre la maçonnerie et les Carbonari est évident. Les maçons devenaient automatiquement membres des sociétés Carbonari ; en fait, du moment où ils entraient dans la société, ils obtenaient le degré de maître. (D’un autre côté, il était nécessaire que d’autres membres Carbonari passent par un long processus d’avancement avant d’obtenir ce degré). Deux cardinaux répondant aux noms de Consalvi et Pacca publièrent un décret le 15 août 1814 accusant les maçons et les Carbonari d’être organisés pour mener une ingérence sociopolitique et fomenter une hostilité envers la religion.

Giuseppe Mazzini et le Comte de Cavour. Deux maîtres maçons qui mirent fin à l’Etat papal.
Giuseppe Mazzini et le Comte de Cavour. Deux maîtres maçons qui mirent fin à l’Etat papal.

Cette accusation s’est avérée exacte, car les membres des Carbonari avaient organisé des ruses politiques et armé des révoltes. La révolte armée qui eut lieu à Macerata le 25 juin 1817 fut organisée par les Carbonari, mais elle fut écrasée par les forces de sécurité de l’Etat papal. En 1820, en Espagne et à Naples, ainsi qu’au Piedmont, en 1821, des révoltes révolutionnaires furent organisées par les Carbonari contre l’Eglise et l’ordre public.

Propagande maçonnique illustrant Garibaldi comme un grand héro.
Propagande maçonnique illustrant Garibaldi comme un grand héro.

C’est un fait établi que les Carbonari furent créés par les maçons ; ensemble ils étaient impliqués dans des activités révolutionnaires parallèles. Après la Révolution de juillet 1830 en France, l’organisation perdit de son influence et disparut peu à peu. En Italie, elle s’unit au mouvement « Jeune Italie » fondé par Giuseppe Mazzini.

Ce dernier, athée renommé, avait lutté des années contre l’Etat papal et l’Eglise et était finalement devenu un maçon de haut rang qui allait être le fondateur de l’Union italienne. Avec le support de deux autres maçons proéminents, Giuseppe Garibaldi et le Comte de Cavour, il fonda l’Union italienne en 1870 et fixa les limites de l’Etat papal aux frontières actuelles. Après quoi, l’Italie entra dans un processus selon lequel elle prit de plus en plus de distance de la religion, ce qui devait préparer la fondation de la dictature fasciste de Mussolini des années 1920.

En bref, on peut dire que Mazzini, Garibaldi et Cavour furent un trio de leaders prééminents qui réalisèrent d’importantes fonctions dans le combat contre la religion en Europe. Mazzini ne fut pas seulement un leader politique dans la lutte contre la religion, il joua aussi un rôle d’idéologue. Son slogan « chaque nation un état » fut l’étincelle qui alluma les rebellions de minorités, qui allaient être la cause de la chute d’empires multiethniques, tels que les Empires Austro-hongrois et Ottoman. Ce slogan de Mazzini aliéna les gens de leur sentiment de fraternité religieuse ; ce fut un appel qui les poussa dans le conflit ethnique les uns contre les autres et leur inspira une « rage fanatique. »

Le fait que cet appel soit venu des maçons, et de maçons de haut rang est sans aucun doute significatif. Selon les informations de la publication de la loge, 10.000 francs-maçons célèbres, Mazzini fut promu dans la loge maçonnique et, des années plus tard, en 1867, il fut choisi Maître maçon du Grand Orient Italien. En 1949, lors d’une cérémonie à Rome pour marquer le dévoilement d’une statue de Mazzini, 3.000 maçons se souvinrent avec gratitude de leur grand-maître. Garibaldi, la main droite de Mazzini, parvint au 33ème grade du Conseil Suprême Italien en 1863, et en 1864 il fut choisi Maître Maçon italien. En mémoire de ce maître maçon, une loge a pris le nom de Garibaldi.

Franc-Maçonnerie partie 40 : La campagne antireligieuse en Allemagne : Le « Kulturkampf »

Publié le

Il y a 150 ans, l’Allemagne n’existait pas en tant que pays. Le territoire actuel nommé l’Allemagne était constitué d’un nombre de principautés. Le plus important était la Prusse qui occupait la partie orientale de l’Allemagne d’aujourd’hui et une grande partie de la Pologne. Dans les années 1860, la Prusse commença à annexer d’autres petits états germaniques et fonda l’Empire Germanique, en 1871. Le gouvernant de ce nouvel état était le chancelier du royaume de Prusse de 1862 à 1870 et chancelier de l’Empire allemand de 1871 à 1890, Otto von Bismarck.

Otto von Bismarck
Otto von Bismarck

Bismarck était un homme d’état brillant, particulièrement en politique étrangère, mais ne jouissait pas du même succès dans les affaires intérieures. Une des raisons pour cela était un groupe d’intellectuels connus sous le nom de « nationaux-libéraux », similaires aux anticléricaux français, qui adoptaient une politique antireligieuse. Afin de réaliser l’union de l’Allemagne, les nationaux-libéraux croyaient qu’il était nécessaire de débarrasser les peuples de tout genre d’affiliation en dehors de leurs frontières, et considéraient que le lien entre un tiers de la population et le Pape catholique représentait le plus grand obstacle à cette libération. Encouragé par les nationaux-libéraux, Bismarck s’embarqua dans une campagne anticatholique connue sous le nom de Kulturkampf, ou « guerre de la culture ». On l’a aussi décrite comme une lutte pour contrôler les esprits des allemands. [129]

Pendant le Kulturkampf, les catholiques, plus particulièrement dans l’Allemagne du Sud, ont souffert d’oppression.

En 1872, en conformité avec une nouvelle loi, tous les prêtres jésuites du pays furent rassemblés en une seule nuit et leurs institutions confisquées. En conformité avec les « Lois de Mai, » (Maigesetze) votées en 1873, tous les prêtres travaillant pour le gouvernement furent licenciés ; on interdit à l’Eglise tout engagement dans les affaires concernant les mariages et l’éducation, et les thèmes des sermons furent restreints. De nombreux archevêques furent arrêtés et 1.300 églises se retrouvèrent finalement sans prêtre.

Mais, du fait que ces tactiques produisirent une forte réaction de la part des catholiques du pays contre le gouvernement, le Kulturkampf fut abandonné. Bismarck ignora les suggestions des nationaux-libéraux, qui l’avaient conduit à cette campagne et restreignît petit à petit le Kulturkampf jusqu’à y mettre totalement fin. Toute cette campagne n’eut d’autre résultat que l’oppression de fidèles catholiques allemands et la ruine du bien-être social du pays. De nombreux historiens pensent aujourd’hui que ce fut un fiasco qui a ébranlé le sens de sécurité de la société allemande. En outre, après l’Allemagne, la vague de ce Kulturkampf recouvrit l’Autriche, la Suisse, la Belgique et les Pays-Bas, causant une grande tension sociale dans ces pays.

Il est intéressant de noter que ce furent les intellectuels maçons qui entraînèrent Bismarck dans cette politique. L’Encyclopédie Catholique affirme :

« Mais ils (les maçons) ont sans aucun doute fait avancer le mouvement par lequel la Prusse devint graduellement l’Etat leader de l’Allemagne, qu’ils considéraient comme le « représentant et le protecteur de l’évolution moderne » contre l »‘ultramontanisme », « l’intolérance » et les « usurpations papales ». Ils sont également les instigateurs du « Kulturkampf ». Le célèbre jurisconsulte et maçon, Grand maître Bluntschli, était l’un des principaux agitateurs dans ce conflit ; il a également exalté le « Kulturkampf » suisse… Les francs-maçons allemands ont usé d’efforts incessants pour exercer une influence décisive sur la vie entière de la nation afin de conserver les principes maçonniques, maintenant ainsi un perpétuel « Kulturkampf » silencieux. Les principaux moyens utilisés furent les librairies populaires, les conférences, l’affiliation d’associations et d’institutions, familiales, la création, le cas échéant, de nouvelles institutions, par le biais desquelles l’esprit maçonnique imprégnait la nation. » [130]

Lorsque les nazis parvinrent au pouvoir, une campagne antireligieuse, pire que celle de Bismarck, commença.
Lorsque les nazis parvinrent au pouvoir, une campagne antireligieuse, pire que celle de Bismarck, commença.

