Faux alliés

IslamRéinfo TV : Jean-Michel Vernochet et le Wahhabisme : Entre ignorance et incompétence ! [1/2]

Publié le

Jean-Michel Vernochet se présente et est présenté par la « dissidence » française comme un expert du Wahhabisme. Or, il s’agit d’un ignorant et un manipulateur dont le livre est truffé d’erreurs. La présente vidéo a pour but de démontrer l’imposture de se personnage.

Publicités

Aïssam Ait Yahya : Abd al Malik en métropole et Tintin au Congo !

Publié le

livre-d-abd-al-malikL’investissement français dans toutes les idéologies cherchant à transformer l’Islam pour le vider de sa substance est très évident. Cela passe par la promotion de prétendus intellectuels, imams et recteurs Béni oui-oui, jusqu’à certaines figures du monde « artistique », qui par leurs origines sociales et ethniques peuvent encore compléter cette stratégie en ciblant tout spécialement la jeunesse musulmane des quartiers dit « sensibles ».

Nous avons dans ce dernier cas de figure, un véritable exemple académique avec le dénommé Abd el Malik, soufi et slameur. On savait que Rousseau avait contribué à développer le mythe du bon sauvage dans la littérature française, or son héritière directe, la France laïque et jacobine a retrouvé en Abd el Malik la rassurante figure banania du bon africain.

Le problème pour nous n’est pas tant qu’il est le représentant le plus symbolique du « traître social » comme l’ont dit certains. Car ayant selon eux « vendu le rap hardcore antiflic de la cité pour le flow policé du slam boboïsé » passant ainsi de la scène underground antiflic à la variété française version Pascal Sevran négrophilisée. En illustrant au passage, la trajectoire de la racaille karchérisée des cités dortoirs ne rêvant que d’intégrer le bling-bling du show bizz parisien.

Non, ce n’est absolument pas ceci qui nous importe, mais plutôt la teneur de son discours et de sa posture soi-disant islamique dans les débats sur la question de l’intégration des musulmans et de l’Islam en France. Qu’il intervienne en sa qualité de chanteur issu du prolétariat des HLM qui œuvre à divertir le-Tout-Paris est une chose : dés lors, il peut danser et chanter en tant que nouvelle Joséphine Baker ceinturé de banane aussi pourrie que consensuelle à défaut d’explosif intellectuel…

Mais le fait qu’il s’affiche dans le rôle du grand frère donneur de leçon façon TF1, et expert des questions liées à l’Islam en est une autre. Et si nous voulions être provocateurs, nous dirions que son acharnement à reproduire, comme un servile larbin digne de la case de l’oncle Tom, le discours stéréotypé sur l’Islam banlieusard, montre qu’il est le parfait « house negro » version française que nous avait déjà décrit notre prédécesseur Hajj Malik Shabbaz, plus connu sous le nom de Malcolm X : « Les nègres domestiques, ce sont ceux qui vivaient dans la maison du maître; ils étaient bien vêtus, ils mangeaient bien parce qu’ils mangeaient comme le maître, ce dont il ne voulait pas. Ils vivaient au grenier ou dans la cave, mais ils vivaient près du maître ; et ils aimaient le maître plus que le maître ne s’aimait lui-même. Si le maître disait : “Nous avons une belle maison”, le nègre domestique disait : “Ouais, nous avons une bonne maison.” Lorsque le maître disait « nous” il disait “nous”. C’est à cela que se reconnaît un nègre domestique… »

Ayant ensuite accompli son pèlerinage à Auschwitz dans l’euphorie du post-11 septembre, son opportunisme démagogique fut très largement récompensé. Adoubé par le monde du spectacle, il peut collectionner dès lors, autant les victoires de la musique que les invitations sur la scène télévisée, dont on ne se sait plus dire, si elle est artistique ou intellectuelle.

abd-al-malik-livre-flammarionAprès la « racaille sort un disque » c’est le zouave qui écrit un livre… Comme Abdennour Bidar avec « Self Islam », Abd el Malik est l’auteur d’une œuvre qui se veut autobiographique intitulé : « Qu’Allah bénisse la France ! »

Véritable nouvelle récitation du « nos ancêtres les gaulois » remastérisé, il démontre que pour exister médiatiquement il faut avoir assimilé parfaitement les leçons de l’intégration française à la sauce post coloniale. Et comme Abdelweheb Meddeb avant lui, il reproduit toute l’attitude méprisante à l’encontre des jeunes musulmans résistants et contestataires qui subissent de plein fouet la croisade intérieure laïco-jacobine : « Je remarquais aussi que bon nombre de mes aînés musulmans, pourtant bardés de diplômes, se métamorphosaient en abrutis lorsqu’on abordait la religion, comme si le simple fait d’évoquer l’islam inhibait toutes leurs capacités intellectuelles… »

Il faut dire qu’il s’est lancé dans l’écriture avec autant de talent qu’il en avait pour déblatérer ses prêches I-slamisées. Là encore, c’est le rôle du soufisme innovateur qui nous permet de comprendre toute la rhétorique du gentil africain néo-muz de service.

En mettant la laïcité en musique, peut-être que ces « bêtes » cher à Meddeb et ces « abrutis » d’Abd el Malik -assurément les mêmes- pourront l’accepter si ont la mettait tout simplement en musique :

« Après ça fallait qu’on montre aux yeux du monde que nous aussi nous n’étions que des hommes…Que s’il y avait des fous, la majorité d’entre nous ne mélangeait pas la politique avec la foi… »

« Ne pas mélanger la politique avec la foi » martelé près de cinq fois sans en être le refrain pourrait même passer pour une tentative de manipulation subliminale.

Dès lors, la foi soufie syncrétique d’Abd el Malik peut s’accommoder de n’importe quelle pouvoir temporel, car elle s’est vidée pour devenir un simple récipient pseudo-spirituel pouvant servir de contenant à n’importe quelle idéologie séculière, et surtout de celles qui dominent effectivement la temporalité. Avec cette originalité chez Abd el Malik, lorsque l’on remarque que sa vision de la foi « musulmane » est en adéquation avec la fonction sociale de sa musique : « Pour moi, le rap est la musique du 21e siècle. Elle est totalement en phase avec son époque. Même le gangsta rap, avec son consumérisme, sa misogynie et ainsi de suite, nous en apprend sur notre époque. Il ne faut pas s’arrêter à la pointe de l’iceberg. Il faut aussi prendre en compte sa facette conscientisée. »

malik_dernier_fr_1En effet, le rap consumériste et individualiste est à la subversion politique ce que le soufisme innovateur est à la spiritualité : une dégénérescence pathologique qui n’a pas d’autre but que d’être plaisant et conforme aux exigences du système Dominant. Cela dit, ce sont tous ces éléments qui nous expliquent et nous font comprendre pourquoi Abd el Malik peut stigmatiser le fait de faire de la politique dans une liaison avec l’Islam, mais aucunement quand il s’agit de prêcher ostensiblement pour la démocratie laïque…

Alors que s’il était réellement objectif ou cohérent avec certains de ses propos, soit il se serait abstenu de tout discours politisé, soit il ne refuserait pas ce droit aux autres.

Car quant à lui, ses prêches politiciens dépassent même le cadre national, étant donné qu’il est bien connu que lorsque la maison France brûle, c’est toujours ses pompiers-tirailleurs coloniaux que l’on envoie en première ligne éteindre l’incendie, en chantant un « c’est nous les africains… » remixé par son slam laïque. Il témoignait en effet : « Aujourd’hui, la France a une carte cruciale à jouer, en montrant au reste du monde comment elle va gérer la crise [Soulèvement des banlieues de 2004, NDA] grâce aux outils républicains, démocratiques, laïques, qu’elle a inventés. En novembre, j’ai été interviewé par de nombreux médias anglais et américains pour qui, unanimement, la révolte des banlieues est la preuve de l’échec du fameux modèle laïque des Français. Je leur dis : “Non, ce n’est pas parce que la personne qui tient l’outil est momentanément incompétente qu’il faut jeter l’outil. Il faut changer la personne, ou la former.” »

Pourtant les faits sont clairs, la France qui a -selon elle- les plus beaux, plus grands et profonds principes philosophiques politiques, est le pays occidental où justement les musulmans rencontrent le plus grand nombre de difficultés à surmonter (nous avons déjà vu pourquoi et comment). Pour un arriviste sur la scène intellectuelle comme Abd Al Malik on peut comprendre qu’il ait pu répéter bêtement le discours conformiste et avec son habituelle démagogie : « La France a toujours été précurseur. L’idée universaliste vient de chez nous… »

Avec plus de nuance et surtout plus d’études objectives, nous savons désormais pertinemment le contraire. Comme d’ailleurs tout honnête historien qui n’hésite pas à dire les vérités qui fâchent : « L’universalisme à la française est, historiquement, la source de discrimination »

Or si l’on rajoute à cela, les constatations d’un récent rapport de la French-American Foundation et de Sciences-Po certifiant : « Nos résultats soulignent donc une réalité dérangeante : dans la République française théoriquement laïque, les citoyens musulmans issus de l’immigration rencontrent, toutes choses égales par ailleurs, des obstacles à l’intégration par l’accès à l’emploi bien plus élevés que leurs homologues chrétiens. »

Comment expliquer la persistance de l’aveuglement d’Abd al Malik ? Peu importe, car quoiqu’il en soit, il va sans dire qu’en France, cette alliance stratégique entre soufisme innovateur et laïcité dogmatique rencontre en Abd el Malik un hôte particulièrement acharné et obstiné, envers et contre toute rationalité objective, à vouloir défendre un modèle archaïque, certainement le plus utopique du monde occidental.

Si nous nous intéressons à cette posture jusqu’au-boutiste d’Abd al Malik, celle qui consiste à ne vouloir voir dans cette France qui sent le brûlé qu’une simple défaillance humaine, notre analyse liant psychologie des origines ethniques et sociales, héritage coloniale, aliénation identitaire et ses nombreux complexes, ne pourra que nous faire rappeler ce discours de Malcolm X, extrêmement révélateur de cette maladive obstination : « Si la maison du maître brûlait, le nègre domestique combattait le feu avec plus d’énergie que le maître n’en mettait lui-même. Si le maître tombait malade, le nègre domestique disait : “Qu’y a-t-il, patron, nous sommes malade ? Nous sommes malades”. Il s’identifiait au maître plus que son maître ne s’identifiait à lui-même. Lorsqu’ils voient brûler la maison de ce blanc, vous n’entendez pas les petits noirs [pour Malcolm X, ceux qui ne font pas partie des house nigger, NDA] dire : “Notre gouvernement a des ennuis”, mais : “Le gouvernement ! ” J’en ai même entendu parler de “nos astronautes”, “notre marine de guerre !” Voilà un noir qui a perdu l’esprit. Tout comme le maître, en ce temps-là, se servait de Tom, le nègre domestique, pour maintenir les nègres des champs sous sa domination, le vieux maître se sert de nègres qui ne sont rien d’autre que les Oncle Tom du vingtième siècle, pour nous tenir en échec et nous garder en main, vous et moi, pour nous garder pacifiques et non-violents…»

Joignons pour accompagner ce percutant discours, un refrain très approprié d’Abd el Malik lui-même, qui sonne désormais très agréablement à nos oreilles : « Ça c’est du lourd…»

affiche-qu-allah-benisse-la

En France, toutes ses prises de positions, ses paroles et actes, lui valent personnellement de rafler quantité de médailles et de distinctions qu’il peut fièrement épingler sur son burnous de tirailleur congolais pour service rendu à la mère patrie. Et après avoir obtenu de Juliette Gréco qu’elle fasse la préface de son dernier livre, il est probable qu’Abd el Malik suscite l’intérêt de Mylène Farmer ou Didier Barbelivien pour lui produire son prochain Album, et il pourra continuer à dire avec un grand sourire banania : «Ce que je fais finalement c’est être subversif à l’extrême…»

Et nous espérons que cet Omar Bongo national ne jouera plus de la confusion entre son slam soufi laïque et l’Islam avec sa spiritualité authentique.

Mais connaissant la nature de cette néo-religion et de son prosélytisme, nous ne faisons aucune illusion…

Youssef Girard : De la shu’ubiyya au sein de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone !

Publié le Mis à jour le

dszeezezaz

« Et c’est ainsi que Nous t’avons révélé un Coran arabe, afin que tu avertisses Oum al-Qoura [la Mecque] et ses alentours ». [Coran 42 : 7]

Dans l’histoire de la civilisation arabo-islamique, le mouvement de la shu’ubiyya (1) fut une réaction anti-arabe qui se développa à partir du VIIIème siècle de l’ère chrétienne et qui atteint son apogée au IXème siècle en Irak. Réaction au développement de la culture arabo-islamique dans différents domaines, le mouvement de la shu’ubiyya fut portée par les kuttâb d’origine perse, araméenne ou copte qui vivaient en concurrence ethno-sociale avec leur environnement arabe. Selon al-Jahiz (776-869), les kuttâb (2) distillaient de « pompeuses maximes persanes » et dénigraient la tradition arabo-islamique alors que, socialement, ils étaient entièrement dépendants de leurs employeurs arabes. Cette contradiction entre leurs références culturelles et leur position sociale expliquait leur ressentiment anti-arabe.

Les partisans de la shu’ubiyya faisaient la promotion de l’idée de suprématie des non-arabes en déniant aux Arabes toute importance dans le passé comme dans le présent. Les shu’ubites dénigraient les Arabes en les attaquant sur différents plans. Par exemple, ils affirmaient que les arts et les sciences étaient uniquement le produit des cultures grecques ou indiennes car les Arabes ne leur avaient strictement rien apportés. Les partisans de la shu’ubiyya critiquaient aussi les méthodes militaires « rudimentaires » des Arabes comparées à celles des Sassanides ou des Byzantins qu’ils avaient pourtant largement dominées sur le champ de bataille. Ils dénigraient également leurs origines bédouines dénuées de raffinement car, selon les shu’ubites, seuls les Perses ou les Byzantins étaient capables d’éloquence, de bonne conduite ou de délicatesse.

En raison de leurs arguments bien trop rudimentaires, les partisans de la shu’ubiyya n’ont pas constitué une réelle menace pour l’unité de l’Empire abbasside (750-1258). Toutefois, ils ont pesé sur les orientations futures du monde arabo-islamique en essayant d’en remodeler les institutions et les valeurs politiques et sociales existantes. Pour al-Jahiz, l’une des principales figures de l’opposition à la shu’ubiyya, le danger principal de ce mouvement résidait dans l’attaque de l’islam s’abritant derrière le masque mystifiant de la critique virulente des Arabes. En d’autres termes, en attaquant les Arabes les partisans de la shu’ubiyya visaient l’islam qui avait permis aux Arabes de bâtir une civilisation florissante. De ce fait, la réponse au mouvement de lashu’ubiyya fut à la fois arabe et islamique. A la suite de l’action d’al-Jahiz et d’autres, la shu’ubiyya fut finalement réduite à néant en Irak.

Une nouvelle shu’ubiyya apparut en Andalousie au XIème siècle. Cette nouvelle shu’ubiyya était essentiellement portée par des Berbères et des Européens – Galiciens, Francs, Basques ou Germains – qui réutilisaient les arguments polémiques anti-arabes développés en leur temps en Irak. Finalement, les partisans de la shu’ubiyya andalouse n’eurent guère plus de succès que leurs prédécesseurs mésopotamiens.

Au cours de l’histoire de la civilisation arabo-islamique, certains ont perçu différents mouvements comme des formes réactualisées du mouvement de la shu’ubiyya du VIIIème siècle. Pour Sami A. Hanna et George H. Gardner, des idées aussi diverses que l’ottomanisme ou l’occidentalisme au XIXème siècle ou l’internationalisme, le régionalisme ou le socialisme au XXème, peuvent être considérées, sous certains aspects, comme des formes renouvelées de la shu’ubiyya car ils ont eu essentiellement pour fonction commune d’essayer de saper la conscience communautaire arabe. Néanmoins, ces idéologies ont fini elles-mêmes par susciter automatiquement une réaffirmation de l’identité arabo-islamique (3).

Émergence d’une nouvelle shu’ubiyya dans l’hexagone

A l’instar d’expressions plus récentes de certaines formes de shu’ubiyya, au sein de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone, une réaction anti-arabe s’est exprimée selon des modalités particulières largement déterminées par le contexte social existant en France. La vieille idée selon laquelle les Arabes n’auraient rien apporté dans le domaine culturel ou scientifique, n’est plus soutenue que par une poignée d’« intellectuels » révisionnistes (4). De ce fait, au sein de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone, les idées de la shu’ubiyya se sont essentiellement exprimées contre l’« Arabe réel » c’est-à-dire contre le travailleur immigré maghrébin, le « blédard » et, par extension, contre le monde arabe contemporain et sa culture. Évidemment, cette nouvelle shu’ubiyya a été largement définie par l’idéologie dominante en Occident qui représente l’Arabe comme la figure même du « barbare » c’est-à-dire le représentant d’une culture autre pouvant être menaçante pour l’Occident.

Le discours néo-shu’ubite a eu essentiellement pour but de marquer et d’exprimer la distance existante entre les « citoyens français de confession musulmane » et les Arabes, en dénigrant ces derniers. Par exemple, redéployant le vieil argument shu’ubite selon lequel la culture arabe serait particulièrement frustre, les néo-shu’ubites se sont plu à dénoncer le « traditionalisme » de la culture maghrébine ou arabe qu’ils rejettent. Aiguisant leurs critiques, les néo-shu’ubites ont même remis en cause l’islamité réelle des Arabo-musulmans qui seraient incapables de distinguer religion et tradition. Contrairement à ces peuples « frustres », les néo-shu’ubites font nettement la différence entre la culture arabo-islamique, qu’ils rejettent, et la religion musulmane qu’ils prétendent souvent mieux comprendre en raison de leur culture occidentale « supérieure ».

Ce discours néo-shu’ubite n’est pas apparu ex nihilo du jour au lendemain. Il a été construit et transmis patiemment à un large public pendant des années avant de parvenir à se répandre massivement au sein du corps social de la communauté musulmane vivant en France. Actuellement, il se trouve dans une position quasiment hégémonique au sein de la « communauté musulmane organisée ».

A partir des années 1980, nombre d’associations musulmanes ont réduit l’Islam à une « simple » foi transcendante éludant par là son caractère de civilisation immanente. Cela marquait les débuts du développement du discours néo-shu’ubite. Réduisant l’Islam à une simple pratique cultuelle, les questions prioritaires de ces associations, et des intellectuels musulmans proches d’elles, portaient sur la compatibilité de la foi musulmane avec son environnement occidental : « Comment être musulman et français ? » ou bien « comment être musulman dans un environnement laïc et républicain ? ». Dans cette perspective, ces associations s’attachèrent à expliquer qu’il n’y avait pas de contradiction entre le fait d’être citoyen français, de respecter le cadre légal républicain et laïc et le fait d’être pleinement musulman. Pour exprimer leur identité française ou européenne, elles firent la promotion d’un « islam de France », d’un « islam gallican » ou encore d’un « islam européen » détaché de toute référence à la culture et à la civilisation arabo-islamique.

Malgré l’opposition à laquelle ces associations ont dû faire face de la part des autorités françaises et des médias, cet islam désincarné, « internationaliste » ou «shu’ubite», était naturellement compatible avec l’idéologie assimilationniste dominante en France bien que la préservation de pratiques cultuelles musulmanes restait problématique pour les assimilationnistes intransigeants qui souhaitaient une dilution complète de l’être musulman dans l’occidentalité. La profusion de « F », pour « français » ou « de France », dans les sigles de ces organisations musulmanes gravait jusque dans leur nom cette volonté de promouvoir un islam désincarné, détaché de ses racines civilisationnelles, compatible avec la logique de l’idéologie assimilationniste française. En raison de cette compatibilité, l’« islam de France » ou l’« islam européen » désincarné est un instrument efficace du pouvoir politique français pour instaurer un contrôle culturel, idéologique et organisationnel, de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone. L’idée d’un « islam de France » permettait de couper les musulmans de leur identité civilisationnelle pour les enfermer dans une perspective uniquement hexagonale.

La construction d’un « islam de France » ou d’un « islam européen » passait nécessairement par un rejet ou une minoration de l’identité arabe au sein de la civilisation islamique et au sein de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone. La construction de cet « islam » n’était, d’une certaine manière, qu’une façon de redéployer l’idéologie néo-shu’ubite au sein de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone. Au fil des ans, le discoursnéo-shu’ubite s’est approfondi et développé pour devenir hégémonique au sein du monde associatif des « citoyens français de confession musulmane ».

Exemple d’une première expression du discours néo-shu’ubite

En 2003, Dounia Bouzar et Saïda Kada publiaient un livre, L’une voilée, l’autre pas, Le témoignage de deux musulmanes françaises (5), qui fut l’une des expressions les plus abouties de l’idéologie néo-shu’ubite de ce moment historique fortement marqué par les débats sur la question du port du hijab. Cet ouvrage n’était nullement un ouvrage conceptuel traçant des perspectives théoriques et pratiques mais uniquement l’expression d’une idéologie construite en amont, notamment par Tariq Ramadan dont Saïda Kada se réclamait explicitement.

Selon Nadjib Achour, cet ouvrage est « une véritable profession de foi assimilationniste » reposant sur une mise en avant « de l’identité française » par un « rejet du passif familial ou historique » et par une « rupture avec la sphère civilisationnelle » arabo-islamique. En réalité, ces deux éléments n’en forment qu’un seul : celui de l’opposition radicale à l’identité arabo-islamique qu’elle soit portée par la famille, l’histoire ou, plus largement, par une civilisation. Cette opposition à l’identité arabo-islamique représente le cœur même de l’idéologie néo-shu’ubite des « citoyens français de confession musulmane » qui, en découplant l’islam comme religion transcendante et l’Islam comme civilisation immanente, cherchent à se départir de toute marque d’identité arabo-islamique.

Dans le cadre de cette idéologie néo-shu’ubite, en introduction, les auteures affirment que « le foulard est un phénomène français. Les jeunes filles qui le portent sont françaises, elles revendiquent et mettent en avant leur francité » (6). Saïd Kada explique que « l’idée de double culture est bien loin de nous. Nous nous sentons et nous nous revendiquons pleinement françaises » (7). Selon nos deux auteures, cette génération se revendique de l’identité de « Français musulmans » ou de « musulmans français ». De ce fait, il n’est nullement question ici d’une quelconque référence à la civilisation arabo-islamique car nos deux auteures se définissent uniquement comme françaises ayant pleinement « réussi » leur assimilation à la société française. Le fait de se réapproprier une terminologie – « Français musulmans » – ayant eu cours dans l’Algérie colonisée est une manifestation de la prégnance de l’idéologie coloniale assimilationniste au sein de la communauté musulmane malgré un héritage des combats anticolonialistes revendiqué par Saïda Kada. La réappropriation de cette terminologie permet aussi de déceler une partie des origines coloniales inavouées du discours néo-shu’ubite.

L’identité française hautement revendiquée passe, chez nos deux auteures, par le rejet de la culture arabo-islamique incarnée par la « génération des parents ». Selon Nadjib Achour, les deux auteures « ne sont pas avares en qualificatifs méprisants pour évoquer cette culture religieuse du Maghreb, réactivant par la même de vieux poncifs coloniaux ». Ainsi, « la génération des parents » se voit « exclue du champ de la religiosité islamique, car, pour Dounia Bouzar, la culture religieuse des parents « n’est pas l’Islam mais les traditions » » (8). Dans le même sens, contre une « tradition arabe » indéfinie, Saïda Kada affirme revendiquer « la modernité à partir de l’Islam » (9). Elle précise que Tariq Ramadan « nous a aidés à distinguer ce qui relève de la culture de ce qui relève de la religion » (10) en venant « rassurer toute une génération de jeunes qui avaient envie de vivre pleinement leur Islam dans leur pays sans savoir s’y prendre » (11). Pleinement compatible avec l’idéologie assimilationniste française, la distinction faite par les néo-shu’ubites entre religion et civilisation permettait de critiquer et de rejeter l’ensemble de l’héritage civilisationnel arabo-islamique tout en restant religieusement musulman.

