Sabbataï Tsevi partie 2 : La folie de Sabbataï

Publié le Mis à jour le

4211230790_7df29fa30cAprès son expulsion de Smyrne, Sabbataï se rendit à Salonique. Les habitants ne connaissaient pas les périodes d’illuminations jusqu’au jour où Sabbataï invita les plus grands rabbins à un banquet où il érigea un dais nuptial, y apporta un rouleau de la Torah et procéda à une cérémonie de mariage entre lui-même et la Torah. Les rabbins furent profondément ébranlés. Sabbataï donna une explication mystique selon laquelle chaque homme qui aimait la Torah pouvait-être considéré comme son fiancé ou son mari mais les rabbins ne furent pas rassurés par cette explication douteuse. Ils l’accusèrent de folie et l’obligèrent de se retirer.

Sabbataï fut exclu de Salonique et arriva à Constantinople (= Istanbul) en 1658 où son séjour se termina par un scandale. Il apporta un très gros poisson, habillé en nourrisson et le mit dans un berceau. Les rabbins en furent étonnés et se plaignirent du bouleversement de la cervelle d’un homme si savant mais ils n’exclurent pas Sabbataï et attribuèrent, comme leur coreligionnaire de Smyrne, son attitude à la maladie mentale. Sabbataï expliquait son acte au moyen du symbolisme astrologie : la rédemption d’Israël aurait lieu sous le signe des poissons et le berceau indiquait le progrès vers la rédemption totale d’Israël.

La même année marqua un tournant dans les agissements de Sabbataï. Il affirma qu’il avait reçu une nouvelle loi et de nouveaux commandements, à savoir que l’ancienne loi incarné par la Torah était abrogé. Les nouvelles lois prônaient la transgression des anciennes et s’élevèrent au stade de préceptes religieux. Sabbataï considérait les péchés comme étant des actes saints. Cependant, lors de ses phases normales, il demeurait fidèle à la pratique juive traditionnelle.

Les rabbins de Constantinople ordonnèrent à Sabbataï de quitter la ville et il se rendit à Smyrne après cinq ans d’absence. Son retour ne causa aucun trouble et il resta trois ans avant de se diriger vers Jérusalem en 1662. Une fois à Jérusalem, Sabbataï adopta son comportement habituelle : illumination ==> dépression ==> état normal. Il reçu plusieurs coups de fouet lors de ses états d’illuminations.

Les rabbins chargèrent Sabbataï de se rendre en Egypte pour récolté des fond car la communauté juive de Palestine était très pauvre car les taxes dans cette région était très importante. Une fois sur place, il épousa Sarah qui était aussi connue comme folle et comme étant une sorcière. Elle était connue pour prédire l’avenir avant de faire connaissance avec Sabbataï. Lors de son séjour en Egypte, Sabbataï voulu mettre un terme à ces périodes d’illuminations/dépressions et pratiqua plusieurs exorcismes mais ce fut en vain. Cependant, il eu une longue de période sans être pris dans la spirale illuminations/dépressions.

Jewish_east_mediterranea.svg

Publicités

Une réflexion au sujet de « Sabbataï Tsevi partie 2 : La folie de Sabbataï »

    […] La folie de Sabbataï […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s