C’est-à-dire que, malgré le fait que le Kulturkampf ait été officiellement suspendu par Bismarck, il fut néanmoins continué par les maçons, comme une campagne continuelle de propagande antireligieuse adressée à la société dans son ensemble. Les fruits les plus amers de ce conflit furent récoltés dans les années 1920 : les nazis, qui avaient pour but de faire revenir la nation allemande à son paganisme pré-chrétien, gagnèrent progressivement du terrain et parvinrent au pouvoir en 1933. Une des actions les plus importantes des nazis est le fait qu’ils commencèrent un deuxième Kulturkampf contre les autorités religieuses. Le commentateur américain Elbridge Colby explique que « les nazis ont ouvert un nouveau Kulturkampf contre l’Eglise catholique, emprisonnant des prêtres et destituant des évêques ; cependant, à la différence de 1874, Hitler s’est tourné également contre le protestantisme établi. » [131]

En bref, les activités amorcées par les maçons pour débarrasser la société de la religion ont permis l’accession d’une des dictatures les plus brutales de l’histoire, le « Reich » nazi, et ont précipité le monde dans la Deuxième Guerre Mondiale, dans laquelle 55 millions de personnes ont perdu la vie.

—————————-

Notes :

[129] Louis L. Synder et Ida Mae Brown, Bismarck and German Unification, New York, 1966, pp. 90-91

[130] The Catholic Encyclopedia, « Masonry (Freemasonry), » New Advent, (http://www.newadvent.org/cathen/09771a.htm)

[131] Elbridge Colby, In Hitler’s Shadow: The Myth of Nazism’s Conservative Roots, In Bad Faith? : Politique et Religion à Harvard, 13 octobre 1999

Franc-Maçonnerie partie 39 : Le combat contre la religion en France

Publié le

illuminati_new_world_order_skull_and_crossbones_masons_desktop_1200x1592_hd-wallpaper-892987Lors de travaux antérieurs nous avons étudié le rôle important joué par la maçonnerie dans la Révolution française. Un très grand nombre de philosophes de l’Illuminisme, plus particulièrement ceux qui avaient les plus fortes opinions antireligieuses, étaient des maçons. Les jacobins, qui plantèrent le décor de la révolution et en devinrent les leaders, étaient membres de loges. [122]

Le rôle joué par les maçons dans la révolution a été reconnu par un « agent provocateur » du nom de Comte Cagliostro. Cagliostro a été arrêté par l’Inquisition en 1789 et a fait d’importantes confessions alors qu’il était interrogé. Il a commencé par déclarer que les maçons d’un bout à l’autre de l’Europe planifiaient une série de révolutions. Il a dit que le but principal des maçons était de détruire la Papauté ou de s’en emparer. Dans sa confession, Cagliostro a également admis que des banquiers juifs soutenaient financièrement toutes ces activités révolutionnaires et que l’argent juif jouait également un rôle important dans la Révolution française. [123]

La Révolution française était essentiellement une révolution contre la religion. Dans l’effort déterminé des révolutionnaires de se débarrasser du clergé, ainsi que de l’aristocratie, de nombreux gens d’église furent tués, des institutions religieuses détruites et des lieux de culte endommagés. Les Jacobins voulaient même éradiquer complètement la chrétienté et la remplacer par une croyance païenne qu’ils appelaient « la religion de la raison ». Mais, en peu de temps, ils perdirent le contrôle de la révolution et la France plongea dans un chaos total.

La mission de la maçonnerie dans ce pays ne s’arrêta pas avec la révolution. Lorsque Napoléon arriva au pouvoir, il mit fin au chaos survenu à la suite de la révolution. Mais, cette stabilité ne dura pas longtemps ; l’ambition de Napoléon de gouverner l’Europe entière ne fit qu’affaiblir son pouvoir. Le conflit, en France, continua entre les monarchistes et les révolutionnaires. En 1830, 1848 et 1871, se produisirent trois autres révolutions. En 1848, la « Deuxième République » fut proclamée ; puis, remplacée par la « Troisième République » en 1871.

Les maçons furent très actifs tout au long de cette période d’agitation. Leur but principal était d’affaiblir l’Eglise et ses institutions, de détruire les valeurs de la religion et l’influence de ses lois sur la société et d’abolir l’éducation religieuse. Ils considéraient que l’anticléricalisme était le centre de leurs activités sociales et politiques.

L’Encyclopédie Catholique fournit des informations importantes sur la mission antireligieuse du Grand Orient, comme on appelait la maçonnerie française :

« A partir des documents officiels de la maçonnerie française, contenus essentiellement dans le « Bulletin » officiel et le « Compte-rendu » du Grand Orient, il a été prouvé que toutes les mesures anticléricales votées par le Parlement français avaient été prescrites auparavant dans les loges maçonniques et mises en vigueur sous la direction du Grand Orient, dont le but avoué était de contrôler tout et tout le monde en France… « J’ai dit à l’Assemblée de 1898 », déclare le député Massé, porte-parole officiel de l’Assemblée de 1903, « qu’il est du suprême devoir de la franc-maçonnerie d’intervenir chaque jour davantage dans les conflits politiques et profanes. » « Le succès (dans le combat anticlérical) est largement dû à la franc-maçonnerie ; car c’est son esprit, son programme, ses méthodes, qui ont triomphé. » « Si le bloc a été établi, c’est grâce à la franc-maçonnerie et à la discipline apprise dans les loges »… « Nous aurons besoin de vigilance et surtout de confiance mutuelle, si nous voulons accomplir notre œuvre, jusqu’à présent inachevée. Cette œuvre, vous savez… Le combat anticlérical, continue. La République doit se débarrasser des congrégations religieuses, en leur donnant un vigoureux coup de balai. Le système des demi-mesures est dangereux partout ; l’adversaire doit être écrasé d’un seul coup. » [124]

L’Encyclopédie Catholique continue son récit du combat de la franc-maçonnerie contre la religion :

« En vérité, toutes les réformes maçonniques « anticléricales » menées à bien en France depuis 1877, telles que la sécularisation de l’éducation, les mesures contre des écoles privées chrétiennes et les établissement de charité, la suppression des ordres religieux et le pillage de l’Eglise, culminent ouvertement dans une réorganisation antichrétienne et irréligieuse de la société humaine, pas seulement en France mais dans le monde entier. Ainsi, la franc-maçonnerie française, comme porte-étendard de toute la franc-maçonnerie, prétend inaugurer l’âge d’or de la république maçonnique universelle, en réunissant tous les hommes et toutes les nations dans la fraternité maçonnique. « Le triomphe des Galiléens, » dit le président du Grand Orient, le Sénateur Delpech, le 20 septembre, 1902, « a duré vingt siècles ». Mais maintenant il meurt à son tour…. « L’Eglise catholique romaine, fondée sur le mythe galiléen, a commencé à dépérir rapidement dès le jour où fut établie l’Association maçonnique » [125]

Par « Galiléen », les maçons entendent Jésus (Que la Paix de Dieu soit sur lui), parce que, selon l’Evangile, Jésus est né dans la ville palestinienne de Galilée. Par conséquent, la haine des maçons contre l’Eglise est une expression de leur haine contre Jésus et toutes les religions monothéistes. Ils pensaient avoir détruit l’effet des religions divines grâce aux philosophies matérialistes, darwinistes et humanistes qu’ils avaient établies au 19ème siècle et avoir fait revenir l’Europe à son paganisme pré-chrétien.

