Anâ-Muslim : Les événements sur Trappes, un point de non retour

Publié le

trappesfinal3Agresser une femme voilée devient progressivement un geste citoyen, un acte républicain pour un peuple dont la haine de l’autre n’a d’égal que la lâcheté.

______________________________________________________________________

بسم الله الرحمن الرحيم

 Au nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux

______________________________________________________________________

C’est un éclairage étonnant qui nous a été donné ce samedi 20 juillet 2013 sur les événements qui ont eu lieu à Trappes.

Les caméras de la presse étaient braquées sur le commissariat de la ville, en insistant sur les dérapages et échauffourées entre habitants excédés par la violence policière et d’autre part une police «_républicaine » qui s’attache à mettre une pression sur toute une communauté dans un moment bien choisi qu’est celui du mois de Ramadhân.

Cette presse française n’a définitivement plus rien d’objectif et ressemble en tous points aux tabloïds britanniques qui surfent sur des événements pour créer le « buzz » car elle a visiblement oublié les multiples agressions dont est victime la communauté musulmane depuis quelques semaines, principalement les femmes.

Une telle mise en scène médiatique relève d’une propagande excellemment bien ficelée, voir tout au mieux, de la pure désinformation. Il suffit pour s’en convaincre de considérer plusieurs points.

Argenteuil, le point de départ

Après de multiples agressions où des sœurs ont été molestées par des hommes qui sont toujours fuite ou pas d’ailleurs étant donné le souci de la police républicaine et les moyens mis en œuvre pour les retrouver et qui s’est soldé par la mort du bébé d’une sœur qui était enceinte.

Dans ce contexte déjà exacerbé, la police, arrêtera une sœur au nom de la loi « républicaine » et l’humilie en garde à vue et provoquera des tensions a sein de la communauté musulmane d’Argenteuil.

S’en suivra dans toute la France des agressions d’une similarité plus qu’étrange (Marseille, Paris, Orléans, Reims, Melun, Lyon…)

Depuis les dernières agressions contre nos sœurs sur la ville d’Argenteuil et l’effervescence de la communauté autour de l’événement, certains auraient pu naïvement croire que les choses seraient amenées à se calmer, au mieux à se tasser, laissant place à d’autres urgences et priorités pour la populace de France.

Il n’en a rien été. Comme nous l’affirmons, depuis le début, les agressions et autres provocations contre les femmes voilées (sans distinction entre hijab, jilbab, niqab…) n’ont cessés d’augmenter. L’événement sur Argenteuil sonnant plus comme un signal de départ plutôt qu’un avertissement.

Les lâches agissements aussi bien de « citoyen lambda » que les provocations explicites des forces « de l’ordre » deviennent d’une banalité à peine culpabilisante voire complaisante sous les yeux des autorités socialistes.

Aujourd’hui sur Trappes

Comme vous l’avez tous constaté, après l’agression (au couteau !) d’une sœur plus tôt dans la semaine à Trappes, nous apprenons l’interpellation et l’arrestation d’une sœur en niqab ainsi que son mari. Suite à cette interpellation et le maintien en garde à vue de son mari, une manifestation a eu lieu et a dégénéré en affrontement entre les jeunes en colère et les forces de police Revenons sur la cause de tout ces événements

Jeudi 18 juillet, à l’heure de la prière de Maghreb, l’heure également de la rupture du jeûne, une sœur en niqab, sorti de chez elle avec son mari pour aider sa mère revenu des courses, est abordé par la police afin de procédé à un contrôle d’identité, le port du niqab étant interdit.

Notre sœur est prête à obtempérer lorsque l’un des agents de police bouscule brutalement sa mère, sans raison apparente. Suite à cela notre sœur perd son sang froid et exprime son mécontentement à la police qui, de facto, malmène violemment la sœur. Le mari, essayant de venir en aide à son épouse, est violemment interpellé et frappé par plusieurs agents.

Tout les deux sont amenés au commissariat, laissés sans nourriture ni boisson, après avoir jeûner toute une journée. Notre sœur est finalement libérée dans les environs de 23heures, son mari étant maintenu en garde à vue. A noter que le couple à un enfant en bas âge (3 mois), notre sœur a signifié aux agents de police qu’il fallait allaiter le bébé. L’un des agents lui répondit, sans scrupule, « ouais et après ? ». Rappelons également que la police a refusé de laisser sa famille lui apporté de la nourriture.[1]

Suite à cette interpellation, un rassemblement devant le poste de police est organisé le lendemain afin de protester contre la prolongation de la garde à vue (musclé) du mari ainsi que contre la manière dont s’est déroulée l’interpellation. Manifestation qui va finalement dégénérer et déboucher sur des affrontements avec la jeunesse de Trappes.