Cette distinction permettait aussi de développer une autre orientation centrale dans le discours néo-shu’ubite : l’occidentalisation de l’islam ou, autrement dit, la production d’un islam « européen » ou « français ». La volonté d’occidentaliser l’islam est clairement énoncée par Dounia Bouzar et Saïda Kada dans leur ouvrage. Saïda Kada se réfère à une lecture « réformiste » de l’islam, qui consisterait à « réinterpréter nos sources à la lumière du contexte occidental du XXIème siècle » (12). Cette réinterprétation des sources islamiques revendique ostensiblement sa francité puisque Saïda Kada affirme que sa génération a commencé à penser « l’Islam en français » (13) en se dégageant des représentations étrangères, pour ne pas dire arabes, de l’islam. Développant l’idée de réinterprétation des sources islamiques, cette relecture permettrait, selon Dounia Bouzar, de «désethniciser l’Islam » (14) c’est-à-dire, selon la vieille obsession des partisans de la shu’ubiyya, de faire œuvre de « salubrité publique » en désarabisant la religion musulmane.

Dans sa critique, Nadjib Achour explique clairement que Dounia Bouzar et Saïda Kada se font, en fait, « les adeptes d’un vieux rêve du colonialisme français, celui d’une rupture définitive des Maghrébins avec le monde arabe par le biais de la déculturation et de l’assimilation » (15). Ce « rêve du colonialisme français » s’accordait pleinement avec la vieille ambition des shu’ubites de lutter contre toute forme d’identité arabe au sein de l’islam.

Emblématique d’un moment historique singulier, le discours développé dans l’ouvrage de Dounia Bouzar et Saïda Kada a été, par la suite, dépassé dans le sens d’un surcroît d’affirmation de « francité » de la part des « citoyens français de confession musulmane ». Ce surcroît d’affirmation de « francité » était intimement lié à un contexte de stigmatisation continuellement accrue de l’islam et des musulmans en France. Dos au mur, nombre de musulmans vivant dans l’hexagone ont accepté de faire le jeu des institutions étatiques en donnant toujours d’avantage de gages de loyauté envers la France et en renforçant continuellement l’orientation assimilationniste préalablement définie. Dans ce cadre, le discours néo-shu’ubite de rejet de l’héritage civilisationnel arabo-islamique a encore été accentué en se droitisant nettement.

Manipulations « soraliennes » du discours néo-shu’ubite

La droitisation du discours néo-shu’ubite a plusieurs origines parmi lesquelles l’islamophobie affichée par une partie des organisations – politiques, syndicales ou associatives – de gauche au nom d’une laïcité marquée par le legs colonial. Le rejet et la stigmatisation des musulmans souhaitant s’inscrire dans des perspectives alternatives par les organisations de gauche a largement bénéficié aux musulmans conservateurs (16). Ce contexte a permis à Tareq Oubrou de développer sa ligne idéologique portée sur la droite de l’échiquier politique français (17). Enfin, l’influence d’Alain Bonnet de Soral, alias Alain Soral, sur une partie significative de la sphère associative musulmane a favorisé la diffusion des idées nationalistes françaises avec les préjugés coloniaux anti-arabes qu’elles charrient.

Aspirant au titre de « directeur de conscience » des « citoyens français de confession musulmane », Alain Soral a largement repris et utilisé le discours néo-shu’ubite anti-arabe en le radicalisant et en lui adjoignant les idées de la « droite des valeurs » coloniales. Toutefois, si Alain Soral a pu manipuler les idées néo-shu’ubites au profit des intérêts de son camp politique, c’est parce qu’elles étaient manipulables. Dans un article publié en décembre 2009 (18), qu’Égalité et réconciliation considère comme un « texte essentiel », Alain Soral explique sa « vision » de l’« islam français » qu’il souhaite voir fleurir dans l’hexagone. En réalité, loin d’être un article théorique de haute volée, ce modeste papier se contente de formuler les injonctions faites à l’endroit des musulmans par une partie de la « droite nationale » française.

Dans cet article, Alain Soral explique que « le positionnement politicien de Marine Le Pen est excellent pour le FN » car la « critique de l’Islam radical, c’est la défense de la France ». Cette critique d’un « Islam radical », évidemment jamais clairement définie, passe par un dénigrement systématique de ceux qu’Alain Soral qualifie de « jeunes barbus de trois jours » et de « jeunes filles à foulard pour la frime et la drague ». De ce fait, Alain Soral se déclare favorable à ce que « les musulmanes enlèvent leur foulard dans l’espace public » comme devraient le faire, selon lui, les porteurs de kippas. En réalité derrière les « jeunes » hommes et les « jeunes » filles qu’il stigmatise, Alain Soral est apeuré par la « surenchère identitaire » de cette jeunesse qui menacerait l’identité française « éternelle ».

Selon le président d’Égalité et réconciliation, le fait qui « exaspérerait » particulièrement les Français, c’est « l’arabisation de la France ». Cette « arabisation de la France » « est d’abord la conséquence de l’immigration, de cette immigration à marche forcée contre la volonté des peuples – de tous les peuples, Français comme Maghrébins – voulue par le mondialisme ». Contre cette « arabisation de la France » à défaut de pouvoir déislamiser les musulmans, Alain Soral propose de désarabiser l’islam en coupant les musulmans vivant dans l’hexagone de l’héritage civilisationnel arabo-islamique pour qu’ils ne demeurent plus que des « musulmans cultuels » sans identité spécifique. En cela, le discours d’Alain Soral rejoint celui des néo-shu’ubites qui, pendant des années, se sont employés à découpler l’Islam civilisationnel et l’islam cultuel. La résonance du discours d’Alain Soral au sein d’une partie significative de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone n’est pas étrangère à cette perspective commune de ces deux courants idéologiques – néo-shu’ubite et « soralien ».

Contre « l’arabisation de la France », Alain Soral s’empresse donc de rappeler « qu’Islam ne veut pas nécessairement dire arabe » et qu’il peut donc se développer en France un « islam national » non-arabe pour ne pas dire anti-arabe et anti-immigré. Ainsi, pour Alain Soral, « les nationalistes par patriotisme véritable » ont pour devoir de « donner la parole à cette nouvelle génération de Français musulmans patriotes, qui sont bien plus nombreux que les femmes en burqa ». Ces « Français musulmans patriotes », Alain Soral les somme de dire à leurs concitoyens « gaulois » qui « souffrent » de « l’arabisation de la France » : « que l’islam n’est pas une religion arabe, mais universelle » (19) « et que s’ils sont de confession musulmane, en tant que patriotes français, ils sont aussi résolument contre l’immigration, le mondialisme et l’arabisation du pays » ; « qu’ils sont plus encore […] pour l’indépendance de la France et pour la francisation de l’Islam » (20).

Poursuivant ses injonctions anti-arabes à l’endroit des « Français musulmans patriotes », Alain Soral leur ordonne de dire « aux citoyens français de souche » : « qu’une mosquée n’a pas en France à être un monument d’importation orientale » ; « que la foi authentique ne se réduit pas à ses signes temporels et contingents et qu’ils sont donc, eux aussi, contre les minarets inutiles et autres signes ethniques dans l’espace public » ; « qu’en résumé, ils sont eux aussi contre la colonisation » de la France par l’immigration arabo-musulmane.

Énonçant des exigences s’apparentant aux cérémonies de réédition de l’époque coloniale, le président d’Égalité et réconciliation ne s’arrête pas à ses injonctions à l’endroit des musulmans. N’étant pas musulman et n’ayant reçu aucune formation islamique, Alain Soral s’autorise à définir la norme musulmane comme le faisait l’administration coloniale en son temps (21). Ainsi, il affirme que « rien dans les cinq piliers de l’islam, rien dans [la] théologie » n’interdit « la francisation de l’Islam », bien « au contraire ». Dans ce sens, il explique qu’« il n’y a donc aucune obligation que le musulman français se présente à nous en babouches, avec coupole et minaret » (22). Cette position hostile aux « coupoles » et aux « minarets », au nom d’une « francisation de l’Islam », permet à Alain Soral de justifier auprès de son public de « Français musulmans patriotes » le résultat du référendum Suisse sur l’interdiction des minarets, initié par la « droite nationale » suisse en novembre 2009.

Radicalement assimilationniste, le programme d’Alain Soral est un véritable appel à un « viol des consciences » des musulmans vivant dans l’hexagone dont il exige qu’ils renoncent à leur histoire et à leur identité arabo-islamique. Le seul avenir acceptable en France pour la communauté musulmane, selon le président d’Égalité et réconciliation, passe par une dépersonnalisation radicale et une francisation intégrale. Ce programme peu original n’est finalement que le redéploiement du vieux plan mis en œuvre par l’État français dans l’Algérie colonisée vis-à-vis de « ses populations indigènes ».

Le « Français musulman patriote » : aboutissement du discours néo-shu’ubite

Lentement préparé par le discours néo-shu’ubite, certains cadres communautaires musulmans nettement orientés à droite de l’échiquier politique français ont succombé au programme « soralien » de « viol des consciences » des musulmans vivant dans l’hexagone. Aujourd’hui, ils développent et diffusent les idées d’Alain Soral au sein de la communauté musulmane en leur donnant un pseudo-cachet islamique.

Pur produit de l’aile droite du milieu associatif musulman hexagonal et influencé par Alain Soral, Camel Bechikh pousse l’idéologie assimilationniste, néo-shu’ubite et déculturante du discours sur le « citoyen français de confession musulmane » jusqu’au bout de sa logique (23). Après plusieurs années d’engagement, le président de l’association de Fils de France souhaite être cohérent avec lui-même en défendant l’idée d’un « islam franchouille », dernier avatar du discours sur l’islam dans l’hexagone. Nullement en rupture avec les développements précédents, cet « islam franchouille » n’est que l’accouchement droitier de ce qui était en gestation depuis de nombreuses années. Pour Camel Bechikh, les musulmans vivant dans l’hexagone doivent dépasser le discours du « citoyen » français promu depuis près de trente ans pour défendre le « patriotisme français » s’enracinant dans un amour de la terre. Il est nécessaire que les musulmans développent un « rapport charnel » à un pays « vieux de 3 000 ans » comme l’avait défendu Charles Maurras en son temps puisque le fondateur de L’Action française est une référence revendiquée par Camel Bechikh (24).

Ce « patriotisme » des « Français musulmans » repose clairement, dans le discours de Camel Bechikh, sur une discrimination claire entre le cultuel et le culturel. N’ayant strictement rien d’original, cette distinction est la pierre angulaire du discours néo-shu’ubite depuis plusieurs années. Les musulmans seraient d’un coté adeptes de l’islam au niveau cultuel et de l’autre profondément attachés à la « culture française ». Pour ce faire, selon Camel Bechikh, l’association Fils de France « insiste sur une chose » essentielle à ses yeux de « Français musulman patriote » : la séparation entre la notion d’Islam avec un « I » majuscule représentant l’Islam civilisationnel et la notion d’islam avec un « » minuscule incarnant la religion musulmane détachée de l’espace et du temps. En tant que « Français musulman », Camel Bechikh se revendique uniquement de la « civilisation européenne et française » en séparant nettement ce qui relève de l’Islam civilisationnel de ce qui relève de l’islam spirituel désincarné. Pour lui, les musulmans vivant dans l’hexagone doivent vivre l’islam en « i » minuscule, c’est-à-dire uniquement comme spiritualité transcendante et en aucun cas comme une civilisation immanente. Cette discrimination entre l’Islam civilisationnel et l’islam spirituel doit permettre, selon Camel Bechikh, un processus positif d’« acculturation des musulmans » (25).

Dans la perspective assimilationniste de Camel Bechikh, l’immigration historique ou plus récente est profondément dépréciée. Historiquement, pour le président de Fils de France, les premiers travailleurs immigrés maghrébins étaient des sous-prolétaires non pas en raison de la structuration raciste de la société française mais parce qu’ils ne « maîtrisaient » pas les codes culturels français. Cette perception dépréciative repose sur une omission de l’histoire de l’immigration maghrébine et de ses luttes politiques (26). Toutefois, s’il dévalorise l’immigration historique, Camel Bechikh se montre nettement hostile à l’immigration dans la France actuelle.

Par leurs références civilisationnelles non-occidentales, les immigrés récents originaires du monde arabo-musulman ont, selon Camel Bechikh, une influence négative sur la communauté musulmane vivant en France car ils contribuent à préserver son identité arabo-musulmane. Soutenant la politique étatique d’assimilation, rebaptisée « intégration » depuis Jacques Soustelle, le président de Fils de France s’oppose résolument à l’immigration notamment en raison du rôle nocif qu’elle a sur l’assimilation des « Français musulmans ». Selon Camel Bechikh, l’immigration empêche les musulmans d’intégrer pleinement la culture française. Afin de préserver la France de ces éléments allogènes intrus, il devient « vital », pour Camel Bechikh, « de stopper l’acquisition quasi systématique de la nationalité après seulement quelques années de présence sur le sol français ». Pour les enfants d’immigrés nés en France et ayant acquis la nationalité française par le « droit du sang », Camel Bechikh est ouvertement hostile à la « double nationalité » car elle constitue « un frein à l’acculturation » (27).