L’illustration d’une loge maçonnique française du 18ème siècle.
L’illustration d’une loge maçonnique française du 18ème siècle.

Lorsque ces mots furent prononcés en 1902, une série de lois votées en France élargirent la portée de l’opposition religieuse. 3.000 écoles religieuses furent fermées et il fut interdit de donner toute éducation religieuse dans les écoles. De nombreux membres du clergé furent arrêtés, quelques-uns exilés et les personnes religieuses commencèrent à être considérées comme des citoyens de deuxième ordre. C’est pourquoi, en 1904, le Vatican rompit toute relation diplomatique avec la France, mais cela ne changea pas l’attitude du pays. Il fallut la perte des vies de centaines de milliers de français contre l’armée allemande lors de la Première Guerre Mondiale avant de dompter l’arrogance du pays et qu’il reconnaisse à nouveau l’importance des valeurs spirituelles.

Comme l’affirme l’Encyclopédie catholique, la guerre contre la religion, de la Révolution française jusqu’au 20ème siècle, fut livrée par « les mesures anticléricales votées par le Parlement français », « décrétées auparavant par les loges maçonniques et exécutées sous la direction du Grand Orient. » [126] Ce fait apparaît clairement dans les écrits maçonniques. Voici, par exemple, la citation d’une publication turque d’un « Discours réalisé par Frère Gambetta, le 8 juillet 1875, dans la loge Clémente Amitié » :

« Alors que le spectre de la réaction menace la France, et que la doctrine religieuse et les idées rétrogrades sont passées à l’offensive contre les principes et les lois modernes et sociaux, au sein des organisations industrieuses et visionnaires comme la maçonnerie, fidèles aux principes de la fraternité, nous trouvons force et consolation dans la lutte contre les extravagantes revendications de l’Eglise, ses exagérations ridicules et ses excès habituels… nous devons être vigilants et continuer la lutte. De façon à établir les idées de l’ordre et du progrès humains, résistons afin que nos boucliers ne puissent être percés. » [127]

On observera que la littérature maçonnique présente constamment ses propres idées comme étant « visionnaires » tout en accusant les personnes religieuses d’être « rétrogrades ». Cependant, il s’agit seulement d’un jeu de mots. La notion de « spectre » de la réaction, mentionnée dans la citation ci-dessus, est une chose à laquelle les personnes religieuses sincères s’opposent aussi, mais que les maçons exploitent pour viser la vraie religion dans leur tentative d’en éloigner les gens. En outre, il faut à nouveau souligner que la philosophie matérialiste humaniste adoptée par les maçons est en réalité un système d’idées superstitieuses, dépassées, un héritage des civilisations païennes de l’Egypte et de la Grèce anciennes.

C’est pourquoi, l’utilisation par les maçons de termes tels que « visionnaire » et « dépassé » ne repose en réalité sur aucune base. Cette utilisation est sans fondement car le conflit entre les maçons et les personnes religieuses n’est rien de plus que la perpétuation du conflit entre deux idées qui ont existé depuis les tout premiers temps de l’histoire. C’est la religion qui proclame la première de ces idées : que l’humanité a été créée par la volonté d’Allah et que les êtres humains ont le devoir de Le vénérer. C’est la vérité. L’idée opposée, que les êtres humains n’ont pas été créés, mais vivent des existences vaines et sans but, est celle proposée par ceux qui nient l’existence d’Allah. Lorsqu’on comprend bien, on voit que leur utilisation des termes superficiels de « dépassés » et « visionnaires » ne repose sur rien.

En utilisant l’idée de « progrès, » les maçons cherchent à détruire la religion. L’Encyclopédie Catholique déclare :

« Ce qui suit est considéré comme étant les principaux moyens [de la franc-maçonnerie] :

(1) Détruire radicalement l’Eglise par une persécution ouverte ou par un système frauduleux et hypocrite de séparation entre l’Etat et l’Eglise, toute influence de l’Eglise et de la religion sur la société, appelée insidieusement « cléricalisme » et, autant que possible, détruire l’Eglise et toute religion authentique, c’est-à-dire surhumaine, qui soit plus qu’un vague culte à la patrie et à l’humanité ;

(2) Laïciser, ou séculariser, par le biais d’un système tout aussi frauduleux et hypocrite de « non sectarisme », toute vie publique et privée et, surtout, l’instruction et l’éducation populaires. Le « non sectarisme » comme l’entend le parti du Grand Orient est anticatholique et même un sectarisme antichrétien, athéiste, positiviste ou agnostique dans un costume de non sectarisme. La liberté de pensée et de conscience des enfants doit être développée systématiquement chez l’enfant à l’école et protégée, autant que faire se peut, de toutes les influences dérangeantes, non seulement de l’Eglise et des prêtres, mais également des propres parents des enfants, si nécessaire, même si ça doit être au moyen de contraintes morales et physiques. Le parti du Grand Orient considère que cela est indispensable et qu’il s’agit d’une manière infailliblement sûre de parvenir à établir une république sociale universelle… » [128]

On peut voir que la maçonnerie a mis en place, sous le nom de « libération de la société », un programme, encore utilisé de nos jours, dont le but est de déraciner la religion. Celui-ci ne doit pas être confondu avec un modèle cherchant à donner l’opportunité à chaque citoyen de quelque confession que ce soit de pratiquer sa foi librement. Le modèle envisagé par la maçonnerie est plutôt un programme de lavage de cerveaux en masse, conçu pour éliminer complètement la religion de la société et des esprits des individus et, si nécessaire, de persécuter ses partisans.

Dans tous les pays où elle se trouve, la maçonnerie cherche à mettre son programme en œuvre, bien que ce soit d’une façon adaptée à la culture et aux conditions qui prévalent dans ce pays.

Un de ces pays est l’Allemagne.

—————————-

Notes :

[122] Pour les relations entre l’Illuminisme et la Révolution française avec la maçonnerie voir Harun Yahya, Yeni Masonik Düzen, pp. 203-215

[123] Michael Howard, The Occult Conspiracy, p. 69

[124] Compte rendu Gr. Or., 1903, Nourrisson, « Les Jacobins, » 266-271 ; The Catholic Encyclopedia, « Masonry (Freemasonry), » New Advent, (http://www.newadvent.org/cathen/09771a.htm)

[125] L’Encyclopédie catholique, « Maçonnerie », Nouvel avènement, (http://www.newadvent.org/cathen/09771a.htm)

[126] L’Encyclopédie catholique, http://www.newadvent.org/cathen/09771a.htm#VIII

[127] Nur Safa Tekyeliban, « Taassuba Karsi Mucadele », : Du Discours du Frère Gambetta fait le 8 juillet 1875 dans la Loge Clémente Amitié, « Dogus Kolu Yilligi : Ankara Dogus Mahfili Çalismalari, 1962, Kardes Press, Ankara, 1963, p. 19

[128] The Catholic Encyclopedia, « Masonry (Freemasonry), » New Advent, (http://www.newadvent.org/cathen/09771a.htm)