Nous tenons à rappeler qu’Anâ-Muslim est une association qui à pour principal but la prédication et, en tant que tel, nous ne pouvons effectuer un travail journalistique complet de relais de l’information et de reportage sur le terrain, au risque de sacrifier le but premier de notre structure. Mais face à de telle agression nous avons, tout de même, le devoir de réagir et d’apporter une grille de lecture sur ce genre d’événement qui nous interpelle tous.

Ceci étant dit, il était impératif de rappeler les circonstances du « contrôle d’identité » de notre sœur. Les violences qui s’en sont suivis – suite au maintient en garde à vue du mari (lui-même agressé), ont eu lieu à cause d’un climat délétère répandu depuis l’agression en début de semaine d’une autre sœur voilée sur la même ville (similitude avec Argenteuil et Reims).

Ces manifestations de colère de la jeunesse de Trappes sont également à mettre en perspective avec le climat islamophobe, voire islamodium (haine contre l’Islam), régnant en France et motivant des individus à agresser des femmes pour la simple raison qu’elles portent un voile.

Ces agressions, ces interpellations qui dérogent même à leur propre loi et cette hystérie anti-musulmane en France (entretenu par les autorités) sont plusieurs facteurs qui amènent inexorablement les musulmans vers une communautarisation forcée et assumée ; ceci pour la sécurité et la préservation de leurs épouses, leurs enfants, leurs biens et leur religion.

Constat des faits

Cette recrudescence d’actes « islamophobes » n’est pas le fruit du hasard, elle est l’aboutissement (ce n’est qu’un début) de la politique de lavage massif de cerveaux de la population orchestrée depuis de nombreuses années par l’ensemble des détenteurs du pouvoir.

Les politicards se cachent naturellement derrière l’extrême-droite. Même si ce genre d’actes étaient jusqu’à il y a peu l’apanage de ce type de mouvement, il n’en est plus rien aujourd’hui ; les agressions récentes sont le fait de citoyens « lambda » manipulés. Et si celles-ci choquent particulièrement de par leurs violences, n’oublions pas qu’elles sont l’évolution des agressions verbales qui sont devenues aussi courantes que faciles.

Agresser une femme voilée devient progressivement un geste citoyen, un acte républicain pour un peuple dont la haine de l’autre n’a d’égal que la lâcheté. A noter également la complicité active ou passive des témoins des scènes (cf. Reims, Paris…). Et la police, chargée du « maintien de l’ordre et de la protection des citoyens », non contente de ne pas s’acquitter des missions qui sont les siennes ni même de mettre de l’huile sur le feu, semble partie prenante de ces injustices.

Notre communauté ne doit compter que sur Allah avant tout puis sur elle-même pour assurer sa sécurité, dans un contexte qui n’est pas sans rappeler la situation des musulmans andalous sous domination espagnole…

Hors de question de tomber dans la victimisation, faire dans le larmoyant, et encore moins de se rabaisser à aller mendier à l’oppresseur les droits qu’il garantit au reste de l’humanité. Comment être assez naïf pour croire que c’est auprès de ceux qui ont tout mis en œuvre pour exacerber cette « islamophobie » chez ses citoyens que l’on va trouver protection et secours, alors qu’ils ne cessent de nous démontrer qu’ils ne nous agréeront pas tant que l’on ne suivra pas leur religion…

Encore faut-il avoir les bases religieuses (ou simplement une vision lucide de la réalité) pour le comprendre et y faire face honorablement.

{Certes vous serez éprouvés dans vos biens et vos personnes; et certes vous entendrez de la part de ceux à qui le Livre a été donné avant vous, et de la part des Associateurs, beaucoup de propos désagréables. Mais si vous êtes endurants et pieux…Voilà bien la meilleure résolution à prendre} S.3 – V.186

Vos frères d’Anâ-Muslim

________________________________________
[1] Informations venant du témoignage direct de notre sœur, qu’elle nous a envoyé via notre messagerie, le soir même de l’interpellation.

Source : http://www.ana-muslim.org/les-evenements-sur-trappes-un-point-de-non-retour/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s