Cette hostilité à l’immigration a un caractère central dans le discours du « Français musulman patriote » Camel Bechikh car elle est, avec la mondialisation, l’un des deux grands dangers qui menacent la France « plurimillénaire » dans sa souveraineté et son identité éternelle. La mondialisation ne serait pas tant une menace du fait de ses conséquences sociales destructrices qu’en raison du remplacement des bistrots « franchouilles » par des « kebabs » importés. Au-delà de ce danger « terrifiant » de la mondialisation par le « kebab », les flux migratoires incessants mettent en « péril » l’« économie du pays », le « vivre ensemble » notamment parce que ces flux ne sont plus « assimilables ». De ce fait, pour Camel Bechikh, il est maintenant nécessaire de fermer les frontières afin de pourvoir « intégrer, assimiler, acculturer » les « nouveaux français » pour qu’ils deviennent de « vrais français » (28).

La même perception d’une immigration nuisible et menaçante se retrouve dans la prose d’un autre « Français musulman patriote », Abdelaali Baghezza. Celui qui se fait appeler Albert Ali est, à l’instar de Camel Bechikh, le produit d’une synthèse de l’aile droite du milieu associatif musulman et des idées développées par Alain Soral. Pour Abdelaali Baghezza, chaque société connaît un « « optimum de diversité », un seuil d’altérité à ne pas dépasser » au-delà duquel elle risque de sombrer dans le chaos. Selon Abdelaali Baghezza, la France d’aujourd’hui a largement dépassé ce seuil puisque nous serions face à une déplorable « colonisation à l’envers, une substitution de population et de cultures dans les quartiers populaires ». Dans le cadre de cette « substitution de population », la ville « cosmopolite » de Saint-Denis serait devenue le symbole d’une « oppressante Babélisation, destructrice de cohésion » (29).

En reprenant quasiment mot pour mot les propos d’Alain Soral, Abdelaali Baghezza ne se fait que le ventriloque du président d’Égalité et réconciliation. Comme aux plus belles heures de la colonisation, Alain Soral dispose du verbe et Abdelaali Baghezza l’emprunte. Cette attitude servile de colonisable correspond parfaitement à ce que Malek Bennabi appelait la « colonisabilité gesticulante » (30), c’est-à-dire l’incapacité à penser par soi-même d’individus qui se font « promener » au gré des aléas de la lutte idéologique.

Plaidant en faveur de positions hostiles à l’immigration, dans la même perspective que Camel Bechikh mais de manière plus « offensive », Abdelaali Baghezza défend l’idée que les immigrés ne seraient pas seulement une menace pour la France mais aussi une menace pour l’islam en France. Selon lui, l’immigration creusera à long terme « le cimetière de l’Islam en Europe et entravera définitivement toute éclosion d’un ijtihad musulman rénové ». Bien plus, l’immigration serait « le trou noir » de l’« appauvrissement » et de la « décomposition sectaire » (31) de l’islam dans l’hexagone. Toutes ces plaies devant s’abattre sur l’islam en France, selon l’oracle Abdelaali Baghezza, résultent essentiellement de la culture arabo-islamique des migrants que notre « Français musulman patriote » rejette viscéralement. La culture arabo-islamique et la dimension civilisationnelle de l’islam doivent être définitivement écartées pour pouvoir « acculturer » les musulmans vivant dans l’hexagone et créer un « islam de France ».

Dans leur désir de promouvoir le « patriotisme français » au sein de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone, Camel Bechikh et Abdelaali Baghezza cherchent à réhabiliter le passé colonial de la France en adoptant les thèses classiques de l’histoire révisionniste des partisans de l’Empire colonial français. Ainsi, Camel Bechikh dénonce la perception d’une « France sans cesse coupable » notamment de son « aventure coloniale ». Peu importe que la France n’ait jamais reconnu ses crimes coloniaux, qu’elle ait voté des lois reconnaissant « le rôle positif de la présence française outre-mer » (32) ou encore que ses dirigeants défendent toujours son passé colonial (33), pour Camel Bechikh « toute une génération de nos compatriotes, de vieille souche ou nouvellement français, radote les litanies de la colonisation » (34).

Dans une perspective similaire, Abdelaali Baghezza appelle à « réviser notre propre histoire familiale et coloniale ». A l’instar de tous les révisionnistes en matière d’histoire coloniale, Abdelaali Baghezza renvoie dos à dos la violence oppressive des colonialistes (35) et la violence libératrice des colonisés en voulant « souligner les atrocités commises par les uns » et par les autres. Dans cette perspective, comme tous les héritiers de l’« Algérie française », Abdelaali Baghezza revient uniquement sur « le sort malheureux des Harkis » et « les tortures pratiquées par les « moudjahidines » du FLN » (36). Cette façon de mettre le terme moudjahidine entre guillemets est évidemment une manière de contester ce titre aux combattants de l’indépendance algérienne et de dévaloriser encore une fois leur lutte. Il est vrai que défendre l’Algérie et au-delà la civilisation arabo-islamique les armes à la main contre l’impérialisme français ne peut être que condamnable aux yeux du « Français musulman patriote » qu’est Abdelaali Baghezza.

Sortir de l’impasse du discours néo-shu’ubite

Ces appels à la dépersonnalisation et à l’assimilation, ces orientations anti-arabes et anti-immigrés, venant de cadres communautaires musulmans doivent être compris dans le cadre des rapports de domination communautaire existants en France. Communauté paria, pour reprendre un concept de Max Weber, la communauté musulmane vit au niveau le plus bas de l’échelle communautaire à l’œuvre en France. Cette position de dominé structurel produit, comme l’avait étudié Ibn Khaldoun en son temps, une volonté de s’assimiler aux dominants – les vainqueurs – de la part des dominés – les vaincus. Au XIVème siècle, l’auteur de la Mouqaddima écrivait : « On voit toujours la perfection (réunie) dans la personne d’un vainqueur. Celui-ci passe pour parfait, soit sous l’influence du respect qu’on lui porte, soit parce que ses inférieurs pensent, à tort, que leur défaite est due à la perfection du vainqueur. Cette erreur de jugement devient un article de foi. Le vaincu adopte alors les usages du vainqueur et s’assimile à lui : c’est de l’imitation pure et simple. […] on observe toujours que le vaincu s’assimile au vainqueur, dont il copie les vêtements, la monte et les armes » (37). Ibn Khaldoun ajoutait : « C’est au point qu’une nation, dominée par sa voisine, fera grand déploiement d’assimilation et d’imitation » (38).

Ces rapports sociaux entre les vaincus et les vainqueurs poussent certains musulmans à « surjouer » leur rôle de « bon français », de « patriotes », afin de donner des gages de loyauté aux dominants qu’ils souhaitent imiter dans l’espoir d’une assimilation improbable. Ces gages de loyauté les poussent à rejeter toujours davantage l’héritage civilisationnel arabo-islamique, à se distancier du monde arabe et à prendre des positions hostiles envers les immigrés et les Arabes. Au-delà des conséquences politiques immédiates de ces orientations politiques et intellectuelles plus que contestables, elles auront in fine des conséquences irréversibles sur le rapport des musulmans à la spiritualité islamique que les « Français musulmans patriotes » affirment vouloir préserver. L’attaque systématique de l’héritage civilisationnel arabo-islamique, du monde arabe et des Arabes débouchera inexorablement sur une attaque de l’islam en tant que spiritualité transcendante. La critique systématique des Arabes est depuis longtemps un moyen détourné pour saper les fondements de l’islam.

Al-Jahiz nous a déjà enseigné cela au IXème siècle. A propos du lien entre les positions hostiles aux Arabes et le rejet de l’islam au temps de la première shu’ubiyya, l’auteur du Livre des animaux écrivait : « En fin de compte, la masse de ceux qui sont sceptiques à l’égard de l’islam ont été inspirés par les idées de la shu’ubiyya. Une polémique qui dure tourne au conflit. Si un homme déteste une chose, il déteste celui qui la possède, ou lui est associé. S’il déteste la langue arabe, il déteste la péninsule arabe, et s’il déteste la péninsule, il aime quiconque la déteste. Les choses ne font donc qu’empirer pour lui, jusqu’à ce qu’il renie l’islam du fait que ce sont les Arabes qui l’ont véhiculé » (39).

Dans l’histoire de la civilisation arabo-islamique les différents mouvements shu’ubites ont systématiquement suscité des réaffirmations de l’identité arabo-islamique un temps menacée. Face à la position hégémonique du discours néo-shu’ubite quels anticorps la communauté musulmane vivant dans l’hexagone va-t-elle être capable de produire pour préserver son identité arabo-islamique ? Cette capacité à répondre à ce défi est déterminante car il en va de l’avenir même de cette communauté qui pourrait bien disparaître définitivement par un processus de dépersonnalisation et d’assimilation.

Ces anticorps seront nécessairement produits par ce que Malek Bennabi appelait « le capital historique essentiel » (40) qui permit aux peuples du Maghreb de résister au colonialisme français. Ce « capital historique », constitué par le legs civilisationnel de la culture arabo-islamique, représente l’âme sans laquelle la communauté musulmane vivant dans l’hexagone ne pourra pas écrire sa propre histoire et se retrouvera définitivement balayée par le temps. Une communauté est constituée par « la foi, la culture, la fierté du passé » et tant qu’elle « ne les a pas perdues », elle « est libre » même si elle est enchaînée (41). Cette leçon fondamentale que nous enseigne l’histoire du Maghreb contemporain, devrait retenir notre attention car la communauté musulmane ne pourra pas résister aux tempêtes qui la menacent, sans s’enraciner profondément dans son patrimoine spirituel, historique et civilisationnel.

Notes de lecture :

(1) Cf. « Shu’ubiyya » in. Encyclopédie de l’Islam, Tome IX, Leyde, E.J Brill et Paris, Maisonneuve et Larose, 1998, pages 533-536

(2) Pluriel du mot kâtib qui désignait les écrivains, les secrétaires et les différents fonctionnaires des bureaux de l’administration sous toutes ses formes.

(3) Cf. Hanna Sami A., Gadner George H., « Shu’ubiyya up-dated », in.Middle East Journal, N° 20, 1966, URL : http://books.google.fr/books?id=zsoUAAAAIAAJ&pg=PA80&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

(4) Cf. par exemple, Gouguenheim Sylvain, Aristote au mont Saint-Michel : les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, Ed. Seuil, 2008.

(5) Cf. Bouzar Dounia Kada Saïda, L’une voilée, l’autre pas, Le témoignage de deux musulmanes françaises, Paris, Albin Michel, 2003. Sur la critique de cet ouvrage, nous renvoyons à l’article de Nadjib Achour, « Voile et assimilation : colonisabilité dans le discours des Français musulmans », 24/09/2011, URL : http://www.hoggar.org/index.php?option=com_content&view=article&id=1203:voile-et-assimilation–colonisabilite-dans-le-discours-des-francais-musulmans&catid=193:achour-nadjib&Itemid=36

(6) Ibid., page 15

(7) Ibid., page 93

(8) Achour Nadjib, « Voile et assimilation : colonisabilité dans le discours des Français musulmans », art. cit.

(9) Bouzar Dounia, Kada Saïda, L’une voilée, l’autre pas, Le témoignage de deux musulmanes françaises, op. cit., page 97

(10) Ibid., page 98

(11) Ibid., page 133

(12) Ibid., page 40 – Dans son article, Nadjib Achour souligne la relative faiblesse théorique de cette « réinterprétation » qu’il qualifie de « tourisme scripturaire ». Cf. Achour Nadjib, « Voile et assimilation : colonisabilité dans le discours des Français musulmans », art. cit.

(13) Ibid., page 133

(14) Ibid., page 92

(15) Achour Nadjib, « Voile et assimilation : colonisabilité dans le discours des Français musulmans », art. cit.

(16) La polémique autour de la participation de Tariq Ramadan au Forum Social Européen tenu en France en 2003 fut l’une des expressions de ce rejet d’une partie de ces organisations de gauche.