Franc-Maçonnerie partie 38 : Exemple de Loge Maçonnique : Le Club du Feu l’Enfer

Publié le

illuminati_sign_wall_decal_sPour comprendre l’organisation maçonnique au 18ème siècle et ce qu’elle cherchait à accomplir, nous devons étudier avant tout, les différentes sociétés maçonniques secrètes qui apparurent à cette époque. L’une d’entre elles appelée « Le club du feu de l’enfer » (Hell-Fire Club) fut active en Angleterre à la moitié du 18ème siècle. La structure maçonnique de ce club et de son caractère païen antireligieux est expliqué par l’écrivain Daniel Willens, lui-même maçon, dans son article « Le club du feu de l’enfer: sexe, politique et religion au 18ème siècle en Angleterre. » On trouve certains passages intéressants dans cet article publié dans Gnosies, un journal de traditions occidentales :

« Au cours de nuits de pleine lune, sous le règne de George III, roi d’Angleterre, on pouvait parfois apercevoir des membres très puissants du gouvernement de sa majesté, de hauts intellectuels et d’influents artistes, remonter la Tamise en gondole jusqu’aux ruines de l’abbaye près de West Wycombe. Là, dans le clocher retentissant du cloître désaffecté, vêtus de robes de moines et adonnés à n’importe quelle forme de dépravation, culminant avec une Messe Noire lors de célébration sur le corps nu d’une aristocrate débauchée, et présidée par le notoire Sir Francis Dashwood. Une fois leurs prières diaboliques achevées, le cercle interne se retirerait afin de comploter contre l’évolution de l’Empire britannique.

Ce « coupable imbécile » comme on l’a appelé, les dénomma, avec un flair gothique, « Les frères religieux de St. Francis de Medmenham », alors qu’ils avaient été immortalisés par leur nom populaire « Le club du feu de l’enfer ». En cette époque de commérages, il y avait beaucoup de spéculation sur les activités diaboliques de la société et en 1765, Charles Johnstone publia un roman à clé, intitulé Chrysal, ou les aventures d’une Guinée, populairement reconnu pour sa révélation sur les secrets « Des Moines de Medmenham ». …

…Le Club du Feu de l’Enfer est le principal précurseur des moines, fondé aux alentours de 1719 à Londres par Philippe, Duc de Wharton (1698-1731). Wharton était un éminent politicien, franc-maçon, athée, qui chercha à ridiculiser la religion présidant en public, des rassemblements festifs aux apparats sataniques… puis Wharton devint Grand Maître Maçon de la Grande Loge de Londres en 1722…

En 1739, Dashwood fit son retour. Sur son chemin, il s’arrêta à Florence pour y rencontrer l’Abbé Nicolini, et là, il fit la connaissance de Lady Mary Wortley Montagu… (qui) devait finalement rejoindre… Dashwood au Club du Divan… Malheureusement les choses ne se passaient pas bien pour la franc-maçonnerie en Italie. Le Pape Clément XII venait de publier la bulle In Eminenti Apostalatus Specula, déchaînant l’Inquisition contre les loges. Au début des années 1740, le pontife mourut et Dashwood se rendit à Rome pour le conclave qui devait élire le nouveau Pape. Là-bas, enjoué, il s’octroya l’identité du Cardinal Ottiboni, un des chefs persécuteurs de la maçonnerie et le railla en public d’un rituel moqueur et injurieux…

La « chambre capitulaire », est la clé pour comprendre les activités des moines. Son ameublement reste inconnu et l’usage que l’on en faisait, demeure un mystère. Des auteurs à sensation affirment que c’était un sanctuaire satanique, alors qu’il est plus sage de conclure qu’il servait de lieu de cérémonie aux maçons. John Wilkes, un membre important du cercle de Medmenham, qui ne devint pas franc-maçon avant sa division, se plaignit dans un article diffama son précédent ami : « Aucun œil blasphématoire n’a osé pénétrer les mystères Eleusinien anglais de la chambre capitulaire, où se rassemblaient les moines lors d’occasions solennelles. Les rites secrets y étaient célébrés et les libations déversées en grande pompe pour le BONA DEA. » (…) Horace, le fils de Sir Robert Walpole, un des ennemis politiques de Dashwood et probablement méconnu de l’abbaye, se moqua : « Qu’importe ce que leurs doctrines étaient, leur pratique était rigoureusement païenne : Bacchus et Venus étaient deux divinités qui furent pratiquement sacrifiées en public ; et les nymphes et les tonneaux approvisionnés pour contrer les festivités de cette nouvelle église, informèrent suffisamment le voisinage du caractère de ces ermites. »…

La liste des membres des Moines de Medmenham n’existe plus, au cas où elle aurait existé, mais les noms de source sûre associés au groupe, incluent le frère de Dashwood, John Dashwood-King, John Montagu – Comte de Sandwich, John Wilkes, George Bubb Dodington, Baron Melcombe, Paul Whitehead, et un rassemblement de la petite noblesse et d’hommes professionnels. … un groupe d’hommes suffisamment exposés aux yeux du public pour créer le scandale.

Toute la question de la religion est au centre de la fascination que continue d’exercer Dashwood. (…) Une interprétation plus sophistiquée s’était peut-être emparée des rumeurs de magie sexuelle, le livre kabbalistique de l’abbaye, l’image récurrente de Harpocrate, du faible lien de Dashwood avec l’Ordre Maçonnique du Temple et bien sûr la devise Télémaque de l’abbaye de Medmenham, pour finalement en conclure que le Club du Feu de l’Enfer était une manifestation précoce du « Crowlevanity ». L’approche d’un esprit un peu plus réfléchi avait dû repérer les contacts maçonniques de Dashwood et en conclure, probablement de manière correcte, que la « chambre capitulaire » était un temple maçonnique. » [121]

La représentation d’étranges cérémonies dans une loge maçonnique du 18ème siècle.
La représentation d’étranges cérémonies dans une loge maçonnique du 18ème siècle.

La raison d’inclure cette longue citation, est pour donner une idée de l’atmosphère qu’avait développée la maçonnerie au 18ème siècle, et de son influence sur le peuple. La maçonnerie fut perçue comme un secret, comme une organisation curieusement attirante, dont l’opposition aux croyances générales de la société, procurait une sorte de satisfaction psychologique à ses membres. La caractéristique fondamentale des rites maçonniques, comme nous l’avons souligné dans la citation ci-dessus, était la sanctification des symboles et des concepts païens au lieu de ceux des religions monothéistes traditionnelles. Donc, ceux qui devenaient maçons, et tournaient le dos à la Chrétienté, se « paganisaient » par là même, bien que pas nécessairement en adoptant le paganisme comme croyance, mais au moins en adoptant ses symboles.

Cependant, la maçonnerie ne se contentait pas de pratiquer d’étranges cérémonies ; elle suivait également une stratégie destinée à éloigner l’Europe des religions divines, et de l’attirer vers le paganisme. Dans la section suivante, nous aborderons quelques-uns des points les plus importants de l’histoire de l’Europe, pays par pays, et nous suivrons les traces de cette guerre maçonnique contre la religion. Le premier pays que nous devons étudier est la France.

