La Turquie Laïque Partie 12 : L’affaire Ergenekon

Publié le

Le 12 juin 2007, des policiers découvrent 27 grenades chez un sous-officier en retraite dans une maison d’Istanbul. Il s’agit là de la mainmise sur une organisation secrète nommée Ergenekon, infiltrée au sein même de l’Etat turque, qui est composée de journalistes, de militaires, d’avocats et des dirigeants d’associations nationalistes. Cet organisation est accusée de commettre des actes criminelles en vue de déstabiliser le pouvoir en place et de préparer les conditions pour un coup d’État.

Une seconde série d’arrestations à lieu de janvier 2008 à juin 2008. Un général en retraite (ordonnateur de plusieurs assassinats politique), un réseau d’activistes kémalistes, des journalistes opposé à l’AKP sont arrêtés. Le 18 février 2008 une conférence est organisée par l’Association de la pensée atatürkiste, qui exprime la nécessité de « passer à une grande offensive » contre l’AKP en utilisant le pouvoir judiciaire et appelle à « une mobilisation générale pour se battre ». Le 10 février 2008, un projet de loi soumis par Erdogan, permettant le port du voile dans les universités est promulgué.

En mars 2008, le procureur général demande la dissolution de l’AKP et l’interdiction de toute activité politique de ses membres pendant cinq ans. Il accuse le parti d’être un « foyer anti-laïque » et met en avant l’amendement de l’autorisation du port du voile. Le gouvernement AKP accuse l’Etat profond, l’organisation Ergenekon d’être derrière ce coup d’État par le Droit. Le 30 juillet 2008, la dissolution de l’AKP est évité à une voix près, mais les subvention perçu par l’Etat seront divisés par deux pendant une année entière.

Le procès Ergenekon s’ouvre en octobre 2008 mais les arrestations vont se poursuivre en 2009, principalement envers des généraux en activité entre 2003 et 2004. Erdogan annonce qu’il soutient les procureurs du procès, quand au Parti Républicain du peuple, il se range du côté des accusés. Ce procès va permettre de vider l’armée de sa base atatürkiste et donc de permettre au gouvernement de ne plus avoir la crainte d’un énième coup d’État.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s