(17) Sur les différences théologiques et politiques entre Tariq Ramadan et Tareq Oubrou, Cf. Ternisien Xavier, « L’islam de France entre gauche et conservatisme », Le Monde, 01/03/2003, URL : http://fiqh.joueb.com/news/l-islam-de-france-entre-gauche-et-conservatisme

(18) Cf. Soral Alain, « A l’ombre du minaret en flammes », 31/12/2009, URL :http://www.egaliteetreconciliation.fr/A-l-ombre-du-minaret-en-flammes-2978.html

(19) Pour nous, il ne s’agit pas de débattre du caractère universel de l’islam mais de mettre en évidence qu’Alain Soral se permet de définir l’islam à la place des musulmans et sans maitriser le corpus des sources islamiques. De plus, il leur ordonne impérativement d’adopter la vision de l’islam qu’il a définie.

(20) Soral Alain, « A l’ombre du minaret en flammes », art. cit.

(21) Cf. Gafsia Nawel, Invention du mariage musulman : le cas tunisien, Paris, LGDJ, 2008.

(22) Soral Alain, « A l’ombre du minaret en flammes », art. cit.

(23) Nous nous appuyons essentiellement sur la présentation faite par Camel Bechikh du projet de Fils de France à l’occasion de la 29ème Rencontre annuelle des musulmans de France organisée par l’UOIF, 12/04/2012, URL: http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=XRuUJs5FPic#!

(24) Cf. Notamment son interview au journal L’Action française, 19/04/2012, URL : http://www.filsdefrance.fr/articles/redecouvrir-la-france-entretien-avec-laction-francaise/

(25) Présentation faite par Camel Bechikh du projet de Fils de France à l’occasion de la 29ème Rencontre annuelle des musulmans de France organisée par l’UOIF.

(26) Sur cette question Cf. Boubaker Ahmed, Hajjat Abdellali (dir.), Histoire politique des immigrations (post)coloniales : France, 1920-2008, Paris, Ed. Amsterdam, 2008

(27) Interview au journal L’Action françaiseart. cit.

(28) Propos tenus par Camel Bechikh sur France-Info, 06/04/2012, URL :http://www.youtube.com/watch?v=W8-YlMQ1Cq0&feature=share

(29) Albert Ali, « J’ose Marine malgré son islamophobie », 12/03/2012, URL :http://oumma.com/11656/jose-marine-malgre-son-islamophobie

(30) Bennabi Malek, Le problème des idées dans le monde musulman, Alger, Ed. El Bay’yinate, 1990, page 125

(31) Albert Ali, « J’ose Marine malgré son islamophobie », art. cit.

(32) Cf. La loi française n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés. Autre exemple, le 28 novembre 2011,  l’ancien officier putschiste pro-« Algérie française », Hélie Denoix de Saint Marc, a été fait grand croix de la Légion d’honneur par le Président de la République, Nicolas Sarkozy. Cette décoration officielle est une manière de réhabiliter l’action des partisans de l’« Algérie française ».

(33) Par exemple lors d’un discours prononcé à Caen le 9 mars 2007, Nicolas Sarkozy affirmait : « La France n’a jamais cédé à la tentation totalitaire. Elle n’a jamais exterminé un peuple. Elle n’a pas inventé la solution finale, elle n’a pas commis de crime contre l’humanité, ni de génocide. Elle a commis des fautes qui doivent être réparées, et je pense d’abord aux harkis et à tous ceux qui se sont battus pour la France et vis-à-vis desquels la France a une dette d’honneur qu’elle n’a pas réglée, je pense aux rapatriés qui n’ont eu le choix au moment de la décolonisation qu’entre la valise et le cercueil, je pense aux victimes innocentes de toutes les persécutions dont elle doit honorer la mémoire. Mais la mode de la repentance est une mode exécrable ». URL : http://www.francophonie-avenir.com/Index_MD_Sarkozy,_discours_de_Caen.htm

(34) Interview au journal L’Action françaiseart. cit.

(35) Rappelons seulement que la violence coloniale en Algérie fut de nature génocidaire et qu’elle ne peut en aucune manière être mise sur le même plan par sa nature, son ampleur et ses destructions que les violences révolutionnaires du FLN. Sur la violence génocidaire de la France, nous renvoyons à notre article, « Le passé génocidaire de la France en Algérie », URL : http://www.ism-france.org/analyses/Le-passe-genocidaire-de-la-France-en-Algerie-article-16433

(36) Albert Ali, « J’ose Marine malgré son islamophobie », art. cit.

(37) Ibn Khaldoun, Discours sur l’Histoire universelle, al-Muqaddima, Paris, Sindbab, 1997, page 227

(38) Ibid., page 228

(39) Cf. « Shu’ubiyya » in. Encyclopédie de l’Islamart. cit.

(40) Bennabi Malek, Mémoires d’un témoin du siècle, Alger, Ed. Samar, 2006, page 42

(41) Bennabi Malek, « Ben Badis le mystique » Révolution Africaine n°219 du 30 avril 1967 in. Mondialisme, Alger, Dar el-Hadhara, 2004, page 123

______________________________________________________________

Source : http://www.ism-france.org/analyses/De-la-shu-ubiyya-au-sein-de-la-communaute-musulmane-vivant-dans-l-hexagone-article-16982

Anâ-Muslim : Combattre et détruire l’état baassiste nossaïrite en Syrie : Avis aux complotistes musulmans s’affiliant à l’islam sunnite

Publié le Mis à jour le

assadre-1

« Il est toujours étrange de constater que parfois les évidences les plus simples et les positions qui doivent en découler, soient rejetées avec vigueur par des individus qui prétendent à la réflexion et à l’analyse pure et objective.« 

بسم الله الرحمن الرحيم

Au nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux

Il est toujours étrange de constater que parfois les évidences les plus simples et les positions qui doivent en découler, soient rejetées avec vigueur par des individus qui prétendent à la réflexion et à l’analyse pure et objective.
Pire quand ces individus qui se prétendent de l’islam et du sunnisme, prennent leurs réflexions directement de non-musulmans, ex-dandis de la mode convertis à la religion de la judéophobie antisioniste, blasés d’errer dans les cercles de la boboattitude parisienne, et se recyclant dans le patriotisme nationaliste pour se refaire une virginité, puisque eux-mêmes assurent avoir goutté à tout ce qu’il était possible, jusqu’à la lie….
Le profil de ces néo-muz adeptes des théories complotistes est très souvent le même, ré-islamisés sur le tas, avec une très faible maîtrise des sciences du dogme musulman, en quête de spiritualité mystique, perdus dans leur double identité dans une société qui exige tout d’eux, une chose et son contraire, des devoirs sans avoir les droits.
Pour beaucoup d’entre eux, la porte d’entrée dans l’Islam est d’ailleurs très souvent celle dont les sujets tournent autour de l’eschatologie musulmane et les signes de la fin des temps. Ils finissent alors toujours automatiquement par sombrer dans le messianisme apocalyptique qui de tout temps a été et est le territoire sacré, la chasse gardée des adeptes de l’innovation, des hérétiques en tout genre, des faux prophètes et des imams infaillibles. Et surtout le domaine de leurs maîtres à tous, incontestés et incontestables en la matière*: les chiites imamites duodécimains, puisque toute leur religion et leur dogme ont été bâtis sur des croyances complotistes et messianiques.

Et quand les esprits atteints de la pathologie complotiste s’emparent de la géopolitique, c’est comme l’astrologue qui se fait astronome voire astrophysicien… Quand l’un explique les phénomènes terrestres par les apparitions stellaires et leurs augures, l’autre calcule mathématiquement les orbites par l’observation de leurs cycles. Inutile donc de vouloir débattre puisque les termes du débat ne se font pas sur les mêmes bases : l’une métaphysique utilise tout ce qui lui passe par la tête pour se créer sa propre vérité, l’autre cherche par raisonnement logique à atteindre la position la plus proche de la juste vérité.

L’affaire syrienne est l’exemple le plus significatif :
De toute évidence, nous avons là-bas une très grosse part de musulmans sunnites qui combattent un état monopolisé par une minorité religieuse appelée alaouite-nossaïrite à sa tête Bachar al Assad, et faisant de l’idéologie baathiste les bases fondamentales de son fonctionnement politique et social.
Or si l’on sait ce que signifie l’Islam, ce que signifie «être musulman», ce que signifie la Foi-imane selon le consensus de l’orthodoxie sunnite, et que l’on connait en parallèle ce qu’est le Ba’ath et la secte nossaïrite, il est inimaginable de pouvoir soutenir, de près ou de loin, ces derniers si l’on se revendique de l’Islam. Bien entendu si l’on se trouve dans le cas contraire et que l’on s’affilie à une autre religion que celle des gens de la sunna, alors tout est possible et la question ne se pose même pas.
Pourtant c’est ce que fait une frange importante de Français d’origine maghrébine, et se revendiquant de l’Islam sunnite [orthodoxe].
Et ce n’est pas un problème d’ignorance pour la majorité d’entre eux, car lorsque l’on ne sait pas l’on s’instruit pour savoir, mais c’est bel et bien un problème d’honnêteté, d’hypocrisie, une volonté surtout de suivre un berger qui semble leur donner une once d’importance et de l’intérêt vicieux, à eux pauvres âmes perdues qu’ils sont, et dès lors, ils se sentent très bien dans ce nouveau troupeau de brebis égarées rassemblé par les prêcheurs de l’universalisme français…
Pourtant il est de notre devoir encore et toujours d’essayer de soustraire ceux qui véritablement ont été dupés et manipulés par le faux maître du  « Logos gréco-chrétien » et dont les logarithmes sont ceux de la IIIe république. Alors qu’ils devraient plutôt se pencher et méditer sur le kalam divin, s’ils sont musulmans comme ils le prétendent.

Les nossaïrites : le pire du pire…

Pour qui est sincère la moindre petite recherche et étude sur cette secte née au moyen-âge, serait en soi très suffisante pour se faire une idée de leurs croyances à l’extrême antipode de l’Islam sunnite. Et l’on se rendrait compte que cette croyance est déjà une hérésie issue de l’ismaélisme, lui-même hérésie issue du chiisme imamite, lui-même hérésie issue du parti (chi’at) qui prétendait suivre et soutenir amir al Moumine ‘Ali Ibn Abi Talib, et dont ‘Ali avait fait brûler vif la tête pensante Abdallah Ibn Sabah (ex-juif  «converti» à l’Islam).
Et il est d’ailleurs étonnant que ces adeptes amoureux des thèses du complot, qui n’ont pris l’habitude que de fouiller dans les archives marginales de l’Histoire, ne remontent pas à cette source historiquement vérifiable dans les chroniques authentifiées, eux qui font de l’antisionisme judéophobe une religion censée tout expliquer. Mais il est vrai que le complot est à géométrie variable chez eux, et nous nous en apercevrons à de nombreuses reprises ici.
De très nombreuses fatawa, de savants de toutes écoles confondues, sont très explicites et sans ambigüité pour qualifier de non-musulmans les nossaïrites. La plus célèbre -car issue d’un pilier du militantisme orthodoxe sunnite est celle de l’imam savantissime de Damas Taqqidine Ahmed al Harani Ibn Taïmiyya. Honni, il est vrai, par les chiites, certains soufis, et les laïques contemporains, ce qui est en soi un gage suffisant d’éloges à son égard.
Il écrit*dans son recueil de Fatawa : «Ces gens nommés « Al nousaïriyya » et autres groupes parmi les Qarmates et Batinites sont de plus grands mécréants que les Juifs et les Chrétiens. Non, ils sont des plus grands mécréant que la plupart des polythéistes et leur mal envers la Oumma de Mouhammad , est plus grand que le mal des mécréants qui sont en guerre avec les Musulmans, comme les Tatars, les mécréants d’Occident [croisés] et les autres.».
Rappelons sans ouvrir la porte de la polémique sur un sujet complexe, qu’il existe des divergences sur le fait de considérer musulmans, les simples gens du commun affiliés au chiisme imamite duodécimain alors qu’il y a un avis majoritaire (joumhour) pour considérer non-musulman leurs cheikhs et imams, cela même chez Ibn Taïmiyya.
Mais concernant la secte nossaïrite, ultime déviation d’hérétiques issus eux mêmes d’innovateurs de la pire espèce, les choses sont sans aucune ambigüité possible que cela concerne le simple affilié par  »naissance », le dévot ou l’insouciant parmi eux, le savant ou l’ignorant : «Ils se présentent devant des Musulmans ignorants comme les partisans et avocats de la famille du prophète, tandis qu’en réalité ils ne croient pas en Allah, au Messager, au Livre, aux prescriptions religieuses, aux interdits, à la récompense, au châtiment, au Paradis, au Feu, ou dans un des Messagers qui a précédé Mouhammad, ou dans une religion parmi les religions précédentes. Plutôt, ils prennent les paroles d’Allâh et de Son Messager, connu des savants Musulmans et ils les interprètent en se basant sur leur fabrication, prétendant que leurs interprétations sont « la connaissance cachée » […] Les savants musulmans ont écrit des livres, dévoilant leurs secrets, exposant leurs voiles, expliquant qu’ils sont branchés de l’incrédulité, l’infidélité et l’athéisme, par lesquels ils sont des plus grands mécréants que les Juifs, les Chrétiens et les Brahmanes indiens adorant les idoles.».
Finalement pouvoir les considérer comme musulmans, c’est donc pouvoir considérer musulmans les Ahmadis-qadianites croyant à un nouveau prophète, comme aux Bahaïs, et même pouvoir accorder la qualité de musulman à n’importe qui d’autre… D’ailleurs quitte en arriver là, autant considérer les juifs orthodoxes comme musulmans, puisqu’ils sont beaucoup plus proches de l’Islam que ne le sont les nossaïrites…
Le problème est que très souvent, le délire est tel chez les complotistes pro-Bachar, qu’ils seraient capables de faire passer, par ignorance et anachronisme, Ibn Taïmiyya pour un «salafo-wahhabite».
Malgré qu’ils soient férus d’histoire et de politique (mais en réalité que de la crypto-histoire) inutile de leur présenter quantité de textes issus des grandes chroniques historiques de nos savants et historiens (Bidaya wa nihaya d’ibn Kathir, Tarikh Dimachk d’Ibn Assaker, et Al kamil d’Ibn al Athir) qui montrent comment les Nossaïrites furent actifs dans le soutien aux forces croisées et plus tard mongoles, d’ailleurs comme leurs  « grand-pères » ismaéliens et aussi comme leurs très lointains  «arrière-cousins» chiites.
Ils furent collaborateurs, espions et informateurs pour les grands ennemis de l’islam et traîtres à la cause de l’Islam. Tous les grands noms du sunnisme, d’Imadouddine Zenki à Salah Dine Ayyoubi jusqu’à Baybar ont d’ailleurs compris que pour mettre fin aux invasions et restaurer l’ordre islamique, il fallait d’abord en finir avec eux…