—————————-

Notes :

[121] Daniel Willens « The Hell-Fire Club, » Gnose, no. 24, été 1992

Franc-Maçonnerie partie 37 : La Guerre Maçonnique Contre La Religion

Publié le

Symbole-Maconnique-Serpent-Delta-OeilC’est en 1717, en Angleterre, que fut d’abord déclarée officiellement, l’existence de la maçonnerie. Avant cette date, elle s’était déjà répandue en Angleterre, puis en France et dans le reste de l’Europe, devenant une place de rencontre primordiale pour les opposants à la religion. Beaucoup de maçons se rencontrèrent dans leurs loges, se présentant eux-mêmes comme des « penseurs libres« , c’est à dire, qui ne reconnaissaient pas de religions divines. Dans l’article de Mimar Sinan intitulé « Les premiers temps de la maçonnerie« , il est « Le lieu où se réunissaient les maçons afin de trouver la vérité hors des églises, devint un refuge. » [119]

Ce groupe donc, cette vérité trouvée en dehors de la religion, alimenta davantage cette véritable animosité pour la religion. C’est pourquoi l’organisation devint vite un centre de pouvoir qui mit l’Eglise mal à l’aise, en particulier l’Eglise catholique. Le conflit entre la maçonnerie et l’Eglise prit de l’ampleur, laissant son empreinte sur l’Europe du 18ème et du 19ème siècle. Dans la seconde moitié du 19ème siècle, la maçonnerie commença à gagner d’autres pays hors l’Europe et partout où était présente, elle devint le centre de philosophies et d’activités antireligieuses.

Un article paru dans le Mimar Sinan, intitulé « Les politiques et la franc- maçonnerie » appuie cette déclaration concernant le combat engagé contre la religion :

« La franc-maçonnerie s’organisa au début du 19ème siècle en une institution sociale d’envergure internationale en accord avec ces courants politiques et sociaux. Afin d’aider les sectes dans leur tentative de pratiquer une religion libre, la franc-maçonnerie engagea une bataille contre le pouvoir et l’influence du clergé, et essaya de réaliser son objectif de faire chuter le pouvoir et l’influence de l’Eglise sur le peuple. C’est pour cette raison, qu’en 1738 et 1751, le Pape la déclara impie… Dans les pays ayant adopté les principes de liberté religieuse, la franc-maçonnerie n’était une société mystérieuse et secrète que de nom. Dans ces pays là, où on l’ignorait et on la soutenait à la fois, elle trouva ses membres parmi la classe moyenne et les hauts dignitaires. Elle installa au sein de sa propre organisation, des officiels à des postes de commandement. Dans les pays du sud, où chacun se doit d’être un catholique, ils conservèrent leur personnalité comme un secret, interdit, une organisation révolutionnaire sous surveillance de la loi. Dans ces pays, les jeunes penseurs libres et les fonctionnaires mécontents de l’administration de leur gouvernement, commencèrent à entrer dans les loges maçonniques et initièrent des plans révolutionnaires contre ces régimes d’Espagne, du Portugal et d’Italie qui étaient sous l’emprise du Vatican. » [120]

Sans aucun doute, l’écrivain maçon, utilise un langage favorable à son organisation, lorsqu’il déclare mener une guerre contre la domination de l’Eglise. Mais lorsque nous examinons le sujet de plus près, nous constatons que dans beaucoup de pays cette même « domination » convenait aux régimes créés et soutenus par les maçons. Par conséquent, il est tout à fait net que la revendication maçonnique n’est que prétention dans son combat contre la « domination ». Malgré le fait que l’Eglise, en raison d’un Christianisme faussé, conserva ses idées scolastiques et des pratiques opprimantes, l’hostilité de la maçonnerie envers l’Eglise n’était pas fondée sur cela, mais plutôt envers sa haine pour des religions monothéistes traditionnelles.

Il suffit de regarder la structure de la maçonnerie, de ses rites et cérémonies pour parvenir à comprendre.

—————————-

Notes :

[119] Neset Sirman, « Masonlugun Ilk Devirleri », Mimar Sinan, 1997, no. 104, p. 41

[120] Naki Cevad Akkerman, « Politika ve Masonluk », Mimar Sinan, septembre 1968, no. 7, pp. 66-67

Franc-Maçonnerie partie 36 : Dogmatisme et Traditionalisme Maçonnique

Publié le

???????????????????????????????Le dogmatisme signifie appuyer, aveuglément et avec insistance, un point de vue dont la validité ne peut pas être prouvée, à cause d’une certaine prédisposition psychologique. Une personne dogmatique n’étudie pas ou ne reconsidère pas quelque chose en laquelle elle croit, qu’il y ait une preuve ou non. Il l’accepte totalement et s’y attache fermement. Les maçons et autres groupes antireligieux utilisent régulièrement le terme « dogmatique » en référence à ceux qui croient en Allah. Aujourd’hui, nous retrouvons souvent cette accusation. Par exemple, lors d’un débat portant sur la théorie de l’évolution, les évolutionnistes accuseront ceux qui ne considèrent pas leur théorie d’être des dogmatiques et s’auto déclareront des scientifiques en affirmant que la science n’a aucun intérêt pour les « dogmes ». Néanmoins, cette accusation est fausse. La croyance en l’existence d’Allah et du fait qu’Il a créé tous les êtres est une croyance soutenue par des preuves rationnelles et scientifiques. Il y a équilibre, ordre et organisation dans la nature ; et il est clair que cela fut établi de façon intelligente et délibérée. C’est pour cela que le Coran appelle les êtres humains à découvrir les signes d’Allah et les invite à considérer cet équilibre, ordre et organisation, et recommande dans plusieurs versets, une réflexion sur les preuves de l’existence d’Allah au paradis comme sur la terre. Ces preuves indiquées dans le Coran sont prodigieuses, non seulement à propos de l’équilibre et de l’ordre dans l’univers, mais aussi l’adéquation du monde avec la vie humaine ; la structure des plantes, des animaux, du corps humain, des qualités spirituelles de l’être humain, en somme tout ce qui a été corroboré par la science moderne. Le dogmatisme est plutôt une qualité de ceux qui refusent de considérer tout cela et rejettent Allah tout en continuant de défendre l’idée que l’univers existe par sa propre volonté et que les organismes vivants sont apparus par hasard. Les maçons sont un véritable exemple de ce point de vue. Malgré les preuves évidentes de l’existence d’Allah, ils préfèrent les ignorer, les rejeter, en faveur d’une philosophie humaniste et matérialiste. Dans les Coran, Allah parle ainsi de ceux qui ont une telle mentalité :

« Ne voyez-vous pas qu’Allah vous a assujetti ce qui est dans les cieux et sur la terre ? Et Il vous a comblés de Ses bienfaits apparents et cachés. Et parmi les gens, il y en a qui disputent à propos d’Allah, sans science, ni guidée, ni livre éclairant. Et quand on leur dit : « Suivez ce qu’Allah a fait descendre », ils disent: « Nous suivons plutôt ce sur quoi nous avons trouvé nos ancêtres. » Est-ce donc même si le diable les appelait au châtiment de la fournaise !« 

[Coran, Sourate 31, versets 20 et 21]

