Sheikh Nâsir al-‘Umar : Constat sur la situation contemporaine de la communauté musulmane !

Publié le Mis à jour le

Fiqh Al-Wâqi'« Celui qui observe la réalité de la Oumma ces derniers siècles, souffre de ce qu’elle est devenue et du niveau honteux de sous-développement qu’elle a atteint. Or j’ai beaucoup observé cette situation en réfléchissant aux causes, en recherchant les remèdes et les moyens d’en sortir et de se diriger vers une situation plus digne de nous, cela afin de conseiller la Oumma et de m’affranchir de cette responsabilité. J’ai conclu qu’il existait des causes qu’il serait trop long de citer et de dénombrer. La plus importante d’entre elles est l’éloignement des gouvernants et des gouvernés de cette Oumma de la droiture du Livre [Coran] et de la Oumma, et de la voie des prédécesseurs (Salaf). Et de cette cause surgit plusieurs autres qui ont contribué à notre situation actuelle en nous mettant au dernier rang du classement des nations – si nous ne sommes pas déjà hors classement…- alors qu’auparavant nous étions les souverains et les leaders, protecteurs des terres et des hommes :

« Vous êtes la meilleure communauté qui ait jamais été donnée comme exemple aux hommes. En effet, vous recommandez le Bien, vous interdisez le Mal et vous croyez en Dieu. » [Coran, Sourate 3 verset 110]

Nous sommes devenus un fardeau pour nos ennemis, un souci pour notre Oumma, et nos ennemis ont compris le secret de notre retard, l’origine de notre calamité, ainsi que le fondement de notre malheur. Dès lors, ils ont rempli la Terre de corruption, ils complotent et planifient, alors que nous sommes distraits et détournés de ce complot, préoccupés par nos propres personnes au lieu de nous soucier de l’ennemi, et préoccupés par notre vie d’ici-bas au lieu de la religion. Alors, notre religion ne perdurera pas et il ne nous restera pas de territoire où vivre selon les préceptes de notre religion. Je ne met pas toutes nos calamités et nos malheurs sur le dos de nos ennemis :

« Ayant subi un revers pour la première fois, après en avoir infligé le double à vos ennemis, vous vous dites : «Comment avons-nous pu mériter cette disgrâce?» Dis-leur : «Vous ne devez vous en prendre qu’à vous-mêmes !» » [Coran, Sourate 3 verset 165]

Les maux viennent de nous et nous possédons le remède par la volonté d’Allah car « Allâh n’a pas fait descendre une maladie, sans avoir descendu en même temps son remède » [Rapporté par Boukhari et Mouslim] »

Source : Extrait de l’épître  » Fiqh Al-Wâqi’  » du Sheikh Nâsir al-‘Umar, traduit, commenté et annoté par Aïssam Aît-Yahya dans « Fiqh Al-Wâqi’ : le savoir profane au service du savoir révélé en Islam ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s