Leur haine de l’Islam et de son orthodoxie est tellement de notoriété publique que les Nossaïrites ont toujours attiré l’attention des non-musulmans, des croisés du Moyen-âge jusqu’aux colonisateurs du 19e siècle. Notamment dans la communauté des orientalistes occidentaux dont les travaux avaient été d’une utilité capitale pour les impérialistes cherchant à contrôler l’Orient musulman.
Dès lors si les complotistes pro-Bachar ne croient pas dans les paroles d’Ibn Taïmiyya, peut-être croiront-ils les paroles de ces orientalistes, puisqu’ils ont l’habitude de prendre pour évangile la parole de non-musulmans et se méfier de celle issue de l’Islam authentique.
Ainsi pouvait-on lire en 1879 dans une célèbre revue orientaliste :
«les Nosaïris sont un des peuples qui ont eu le privilège d’exciter au plus haut point la curiosité scientifique de l’Europe» [Journal asiatique] [1].
Pourquoi cet intérêt ?
«L’aspect archaïque des doctrines ainsi que leur caractère syncrétique, alimentaient leurs questionnements sur les origines religieuses et ethniques des nossaïrs, chercher à quoi les rattacher. Un rattachement qui pourrait aussi bien servir les missionnaires chrétiens agents des empires coloniaux que directement les politiques coloniales elle-mêmes.»
Les européens du 19e siècle savaient, sentaient par intuition perverse toutes les potentialités qu’ils pouvaient tirer et espérer des Nossaïrites, qui leur semblaient plus proches de leurs religions, le christianisme surtout, mais aussi de toute la mystique gnostique et initiatique reprise par les courants modernistes franc-maçons (Vous avez dit complot ?). Mais ces orientalistes étaient aussi très souvent des érudits et eux, contrairement à nos amis, savaient très bien que les nossaïrites n’avait rien à avoir avec l’Islam. Déjà un voyageur français qui visita le pays des nossaïris dans les montagnes près de Lattaquié en Syrie en 1780 écrivait qu’ils se divisaient en trois sectes.
Il les classe donc : «les chamsié adorateurs du soleil ; les kelbié ou adorateurs du chien ; et les Qadmousié, qu’on assure rendre un culte particulier à l’organe qui dans les femmes correspond à priape [le phallus] »
Ce qui attirait les missionnaires, les évangélisateurs et les futurs agents du colonialisme, c’est bien entendu leur grande proximité avec le christianisme :
«Les croyances et les pratiques nossaïries avait en effet des points communs avec le christianisme. Ainsi ils vénéraient une trinité : l’essence (ma’na), le nom (ism) et la porte (bab) ; ils célébraient des fêtes chrétiennes et avaient adopté des rites chrétiens. […] Enfin, leurs croyances étaient parcourues d’idées gnostiques et certaines de leurs pratiques renvoyaient à l’ancien paganisme local.»
Le célèbre jésuite Belge Henri Lammens avait la ferme conviction que les Nossaïrites étaient des ex-chrétiens ayant survécu au milieu de la civilisation islamique et transformant leur dogme par de multiples et syncrétiques croyances :
« Nous croyons donc être dans le vrai en affirmant que la religion nossairie est une déformation non du dogme coranique mais de la vérité chrétienne. Les nossaïries ont certainement été chrétiens : ils ont dû le demeurer même après la conquête musulmane. Privé d’un sacerdoce constitué, ils auront peu à peu mêlé à leurs croyances primitives, pour les voiler peut-être d’éléments chiites».
Relisons comment un non-musulman témoigne avec intelligence de la manière dont les nossaïrites sont plus proches de la pseudo-vérité chrétienne que de celle professée par l’Islam ! Dès lors nous comprenons non seulement le pourquoi de l’intérêt occidental mais aussi de l’hostilité dont font preuve les nossaïrites à l’égard de l’Islam. En 1903, le même Lammens rendit visite à un chef religieux nossaïri. Espérant profiter de leur marginalité pour les convertir et motiver le droit d’intervention des puissances européennes pour la protection des minorités chrétiennes en terre d’Islam (Nous sommes en 2013 et vous aurez noté la réactualisation totale de cette politique coloniale). Le jésuite demanda alors au chef nossaïrite :
«Si vous devenez chrétiens ? Cette démarche conférerait aussitôt à la France le droit d’intervenir en votre faveur » devant les hésitations du cheikh, Lammens lui demanda s’il préférait se dissoudre dans la communauté musulmane, et ce dernier lui rétorqua alors : «Jamais ! Nous détestons les musulmans…» !!!!
Cette haine viscérale des nossaïrites à l’égard des musulmans était encore rapportée près de 10 plus tard en pleine Première Guerre Mondiale par le père Jausen qui notait que les nossaïris portaient de la haine «à tout ce qui est turc ou mahométan»… Comprenons bien que dans la littérature européenne du 18e et début du 19e le terme turc est très souvent synonyme de musulman et de sunnite puisque les ottomans avaient la charge du califat islamique. Tout ceci était parfaitement compris de ces orientalistes et des politiques pour lesquels ils travaillaient directement ou non :
«La politique française, quant à elle, s’attachait à défendre les particularismes locaux. La littérature orientaliste, comme les rapports produits par les consulats, avaient préparé le terrain en soulignant la haine que les nossaïris éprouvaient pour les Turcs. Déjà en 1824, Félix Dupont, le drogman du consulat de France à Lattaquié, avait adressé un mémoire à Sylvestre de Sacy où il notait que les nossaïris détestaient les Turcs dont ils étaient les ennemis jurés, mais qu’ils aimaient assez les chrétiens et accueillaient les étrangers avec hospitalité.».
Ce n’est qu’à la fin du 19e siècle et début 20e que les chefs nossaïrites décidèrent que leurs communautés devaient sortir de leur isolement et pouvoir profiter des politiques et de l’ingérence des puissances européennes ainsi que de la réforme de l’Empire ottoman (tanzimat). C’est ainsi qu’ils commencèrent à se rattacher à l’Islam par la voie chiite (en recevant parfois de très vives réserves voire de l’hostilité chez les Imams chiites) mais ils ne dupaient de toute façon presque personne. Même s’ils se déclaraient musulmans, un géographe français Vital Cuinet écrivait que pour lui, ils n’étaient que «des idolâtres des pires et ignobles catégories». Mais peut-être que Cuinet n’était-il, lui aussi, qu’un vulgaire wahhabo-salafiste…

L’état alaouite-nossaïrite : création coloniale française

L’intérêt occidental pour les nossaïris est en très grande majorité un intérêt strictement français. Rappelons qu’entre 1870 et 1918, la rivalité avec l’ennemi allemand se joue aussi dans les politiques impérialiste et coloniale : or l’Empire Ottoman qui gouverne la Syrie se tourne de plus en plus vers l’Allemagne jusqu’à devenir son allié.
Faire des Nossairites la cinquième colonne, une base d’appui pour la France est donc un objectif stratégique. Les Nossairites vont donc alors bénéficier d’un soin plus que particulier de la part des Français. Ces derniers vont donc tout entreprendre pour les soustraire à l’autorité ottomane, mais aussi protéger leurs particularités religieuses bien après la fin du Califat quand Français et Anglais se partagent comme un gâteau le Proche-Orient.
Aujourd’hui encore cela n’est un secret pour personne : «C’est la France, lors du Mandat, qui donne à cette communauté une nouvelle conscience d’elle-même».
Après avoir appris à les connaître, et surtout après la chute du califat ottoman, les Français vont s’attacher à en faire des alliés contre le bloc arabe-sunnite viscéralement hostile à la présence française en Syrie. La première étape sera de consolider la présence nossairite appelée désormais Alaouite pour les rattacher la dévotion qu’ont les chiites envers ‘Ali. «La création d’une entité alaouite est propre au mandat » écrivait l’intellectuel syrien Edmond Rabbath. Le démantèlement de l’Empire ottoman et le traçage des frontières par la France et l’Angleterre, en 1920, entraînèrent en effet la naissance de quatre « entités » dans la zone sous mandat français.».
Le but de cette division administrative était de construire et bâtir une identité nossairite non plus sur des bases uniquement religieuses mais surtout politiques contre les éternels ennemis sunnites : «Ainsi fut crée le Territoire des Alaouites qui fut ensuite érigé en Etat des Alaouites, avec Lattaquié pour capitale en 1922. Ces frontières avaient été créées en vue d’un but politique précis, celui de séparer les populations minoritaires alaouites des musulmans sunnites et de créer un territoire aussi homogène que possible où les premières deviendraient la majorité » Jacques Weulerss.
Pour cela, il a fallu les faire descendre de leurs montagnes, les former, les ouvrir à la Modernité et à ses dogmes*: les écoles et missions françaises s’en sont chargé avec plein de zèle.
Mais ce sont surtout les académies militaires qui ouvriront leurs portes aux jeunes nossaïrites. La France va former des générations d’officiers et de militaires d’obédience alaouite-nossaïrite, conscients que face à la force du nombre sunnite il fallait donner la force à cette minorité. Si bien que lorsque la Syrie devient indépendante, son armée compte déjà bizarrement une proportion d’officiers alaouite-nossaïrites supérieure à leur poids dans l’ensemble de la population du pays…
On peut lire sur le site officiel du Sénat français : «Les autorités françaises créent, en effet, un Etat alaouite autonome et ouvrent largement les portes de l’armée française du Levant à ses ressortissants, comme à ceux des autres minorités : Arméniens, Chrétiens arabes… Peu à peu, de jeunes officiers alaouites voient leur influence grandir au sein du Baas. Avec le coup d’état de 1963, le Comité militaire du Baas, majoritairement alaouite, met à l’écart de nombreux officiers sunnites. L’arrivée au pouvoir du général Jedid en 1966 et surtout du général al-Assad en 1970 est comme le point d’orgue de cette revanche d’une communauté longtemps exclue.»
Ce qui nous amène donc au parti Ba’ath.