Ces versets décrivent comment les impies, malgré le fait qu’ils voient les preuves de l’existence d’Allah, « argumentent au sujet d’Allah » et s’engagent dans une guerre contre Sa religion. C’est parce que ces athées suivent les pas de leurs pères, c’est-à-dire qu’ils s’empêtrent dans un traditionalisme aveugle. Evidemment, comme nous l’avons observé depuis le début de ce livre, le traditionalisme définit très bien l’histoire et la philosophie de la maçonnerie. En effet, le traditionalisme est un terme qui décrit tout à fait bien la maçonnerie, car elle n’est rien d’autre qu’une « organisation de traditions », dont les origines remontent à des milliers d’années à l’époque des premières communautés païennes. Elle suit aveuglément les traditions de l’Egypte ancienne des pharaons et leurs magiciens, des philosophes matérialistes de la Grèce antique, des hermétistes, des kabbalistes, des templiers et rosicruciens et des maçons qui les ont précédés. Il est important de reconnaître ce traditionalisme. Au sein des loges maçonniques modernes, on utilise toujours des symboles et des termes vieux de milliers d’années. Bien que presque tous les maçons aient un niveau d’éducation élevé et occupent des postes à haut niveau dans la société, ils portent des épées d’or et tiennent dans leurs mains des crânes, murmurent un langage dans un vieil égyptien, debout devant des colonnes identiques aux temples de l’Egypte ancienne, vêtus de tabliers argentés, de gants blancs et de bien d’autres costumes étranges et prononcent de grands serments. Si une personne, ignorant tout de la maçonnerie, est amenée dans l’une de ses loges, elle pensera sûrement qu’elle est en train de visiter un plateau de tournage d’une comédie et aura peut-être du mal à contenir son rire quand elle verra les maçons, au cours de la cérémonie d’initiation, un bandeau sur les yeux, marcher en rond, pieds nus. Mais les maçons qui vivent dans leur monde secret, considèrent normales ces étranges cérémonies et trouvent une satisfaction psychologique dans l’atmosphère mystique de leur loges. Une fois ces cérémonies achevées, ils s’assoient et discutent les uns avec les autres au sujet de leurs croyances comme « les atomes ont un esprit et se regroupent pour donner forme aux organismes vivants« , ou bien « le monde a atteint son équilibre grâce à l’intelligence cachée dans le magma » ou encore « la mère nature nous a parfaitement créés« , et d’autres mythes encore. Toute cette mascarade mise en scène dans le but de préserver la tradition est tout à fait irraisonnée. L’incroyable, c’est qu’un tel système d’idées puisse encore survivre et être soutenu.

La maçonnerie est la continuation du traditionalisme borné. La maçonnerie moderne conserve les mêmes croyances superstitieuses que ses "soeurs" ont défendues de façon aveugle pendant des siècles.
La maçonnerie est la continuation du traditionalisme borné. La maçonnerie moderne conserve les mêmes croyances superstitieuses que ses « soeurs » ont défendues de façon aveugle pendant des siècles.

L’attachement aveugle des maçons pour leurs traditions montre clairement l’importance considérable qu’ils apportent à l’idée des « repères ». Un repère est un lieu ou objet qui symbolise quelque chose ayant une importance ou signification historique. Dans le langage maçonnique, les repères sont des règles inchangées qui ont été transmises depuis la fondation de l’organisation. Pourquoi n’ont-elles pas changé ? Les maçons apportent une réponse intéressante à cette question. En 1992, un article publié dans Mimar Sinan déclare :

« Les repères de la maçonnerie sont de très vieilles lois, transmises au fil du temps de génération en génération. Personne ne sait quand elles firent leur apparition et personne n’a le droit de les modifier ou de les annuler. Il existe les lois écrites et orales de la société. Les lois orales s’apprennent uniquement des rituels et des rites des loges. Il existe six lois écrites, d’abord publiées en 1723 dans la Constitution anglaise et parues sous le titre « Les obligations des francs-maçons. » [117]

Une expression du traditionalisme maçonnique: des symboles qui n’ont pas changé depuis des siècles.
Une expression du traditionalisme maçonnique : des symboles qui n’ont pas changé depuis des siècles.

Observons ces mots de plus près. Il existe une organisation appelée maçonnerie. Des siècles durant, les membres de cette organisation ont suivi un nombre de lois dont nous ignorons les origines. En outre, ils sont tout à fait déterminés à ce que personne ne change ces lois. Aucun d’entre eux, ne vient demander pourquoi ils les appliquent toujours !… Et dans l’intérêt de conserver ces lois, ils ignorent volontiers les découvertes scientifiques et leurs conclusions logiques. Est-il possible qu’une telle société suive la voie de la « raison » et de la « science » ?

Les règles qui ont été acceptées comme la constitution maçonnique ont été conservées sans changement pendant des siècles.
Les règles qui ont été acceptées comme la constitution maçonnique ont été conservées sans changement pendant des siècles.

Un autre passage de l’article cité ci-dessus, déclare littéralement qu’un maçon doit obéir aux lois sans poser de question.

« A mon avis, un repère fait partie de la maçonnerie depuis tellement longtemps, que je n’ai jamais été curieux quant à ses origines dans la loge ou dans le cadre de mes activités de franc-maçon. Je ne parviens pas à analyser pourquoi je devrais en ressentir le besoin, parce que je pense que si l’on ne touche pas la structure de la franc-maçonnerie, alors celle-ci durera… Ça ne me demande pas trop d’effort. » [118]

Comment une organisation composée de partisans qui croient et se conforment à ces lois, dont les origines n’éveillent même pas leur curiosité, peut elle être considérée comme raisonnable ?… Bien sûr, la revendication maçonnique prétendant être basée sur la raison et la science est complètement trompeuse. Malgré l’usage continuel d’expressions sur la raison et la science, eux aussi comme bien d’autres matérialistes, défendent avec insistance, une philosophie dépourvue de logique et de preuve scientifique et se détournent des réalités que la science a découvertes. Pour l’essentiel, c’est cet attachement aveugle pour leurs traditions qui a mené les maçons à une telle erreur, voire à un réel envoûtement. Ceci montre que l’enseignement de la maçonnerie est trompeur. Les gens s’éloignèrent de leur croyance en Allah, tombant dans la superstition à force de poursuivre des lois non fondées, des mythes et des légendes. Ce que le Coran nous dit à propos des païens de Saba, qui abandonnèrent Allah pour se prosterner devant le soleil, est également valable pour la maçonnerie :

« Je l’ai trouvée, elle et son peuple, se prosternant devant le soleil au lieu d’Allah. Le diable leur a embelli leurs actions, et les a détournés du droit chemin, et ils ne sont pas bien guidés.« 

[Coran, Sourate 27, verset 24]

Les maçons rejettent la religion d’Allah au profit d’une doctrine dépassée qu’ils élaborent avec des symboles dorés et des éléments mystiques. En outre, non contents de rejeter Allah, ils combattent Sa religion, un combat dans lequel ils se sont engagés depuis très longtemps.

9kollusamdan

—————————-

Notes :

[117] Tanju Koray, Mimar Sinan, 1992, no : 85, p. 46 [118] Tanju Koray, Mimar Sinan, 1992, no : 85, p. 49

Franc-Maçonnerie partie 35 : La Théorie Maçonnique des Origines de la Vie

Publié le

Comme nous l’évoquions au début, la théorie de l’évolution maintient que les organismes vivants ne furent pas créés, mais sont apparues et se sont développées grâce aux lois de la nature. Afin de tester cette théorie de façon scientifique, il est nécessaire d’observer toutes les étapes de ce supposé processus, et d’examiner s’il s’est déjà produit par le passé et s’il a pu être possible.

La première étape dans ce processus est un état hypothétique dans lequel, de la matière inanimée pourrait engendrer un organisme vivant.

Avant de prendre en considération ce fait, nous devons rappeler une loi de biologie reconnue à l’époque de Pasteur : « La vie provient de la vie. » Cela veut dire qu’un organisme vivant ne peut être généré qu’à partir d’un autre organisme vivant. Par exemple, les mammifères naissent du ventre de leurs mères. Pour d’autres espèces, les petits proviennent des œufs pondus par leurs mères. Les plantes poussent à partir de graines. Les organismes monocellulaires comme les bactéries se divisent et se multiplient.

A cause de la compréhension scientifique rudimentaire de son temps, Aristote a proposé certaines explications mythiques encore acceptées aujourd’hui dans la littérature maçonnique.
A cause de la compréhension scientifique rudimentaire de son temps, Aristote a proposé certaines explications mythiques encore acceptées aujourd’hui dans la littérature maçonnique.

