Franc-Maçonnerie partie 4 : Les Magiciens de l’Egypte Antique

Publié le

carte01L’Egypte antique des pharaons est une des plus anciennes civilisations du monde. Mais aussi l’une des plus oppressives. Les magnifiques monuments hérités de l’Egypte antique, les pyramides, les sphinx et les obélisques, furent construits par des centaines de milliers d’esclaves, qui se tuaient à la tâche, sous les coups de fouet et la faim. Les pharaons, les souverains absolus d’Egypte, souhaitaient être représentés comme des dieux et vénérés par leur peuple.

Une des sources de connaissance sur l’Egypte antique est leurs propres inscriptions. Elles furent découvertes au 19ème siècle, et après un travail acharné, l’alphabet égyptien fut déchiffré, faisant la lumière sur de nombreuses informations sur ce pays. Mais, étant donné que ces inscriptions furent écrites par les historiens officiels, elles regorgent de comptes-rendus tendancieux conçus pour faire la louange de la nation.

Pour nous, bien sûr, la meilleure source de connaissance sur ce sujet est le Coran.

Dans le Coran, dans l’histoire de Moïse (Que la Paix de Dieu soit sur lui), d’importantes informations sur l’organisation égyptienne nous sont fournies. Les versets révèlent qu’il existait deux foyers principaux de pouvoir en Egypte : le pharaon et son conseil privé. Ce conseil exerçait une influence considérable sur le pharaon ; les pharaons les consultaient souvent et de temps à autre, suivaient leurs recommandations. Les versets cités ci-dessous révèlent l’influence qu’avait ce conseil sur le pharaon :

« Et Moïse dit : « O Pharaon, je suis un Messager de la part du Seigneur de l’Univers, je ne dois dire sur Allah que la vérité. Je suis venu à vous avec une preuve de la part de votre Seigneur. Laisse donc partir avec moi les Enfants d’Israël. » « Si tu es venu avec un miracle, dit (Pharaon,) apporte-le donc, si tu es du nombre des véridiques. » Il (Moïse) jeta son bâton et voilà que c’était un serpent évident. Et il sortit sa main et voilà quelle était blanche (éclatante), pour ceux qui regardaient. Les notables du peuple de Pharaon dirent : « Voilà, certes, un magicien chevronné. Il veut vous expulser de votre pays. » « Alors, que commandez-vous ? » Ils dirent : « Fais-le attendre, lui et son frère, et envoie des rassembleurs dans les villes, qui t’amèneront tout magicien averti.« 

[Coran, Sourate 8 al-A’raf, versets 104 à 112]

Un manuscrit écrit en hiéroglyphes de l’Egypte ancienne
Un manuscrit écrit en hiéroglyphes de l’Egypte ancienne

Il faut noter que la mention en question est faite ici d’un conseil qui exhorte le pharaon, qui le pousse contre Moïse (Que la Paix de Dieu soit sur lui) et lui recommande certaines méthodes. Si l’on examine les documents de l’histoire égyptienne, on découvre que deux éléments de base de ce conseil étaient l’armée et les prêtres.

Il n’est pas nécessaire d’expliquer l’importance de l’armée ; elle formait la base du pouvoir militaire des régimes des pharaons. Mais, regardons de plus près le rôle des prêtres. Les prêtres de l’Egypte antique étaient une classe qualifiée de magiciens dans le Coran. Ils représentaient le culte qui soutenait le régime. On leur attribuait des pouvoirs spéciaux et un savoir secret. Grâce à cet ascendant, ils influençaient le peuple égyptien et assuraient leur position dans l’administration des pharaons. Cette classe, appelée dans les documents égyptiens « Grands prêtres d’Amon », concentrait son attention sur la pratique de la magie et l’administration du culte païen ; ils étudiaient également diverses sciences comme l’astronomie, les mathématiques et la géométrie.

Les plus importants défenseurs du régime du pharaon dans l’Egypte antique étaient la classe sacerdotale (sorciers). Leurs croyances formèrent plus tard les racines de la Kabbale et, de là, ils furent transmis à la maçonnerie.
Les plus importants défenseurs du régime du pharaon dans l’Egypte antique étaient la classe sacerdotale (sorciers). Leurs croyances formèrent plus tard les racines de la Kabbale et, de là, ils furent transmis à la maçonnerie.

Cette classe de prêtres était un ordre fermé détenteur (du moins le croyait-il) d’un savoir spécial. De tels ordres sont généralement considérés comme des organisations ésotériques. Dans un magazine intitulé Mason Dergisi, une publication distribuée aux maçons turques, il est énoncé que les racines de la franc-maçonnerie remonte à ce type d’ordre ésotérique et une mention spéciale est faite des prêtres égyptiens :

« A mesure que la pensée se développe chez les êtres humains, la science progresse et à mesure que la science progresse, le nombre de secrets augmente au sein de la tradition d’un ordre ésotérique. Au cours de ce développement, cette organisation ésotérique, qui apparut d’abord en Orient, en Chine et au Tibet, puis s’étendit à l’Inde, la Mésopotamie et l’Egypte, forma la base d’un savoir sacerdotal pratiqué pendant des milliers d’années et à la base du pouvoir des prêtres en Egypte. » [20]

Quel peut être le lien entre la philosophie ésotérique des prêtres de l’Egypte antique et les francs-maçons d’aujourd’hui ? L’Egypte antique (un exemple classique dans le Coran d’une organisation politique impie) disparut il y a des milliers d’années. Peut-elle avoir une influence aujourd’hui ?

Pour répondre à ces questions, nous devons nous attarder sur les croyances des prêtes égyptiens antiques quant à l’origine de l’univers et de la vie.

—————————-

Notes :

[20] Mason Dergisi, no. 48-49, p. 67

Une réflexion au sujet de « Franc-Maçonnerie partie 4 : Les Magiciens de l’Egypte Antique »

    tahira a dit:
    février 23, 2014 à 12:07

    Tres interessant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s