Le ba’ath : athéisme, laïcité, socialisme et nationalisme ou l’universalisme français arabisé

Ce sujet mériterait un article à lui seul, mais il est quand même de plus en plus évident aux musulmans que l’idéologie du Ba’ath est de la mécréance pure et simple. Dans le sens que, s’affilier à cette idéologie est suffisant en soi pour être déchu de sa qualité de musulman.
Le ba’ath est directement lié au modernisme européen importé par la colonisation. Progressiste, laïque et nationaliste. Dire que cette idéologie est issue d’un arabe chrétien, Michel Aflaq, naturellement attiré par les idées européennes, est encore insuffisant pour pouvoir la discréditer. D’autant plus que la place et l’importance de l’islam chez Aflaq dans l’idéologie baathiste qu’il a créée, est beaucoup plus importante que ce qu’en feront plus tard les Alaouite-nossaïrites viscéralement opposés à l’Islam…
Les alaouite-nossaïyrites notamment les officiers et les militaires ont vu dans le ba’ath, la parfaite idéologie pouvant servir de masque à leur future mainmise sur la Syrie, via les slogans nationalistes et surtout l’arabisme : le pseudo-trait commun qui pouvait les lier avec les sunnites arabes.
Mais le ba’ath version nossaïrite sera donc très naturellement en guerre totale contre l’islam. Un article d’une revue militaire baathiste décrit d’ailleurs tout le programme et sa vision de la future société syrienne désislamisée :
«Le moyen de créer un homme arabe nouveau, un homme socialiste arabe nouveau devant rejeter toutes les valeurs qui ont prévalues dans les sociétés précédentes et ne sont plus que des momies embaumées.. ces valeurs avaient fait de l’homme arabe un être démissionnaire et désemparé un être agi par Dieu qui ne savait que répéter  «la hawla wala qouwatta ila billah»» [2]. On reconnaît là très bien, l’idéologie messianique de l’humanisme prométhéen issue des Lumières françaises… Suite à cette provocation, des manifestations à Damas furent organisés, les auteurs de l’article furent le disjoncteur et condamnés. Mais comme le note Bernard Botiveau : «c’était bien là le projet de Hafez al Assad» le père du Bachar. Rappelons qu’en 1963 à la prise de pouvoir définitive du Ba’ath, les alaouite-nossaïrites ont proclamé à la radio de Damas :

آمنت بالبعث رباً لا شريك له
وبالعروبة ديناً ماله ثانٍ

«Je crois dans le Ba’ath comme un Dieu sans aucun associé et en l’Arabisme comme religion sans aucune autre religion qu’elle» Voulant imiter en cela, la profession de foi attestée par tous les musulmans et confirmant l’apostasie claire, la mécréance absolue de tous les baathistes.
Il n’est pas nécessaire de retracer ici toute l’histoire tumultueuse de la résistance islamique en Syrie des années 70 et 80.
Quand en 1971, Hafez al Assad modifie la constitution en vigueur en la laïcisant et qu’il supprime les références à l’Islam, il alluma lui-même les feux de la lutte (jihad) contre l’Etat syrien. Et à cette époque, ce sont très souvent les activistes proches du militantisme des Frères musulmans qui portaient et défendaient le sunnisme.
Il faut dire que la Syrie n’était alors même pas comme les autres pays arabes, lesquels réservent très souvent dans leur constitution taghoutiya, un article aussi hypocrite que contradictoire :  «L’Islam est la religion de l’Etat». Encore plus évident et révélateur : la première grande et fondamentale constitution syrienne écrite par les baathistes alaouites, celle de 1973, ne mentionnait même pas l’obligation minime signifiant que le chef d’état devait être un  «musulman». Il semblerait que les baathistes alaouites connaissaient alors bien mieux la définition de la foi chez les sunnites que nos actuels amis complotistes. Ce n’est qu’avec les troubles, émeutes et insurrections des mouvements armés issus de  «l’islamisme radical» (tel celui du cheikh Marwan Al Hadid rahimaoullah) [3] qu’à chaque fois les baathistes furent contraints de modifier leur constitution.
Hier comme aujourd’hui rien n’a changé, la dernière grande modification, celle de 2012 sous l’actuel président Bachar ne fut réalisée qu’après le début de la révolte et de la guerre contre le baathisme.
Dans cette Constitution de 2012, il y a encore une incohérence évidente entre l’article 3 qui affirme : «La religion du président de la République est l’Islam» et l’article 84 qui ne cite pas l’islam parmi les 5 conditions obligatoires pour prétendre à la présidence. L’article 3 vise donc simplement à établir de fait la légitimité du président nossaïrite actuel et assoir sa prétention d’appartenir à l’Islam. C’est donc pourquoi la qualité effective et réelle d’être musulman est inutile et n’est toujours pas une condition requise par la Constitution pour occuper ce poste de Président comme la constitution de 1973 élaborée par son père Hafez.

Où étaient donc les complotistes lors du massacre de la ville de Hama en 1982 qui firent entre 50 et 80 000 morts ? Les insurgés étaient-ils financés par le Qatar ? Ah oui par les Saoudiens, pourront-ils rétorquer !!… [quid d’une princesse saoudiennee mariée à un neveu d’Al Assad alors que le «Wahhabite» Ibn Taïmyya interdisait toute relation matrimoniale avec les nossaïrites?]
Où étaient les complotistes lorsque Hafez al Assad lança ses troupes au Liban contre les Palestiniens? Qu’ils y soutinrent pendant 10 ans, les milices et partis chrétiens, les mouvements hérétiques dissidents du sunnisme tel celui des habaches [dont les moufti feront des fatwas sur commande pour faire considérer les nossaïrites-alaouites comme musulmans par les sunnites], puis favorisèrent l’émergence du Hezbollah, tous aussi différents soient-ils, fermement unis contre l’émergence d’une véritable force sunnite ?
Certes nos jeunes complotistes n’étaient pas nés, mais curieusement cette histoire là ne les intéresse pas…
Pourtant l’histoire et la théologie ne sont jamais bien loin, car quand actuellement les vidéos odieuses récurrentes montrent comment les chabiba du régime obligent les prisonniers sunnites à se prosterner devant l’effigie de Bachar avec des  «Bachar Akbar», le musulman instruit sait que pour les alaouite-nossaïrites qui ont divinisé ‘Ali, cette pratique païenne idolâtre est une norme. Il sait que leur propension à diviniser des humains qu’ils prennent pour idole est une constante chez eux jusque il y a moins d’un siècle encore avec le courant des mourchidites : «Le mouvement fut crée par un berger, Sulayman Murchid, nouveau prophète qui se déclara dieu, mais ne renonça pas pour autant à la vie matérielle, ni aux biens de ce monde, ni au pouvoir puisqu’il fut aussi député. Au vu de son succès auprès de ces coreligionnaires, les Français avaient rapidement choisi de s’en faire un allié»
Qui ose se prétendre musulman de la sunna et défendre l’indéfendable ? Non, celui qui polémique d’une seule lettre en leur faveur fait décidément bel et bien partie d’eux….

Défendre l’état baathiste nossaïrite face à Israël et à l’Occident ?

Le dernier bastion mental de nos amis est l’argument de l’antisionisme et de l’anti-impérialisme occidental. Puisqu’il est impossible de prétendre défendre les nossaïrites baathistes par des arguments musulmans, le seul recours est celui de la géopolitique complotiste.
Curieusement, eux qui sont devenus des spécialistes attentifs de toutes les informations qui viennent d’Israël, ils ferment les yeux sur les dizaines de déclarations très officielles venant des plus éminentes autorités juives énonçant que le régime de Bachar était un facteur de stabilité pour Israël…
Ces complotistes musulmans ferment les yeux sur les éloges du régime par les partisans de cette laïcité qui les opprime en France*: et le berger savoyard de ces moutons maghrébins ose même l’affront d’attaquer la laïcité maçonnique en France qui a détruit le catholicisme, mais de la louer pour le régime de Bachar, véritable insulte à la (petite) intelligence des complotistes musulmans. Ce qui est mauvais pour nous, patriotes français, est très bon pour vous arabo-musulmans…
Ces complotistes devenus des experts en crypto-analyse de données vidéos sur youtube (!!!) capables de forger des théories les plus farfelues pour donner à la réalité les traits qu’ils restent incapables de voir en direct comment les chiens du régime exécutent leurs anciens rabbins enturbannés, comme Al Bouti dès qu’il a semblé vouloir s’en défaire [4].

De plus qu’a fait l’état syrien contre Israël ? Pas une seule balle tirée pour récupérer le Golan en plus de trente ans…
La Guerre du Kippour ? Hafez al Assad a été quasi contraint par Anouar Sadate d’accepter cette idée de guerre purement égyptienne, et de se joindre à l’expédition de 1973. Il a envoyé ses divisions de l’armée populaire (sunnite) chair à canon prêtes à en découdre avec les Israéliens sur le Golan alors que les troupes d’elite nossaïrites se terraient à Damas et que l’Aviation totalement en leurs mains ne joua pratiquement aucun rôle, ni même pour appuyer l’offensive…
Son aide aux Palestiniens ? Après les avoir directement massacrés au Liban et les laisser se faire massacrer par les phalangistes chrétiens dans les années 80, ce n’est qu’après la première intifada que les baathistes ont utilisé dans leur intérêt le levier international que pouvait être la cause palestinienne..
Ces esprits complotistes ne se demandent pas pourquoi le Baathisme panarabiste a échoué dans ses prétentions d’unification du monde arabe ?
Pourquoi jamais la Syrie baathiste de Hafez al Assad et l’irak baathiste de Saddam Hussein n’ont réalisé cette union, ce serait-ce qu’économique et militaire ?
Non car Hafez al Assad est un alaouite-nossaïrite avant d’être baathiste et Saddam Husseïn [d’origine sunnite] a témoigné des multiples trahisons, des multiples bassesses et hypocrisies en face d’Israël et de l’Occident des alaouite-nossaïrites du Ba’ath syrien [5]. Et nous témoignons tous que Saddam [exécuté par des chiites] fut bien plus un fervent antisioniste et antiaméricain que la raclure nossaïrite des Al Assad… Même le champion de l’arabisme par excellence le taghout égyptien Gamal Abdel Nasser le bourreau de Sayyid Qotb a témoigné de la traitrise du Ba’ath alaouite-nossaïrite de Syrie et sa duplicité face à Israël. [6]
Ce qui nous rappelle à nous adeptes de l’orthodoxie sunnite, que lorsqu’on avait posé la question il y a près de 7 siècles à Ibn Taïmiyya sur l’opportunité de laisser les nossaïrites à la lisière des pays musulmans pour en garder les frontières face à l’ennemi non-musulman, celui-ci avait répondu* que c’était là une folie comparable à faire garder des moutons par des loups, car : «ces gens sont plus traîtres à l’égard des musulmans et de leurs chefs, les plus acharnés à la subversion de la religion et de l’état…»…

Finalement, le seul mot d’ordre risible chez les complotistes pro-bachar est de vouloir: «Préserver un état syrien fort face à Israël, car c’est le projet sioniste de détruire les nations arabes fortes.».
Et de les voir citer telle ou telle parole expliquant le projet de morcellement du monde arabo-musulman comme preuve de leurs délires.
Certes quand on fouille l’histoire, notamment celle du Moyen-Orient depuis le 19e siècle, il n’est pas rare de tomber sur ce genre de parole explicitant ces projets qui ne datent pas d’aujourd’hui : «La paix du monde serait en somme mieux assurée s’il y avait en Orient un certain nombre de petits Etats dont les relations seraient contrôlées ici par la France et là par l’Angleterre, qui s’administreraient avec le maximum d’autonomie intérieure, et qui n’auraient pas les tendances agressives des grands États nationaux unitaires» [lettre de Robert de Caix, Avril 1920, Diplomate français]
Dès lors pour les complotistes pro-Bachar nous nous devons de défendre ces grands états unitaires arabes car la division ne profite qu’à l’ennemi…
Oui mais le problème est que ces états arabes, leur très grande majorité, sont déjà nés du morcellement voulu et planifié par l’impérialisme occidental. Ce sont eux qui sont issus de cette politique déjà mise en place par le  «complot» : l’ETAT FORT ET UNITAIRE QUE JUIFS SIONISTES ET IMPÉRIALISTES OCCIDENTAUX CHERCHENT A FAIRE DISPARAÎTRE EST DÉJÀ DÉTRUIT : C’ÉTAIT LE CALIFAT !!!
Et on comprend mieux toutes ces manigances, de la déclaration Balfour aux accords Sykes-picot et toutes les paroles de diplomates allant dans ce sens, d’hier et d’aujourd’hui, si on les remet en perspective avec la fin du califat musulman et leur de volonté actuelle ne plus jamais le voir réapparaître*: nous les comprenons mieux.
La Syrie actuelle est déjà le fruit de ce partage, l’état  »fort et unitaire » n’est désormais que celui du baathisme nossaïrite à détruire !!! Car tous ces états arabes ne sont que les gardiens et les protecteurs des frontières créées par l’Occident. D’ailleurs quand on posa la question à l’intellectuel juif américain Noam Chomsky, s’il pensait que le Moyen-Orient passait actuellement par une phase de réécriture de l’accord Sykes-Picot, il répondit très justement que :  «l’accord Sykes- Picot est en train de s’effondrer, ce qui est un phénomène intéressant. Et il a un siècle. Mais, l’accord Sykes-Picot n’était qu’une imposition impériale qui n’a aucune légitimité, et il n’y a aucune raison pour une seule de ses frontières – sauf les intérêts des puissances impériales.»
Mais Bizarrement Chomsky n’est pas tenu en estime par les gourous français du complotisme qui défendent très justement les frontières mises en place par leurs ancêtres, les mêmes qui combattent encore et toujours le retour du califat islamique, en justifiant tout par la magie de leur logos qui ensorcelle les faibles d’esprits parmi ceux qui osent s’affilier à l’Islam, comme les magiciens de Pharaon devant son peuple…