Le contraire n’a jamais été observé. A travers l’histoire du monde, personne n’a jamais témoigné d’avoir observé la matière inanimée donner vie à un être vivant. Bien sûr, il y eut dans l’Egypte et la Grèce antiques, ainsi qu’au Moyen âge, ceux qui pensaient avoir vu un tel phénomène se produire ; les égyptiens croyaient que les grenouilles bondissaient de la vase du Nil, une croyance également soutenue par les philosophes de la Grèce antique, tel Aristote. Au Moyen Age, on croyait que les souris prenaient vie dans le blé des greniers. Cependant, toutes ces croyances n’étaient pas ignorées et finalement, c’est en 1860 lors de ses fameuses expériences, que Pasteur prouva, que même une bactérie, la forme de vie la plus élémentaire qui soit, ne pouvait exister sans géniteur, c’est-à-dire qu’il est impossible à la matière inerte de donner de la vie.

Mais la théorie de l’évolution dépend de cette impossibilité, car elle prétend que les organismes vivants sont nés et se sont développés sans l’implication d’un géniteur, signifiant qu’au tout début de ce supposé scénario, les organismes vivants aient été générés par hasard.

Darwin tenta de décrire les origines de la vie, ce qu’il connaissait un peu, en une courte phrase dans laquelle il déclara que la vie avait dû faire son apparition dans « un petit étang chaud », [111] Mais les évolutionnistes qui le suivaient, se préoccupèrent de travailler sur le sujet. Cependant, tout au long du 20ème siècle, les efforts fournis afin de donner une explication évolutionniste sur les origines de la vie, restèrent dans une impasse ; une impasse, dans laquelle les évolutionnistes eux-mêmes s’étaient retrouvés. A part le fait qu’ils n’avaient pu fournir la moindre preuve scientifique, que la vie peut être générée à partir de matière inanimée, ils n’avaient pas non plus été capables de fournir une explication théorique. C’est parce qu’en fait, la structure d’un organisme vivant à cellule simple des plus élémentaires qui soient, est extrêmement complexe. Il est mathématiquement impossible que même les composants de base d’une cellule, comme les protéines, DNA ou RNA, aient pu être produits par hasard, et encore moins probable en ce qui concerne la cellule elle-même.

L’éventualité d’une vie générant par coïncidence étant impossible, cela prouve la réalité de la création. Sur ce sujet, le célèbre astronome et mathématicien anglais, Fred Hoyle, commente :

« En effet, une telle théorie (que la vie a été créée par une intelligence) est tellement évidente que l’on se demande pourquoi elle n’est pas communément acceptée. Les raisons sont plutôt psychologiques que scientifiques. » [112]

La « raison psychologique » dont parle Hoyle est la façon dont les évolutionnistes persistent à rejeter d’avance tout résultat qui pourrait les mener à accepter l’existence d’Allah et leur conditionnement à ce sujet.

Dans d’autres de nos travaux sur l’invalidité de la théorie de l’évolution, nous avons cité plusieurs fois que les évolutionnistes reconnaissaient ce fait ; et nous avons observé les hypothèses irrationnelles que les évolutionnistes ont proposées aveuglément de façon à ne pas accepter l’existence d’Allah. Pour l’instant cependant, notre attention se portera sur les loges maçonniques et sur leur vision du sujet. Alors qu’il est si évident que la « vie a été créée par une Créateur intelligent », qu’en pensent alors les maçons ?

Dans son livre adressé à la communauté maçonnique et intitulé Evrim Yolu, (Le chemin de l’évolution), le maître maçon, Selami Isindag s’explique de cette façon sur le sujet :

« La caractéristique principale de notre école de moralité est que nous ne partons pas des principes de logique et nous n’entrons pas dans les inconnues du théisme, des signes secrets ou encore des dogmes. A partir de ceci, nous affirmons que la première forme de vie est apparut sous forme de cristaux, dans des conditions que nous ne pouvons connaître ou découvrir aujourd’hui. Selon la loi de l’évolution, les organismes vivants vinrent au monde et se répandirent sur la terre entière. Comme résultat de l’évolution, les êtres humains d’aujourd’hui sont apparus et ont évolué, à la fois en toute conscience et intelligence, au-delà des autres espèces animales. » [113]

Il est important de noter la relation de cause à effet évoquée dans la citation ci-dessus : Isındag souligne que la caractéristique principale de la maçonnerie est le rejet du théisme, c’est à dire, de la croyance en Allah. Et tout de suite après, il déclare « sur cette base » que la vie a surgi spontanément de la matière inanimée, qu’elle a subi l’évolution jusqu’à atteindre l’apparence des êtres humains.

Il est à noter qu’Isındag n’apporte aucune évidence scientifique pour appuyer la théorie de l’évolution. (Le fait qu’il n’y a pas d’évidence scientifique est suggéré par les mots sous-entendus « que nous ne pouvons connaître ou découvrir aujourd’hui »). La seule preuve que fournit Isındag sur la théorie de l’évolution est que la maçonnerie n’accepte pas le théisme.

En d’autres termes, les maçons sont des évolutionnistes, car ils n’acceptent pas l’existence d’Allah. C’est l’unique raison pour laquelle ils sont évolutionnistes.

Dans la constitution du « Grand Conseil de Turquie » organisée par les maçons turcs du 33eme degré, le scénario de l’évolution fut à nouveau mentionné et le refus par les maçons d’une explication créationniste fut exprimé en ces termes :

« Au début des temps et d’après un processus inorganique, la vie organique est apparue. Afin de produire des organismes cellulaires, les cellules sont apparues groupées entre elles. Plus tard, l’intelligence se propagea considérablement, les êtres humains étaient nés. Mais d’où venaient-ils ? Nous nous interrogeons toujours. Fût-ce du soufflé d’Allah au dessus de la glaise ? Nous rejetons l’explication d’une forme de création anormale ; une forme de création qui exclut l’homme. Depuis que la vie et sa généalogie existent, nous devons suivre la ligne phylogénétique et nous devons ressentir, comprendre et reconnaître qu’une roue tourne et explique l’existence de ce grand acte appelé « le saut ». Nous devons croire qu’il y a eu une phase de développement de grande activité, qui, à un moment donné, fit que la vie passa de cette phase à une autre. » [114]

Le Faux Soutien Des Maçons À Haeckel

Lorsque l’on considère la littérature maçonnique, mis à part son attachement aveugle à la théorie de l’évolution, on est frappé par sa profonde ignorance. Par exemple, lorsque l’on examine les sources turques, on voit que les revendications évolutionnistes qui s’avérèrent fausses dans le premier quart du 20ème siècle sont encore défendues avec passion. L’une d’entre elles est l’histoire de Haeckel et sa théorie sur les embryons mentionnée dans presque toutes les publications maçonniques.

L’histoire concerne un biologiste allemand du nom d’Ernst Haeckel, qui était un ami proche et défenseur de Charles Darwin, l’un des plus célèbres supporteurs de la théorie de Darwin après la mort de ce dernier. De façon à établir la validité de la théorie, Haeckel a examiné les embryons de diverses créatures vivantes, et a proposé qu’ils se ressemblaient tous et que chacun passait par un mini processus d’évolution avant de naître. Pour soutenir cette affirmation, il a fait un certain nombre de comparaisons entre différents embryons et, dans la première moitié du 20ème siècle, il a ainsi persuadé de nombreuses personnes de la validité de la théorie de l’évolution.

Comme nous l’avons mentionné, les sources maçonniques donnent une grande importance à cette thèse de l’embryologie, qui est appelée « l’ontogenèse récapitule la phylogenèse ». Maître Naki Cevad Akkerman, dans un article intitulé « Le Concept de la vérité et les principes de la maçonnerie » dans Mimar Sinan, appelle cette thèse une « loi », c’est-à-dire qu’il l’élève au rang de fait scientifique indiscutable. Il écrit :

« …Nous considérons comme une loi naturelle très importante. C’est la formule proposée par Haeckel, « l’ontogenèse récapitule la phylogenèse ». Si nous prenons un être humain en exemple, la signification de la loi est la suivante : les changements morphologiques et dans l’ordre et la fonction des organes que subit un être humain, de la première formation cellulaire dans le sein de sa mère jusqu’au moment de sa naissance et au cours de sa vie jusqu’à sa mort, ne sont rien d’autre qu’une récapitulation des changements qu’il a subi depuis le début de sa formation cellulaire initiale dans l’eau et la terre jusqu’à aujourd’hui. » [A]

Maître Mason Selami Isindag a attaché également une grande importance à la théorie de Haeckel. Dans un article intitulé « les Doctrines maçonniques » il écrit : « Dans ses expériences, Darwin a montré que diverses espèces d’animaux se sont développées tout d’abord à partir d’une seule cellule et plus tard à partir d’une seule espèce. » Il ajoute ensuite :

« Haeckel a réalisé des études défendant toutes ces découvertes expérimentales. Il croyait que l’animal le plus simple, la monère, était devenu une créature organique vivante à partir d’éléments matériels non organiques. Il démontra qu’il existait une unité à la base de tout. Ce monisme est une combinaison de la matière et de l’esprit. Il y a deux aspects de la substance qui forment leur base. Ce que croit la maçonnerie est conforme à ces découvertes scientifiques et expérimentales. » [B]

Dans un autre texte maçonnique, on se réfère à Haeckel comme à un « grand érudit », et sa thèse selon laquelle « l’ontogenèse récapitule la phylogenèse » apparaît comme une preuve de la théorie de l’évolution. [C]

Cependant, l’Ernst Haeckel que les maçons voyaient comme un grand érudit était un imposteur qui falsifiait délibérément des découvertes scientifiques et la thèse qu’ils acceptaient comme une « loi » (l’ontogenèse récapitule la phylogenèse) est l’une des plus grandes supercheries dans l’histoire de la science.

Haeckel
Haeckel

Cette supercherie se retrouve dans les dessins d’embryons faits par Haeckel. De façon à démontrer la similarité entre les embryons des êtres humains, des poulets, des lapins, des salamandres, qui en réalité ne partagent aucune ressemblance les uns avec les autres, il a falsifié les dessins. Dans certains cas, il a sorti certains des organes des embryons, dans d’autres cas il a ajouté des organes. En outre, il a modifié la taille réelle des embryons dans une tentative de les montrer à la même taille. En bref, Haeckel a conduit cette altération de façon à fabriquer des preuves là où il n’y en avait pas. Journal scientifique appelé Science contenait un article dans son édition du 5 septembre 1997 qui affirmait :

« En réalité (…) même des embryons étroitement liés tels que ceux des poissons, varient beaucoup dans leur apparence et leur développement… Il semble qu’ils (les dessins de Haeckel) soient sur le point de devenir une des plus célèbres contrefaçons de la biologie. » [D]

Il est intéressant de constater que ce mensonge a été reconnu depuis de nombreuses années. Les dessins de Haeckel ont été montrés comme étant des faux déjà de son vivant (1910) et il l’avait reconnu. Dans un article publié dans l’American Scientist, on peut lire :

« La loi biogénétique est sans doute aussi morte qu’un clou de porte… En tant que thème d’enquête théorique sérieuse, elle avait disparu dans les années vingt… » [E]

Malgré cela, des évolutionnistes continuèrent à utiliser ces dessins pendant des décennies dans la seule intention de tromper les masses qui n’avaient aucune connaissance sur ce sujet.

Il n’existe qu’une seule raison pour laquelle les maçons considèrent la théorie de Haeckel comme étant une preuve pour la théorie de l’évolution et le voient comme un grand érudit : L’engagement des maçons pour la théorie de l’évolution ne se base pas sur leur passion pour la connaissance et la vérité, ainsi qu’ils le prétendent, mais, au contraire, sur leur ignorance.

____________________________________________________________________

[A] Naki Cevad Akkerman, Mimar Sinan, no. 1, p.13

[B] Selami Isindag, Masonluk Ö€retileri, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul, p.137

[C] Selami Isindag, Din Aç›s›ndan Mason Ö€retisi, Akasya Tekamül Mahfili Publications, p.10

[D] Elizabeth Pennisi, « Haeckel’s Embryos: Fraud Rediscovered, » Science, Septembre 5, 1997

[E] Keith S. Thompson, « Ontogeny and Phylogeny Recaputilated », American Scientist, vol. 76, p. 273

____________________________________________________________________

On peut reconnaître là, le fanatisme maçonnique. Lorsque l’écrivain dit « qu’ils rejettent une forme de création excluant l’homme« , il répète là le dogme de base de l’humanisme, que « un être humain est la plus haute créature qui soit« , et il annonce que les maçons rejettent toute autre explication. Quand il dit, « une forme anormale de création« , il fait allusion à l’intervention d’Allah dans la création des êtres vivants, rejetant à priori cette éventualité. (Pourtant, il est tout à fait anormal que les maçons acceptent sans étude ni expérience, l’idée illogique que la matière inanimée soit apparue et qu’elle ait généré de la vie sur la terre, y compris des êtres humains.) On notera d’après l’explication maçonnique, qu’il n’y a aucune preuve scientifique apportée. Les maçons ne disent pas, « l’évolution est prouvée, donc nous rejetons la théorie de la création« . Ils sont simplement aveuglés par un fanatisme philosophique.

Les ouvrages maçonniques soutiennent cette doctrine. Le maître maçon, Selami Isındag, déclare que « mise à part la nature, aucune force ne nous guide, qui soit responsable de nos pensées et de nos actes ». Il ajoute aussitôt « la vie est arrivée par une cellule simple et le stade de développement qu’elle a atteint aujourd’hui est le résultat de divers changements et évolutions ». [115] Plus tard, il résume ce que signifie la théorie de l’évolution pour les maçons :

« D’un point de vue de l’évolution, les êtres humains ne sont pas différents des animaux. Quant à la création de l’homme et à son évolution, il n’y a pas de forces spécifiques, autres que celles auxquelles sont soumis les animaux. » [116]

Cette affirmation montre clairement l’importance qu’attachent les maçons à la théorie de l’évolution. Leur but est de défendre l’idée que les êtres humains ne furent pas créés et de présenter leur propre philosophie humaniste et matérialiste comme une philosophie défendable. Et la seule méthode qui peut être utilisée pour rejeter l’idée que les êtres humains furent créés est la théorie de l’évolution. Donc, c’est pour cette raison que les maçons croient en la théorie de l’évolution et cherchent à la diffuser dans la société.

Cela montre bien que les maçons qui accusent constamment de dogmatisme ceux qui croient en Allah, sont eux-mêmes dogmatiques.

—————————-

Notes :

[111] Francis Darwin, Life and Letters of Charles Darwin, vol. II, de Charles Darwin à J. Do Hooker, 29 mars 1963

[112] Fred Hoyle, Chandra Wickramasinghe, Evolution from Space, p.130

[113] Dr. Selami Isindag, Evrim Yolu, Istanbul 1979, p. 141

[114] P. M. Giovanni, Turkiye Fikir ve Kultur Dernegi E. ve K. S. R. Sonuncu ve 33. Derecesi Turkiye Yuksek Surasi, 24. Konferans, Istanbul, 1973, p. 107

[115] Dr. Selami Isindag, Sezerman Kardes VI, Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 78

[116] Dr. Selami Isindag, « Masonluk Ogretileri », Masonluktan Esinlenmeler, Istanbul 1977, p. 137