Il faut dire que l’analyse historique n’est pas vraiment pas leur fort car au lieu d’analyser et de contextualiser ce genre de paroles de la crypto-histoire qu’ils aiment dévoilant projet et plan judéo-maçonnique pour le monde musulman, ils devraient chercher à analyser l’histoire et ses lois immuables. Car très souvent la résistance face à l’ennemi s’est justement réalisée par de petites entités de petits groupes extrêmement déterminés et unis, comme on peut en voir un peu partout dans les zones chaudes du monde musulman.
Tel ce qu’en disait l’un des maitres de l’analyse islamique contemporaine, notre cheikh Mahmoud Abou Omar : «La plupart de ceux qui se sont penchés sur cette période [les croisades] ne l’ont fait qu’en s’attachant à un petit nombre de personnes qui les avaient précédés. Ainsi y a-t-il une étude qui traite du sujet en mettant en éclairage sur le Leader Nur al Din Zanki ou le leader Salah al Din al Ayyoubi. A la lecture de tels textes ; les lecteurs ignorants pensent que cette partie de l’histoire islamique concernant les croisades fut le fait d’un Etat uni pour commander les musulmans. C’est une erreur évidente. Les lecteurs avertis savent que les musulmans qui s’empoignèrent avec les croisés le firent par petits groupes divisés et disparates. Il y avait, par exemple, une forteresse contrôlée par une famille et sous l’autorité de laquelle les gens se rassemblaient. Ou un village qui reconnaissait le leadership d’un chef éclairé, ou un érudit que ses élèves acceptaient et ralliaient, etc. Peut-être que la meilleure façon d’expliquer les réalités de cet état de fait est contenue dans l’ouvrage al I’tibar de l’émir Oussama Ibn Munqidh. Cet Oussama était de la citadelle de Sayzar et sa famille les Al Munqidh étaient les seigneurs de cette citadelle. Ils jouèrent un rôle important contre les croisés et Oussama fut un témoin de la guerre des musulmans contre les Croisés. Avant d’aller plus loin, il est important de noter que le rôle des Leaders majeurs comme la famille des Zanki et les Ayyoubides, fut d’unir les factions et les organisations en une seule et même force de combat. Il n’empêche que le plus grand rôle fut joué par ces petits factions qui, en vérité, eurent à faire face aux croisés»
Dès lors, oui, sans aucun doute nous préférons voir l’état lybien de Kadhafi détruit qui en 60 ans de règne n’a absolument compté aucune réalisation islamique à son actif, nous préférons voir détruit l’état alaouite-nossaïrite baathiste des Al Assad en Syrie et les voir tous remplacés par des autres structures, plus islamiques, qui elles seront plus à même d’être des moteurs purifiés et purificateurs en marche vers la réalisation d’un nouvel ordre islamique en Terre d’Islam.
Car telle est l’histoire de l’islam et les règles de réalisation et de création des Califats et des empires islamiques quand nous étudions l’histoire.
Comme il est étrange de voir ces cerveaux complotistes se gaver de textes et de hadiths liés à l’eschatologie mais n’utilisant pas leur raison pour les indexer aux lois historiques passées et en cours ? Tel que l’annonçait le Prophète lui-même : «L’affaire en viendra à ce que vous serez plusieurs groupes constitués : un groupe à ash-Shâm, un groupe au Yémen et un groupe en Irak. – Choisis pour moi, ô Messager de Dieu, si je parviens à cette (situation). – Choisis ash-Shâm, car elle est ce que Dieu a choisi de Sa terre, Il y attirera ceux qu’Il a choisis parmi Ses serviteurs. Si vous refusez, alors choisissez le Yémen. Et donnez à boire de vos bassins. Dieu a pris la garantie pour moi de ash-Shâm et de ses habitants» [7] 
Ces groupes ou leurs prédécesseurs, nous les voyons tous actuellement à l’œuvre et nous connaissons la couleur de leurs bannières… Et à chaque fois que ces groupes rétablissent l’ordre dans une région qu’ils contrôlent, les drones, les Rafales et les F-17 s’empressent de les bombarder, de Mogadiscio à Kidal en passant par Abyan, ayant peur non pas de leurs échecs (il les laisseraient prendre le pouvoir…) mais au contraire de leurs réussites : ce que Chomsky appelait encore la  «menace d’un bon exemple» version islamo-wahhabo-salafiste [8].

D’ailleurs, il est intéressant de noter que le virus du complotisme a parfois atteint une petite minorité de ceux qui se réclament très très officiellement du salafisme «wahhabite», comprenez ici : made in saoud et pro-saoud…
Leur argumentaire est quasi identique à celui des complotistes que l’on vise ici, mais la réflexion en moins et des prétentions en plus : ce qui est encore pire vous en conviendrez…
Les fatawa du clergé d’État saoudien sont une mine d’or de contradictions, les obligeant à faire des contorsions idéologiques et dogmatiques quasi-intenables. Certaines de leurs fatawa sont des plus étonnantes et même risibles : il faut dénoncer à la police ceux qui s’engagent militairement en faveur de leurs frères syriens [9], pour d’autres, les Syriens n’ont besoin que d’invocations [10]….
Alors que le cheikh Ibn Baz, lors de la révolte de la ville de Hama en 1982 était pourtant clair quand on lui posa la question de ce qu’il convenait alors de faire pour les soutenir : «Ce que nous savons au sujet de leur situation, c’est qu’ils sont opprimés, et ils méritent aide et assistance, car cet État les tue cruellement, et ils (les rebelles) ne demandent que l’application de l’Islam et rien d’autre en dehors de cela. Et cet État est un Etat mécréant Nussayrite Alaouite Rafidite Baathiste. Ils doivent donc être aidés et assistés jusqu’à ce qu’ils sauvent leur pays des mains de ces ennemis athées et mécréants qui n’ont épargnés ni mal ni tourments aux musulmans…»
La solution  «jihadiste» était alors très claire chez lui :  «Oui il [le jihad] devient fard ayn [obligation individuelle] selon la capacité de chacun. Chaque personne fait le jihad selon sa capacité. Il lutte de lui-même par son corps ou ses biens dans le Sentier d’Allah – ou les deux – et ceci qu’il soit seul ou avec ses frères toujours selon sa capacité. […] Cela est Fard ayn selon la capacité de chacun car ils sont combattus et n’ont aucun soutien. Ils ont donc besoin d’aide de la part de leurs frères musulmans par le biais de leurs biens, leurs personnes ainsi que leur da’wa et leurs bons conseils» [11].
Oui mais voilà, c’était une autre époque, celle des années 80 quand les cheikh du  «wahhabisme» n’avaient de compte à rendre à personne (ou presque) rien à voir donc avec les fonctionnaires d’aujourd’hui qui suivent le madhab et le fiqh de la Maison Blanche : les moujahidines étaient des freedom fighters quand on avait besoin d’eux et quand ils étaient plus ou moins contrôlables, aujourd’hui ce sont des  «irhabi» car ils suivent leurs propres plans et projets, pour leurs seuls intérêts et causes.
Et heureusement que la véritable science islamique légiférée n’est pas tributaire de ces savants de cour car à force de suivre aveuglément ces rabbins cela fait longtemps que certains seraient devenus juifs…
La version complotiste d’une partie du salafisme pro-saoud est donc une espèce d’hybridation schizophrénique très rare mais particulièrement virulente à la fois anti nossayrite alaouite baathiste dans le fond mais allié objectif dans la forme. Elle reprend les contradictions du régime saoudien qui veut la chute de la Syrie et faire barrage à l’Iran mais sans autoriser l’envoi de moujahidines : c’est d’ailleurs pourquoi l’État saoudien pleurniche actuellement [refus de siéger au conseil de sécurité de l’ONU] car leurs grand frères américains qui ont toujours si bien réglé tous les problèmes refusent de s’engager…

Conclusion :

Qu’un complotiste français non musulman, nationaliste, fervent défenseur de l’œuvre française, adepte de son pseudo-universalisme défende l’état alaouite-nossaïrite baathiste est extrêmement cohérent, voir complètement logique, puisque :

– Les alaouites-nossaïrites ont été formés et aidés par la France, des alliés historiques. 

– La Syrie actuelle est issue du mandat français dont les frontières ont été voulues par la France.

– Le parti ba’ath recycle des idéologies séculières issues des Lumières françaises.

Mais que dire de ces maghrébins  «musulmans» éternels manipulés qui suivent les gourous de la pseudo-subversion qui masque très mal la réalité de leurs logiciels mentaux ?

Nous ne parlons pas ici des harkis du patriotisme, des innovateurs coranistes pro-chiites, des adeptes du soufisme et des marabouts, des bico-bobos, des collabeurs schizo, non.
Mais avant tout de ceux qui se réclament de l’islam sunnite, qui ont compris certains mécanismes que nous avons décrits, mais qui ont juste peur de poursuivre jusqu’au bout leur réflexion, de peur [comme certains qui ont vu juste] de voir pleuvoir sur eux des accusations ad-jihadisteram…
Quel ersazt de musulman sunnite serait capable de relever ici le défi de défendre ce régime à détruire par des preuves historiques, logiques et islamiques ?
Détruire cet état c’est détruire un reliquat de l’impérialisme occidental et l’œuvre française
Détruire cet état c’est réparer l’humiliation de la destruction du Califat par les laïques judéo-maçons
Détruire cet état c’est en finir avec le passé et ouvrir la possibilité d’un nouvel horizon
Détruire cet état c’est réécrire notre propre histoire avec l’encre des nôtres qui se sont sacrifiés, qui se sacrifient et qui se sacrifieront.

Puisse Allah précipiter sa chute et faire de nous des causes dans celle-ci et dans le renouveau de l’Islam !

—————————–

Notes :

[1] la plupart des citations reprises dans cet article sont tirées du livre Le choc colonial et l’islam : Les politiques religieuses des puissances coloniales en terres d’islam, de Pierre-Jean Luizard, dans le chapitre intitulé : L’entité alaouite une création française.

[2] Loi Islamique et droit dans les société arabes, de Bernard Botiveau.

[3] http://www.youtube.com/watch?v=LFV1GhH3FNI

[4] http://www.youtube.com/watch?v=ZeyWBkB3jZo

[5] http://www.youtube.com/watch?v=6Pfxt5YBS2M

[6] http://www.youtube.com/watch?v=sf1UTqV9xqE

[7] Rapporté par Abou Daoud N°2473.

[8] http://www.dailymotion.com/video/xcd…?search_algo=2

[9] http://www.youtube.com/watch?v=zPGh3YUPGXI

[10] http://www.youtube.com/watch?v=0VDX4dtCLyc

[11] http://www.youtube.com/watch?v=4fhDuZ6dROk

Source : Anâ-Muslim

IslamRéinfo TV : L’escroquerie de Camel Bechikh et de son association Fils de France !

Publié le Mis à jour le

Camel Bechikh, à travers son association Fils de France, souhaite soumettre les musulmans à la divinité des nationalistes français ennemis de l’islam. Décryptage du projet Fils de France d’un point de vu islamique.